Slider

Tag Archives: Vache

Au temps de la transhumance

La bague des Alpages

Après les collections «spécial Suisse», «spécial Valais» ou encore «la Poya», Mood, la griffe de bagues interchangeables Swiss made, sort une nouvelle collection «Transhumance Alpabzug», en hommage à la tradition helvète de la désalpe.

Chaque année, l’été touchant à sa fin, les troupeaux descendent des verts pâturages de haute montagne où ils ont passé la belle saison. C’est la désalpe, alias la transhumance ou encore l’Alpazug. Une tradition festive bien ancrée en Suisse romande mais aussi de l’autre côté de la Sarine. Coutumière des collections dédiées au patrimoine de son pays, la marque de bagues interchangeables réaffirme sa suissitude en lançant une toute nouvelle série d’addons au graphisme à l’amour vache assumé.

www.yourmood.net

Bestialement vôtre

Les mascottes helvètes au musée

L’animal emblématique de la Suisse ? La vache, la marmotte, le bouquetin ou le saint-bernard, le Musée national Zurich a décidé de ne pas trancher et propose une exposition exclusive dédiée aux quatre bêtes helvètes.

© Musée national suisse

© Musée national suisse

L’ours brun en Finlande, le dauphin en Grèce, le loup en Italie, le kangourou en Australie ou encore le coq chez nos voisins français : nombreux sont les pays à afficher un animal national officiel. Et si de ses montres à Heidi en passant par Guillaume Tell, la Suisse ne manque pas d’emblèmes, aucun membre du règne animal ne la représente. Et pourtant, les candidats sont légions… Parmi eux, la vache, la marmotte, le bouquetin et le saint-bernard. C’est à ce joyeux quatuor, intrinsèquement lié au paysage et à la culture helvète qu’est consacrée l’exposition « Bestialement suisses » au Musée national Zurich. Des animaux naturalisés, des objets insolites et des bornes interactives invitent les visiteurs à explorer ce bestiaire. Ils y découvrent des marmottes capables de danser, des saint-bernards sauvant des vies humaines, des vaches promues au rang de reines et des bouquetins champions de l’escalade sur les rochers les plus abrupts. Attraction touristique ou source de matières premières, élément d’armoirie ou encore personnage principal de livres pour enfants, ces quatre animaux symbolisent autant la Suisse que la croix blanche sur fond rouge. Une exposition qui met en lumière les liens unissant l’homme et ces quatre animaux et qui transforme, comme par magie, les salles du musée en vertes prairies et vallées alpines.

«Bestialement suisses, vache, marmotte, bouquetin et saint-bernard», jusqu’au 11 mars 2018, Musée national Zürich, Museumstrasse 2, Postfach, 8021 Zürich. www.landesmuseum.ch

Swiss Mad Watch

La montre peau de vache

Aïe, la Swiss Mad Watch, c’est la montre qui fait mal. Un modèle unique, signé H. Moser & Cie,  qui pointe le doigt sur l’hypocrisie du label horloger Swiss Made. Un poil à gratter dans les rouages d’un mécanisme bien huilé? En tous cas, de quoi bien se poiler.

La Swiss Mad Watch est une montre unique, symbolique et décalée…mais surtout 100% suisse et qui le revendique haut et fort. Le cheval de bataille de ce garde-temps engagé ? Dénoncer les failles du label horloger Swiss Made, qui, depuis le 1er janvier, exige que seuls 60% des composants d’une montre soient d’origine suisse. Pour Moser & Cie, dont les créations sont suisses à plus de 95%, ce label laxiste porte à confusion. C’est pourquoi la manufacture de Schaffhouse a pris la décision radicale de ne plus apposer la mention Swiss Made sur le cadran de ses nouvelles créations. Pour illustrer cette prise de position, pas de long discours mais…une montre : la Swiss Mad Watch. A travers une approche satirique qui dénonce l’absurdité du Swiss Made, H. Moser & Cie met à l’honneur une ressource naturelle 100% suisse, la plus précieuse qui soit : les vaches. Ainsi, le boîtier de la Swiss Mad Watch est fabriqué à base d’authentique fromage, un Vacherin Mont d’Or médaille d’or, qui a été intégré à un matériau composite innovant. Quant au bracelet, il est en peau de vache suisse évidemment. Le tout est complété par un cadran rouge fumé et des index doubles à 12, 3, 6 et 9 heures, évoquant l’étendard helvétique. Dérangeante la dernière création H. Moser & Cie ? « Assurément », répond Edouard Meylan, CEO de H. Moser & Cie « Avec la Swiss Mad Watch, c’est un message que nous adressons à l’industrie horlogère suisse, aux autorités et à tous les amateurs de montres : le label Swiss Made ne signifie plus rien. Pire, il permet de justifier toutes les dérives de notre industrie. A ce label laxiste et insuffisant, nous répondons par la dérision. Chez H. Moser & Cie., nous produisons des montres réellement suisses, riches d’une tradition horlogère et d’un savoir-faire centenaire, dont la qualité parle d’elle-même, et qui peuvent très bien se passer de tout label. Nous ne faisons pas du Swiss Made : nous sommes suisses. A 100% avec la Swiss Mad Watch, à plus de 95% avec tous nos autres modèles ». La pièce unique est vendue au prix de 1’081’291 francs suisses. Les bénéfices seront intégralement reversés dans un fonds de soutien en faveur des fournisseurs horlogers suisses indépendants, qui souffrent de la situation économique difficile et de la délocalisation de la production de certaines marques en Asie.

www.h-moser.com