Maroc en scène

La Mamounia des bords du lac

Inutile de traverser la Méditerranée pour déguster le top de la gastronomie marocaine. Du 27 février au 5 mars, La Réserve Genève poursuit son Tour du Monde en 80 jours en faisant escale à Marrakech. Embarquement immédiat direction la Médina.

On y est. Après la France, la Chine puis la Russie, c’est enfin le Maroc qui investit les cuisines du Loti. Pendant une semaine, Virginie Basselot reçoit le Chef de la mythique Mamounia, Rachid Agouray. Accompagné de toute sa brigade, il prend possession des fourneaux avec une carte marocaine de grands classiques revisités pour l’occasion, déclinée du déjeuner au dîner, sans oublier un brunch aux couleurs de la Ville rouge le dimanche 5 mars. Au programme de ces pérégrinations culinaires, une mosaïque de plats hauts en couleurs : Pastilla de homard, fondue d’épinards et coulis de poivrons rouges, soupe harira accompagnée de dattes et chebbakia, tagine de lotte, émulsion safran-verveine, couscous royal ou encore en dessert un étonnant tagine de fraises, tomates confites et sorbet à la cardamone… Un air d’ailleurs que l’on retrouvera aussi dans la décoration du restaurant qui se mettra aussi à l’heure marocaine avec les célèbres photophores du palace marrakchi disposés ici et là autour d’un palmier improvisé mais aussi un groupe de musique traditionnelle chaque soir. « Le plus beau palace de Marrakech est particulièrement réputé pour sa cuisine, grâce à son restaurant La Grande Table Marocaine, qui propose les grands classiques de la gastronomie marocaine mais se distingue aussi par sa créativité très contemporaine », précise, avec enthousiasme, Laurent Branover, le directeur Général de La Réserve. Avec un tel programme, on gage qu’il ne sera pas le seul à céder à l’appel de l’Atlas.

Menu au choix parmi 4 entrées, 4 plats et 4 desserts servi midi et soir du 27 février au 4 mars. Brunch marocain dimanche 5 mars 130 francs par personne hors boisson.

Restaurant Le Loti – La Réserve Genève Hotel and Spa, 301, Route de Bellevue, 1293 Bellevue.
Tél. 022 959 59 59.

www.lareserve-geneve.com

En course avec Mood

Sébastien Buemi, la bague au doigt

La marque suisse Mood vient de signer deux collections de bagues créées à l’effigie du champion du monde de Formule E vaudois, Sébastien Buemi. Des musts pour les aficionados du volant.

Un coureur automobile qui s’associe avec une marque de bijoux est un partenariat plutôt surprenant mais il ne faut pas se fier aux apparences. «Mood est une marque de bagues suisse très innovante qui permet de changer au gré de ses envies sa couleur et ses matériaux. Je suis tombé sous le charme du concept et je suis très heureux de débuter ce partenariat avec Mood. Nous partageons les mêmes valeurs et je me réjouis de porter la bague sur et hors de la piste », explique le pilote originaire d’Aigle. Un bijou pour champion ? «Choose your mood», c’est en tous cas la baseline du label made in Switzerland. Son principe ? Des bagues composées d’un anneau sobre en acier accueillant, par une simple manipulation, une pièce amovible permettant de personnaliser le bijou selon l’humeur de son propriétaire. Au programme de la collab’ 100% helvète entre Sébastien Buemi et Mood, deux collections créées à l’effigie du pilote. Le première, limitée et numérotée, est en cours de développement et sera réalisée avec une partie de la voiture avec laquelle le pilote suisse est devenu champion du monde de Formule E. Fait de carbone, chaque anneau sera unique. Certains seront noirs unie, la couleur du carbone, et d’autres auront de la couleur grâce aux autocollants de la Formule E de l’écurie Renault e.dams. La seconde collection, non limitée, est inspirée du design d’un pneu… mais pas n’importe lequel. Celui de la voiture de Sébastien Buemi. Du sobre au design viril. Bref, des valeurs sûres pour éviter un fashion dérapage.

www.yourmood.net

Comme à la maison

Au Living-room

La nouvelle adresse qui buzze à Genève ? Le Living-room, tout nouveau restaurant de l’Hôtel de la Paix à l’assiette inspiration fusion et à la décoration hygge à souhait.

