Slider

Category Archives: Chez Nos Voisins

Pour le palais ou l’estomac

Zen altitude

Un chez-soi au ski

LA bonne résolution de 2020 ? Prendre du bon temps. Et pour inscrire la nouvelle décennie sous le signe du plaisir, rien de tel que d’envisager passer tous les hivers sur les pistes et donc…d’investir dans un cocon douillet.

A moins d’avoir des amis très sympas prêts à confier les clés de leur chalet chaque week-end, la question d’investir dans un appart au ski fait rêver tous les accros à la glisse. Néanmoins, entre rentabilité, entretien et gestion quotidienne, les freins pour se lancer ne manquent pas. Tout juste installé à Genève, le promoteur français Terrésens propose un nouveau concept de résidences secondaires, qui pourrait séduire les plus hésitants. La spécificité du groupe lyonnais initiateur du principe de « copropriété résidentielle de tourisme »? Inclure des prestations et des services premiums (restaurants, kids club, piscines, conciergerie, etc.) à ses projets tout en proposant aux propriétaires une gestion personnalisée de leur bien par la filiale du groupe My Second Home. En assurant la construction, la promotion, la vente et l’exploitation du bien, Terrésens offre donc aux acquéreurs un service à 360°. « Ce concept novateur permet à nos propriétaires d’acquérir une résidence secondaire, sans souci de gestion, avec un service de conciergerie dédié et des avantages fiscaux », explique Géraud Cornillon, le fondateur.  Parmi les spécialités de Terrésens, les programmes de résidences en montagne et plus précisément dans les Alpes.

Des appartements de ski clés en main

Puisque l’emplacement est l’un des critères déterminants de la valeur locative d’un bien alpin, chacun des projets initiés privilégie les stations les plus prisées de la région ainsi qu’une localisation au pied des pistes ou au centre des villages. Côté décoration, exit les fautes de goût, les lits superposés cheap et les sofas aux imprimés douteux : les appartements sont intégralement équipés et meublés par la décoratrice du groupe. Cette dernière opte pour des matériaux nobles et des couleurs sobres pour créer des atmosphères au chic cosy et contemporain. Points forts également des résidences : les espaces communs pensés pour accueillir les familles et les groupes. Piscine intérieure et extérieure, spa, bar à tapas, espaces de co-working, kidsclub, service de navettes, les prestations proposées ont de quoi séduire les aficionados des resorts de ski à tridents les plus exigeants. Après avoir orchestré plusieurs programmes dans les Alpes, Terrésens a choisi, à l’occasion de son implantation en Suisse, de proposer plus particulièrement à la commercialisation deux résidences de prestige à 1 h seulement de Genève avec des livraisons prévues au 4ème trimestre 2021 : L’Altima à Megève qui offre des appartements et chalets individuels sur mesure et Les Roches Blanches à Combloux, résidence au pied des pistes dotée d’une vue époustouflante sur le Mont-Blanc. Emplacements au top, prestations de luxe, services de conciergerie, des home sweet home au ski pour la nouvelle décennie, qui ont de sérieux arguments pour faire envie. On y réfléchit.

www.terresens.com

#ad #ski #montagne #immobilier #terresens

Euro 2016

Schwizer Paname

Tout le monde le sait : le mois à venir sera footballistique…ou ne sera pas. Et, pour soutenir la Suisse jusqu’en terre rivale, le très branché Wanderlust devient du 10 juin au 10 juillet 2016 le QG des Helvètes perdus dans les rues de la capitale française avec la bien-nommée House of Switzerland.
house of Switzerland
A Paris durant toute la durée du Championnat d’Europe de football, une présence helvétique inédite prend quartier dans un lieu stratégique: le Wanderlust, place-to-be des hipsters parisiens. Situé au cœur des anciens Docks, juste en face de la gare de Lyon, ce club culturel à ciel ouvert, qui surplombe la Seine et s’illumine la nuit, accueille du 10 juin au 10 juillet la House of Switzerland pour un concept des plus novateurs : le Slow Foot. Ici, les amateurs de ballon rond les plus épicuriens pourront prendre leur temps. Et leur plaisir sera déployé de multiples façons. Au centre du lieu, un écran géant en plein air retransmettra tous les matchs en direct. Jour et nuit, y seront servi boissons fraîches et spécialités culinaires. La nature et les traditions suisses y auront une place cruciale, tout comme le design, l’art contemporain, les arts de la scène, la musique, le cinéma et la gastronomie… L’art et la fête seront bien sûr aussi au cœur de ce dispositif. Les Djs du Silencio (le club de David Lynch) programmeront les soirées et les nuits. Des grands noms du design, de la performance et des arts vivants dévoileront leur savoir-faire. La plasticienne genevoise Sylvie Fleury, icône de l’art contemporain, interviendra par exemple in situ pour élaborer l’un des éléments les plus forts de la House of Switzerland. Et plusieurs institutions culturelles de premier plan, parmi lesquelles le Festival du film de Locarno, le Festival de Jazz de Montreux, le théâtre de Vidy, le théâtre de l’Arsenic, le Mudac ou le Montreux Comedy, ainsi que les villes de Lausanne et de Genève, se délocaliseront pour un temps à Paris. Gageons qu’avec un programme pareil, les lieux n’attireront pas que des footeux…ni que des Suisses.

