Slider

Quand la Suisse tisse sa toile

La Confédération en ligne

House of shops, c’est l’idée de Camilla et Jean-François Carrier. Une plate-forme internet réunissant le top des boutiques suisses. Au menu, plus de 170 designers, créateurs et autres artisans qui proposent principalement du made in Switzerland mais aussi des curiosités dénichées aux quatre coins du globe et importées en terres helvètes.

Du fameux Be pop corn vaudois au parfum zurichois de luxe L’Adoné, des hoodies romands Méga moche aux culbutos lausannois du duo Nunc en passant par les bagues so cute du V design lab ou par le spray pour toilette texan Poo-pourri, on trouve de tout sur House of shops. Ou presque. Exit les marques worldwide sans âme qui ont pignon sur rue de Genève à Bogota, la boutique en ligne imaginée par Camilla et Jean-François Carrier réunit le best des indépendants, artisans et commerçants en Suisse sous un même toit. Car s’il ne fait aucun doute que la Confédération recèle de pépites, difficile de les retrouver d’un simple clic. C’est ce à quoi House of shops remédie. A la la GDH, on a adoré le concept. Et histoire d’en savoir un peu plus, les fondateurs du portail suissophile ont répondu à nos questions.

Comment vous est venue l’idée de House of shops?

House of Shops est une idée qui est née fin 2016 après avoir fait le double constat que les uniques recommandations de cadeaux sur les réseaux sociaux renvoyées toujours vers Amazon, Zalando, H&M,… et qu’importer des produits depuis l’étranger pouvait résulter à payer plus de frais que le produit en lui-même (TVA, douanes et frais de port). Il nous semblait dommage que tous les commerçants et artisans en Suisse soient oubliés de la sorte. Nous avons essayé de comprendre les raisons et en avons conclu que les gens avaient besoin d’assurance au moment de faire leur achat en ligne et que d’acheter depuis l’une de ces plateformes donnait un certain nombre de garanties. Ce n’est que fin janvier 2017 que nous avons commencé la construction du site internet et avancé pas à pas au fil des mois afin de pouvoir offrir une plateforme minimaliste dans son style tout en garantissant la qualité de son contenu.

Quel en est le concept ?

House of Shops est une plate-forme de commerce en ligne, en quatre langues (FR-EN-DE-IT) qui présente les meilleurs magasins, designers et fabricants indépendants en Suisse sous un même toit. Nous ne prenons aucun stock et chaque vendeurs gère la livraison. Nous avons instauré une règle selon laquelle le client ne paye qu’une fois les frais d’expedition si plusieurs vendeurs sont concernés par la commande. Avec une sélection de produits de haute qualité allant de la mode, des bijoux et des montres aux intérieurs, de la nourriture et des soins de la peau, House of Shops permet ainsi aux petites entreprises suisses d’atteindre un public plus large et d’offrir aux clients une selection d’objets uniques et qui sortent de l’ordinaire. La Suisse est remplie de talents et il était temps de les réunir tous ensemble afin de les mettre en lumière.

Comment sélectionnez-vous les boutiques ?

La première condition est que chaque personne qui rejoint House of Shops doit avoir son siège social en Suisse et ne pas être une filiale. Nous souhaitons des personnes qui ont le pouvoir de décision sur leur produit/service.Nous souhaitons garantir un très haut niveau de qualité en terme de vendeurs présents sur House of Shops. Nous faisons attention aux produits proposés, ainsi qu’à la qualité des visuels et bien évidemment tout ce qui est en lien avec l’envoi, le retour et le remboursement des produits aux clients. Chaque vendeur peut très facilement soumettre sa candidature et nous essayons de donner réponse rapidement.

Quelle place a le “Made in Switzerland” dans votre sélection?

Le « Made in Switzerland » est objectivement ce que nous recherchons tout en offrant également la possibilité aux indépendants qui ont importés de très bonnes idées de l’étranger de pouvoir les proposer via notre plateforme. Une grande majorité de produits déjà en ligne sont fabriqués ou conçus en Suisse.

Quelles sont vos trois produits coups de coeur?

