Slider

Penthouse avec vue

En mode VIP au Mandarin Oriental

C’est au 7e et dernier étage de l’hôtel que le Mandarin Oriental a inauguré sa dernière suite. Avec ses 325 mètres carrés et son immense terrasse panoramique, le tout nouveau Royal Penthouse caracole sur l’olympe du luxe.

VIP, artistes, politiques ou têtes couronnées, les happy few du monde entier vont s’y presser. Il faut dire qu’avec sa dernière-née, le Mandarin Oriental n’a pas fait les choses à moitié. Offrant 325 mètres carrés d’élégance contemporaine, le Royal Penthouse est l’une des suites les plus spacieuses de la ville de Genève. Sa terrasse panoramique de 175 mètres carrés offre une vue imprenable sur les montagnes enneigées, le Rhône et la vieille ville. Côté décoration, le 5 étoiles a choisi de faire appel à Buz design, un studio de design international basé à Hong Kong et Bangkok, spécialisé dans l’hôtellerie de luxe. Avec ses larges baies vitrées, la suite comprend une chambre principale avec douche hammam, deux chambres communicantes et un séjour spacieux aux espaces salle à manger, salon et coin cheminée chaleureux. Elle dispose également d’une salle de divertissement insonorisée équipée de la dernière technologie audiovisuelle. « Chacun des quatre espaces principaux du Royal Penthouse rappelle les couleurs et le charme d’une saison », explique J. Lee Rofkind, fondatrice de Buz Design. La chambre principale thématise le printemps, avec ses tapis aux tons de bleu évoquant lac et montagnes et les jaunes éclatants des fleurs. Les teintes de l’automne égayent le séjour, tandis que les couleurs claires de l’hiver habillent la salle dédiée au multimédia, et la palette colorée de l’été décore les deux chambres communicantes. Le tout flambant neuf. Et pour ceux qui se sentiraient à l’étroit, le Penthouse peut se relier à la Suite Royale située au 6e étage par un ascenseur privé, constituant ainsi pas moins de 577 mètres carrés de luxe absolu. A espace d’exception, prestations d’exception. Le Royal Penthouse offre un éventail complet de services, comme le transfert depuis l’aéroport avec chauffeur, un service pour préparer et défaire les valises, des cours de cocktails dispensés dans la suite, des projections de cinéma privées dans la salle de divertissement ou encore une dégustation de plats signature du Yakumanka et du Rasoi by Vineet préparés dans l’intimité de la suite. Bref, de l’hyperluxe que le gotha en goguette ne manquera pas d’apprécier.

Mandarin Oriental Geneva, 1 Quai Turrettini, 1201 Genève. Tél. 022 909 00 00.

www.mandarinoriental.fr

La cuisine des moines

L’épopée suisse de Toshio Tanahashi

Toshio Tanahashi pratique la shōjin ryōri, une cuisine végétale née dans les monastères bouddhistes de Kyoto au VIe siècle. A l’occasion du mois mondial végan, le chef japonais vient partager son savoir-faire en Suisse lors d’une série de conférences et dîners d’exception.

Végétarienne, locale, saisonnière, la cuisine Shojin repose sur des préceptes bouddhistes ancestraux, tout en s’inscrivant parfaitement dans la mouvance actuelle, celle d’une gastronomie réfléchie et plus responsable. Proscrivant viande et poisson, elle prône le respect absolu des saisons et des rythmes de la nature, la valorisation intégrale de chaque ingrédient (légumes, céréales, sésame, herbes sauvages et champignons, fruits, algues, racines) le recours à des produits fermentés ou séchés, des assaisonnements purs issus de konbu, miso, soja, saké… De la sobriété certes mais aussi de la gourmandise. Salade de raiponce, céleri, pêche, chou-fleur ; nems sauce figue ; risotto gingembre ; gomadofu de sésame, asperges vertes, mousseline d’agrumes, cubes de pomelo, fine brume de fleurs et d’herbes sauvages, le chef, que The Telegraph surnomme The Veg Whisperer, l’homme qui parle le langage des végétaux, joue avec les saveurs pour créer de véritables œuvres d’art gustatives. Rien d’étonnant à ce que le grand monsieur soit devenu la coqueluche de la gastrosphere. Admiré des plus grands chefs, il a formé les équipes d’Alain Ducasse à sa gastronomie végétarienne et a été le sujet de nombreux reportages à travers le monde (New York Times, Financial Times, Guardian, Vogue, etc.). Ce mois de novembre, A l’occasion du mois mondial végan, Toshio Tanahashi fait le tour de la Suisse pour une série d’événements exceptionnels à la découverte de la cuisine zen. Un brin de spiritualité dans les fourneaux que novices aventuriers et aficionados convaincus ne manqueront pas de tester.