www.houseofswitzerland.org

Happy Saint-Patrick

Une religieuse pour un Saint

Le 17 mars, on fête une des figures mythiques de l’Irlande, le fameux Saint Patrick. Messe, feuille de trèfle à la boutonnière, danses celtiques ou orgie de bière au pub, chacun célèbre le plus populaire des saints de la verte Erin comme il l’entend. Cette année, à la GDH, on vous suggère une Saint-Patrick gourmande.
DALLOYAU Religieuse St Patrick 2016
Pour déguster la « Religieuse Irish Coffee », ce n’est pas à Dublin qu’il faudra filer mais…à Paris. A l’occasion de la Saint-Patrick, le pâtissier Dalloyau dédie au saint-patron irlandais une création originale : une religieuse composée d’un chou moelleux au chocolat fourré avec une crème  à la vanille de Madagascar et d’un second chou garni d’une crème au café d’Ethiopie, le tout relevé d’un soupçon de whisky du pays et orné, tradition oblige, d’un chapeau et d’un trèfle à quatre feuilles en chocolat au lait. Le it-cake sera disponible du 14 au 20 mars. Rien n’empêche les puristes de l’accompagner d’une bière… ou plus si affinités.

www.dalloyau.fr

Road Trip dans La Motor Valley

Le pèlerinage des gentlemen drivers

Avec le retour des beaux jours, l’envie de se mettre derrière le volant et de prendre la route se fait pressante. Alors, pourquoi ne pas aller découvrir les trésors de l’Italian Motor Valley, en Emilie Romagne ?
porsche
Cette région d’Italie constitue un véritable destination de pèlerinage pour les amateurs de moteurs. Pour s’y rendre, un passage par la route SS63, traversant le Parc National des Appennins entre La Spezia et Maranello, est indispensable. Une fois sur place deux axes de visites sont possibles : il y a les très grands noms présents  dans la région et qui proposent de visiter leurs usines et musées respectifs : Ferrari, Lamborghini, Maserati et Ducati pour la moto. Nous choisirons une alternative plus axée sur l’artisanat, le souvenir et le plaisir. A Maranello, on conseille d’aller jeter un œil chez Toni Auto, dont l’atelier regorge d’anciens modèles en cours de réparation. L’atmosphère ici est détendue et on vous laisse jeter un regard furtif sur les merveilles qui s’y cachent. En marge de la SP3, où Ferrari teste ses nouveaux modèles, vous pourrez visiter l’usine de Tubi Style, fabriquant d’échappements dont la confection relève quasiment de la lutherie tant un soin extrême est apporté à chaque réalisation. Deux collections fabuleuses méritent une visite : la collection Panini, constituée par un des fondateurs de l’entreprise des fameuses vignettes du même nom et la collection Stanguellini, un petit constructeur local. A Modène, la visite des ateliers de Schedoni s’impose. Cet artisan sellier travaille les cuirs pour tous les grands noms de la région et l’histoire de la famille est complètement étonnante. Autre passage obligé : le siège de Pagani. Et là, il est impossible de ne pas rester bouche bée devant les réalisations du magicien argentin. Chaque pièce de chaque voiture est une véritable œuvre d’art. La dernière étape de ce tour est l’ancienne usine de Bugatti, créée à la fin des années 80 pour la fabrication de la mythique EB110. Abandonnée depuis la faillite du repreneur italien en 1995, l’usine est restée en l’état et il est possible de la visiter en contactant l’ancien gardien du site. Pour tous ceux qui ont suivi l’histoire de ce modèle, les souvenirs affleureront de suite lors de la visite de ce site. Puisque nous sommes déjà en Italie, il est de bon ton de profiter de la gastronomie locale, qui constitue un véritable enchantement. Un nom de restaurant se détache du lot : l’Antica Moka. Buon viaggio !

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Rétromobile 2015

La semaine des classiques à Paris

En marge de l’ouverture du salon Rétromobile, trois ventes aux enchères exceptionnelles se tiendront également cette semaine à Paris, organisées par RM Auctions, Bonhams et Artcurial. Coup de projecteur sur l’une d’entre elles.
Auto bisArtcurial a créé la sensation en décembre 2014 en annonçant avoir mis la main sur une collection exceptionnelle de 59 voitures anciennes ayant appartenu à Roger Baillon. Cet entrepreneur constitua  dès les années 50 une collection de voitures afin de créer un musée automobile. Celui-ci dût se résoudre à vendre une partie de ses voitures dans les années 70. Depuis lors, le reste de sa collection resta figé jusqu’à sa découverte l’an dernier. Bugatti, Hispano-Suiza, Talbot-Lago, Maserati, Ferrari, Delahaye, Delage… toutes ces marques mythiques sont représentées. A l’abri dans un garage et sous des piles de journaux, fut trouvée dans un bon état de conservation une Ferrari 250 California châssis court, phares carénés, anciennement propriété d’Alain Delon. Ce cabriolet dessiné par Pininfarina a été construit à 37 exemplaires et il représentera sans aucun doute le clou de la vente du 6 février. La plupart des autres voitures dormaient à l’extérieur à peine abritées et donc exposées aux affres du temps et aux caprices de la météo. Entamées par la rouille et recouvertes de poussière, ces voitures, qui seront vendues dans l’état, exercent une fascination puissante. Elles dégagent toutes un charme désuet et constituent un trésor véritablement inestimable.

www.artcurial.com