Slider

Tag Archives: Vaud

Le vin suisse au marché

Carouge dans les vignes

C’est une première : le Wine Trotter et le Village du Soir organisent un marché entièrement dédié aux vins suisses les 8 et 9 avril 2017 à Carouge. A vos agendas !

Le principe de l’événement ? Trente vignerons suisses de renom viendront le temps d’un week-end faire déguster leurs vins et vendront leurs précieux flacons en direct aux prix pratiqués au domaine. Une occasion de rencontrer ceux qui concoctent les nectars avec lesquels nous trinquons et de (re)découvrir des pépites du vignoble helvète. Parmi les participants genevois, la cave du plus déjanté vigneron du Mandement Stéphane Gros, l’ultra-perfectionniste Jean-Michel Novelle, mais aussi la talentueuse Sophie Dugerdil pour n’en citer que quelques-uns. Côté Valais, c’est sur les Caves de l’Orlaya, Dubuis § Rudaz ou encore la Cave des Sans Terre que l’on pourra compter.  Quant au canton de Vaud, il sera notamment représenté par la Maison du Moulin, le Domaine La Colombe ou la Cave du Vieux Coteau. En tout, 180 vins pourront être dégustés. Derrière ce premier marché du vin suisse, une passionnée dont la Gazette de l’Helvète vous a déjà parlé : il s’agit de Claire Mallet du Wine Trotter, le fameux bar ambulant et estafette œnologique des amateurs de vins avertis. Elle s’est associée pour l’occasion au Village du Soir, lieu de promotion du terroir et de la culture et nouvelle place-to-be carougeoise. On ne sait pas pour vous mais nous on a bien envie d’y aller !

► [FORMULE NORMALE] : CHF 10.-
– Accès au site
– Un verre à dégustation
– Prix Domaine auprès des 30 vignerons présents

► [FORMULE DEGUSTATION] : CHF 30.-
– Accès au site
– Un verre à dégustation
– 180 vins à déguster gratuitement auprès de 30 vignerons
– Une belle portion de raclette et des petits cornichons
– Le prix « Domaine » est appliqué (tarif caves ouvertes)

Le samedi 8 avril et le dimanche 9 avril de 11h à 18h, Marché du vin suisse, Village du Soir, 24 route des Jeunes, 1227 Carouge.

www.villagedusoir.com
www.lewinetrotter.ch/marche-du-vin

L’empire du yuzu

Niels Rodin, l’agrumiculteur vaudois

Sauce pimentée au yuzu, marmelade de cédrats, liqueur de mandarine, sel au combawa et même bougies parfumées, Niels Rodin décline les fruits de sa passion à toutes les sauces. Et, on est fan.