The Hamlet à Genève, Workshop le 1er novembre

www.thehamlet.com

Culinary Arts Academy, Le Bouveret, le 4 novembre

www.culinaryartsswitzerland.com

Auberge Abbaye de Montheron à Montheron, le 11 novembre

www.montheron.ch

Conférence Ecole Hôtelière de Lausanne, le 12 novembre à 18h

www.ehl.edu

Ming Shan, à Bulle, les 14 et 15 novembre

www.mingshan.ch

César Ritz College, Lucerne, le 18 novembre

www.cesarritzcolleges.edu

Hiltl Academy en collaboration avec Tibits, Zurich

www.hiltl.ch. www.tibits.ch, les 19 et 20 novembre.

 

L’art du tiramisu

Duchessa X Christophe Renou

Chez Duchessa, on rend hommage aux saveurs transalpines, de l’antipasti…jusqu’au dessert. Aux commandes de la pâtisserie ? Christophe Renou, qui, depuis cet automne, réinterprète les douceurs phare de la gastronomie italienne pour l’enseigne.

Il y a mille et une raison de s’attabler au Duchessa, que ce soit pour déguster le mythique Carpaccio di Manzo al Tartufo ou pour goûter l’une des créations de Marcello, le pizzaiolo de la maison, primé au championnat du monde de la pizza à Parme. Depuis cet automne, les épicuriens éclairés se bousculent également pour se régaler de l’une des six pâtisseries signées par le Chef Pâtissier et Meilleur Ouvrier de France, Christophe Renou en exclusivité pour la maison. Parmi ces créations, il est possible de retrouver des fameuses sucreries italiennes revisitées par le chef carougeois, comme par exemple le Tiramisu subtil et aérien ou encore l’Amaretti composé de sa fameuse pâte d’amandes et ganache montée amande. Le chef propose également un dessert tout chocolat de Bali qui promet de séduire tous les amateurs de chocolat, tout comme l’Enroulé à la noisette du Piémont proche cousin du Paris-Brest. Des pâtisseries à déguster sur place ou à l’emporter imaginées sur-mesure par le chef, qui a a construit son expérience aux côtés de Stéphane Bourdillat, Lucien Moutarlier et Christophe Michalak lors de la coupe du monde de la pâtisserie en 2007 et qui a obtenu le titre convoité de Meilleur Ouvrier de France Pâtissier Confiseur en 2015. Avis aux gourmands…

Duchessa, Place de Neuve 2, 1204 Genève.

www.duchessa.ch

 

Design au pavillon

Le XXème siècle en foire

Pour la troisième année consécutive, le Pavillon Sicli accueille le Salon du design, fameuse foire genevoise dédiée au mobilier du XXe siècle. LE rendez-vous incontournable des collectionneurs.

Première foire de design du XXe siècle de Genève, Le Salon du Design revient le week-end du 2 et 3 novembre 2019 pour une troisième édition au Pavillon Sicli. Fondé en 2017 par Corine Stübi, co-directrice de la galerie Kissthedesign à Lausanne et experte en design du XXe siècle, l’événement, qui s’est imposé en deux ans comme l’un des plus beaux salons d’Europe, attire collectionneurs, chineurs, décorateurs et amateurs de design des quatre coins du Canton. A l’affiche de ce nouveau cru ? 33 galeries et boutiques, venues de toute la Suisse et d’Europe présenter les plus belles créations des années 1920 à 1990 de designers et d’architectes suisses, scandinaves, français, italiens ou américains avec chacune leur domaine de prédilection. Ici une galerie spécialisée dans le mobilier postmoderne, en face une autre dédiée au Bauhaus, à l’entrée un expert du design scandinave, notamment finlandais, plus loin des stands de design vintage suisse, italien et français, puis – nouveau cette année – des collections uniques de céramiques françaises d’après-guerre. Parmi les highlights de la foire, à découvrir les 2 et 3 novembre, sont annoncés: un atelier consacré à Charles & Ray Eames et leur fameuses coques en fibre de verre, de rares exemplaires d’époque signés Pierre Paulin, proposés à la vente par un des experts français du designer, du mobilier en provenance de Mauritanie et Les Arcs par Charlotte Perriand, des estampes introuvables d’artistes modernes helvétiques et d’Ettore Sottsass, ainsi qu’une exposition où acquérir les productions les plus iconiques de l’histoire du design suisse. Bref, grands classiques ou pièces de collection les plus pointues, le must des must du design sous un même toit le temps d’un week-end.