Le Living-room, un énième restaurant d’hôtel sans âme ? Que nenni. Mixant parquet et cheminée d’époque avec un mobilier ultra-contemporain à la touche scandinave, la nouvelle adresse de l’Hôtel de la Paix a des airs de home sweet home des plus sympathiques. Tables hautes et basses, fauteuils cosy, chaises de bar et luminaires design, on est loin du cadre guindé souvent de mise dans l’hôtellerie de luxe. Côté assiette, une cuisine créative et gourmande, aux multiples influences. Il faut dire que le Chef, Alessio Corda est un véritable globe-trotteur. Italien d’origine, il a appris et enseigné la cuisine en Espagne et notamment au restaurant El Bulli, c’est dire… Il a également travaillé à Londres, Doha, sur un yacht en France et dans de grands hôtels de luxe en Asie. C’est d’ailleurs au Japon qu’il prit les commandes des restaurants des hôtels Ritz-Carlton d’Okinawa et d’Osaka. Rien d’étonnant donc à ce que la carte du Living-room invite au voyage, avec notamment un ceviche d’omble chevalier et son quinoa bio, des tempuras de légumes à la sauce romesco, une crème de courge et orange avec ses crevettes snackées au whisky suisse ou encore une entrecôte de bœuf suisse à la béarnaise Yuzu Kosho. Mention spéciale pour le plat signature de la maison : le Risotto Mantecato préparé en salle dans la meule de parmesan et servi par le Chef himself à table. On recommande vivement.

Living Room, Hotel de la Paix, 11, quai du Mont-Blanc, 1201 Genève.
www.ritzcarlton.com/geneva

Greenwashing

UrbanWashers, le pressing écolo

Ras-le-bol de la corvée de lessive ? Il suffit d’un clic pour récupérer son linge dans son home sweet home, lavé et repassé en 48h chrono (voire 24h pour les plus pressés). Le tout en respectant la planète. De quoi séduire les Monsieur Propre.

Le principe de la start-up genevoise UrbanWashers ? Proposer un service au top tout en s’engageant à n’utiliser que des produits biodégradables, en recourant notamment au Wet Cleaning. En plus de protéger durablement le linge et d’en prendre soin, le Wet-Cleaning est une technique basée sur un nettoyage par voie humide qui remplace les produits chimiques et les solvants par des produits écologiques et une technologie de machines à la pointe pour assurer un nettoyage professionnel et délicat des textiles. Une fois les chemises de Monsieur lavée, elles sont suspendues sur des cintres en carton recyclé puis emballées dans des housses 100% biodégradables à base de fibre de maïs. Côté pratique, on ne peut mieux faire : le linge est pris en charge à domicile ou au bureau du lundi au vendredi entre 16h et 22h. Il est livré nickel, 24 à 48 h après sur rendez-vous. Et côté tarif ? Il est calculé au kilo et donc moins élevé que dans un pressing traditionnel. Pour le moment, Urban Washers ne livre pas en dehors de la commune de Genève, mais cela ne saurait tarder !  A suivre…

www.urbanwashers.com

Totem de La Fontaine

Sur le bout des doigts

Des marionnettes à doigts, voilà la dernière création du designer lausannois Luciano Dell’Orefice. Des ovnis miniatures qui célèbrent deux des fables les plus populaires de Jean de La Fontaine : Le Corbeau et le Renard et Le Lièvre et la Tortue.

« Rien ne sert de courir, il faut partir à point ». On se souvient tous avoir récité au tableau l’une ou l’autre des fameuses fables de La Fontaine. Souvenir impérissable…ou pas, Luciano Dell’Orefice remet le fabuliste français au goût du jour avec « Totem », un travail sur Le Corbeau et le Renard et Le Lièvre et la Tortue, deux grands classiques du genre revisités sous la forme de marionnettes à doigts encastrables. « Peut-on offrir une histoire sans un livre ? Un objet mécanique peut-il servir un propos au contenu culturel ? », voilà les questions que soulève le créatif d’origine italienne, qui se plaît à interroger les multiples échelles du design au travers de ses réalisations, qu’il s’agisse de produit, mobilier, espace urbain, éclairage, muséographie, PLV d’entreprise, scénographie ou micro architecture. En aluminium anodisé et 100% Swiss Made, les deux pièces, contenant le texte original gravé au laser, sont fabriquées par l’entreprise neuchâteloise Coloral, active dans le secteur de l’horlogerie et de l’industrie de haute précision. Entre poésie et mécanique, « Totem » invite à s’approprier, réinventer et transmettre les deux fables mythiques en les mettant en scène sous forme d’un théâtre de marionnettes.

www.luciano-dellorefice.com

%d blogueurs aiment cette page :