crédit photo: Agnieszka Gac-Zuppinger

crédit photo: Agnieszka Gac-Zuppinger

Inutile de demander à Niels Rodin combien il cultive de variétés d’agrumes. Actuellement, 150 spécimens différents fleurissent de Borex à Vich. Et demain ? Qui sait… L’agrumiculteur vaudois possède trois serres dédiées à l’expérimentation, à la multiplication et au greffage, ainsi qu’à la production. Il travaille en bio et applique les principes de la permaculture. Son dada ? S’associer avec des artisans helvètes pour créer des hits gourmands à base des fruits de ses récoltes. Béatrice Jeanmonod qui a déjà sa gamme et sa marque, réalise ses marmelades. Céline Ammann fabrique ses moutardes. Son vinaigre est concocté à l’agropole de Molondin, ses liqueurs au Tessin etc. Chaque année, il imagine un ou deux nouveaux produits, souvent sold out en deux temps trois mouvements, à l’instar du chocolat au caramel de yuzu sorti cet hiver. Un de ces hits aux saveurs exotiques ? Le yuzukoshô, inspiré d’une recette traditionnelle japonaise. Mix de yuzus et de piments, cette pâte à la consistance de moutarde s’utilise généralement pure pour accompagner viandes grillées, poissons, légumes vapeur et même sushis ou comme base dans une marinade ou pour relever une sauce. “Cela fonctionne à merveille dans une très classique sauce hollandaise pour accompagner un filet de bœuf, dans un beurre blanc pour sublimer un filet de féra, avec du miel, de l’huile d’olive et du cumin en marinade pour un rôti de dinde et même dans un granité des plus étonnant avec une pointe de jus de yuzu pour un “trou normand” nikkei ou fusion”, conseille l’agrumiculteur. La recette originelle se compose de yuzu et de piments très piquants soit rouges, soit verts avec une quantité importante de sel pour la conservation, la version made in Canton de Vaud est réalisée avec des piments jaunes doux, donc beaucoup moins piquants et avec peu de sel, grâce à la pasteurisation. Et si les yuzus poussent à domicile, les piments ne viennent pas de très loin. Ils sont cultivés à la Ferme des Pralies à quelques encablures de là. Comme son nom ne l’indique pas, une sauce 100% helvète donc. “Ce produit 100% suisse est le fruit de la collaboration avec ma voisine Gabriella Salvadori qui cultive ces piments et qui réalise ce yuzukoshô selon une recette élaborée ensemble, dans son laboratoire à la Ferme. Ma voisine est moi-même cultivons tout en bio. Pour ma part je suis en cours de labellisation. Les yuzus utilisés pour ce produit proviennent de ma serre expérimentale où je teste notamment la permacutlure. Je travaille exclusivement avec la lutte biologique en introduisant les prédateurs naturels des nuisibles”. Bref, du bon, du local et de l’écolo ? Aucune raison de ne pas se mettre illico au yuzukoshô…

www.nielsrodin.com

Chez Duchessa

Le supermarché de demain

Après la première enseigne Habitat de Suisse ce printemps, voilà qu’Etoy accueille un nouveau venu. Et pas n’importe lequel : un ovni qui pourrait bien préfigurer la grande distribution de demain. Son petit nom ? Duchessa.

©Pierre Albouy

Etoy serait-il en train de devenir une place-to-be ? Qui sait… En tous cas, la commune vaudoise peut se targuer d’accueillir le premier Duchessa.  Avant Gstaad, Genève, Londres ou New York. Rien que ça. Le concept de cet ovni de la distribution ? Difficile à dire. Lieu hybride entre restaurant, bar, marché voir lieu de production, l’enseigne, qui se définit comme le royaume du goût, se déploie sur quelques 1000 m2, agencés comme des halles. On y trouve le nec plus ultra de la gastronomie transalpine.  Au stand charcuterie, tous les produits sont finement tranchés minute. A la fromagerie, mozzarellas, yaourts et ricottas sont confectionnés devant les clients.  Plusieurs bars servent des glaces à l’azote liquide, des pizzas, des pâtes ou des jus pressés minute. Autant d’ateliers ouverts sur la salle, qui offrent au visiteur le luxe de tout observer. La transparence s’impose aussi du côté des cuisines, ouvertes au cœur du restaurant, où l’on peut s’attabler pour déguster un délicieux burger maison (pièce de bœuf, asiago, pancetta, tomate, concombre, salade, oignons, sauce Duchessa, pommes de terre croustillantes), un duo de tartares de poissons ou encore une pizza végétarienne. Quelques articles de cuisine sont également proposés comme des empreintes à raviolis, cuillères à spaghetti, pinces à pâtes, roulettes à pizza, planches en marbre Fiammetta V, râpes à parmesan ainsi qu’une sélection de produits d’épicerie fine et de vins. Sympa mais pas révolutionnaire, me direz-vous ? C’est sans compter le robot qui seconde les clients pendant leur shopping. Exit le panier de courses lourd et encombrant: cet R2D2 de supermarché dont le développement a nécessité plus d’un an et demi de recherches traverse le Gourmet Kingdom à une vitesse pouvant atteindre 8 mètres par seconde, il réceptionne les achats en trois points de pick-up, et permet de servir jusqu’à une centaine de clients en une demi-heure. On récupère tranquillement son panier à la caisse après, si on le souhaite, avoir fait une pause pour siroter un verre de vin, accompagné d’une mini-foccacia à la truffe. Pas de doute, on va se battre pour aller faire les courses.

Duchessa, Centre i.LIFE, Route Suisse 8A, 1163 Etoy.

www.duchessa.ch

efficitur. elit. fringilla diam libero elit. ante. ipsum luctus