Le samedi 2 novembre de 10 h à 20h et le dimanche 3 novembre de 10h à 18h au Pavillon Sicli, 45 Route des Acacias, 1227 Genève. Entrée 5 francs.

www.lesalondudesign.ch 

 

 

Le Fairmont en off

Le luxe de la déconnexion

Pour décrocher de son écran, le Fairmont Le Montreux Palace propose un programme de digital détox. 24h chrono pour s’offrir un break salvateur avec vue lac et smartphone en mode avion.

Boîte mail, compte Facebook ou Instagram, épingles Pinterest, pas facile de renoncer aux sirènes de la réalité virtuelle. Et pourtant… Savoir débrancher est un luxe qui permet de recharger ses batteries à bloc. Tel est l’objectif affiché du programme Digital Detox du Fairmont Le Montreux Palace, fleuron de la Riviera vaudoise. En 24h, le cinq étoiles montreusien se donne pour défi de faire oublier code PIN et autres accès Internet aux accros du Wifi. Pour ce faire, une boîte magique attend les volontaires dans leur chambre. Tout de bois vêtu, l’écrin recèle de différents trésors : une fiche contenant des conseils pour profiter au mieux du séjour, un ouvrage sur la sylvothérapie, fameux best-seller nippon « Shinrin Yoku. Les bains de forêt, le secret japonais pour apaiser son esprit et être en meilleure santé » du professeur Yoshifumi Miyazaki, des mini flacons d’huiles de bain anti-stress de la marque anglaise Aromatherapy associates et autres petites attentions. De quoi placer le break express sous les meilleurs auspices. Une fois les montres connectées, smartphones, tablettes et autres gadgets électroniques enfermés dans le coffret, on est fin prêt pour profiter du Willow Stream Spa où un soin de 60 minutes attend les chanceux curistes. Massage shiatsu ou soin Neroli Blossom comprenant un rituel nettoyant des pieds aux infusions d’eucalyptus, une séance de réflexologie pour renforcer le corps, ainsi qu’un massage lymphatique à la brosse sèche avec application d’huile de fleurs de Néroli pour libérer l’esprit, on se laisse aller aux mains divines des thérapeutes de l’établissement, élu Meilleur Hotel Spa de luxe en Europe par les World Luxury Spa Awards 2018 avec ses 2000m2 dédiés au bien-être. Autant dire que, dans ce cadre enchanteur, les mails à checker, fil Instagram à actualiser ou rencontres à poker deviennent sans difficulté les lointains souvenirs d’un monde à l’effervescence déraisonnable. Le soir, on s’attable au MP’s Bar & Grill pour un dîner healthy mais néanmoins gourmand, où l’on se régale de plats light et de saison, tels que la salade automnale autour de la courge ou le filet d’omble saisi à l’huile d’olive avec ses lentilles beluga et sa déclinaison de légumes. Après une douce nuit en chambre de luxe, on chille toute la matinée, entre petit-déjeuner gargantuesque, spa et pourquoi pas balade dans les bois avant de rendre, requinqué comme jamais, les clés du paradis sans wifi à 15h, un départ tardif fort apprécié. Mission digital detox réussie. On recommande chaudement.

Jusqu’au 24 novembre 2019, Fairmont Le Montreux Palace, avenue Claude-Nobs 2, 1820 Montreux, Suisse. www.fairmont.com/montreux