Slider

Tag Archives: Voyage

Pérégrinations urbaines

Freitag en mode boussole

Dans la jungle des grandes villes, on a tout autant besoin d’orientation que de sacs et de vêtements. C’est sur cette idée que repose City guides lines, la nouvelle plateforme de Freitag destinée à fournir des conseils aux globe-trotteurs.

Après Louis Vuitton, c’est au tour de Freitag d’éditer des City guides. Deux célébrissimes marques de sacs qui donnent des conseils de voyage. La comparaison s’arrête là. Car non seulement c’est en ligne que le label zurichois diffuse ses guides mais il fait appel à des poissons pilotes de choix pour aiguiller les touristes urbains. Parmi les VIP sélectionnés, la doyenne milanaise du design Rossana Orlandi, le graphiste-artiste-professeur berlinois Eike König, le sauveur viennois de l’analogique Florian Kaps et le designer zurichois et non-artiste Kevin Fries. Un système de navigation de pointe sous forme de petites vidéos dirigé par des trendsetters, qui racontent leur ville, de façon 100 % subjective et alternativement informative et distillent des « go » et des « no go » griffonnés sur les cartes analogiques, pouvant être transférés sur Google Maps. Le nouveau service débute avec Berlin, Milan, Vienne et Zurich, ville d’origine de Freitag. Suivront Rotterdam, Hambourg, Tokyo, Bangkok et plusieurs autres villes, keep posted !

www.cityguidelines.freitag.ch

Les hot spots de Victorinox

Souvenirs de voyage…

Pour la septième édition de son concours de design annuel, Victorinox a choisi comme thème les lieux emblématiques du monde. Au total, 878 créations ont été soumises, dix font partie aujourd’hui de la nouvelle édition limitée du couteau de poche Classic 2018.

De l’Egypte à New York, des sommets alpins à la Nouvelle-Zélande, de Londres au Cappadoce, pas de doute cette année, Victorinox a décidé de nous faire voyager. Pour l’édition 2018 de son traditionnel concours de design, le label suisse a, en effet, invité les créatifs de la plateforme de crowdsourcing jovoto.com à bûcher sur le thème des lieux emblématiques des quatre coins du globe. Parmi les 878 créations issues du monde entier, Victorinox a donné vie aux dix réinterprétations du couteau de poche les plus plébiscitées. Statue de la Liberté, Cervin, Tour Eiffel ou Pyramides, à chacun son monument préféré.

www.victorinox.com

Un parfum d’ailleurs

En terre sri lankaise

Le voyage se poursuit. Après un premier opus il y a un an, Philippe Cart lance trois nouvelles bougies. Au programme ? Des balades olfactives au cœur de son pays natal, le Sri Lanka.

© Micael Hautier

Certains écrivent des poèmes sur les lieux qui leur sont chers. D’autres en révèlent la beauté au travers de photographies. Philippe Cart, lui, en sublime les effluves. En collaboration avec le parfumeur Luca Maffei, il signe ainsi un trio de bougies de Haute Parfumerie, inspiré par son pays d’origine. Un parcours olfactif unique, qui invite à voyager au cœur de la perle de l’Océan Indien. Première escale sri lankaise : les rives d’un lac à l’heure du coucher du soleil. Un éléphant s’y abreuve. C’est Ayubowan, soit « longue vie à toi » en cinghalais, une bougie mariant la douceur de la noix de coco à la mangue exotique, twistée par des agrumes rayonnants. Le précieux jasmin indien s’éveille sur une gourmande frangipane du Sri Lanka, prolongée par un ylang ylang intemporel. Deuxième étape de ces pérégrinations olfactives : Nuwara Eliya, petite ville culminant à 1868m d’altitude, connue pour ses habitations en briques rouges qui rappellent l’Angleterre et réputée pour sa plantation de thé. Bénéficiant de l’humidité exceptionnelle des montagnes de l’île, son thé noir de Ceylan est reconnu pour sa qualité et sa profondeur fumée. Au cœur de cette seconde bougie, le bois de Cachemire. Poudré, chaud, vert et fumé, ce parfum déploie sa fragrance de thé noir du Sri Lanka soutenue par la bergamote d’Italie. Cèdre de Virginie et ambre blanche viennent compléter cette pyramide délicate et subtile. La pureté d’une note lactée douce et enivrante s’épanouit tout au long de la riche découverte olfactive. Et enfin, pour clore le voyage, place à Langkâ. Avec son nom tirant ses origines du langage sanskrit et signifiant « l’Ile où l’on obtient le bonheur », la dernière bougie de la collection est une expression du combat incessant entre l’odeur de la terre humide de la jungle luxuriante et de la chaleur dorée et brûlante de la plage. Aérien, le parfum s’ouvre sur une mandarine d’Italie rayonnante, sublimée par la davana réconfortante. L’extrait vibrant d’algues du Sri Lanka s’accorde avec la finesse de l’encens de Somalie. Le patchouli d’Indonésie réchauffe délicatement une ambre blanche musquée et solaire.