Il est très difficile de choisir trois coups de cœur sur plus de 1600 produits à ce jour provenant de plus de 175 shops. Chaque shops sur la plateforme est en soi un coup de cœur mais nous dirions les colliers de Sandro Ganguin fine jewelry, les popcorns au Gruyère de Be Popcorn et les sacs à dos pour enfants d’ eFeSPe.

Votre découverte la plus surprenante?

Nous dirions les sacs de sakku SWISS SOLAR BAG qui permettent d’utiliser l’énergie solaire.

Comment envisagez-vous le développement de House of shops dans les années à venir?

Nous envisageons de développer House of Shops en élargissant la sélection de produits et de magasins présents sur la plateforme tout en améliorant continuellement l’expérience pour les visiteurs du site. A ce titre, nous avons lancé notre campagne de crowdfunding sur wemakeit.com et espèrons collecter CHF 15’000.- d’ici le 1er octobre 2017. Nous espèrons que House of Shops deviendra la plateforme de référence pour tous les indépendants en Suisse et le nouveau site internet favori des acheteurs en ligne afin d’encourager le commerce et l’artisanat local.

www.houseofshops.ch

Aux fourneaux baladeurs

De la bière aux currys

Cet automne, l’école de cuisine neuchâteloise Les Laboratoires culinaires a décidé de faire voyager ses élèves et organise deux cours qui devraient séduire les globe-trotters : un consacré à l’Oktoberfest et l’autre sur les currys à travers le monde.

Direction tout d’abord l’Allemagne. Pour célébrer comme il se doit la fête de la bière munichoise, l’école organise le 17 octobre un cours pour apprendre à intégrer ce doux breuvage dans quatre préparations. La bière est constituée en grande partie de céréales, il ne doit pas être moins sain d’en ajouter dans nos plats, voilà le postulat de base de cet atelier culinaire qui a tout pour plaire. A la clé ? Une dégustation de blondes bien fraîches. Pour les estomacs les plus aventuriers, un voyage nettement plus exotique est au programme avec un cours autour des currys à travers le globe. Le chef Christian Wiehe y retracera les influences multiples qu’a connues cette préparation au travers des époques en suivant la route des épices, de l’Inde du Nord à l’Inde du Sud, avec détour obligé par l’Asie du Sud-Est et l’Afrique. Le meilleur moyen d’en savoir un peu plus sur ce traditionnel mélange qui parfume viandes, poissons ou légumes. Embarquement le 24 octobre à Neuchâtel pour ce tour du monde en 180 minutes, les réservations sont ouvertes.

« Oktoberfest », le 17 octobre et « T’as mis quoi dans ton curry », le 24 octobre, www.leslaboratoiresculinaires.com

Papa aux fourneaux…

…Delikits sous le manteau

Ras-le-bol des dimanches après-midi à surgeler à la chaîne des purées made in Babycook ? Delikits se propose de venir à la rescousse des papas marmitons avec des repas gourmands et frais concoctés spécialement pour bébé. Les mamans aussi apprécieront.

Exit les Blédichef spaghetti bolognaise, couscous ou hachis parmentier au goût improbable. Du bon, du bio, du frais, du local, voilà ce que la start-up romande Delikits tient à mettre au menu des petits helvètes de 5 mois à 3 ans avec des petits pots aux recettes créatives et gourmandes. Le principe ? On choisit son kit de six purées et compotes (dès 5 mois), sa soupe (dès 12 mois) ou son bocal (dès 3 ans jusqu’à…77 ans), on paie en ligne et on récupère sa commande à la crèche de son enfant ou dans un point de retrait près de chez soi (voir liste sur le site). Les pots sont à déguster dans la semaine ou à congeler. Purée de carotte à la menthe, purée de courgette et patate douce, purée de courgette et saumon bio, soupe de tomates à la coriandre, compote de poire à l’infusion de lavande, les recettes sont cautionnées par des food scientists experts de l’université de Zurich, cuisinées à Gland par Takinoa, le temple de la healthy food et réalisées à partir de produits principalement locaux. Nous, on a goûté la soupe de carotte au lait de coco et la compote de pomme et mangue. Bluffant. Même les palais exigeants de deux fins gourmets de 2 ans et 5 ans ont validé, c’est dire. La cerise sur le petit pot ? Parce que manger bien veut aussi dire penser à son environnement, Delikits favorise le verre pour ses récipients et le carton pour les emballages, facilement recyclables et se propose même de les récupérer pour les réutiliser.

