Slider

Sur la route

Biker sous tente

Un bivouac pour motard qui permet de camper n’importe où en quelques secondes ? C’est le principe de Stay Exposed, une invention suisse parfaite pour les dandys en mal d’aventures.

A l’origine de l’idée géniale, le lucernois Fabian Furrer. Fabriqué à la main en Suisse, le bivouac Stay Exposed se fixe à la moto pour camper à l’improviste n’importe où. Imperméable, résistante à l’abrasion et aux déchirements, la tente en Cordura, fibre textile garantie tout-terrain, affiche des dimensions de 15 cm de diamètre et 45 cm de long une fois pliée. Un campement d’appoint ultra-compact qui se transporte donc aisément et se monte en deux temps trois mouvements, idéal pour partir à l’aventure sur les routes helvètes le temps d’un week-end ou plus si affinités. Bref, un must-have pour les bikers amateurs de road trip…et de camping sauvage. Voilà de quoi occuper les vacances.

www.stayexposed.com

Pérégrinations urbaines

Freitag en mode boussole

Dans la jungle des grandes villes, on a tout autant besoin d’orientation que de sacs et de vêtements. C’est sur cette idée que repose City guides lines, la nouvelle plateforme de Freitag destinée à fournir des conseils aux globe-trotteurs.

Après Louis Vuitton, c’est au tour de Freitag d’éditer des City guides. Deux célébrissimes marques de sacs qui donnent des conseils de voyage. La comparaison s’arrête là. Car non seulement c’est en ligne que le label zurichois diffuse ses guides mais il fait appel à des poissons pilotes de choix pour aiguiller les touristes urbains. Parmi les VIP sélectionnés, la doyenne milanaise du design Rossana Orlandi, le graphiste-artiste-professeur berlinois Eike König, le sauveur viennois de l’analogique Florian Kaps et le designer zurichois et non-artiste Kevin Fries. Un système de navigation de pointe sous forme de petites vidéos dirigé par des trendsetters, qui racontent leur ville, de façon 100 % subjective et alternativement informative et distillent des « go » et des « no go » griffonnés sur les cartes analogiques, pouvant être transférés sur Google Maps. Le nouveau service débute avec Berlin, Milan, Vienne et Zurich, ville d’origine de Freitag. Suivront Rotterdam, Hambourg, Tokyo, Bangkok et plusieurs autres villes, keep posted !

www.cityguidelines.freitag.ch

Chez Ukiyo

Au temple des Udon maison.

Dernière it-place à la nippone attitude, le noodle bar & restaurant Ukiyo a tout récemment ouvert sa deuxième enseigne à l’avenue de Frontenex. Sa spécialité ? Les Udon. On a testé et on a adoré.

Fresque murale manga, jpop en fond, bavettes à disposition, tables hautes en terrasse, c’est au cœur des ruelles tokyoïtes bardées de gargotes que nous téléporte Ukiyo. Exit sushis, sashimis et autres nigiris, ici, on déguste des ramen (les soupes aux nouilles dont tout le monde parle), des don (bol de riz chaud surmonté au choix de lamelles de bœuf et d’oignon ou de tempuras de crevettes) et surtout des Udon, LE highlight des lieux. Concoctées minute et à la vue des clients, les fameuses nouilles blanches et épaisses, composées de farine de blé tendre se déclinent en différentes recettes, que l’on peut personnaliser à la demande avec les ingrédients de son choix. Un véritable délice. Et que les sceptiques, refroidis par une mauvaise expérience, se détrompent ! Ici, les udon ne ressemblent en rien aux pâtes grossières et visqueuses l’on peut manger dans un restaurant japonais lambda. Chez Ukiyo, les nouilles sont fabriquées sur place à l’aide d’une machine directement importée du Pays du Soleil Levant et par deux chefs experts venus tout droit du Japon. Le résultat ? Une texture et des saveurs au top ainsi que des variantes inédites, tels que les udons aromatisées au thé vert ou encore teintées à l’encre de seiche.