Disponibles en bougies (cire 100% végétale, 180gr, 52h d’utilisation, 90 francs) ou en vaporisateurs (100ml, 130 francs).

www.philippek.com

 

 

 

 

Love is in the air

Les aéroports les plus romantiques du monde

A l’occasion de la Saint-Valentin, KAYAK.ch , le moteur de recherche dédié au voyage, livre un classement des aéroports les plus romantiques du monde. Son échelle de mesure ? Le nombre de minutes de stationnement gratuit offert aux conducteurs venus déposer leur moitié.
love is in the air
De nombreux aéroports disposent d’une zone de départ ou de parkings gratuits où les conducteurs peuvent déposer leurs proches, et où les amoureux peuvent profiter d’un dernier instant avant le décollage. Il s’agit des bien-nommées « Kiss and Fly ». À l’occasion de la Saint-Valentin, KAYAK.ch a comparé des aéroports dans le monde entier pour savoir combien de minutes un adieu peut durer selon sa ville de départ. L’analyse – ô combien fondamentale- révèle notamment que certains aéroports ont la fibre plus romantique que d’autres. Ainsi, Hong Kong , Tokyo Haneda et Palma de Majorque décrochent le pompon : ils offrent tous une généreuse demi-heure de stationnement gratuit. À Rome Fiumicino, les amoureux disposent d’un quart d’heure pour faire leurs adieux, comme à Dubai International , Phuket International , Prague Václav Havel ou Copenhague Kastrup. Dans d’autres aéroports, la séparation est un peu plus précipitée. Paris a beau être surnommée la cité de l’amour, les amoureux n’ont que de 10 minutes chrono pour se dire au revoir à CDG. Dans la plupart des aéroports américains comme  JFK, San Francisco International, ou encore Los Angeles International, les voyageurs devront s’en tenir à un adieu éclair, ne disposant que de très peu de temps avant que leurs proches venus les accompagner ne se voient contraints de quitter l​e dépose-minute. Quid de la Suisse ? La plupart des aéroports privilégient l’efficacité. Lugano ne fait pas les choses à moitié et coupe court aux adieux déchirants en n’offrant aucune possibilité de stationnement gratuit. À Berne Belp , les amoureux se disent au revoir au milieu des voitures car seule un « dépose minute » au sens premier du terme est proposé. L’aéroport de Zurich est un peu plus clément et propose 5 minutes de « Kiss and Fly ». Genève-Cointrin et Bâle-Mulhouse s’octroient la palme du romantisme helvète en permettant 10 minutes d’adieux.

www.kayak.ch

Lost in Tofua

En mode Robinson

Lassés par le buffet à volonté du Club Med, les plages bondées de la Côte d’Azur ou le luxe surfait des vacances cinq étoiles ? L’aventurier Xavier Rosset propose une alternative et invite les wannabe Robinson à vivre un Koh-lanta swissmade…
Tofua
Les aficionados de the Island vont pouvoir s’en donner à cœur joie. Plus besoin de passer à la télévision pour vivre une aventure digne de ce nom. Ancien snowboarder freeride pro, deuxième de l’Xtreme de Verbier en 2005, le Suisse Xavier Rosset organise des séjours d’un mois minimum en condition de survie sur une île inhabitée. Pêcher pour manger, récolter les fruits à même l’arbre, récupérer l’eau de pluie, bref, s’imprégner d’un nouveau mode de vie au plus près de la nature et quelque peu spartiate, voilà les objectifs du séjour. Un vrai Koh-lanta sans caméras. Et pas d’inquiétude, le Monsieur est aguerri. Voyageur devant l’éternel et fan de sensations fortes,  Xavier Rosset peut notamment se targuer d’avoir effectué  en 2003 la descente de la vertigineuse face sud du Huayna Potosi, montagne bolivienne culminant à 6’088 mètres d’altitude. En 2008, il tente le plus grand défi de sa vie : vivre en solitaire pendant 300 jours sur une île déserte avec un couteau suisse et une machette comme seul outil de survie. Son but : Un retour radical à la nature. C’est cette expérience qu’il propose à tout un chacun de vivre sur l’île sauvage de  Tofua, situé dans l’archipel des Tonga, dans le Pacifique Sud, à 6 jours de voyage de la Suisse. Forêts semi tropicales, bush, désert de cailloux, toundra, volcan en activité, cyclones tropicaux, l’île est inhabitée depuis plus de 30 ans. En voilà un lieu de villégiature peu commun… Avis aux Robinson en herbe !

www.tofua.ch

ipsum Curabitur non ante. Phasellus justo fringilla leo. risus luctus