A partir de 30 francs les 6 petits pots, www.delikits.com

En voyage avec Freitag

Le bagage à pomper

Un sac de voyage gonflable de 85 litres fabriqué à partir de bâches de camion recyclées qui ne prend pas plus de place qu’une bouteille de liqueur de 2 litres achetée au duty free une fois plié ? C’est le concept de la dernière création des frères Freitag. Malin.

Le principe de base reste inchangé : le dernier-né du label zurichois est découpé à la main à Zurich et fabriqué à partir de bâches de camion robustes et hydrofuges, qui ont parcouru les routes d’Europe sur un camion dans une vie antérieure. Jusque-là, on connaît la chanson. La nouveauté ? Outre sa taille XXL (85 litres), le tout nouveau sac de voyage, monté sur roues, s’inspire du mode de transport préféré de Freitag. En effet, le Zippelin contient une chambre à air de vélo toute simple que l’on peut gonfler avec n’importe quelle pompe à vélo et qui peut être remplacée rapidement et facilement grâce à un système de fermeture éclair. Exit les coques et armatures lourdes et encombrantes, le maxi bag ne dépasse pas la limite de poids autorisée par les compagnies aériennes dès qu’il est à moitié plein et une fois le voyage terminé, il peut être enroulé pour se faufiler dans un placard entre deux périodes de vacances. Juste génial. Le hic ? La future star des tapis à bagages ne sera malheureusement pas accessible à tous : il est vendu en exclusivité du 12 septembre au 12 octobre 2017 via la plate-forme de crowdfunding kickstarter.com. Les 100 premiers globe-trotteurs à se manifester auront le privilège de recevoir leur compagnon de voyage en bâche de camion dès le mois d’avril 2018, pour CHF 430.-. 300 pièces uniques supplémentaires prêtes à livrer en mai 2018 seront mises en vente au prix de CHF 480.-. D’autres exemplaires disponibles les mois suivants pourront être réservés pendant toute la campagne Kickstarter, d’une durée de 30 jours. 3,2,1, partez !

www.freitag.ch/kickstarter

Le Mudac dans le miroir

A l’ère de l’égoportrait

Du mythe de Narcisse aux selfies qui inondent les réseaux sociaux, le Mudac explore notre rapport à l’image en se penchant sur l’objet symbolique à souhait qu’est le miroir. Une exposition, inaugurée au printemps, que les retardataires peuvent encore visiter jusqu’au 1er octobre.
Doug Aitken, YOU/YOU, 2012, Mousse haute densité, bois, miroir et verre, 137 x 203 cm, Courtesy : Galerie Eva Presenhuber, Zurich. Collection privée, Suisse, Photo © Galerie Eva Presenhuber, Zurich
Et moi, et moi, et moi…Rassemblant des œuvres d’art et des pièces de design, Miroir Miroir scrute le lien que nous entretenons avec notre propre image et la manière dont celui-ci impacte la création contemporaine. Parmi les artistes exposés, des poids lourds comme Andy Warhol, Doug Aitken, Oscar Munoz, Bill Viola, Arik Levy, Pipilotti Rist, Pierre et Gilles, Mat Collishaw ou encore Douglas Gordon. Au travers des œuvres présentées, photographies ou installations, sont explorés les enjeux théoriques, sociologiques, esthétiques, historiques et actuels du miroir, objet du quotidien que l’on découvre au fil des salles riche en symboles. De Narcisse à Blanche-Neige en passant par Kim Kardashian ou Shia LeBeouf, une exposition à la scénographie parfaitement orchestrée qui invite à la réflexion. Dans tous les sens du terme.

« Miroir, miroir », jusqu’au 1er octobre, Mudac, 6 place de la Cathédrale, 1005 Lausanne.

www.mudac.ch

Photo : © Mudac