Festin nippon

Nous, on a goûté le Niki Udon (bouillon servi avec des lamelles de boeuf et d’oignons macérées dans une sauce secrète), best-seller de la maison dont la préparation nécessite trois jours entiers et le Yasai Kakiage Tempura Udon (udon dans un dashi, servis avec des tempuras de légumes (beignets frits), des oignons de printemps et une rondelle de kamabok) et on a adoré. On a testé également les gyozas aux légumes (juste divins) et le kimchi, épicé pile comme il faut. Côté boisson, il faisait chaud alors on a bu ;o) : on a opté pour l’Iki beer (bière japonaise bio au thé vert et au Yuzu), la Coedo Beniaka (bière ambrée japonaise à la patate douce) et pour une dégustation de sakés (trois verres de sakés différents, un chaud, le Takashimizu Seisen et deux froids, un Shime hari tsuru jun et le Tatenokawa Seiryu Junmai Daiginjo). Et pour clore les agapes, on a partagé un assortiment de desserts typiques dont un excellent mochi glacé au sakura. Un dîner plus que parfait au rapport qualité/prix défiant toute concurrence (soupes entre 20 et 25 francs, dégustation de sakés, 10 francs) et avec un service sympa et rapide. Bref, une adresse où l’on risque de nous voir souvent.

Ukiyo Noodle bar & restaurant, avenue de Frontenex 6, 1207 Genève.

www.ukiyo-noodlebar.com

 

Les hot spots de Victorinox

Souvenirs de voyage…

Pour la septième édition de son concours de design annuel, Victorinox a choisi comme thème les lieux emblématiques du monde. Au total, 878 créations ont été soumises, dix font partie aujourd’hui de la nouvelle édition limitée du couteau de poche Classic 2018.

De l’Egypte à New York, des sommets alpins à la Nouvelle-Zélande, de Londres au Cappadoce, pas de doute cette année, Victorinox a décidé de nous faire voyager. Pour l’édition 2018 de son traditionnel concours de design, le label suisse a, en effet, invité les créatifs de la plateforme de crowdsourcing jovoto.com à bûcher sur le thème des lieux emblématiques des quatre coins du globe. Parmi les 878 créations issues du monde entier, Victorinox a donné vie aux dix réinterprétations du couteau de poche les plus plébiscitées. Statue de la Liberté, Cervin, Tour Eiffel ou Pyramides, à chacun son monument préféré.

www.victorinox.com

En mode tout-terrain

Tous fans de la Cullinan

Rolls Royce a dévoilé le 10 mai sa dernière création : la Cullinan, premier SUV tout terrain de la marque.  Un bijou que l’on a pu admirer en avant-première au Concours d’Elégance Suisse.

On n’a pas eu besoin de filer à Goodwood pour avoir la chance de zieuter de près la bête : le Concours d’Elégance Suisse 2018 a accueilli le week-end dernier en avant-première la Rolls-Royce Cullinan dans les jardins du Château de Coppet. Un petit bijou au patronyme bien choisi : il a été baptisé du nom du plus gros diamant jamais découvert en Afrique du Sud, au début du siècle dernier. Et autant dire que ce pseudonyme est pleinement assumé. La Cullinan séduit au premier regard par son gabarit imposant. 2’660kg d’osmose entre luxe, raffinement, exploits techniques, technologiques et mensurations généreuses. Le constructeur au double R a imaginé et conçu un véhicule, capable d’épouser chaque route et virage, sans impacter l’expérience conducteur.

Le luxe jusque dans les détails

Mais au-delà de son gabarit d’athlète, la Rolls-Royce Cullinan n’est pas en reste pour ce qui est des prouesses technologiques. Ainsi, c’est le deuxième modèle de la marque qui profite du nouveau procédé de fabrication « architecture de luxe » traduite par un cadre 100% aluminium. Une structure avant-gardiste et exclusive vouée à habiller l’ensemble des futurs véhicules imaginés par la marque britannique.  Côté mécanique, le modèle bénéficie de la dernière version du moteur V12 bi-turbo de 6.75l associé à une transmission intégrale… De quoi rugir de plaisir. Fidèle à son statut d’icône, Rolls-Royce Motor Cars a voulu pousser l’expérience du luxe à son climax en intégrant l’option Viewing Suite qui permet dès l’activation d’un simple bouton, de transformer l’arrière de l’habitacle en salon so british avec assises en cuir et table à cocktails rétractables. La classe intégrale…

Rolls-Royce Motor Cars Geneva, Route de Saint-Cergue 298, 1260 Nyon

www.rolls-roycemotorcars-geneva.ch

dolor ipsum id, nec ut sit