Slider

Tag Archives: Take Away

A l’Olivo

Un take-away gourmet

De passage près de l’aéroport, on a eu envie de tester L’Olivo, le restaurant de l’hôtel Hilton, qui propose, depuis peu, un service à l’emporter. Une belle découverte.

On a beau adorer cuisiner, le plaisir de déguster un joli plat de chef reste inégalable. Cela fait un petit moment que l’on n’avait pas craqué mais ce midi on a profité d’un déplacement pour prendre en take-away les créations gourmandes de l’Olivo. Si le restaurant n’est pas à proprement parler nouveau, son concept a été entièrement revisité depuis la reprise en septembre de l’hôtel (ex-Starling) par le groupe Hilton. Exit la carte italiénisante, le chef, nouvellement en place, bouillonne d’idées et propose désormais une cuisine inspirée aux influences variées, qui privilégie le local et la saisonnalité. Les légumes sont, pour la plupart, estampillés GRTA, les herbes aromatiques sont cultivées dans le jardin, le sel vient des mines de Bex. Sont également régulièrement mis à l’honneur des produits d’exception suisses comme le bœuf Angus ou le saumon des Alpes. Toutes les six semaines environ, le menu change. On y trouve quelques pépites, comme le bœuf façon tataki, mariné à la truffe noire, houmous de carottes et légumes croquants ou le risotto d’orge, poêlée de champignons et cresson mais aussi des classiques bien travaillés comme le Swiss cheese burger (pain multi-céréales, bœuf, fromage de gruyère, confiture d’oignons, sauce tartare, pommes frites et coleslaw), le buddha bowl (riz vinaigré, avocat, algues wakamé, concombres, carottes, lentilles corail et vinaigrette yuzu-soja) ou la pizza al forno de la maison. Ce midi, nous avons opté, en entrée, pour une salade de quinoa, maïs, tomates cerises, concombre, grenade, feta, huile d’olive vierge et un foie gras de canard et gelée de betterave, chutney de coing rôti, pommes caramélisées et brioche ; suivis d’un filet de bar sauce vierge accompagné de pommes vitelotte et chou kale ainsi que d’un paleron de bœuf braisé au Pinot noir de Chouilly, purée de céleri rave et carotte au jus avant de clore les agapes avec un cube noisettes-citron en dessert. Les plats, préparés minute, étaient superbement présentés (prouesse assez rare en take-away pour être soulignée) et les saveurs au top (mention spéciale pour le bar et sa sauce à tomber). On a été conquis. Cuisine créative, pop-up en terrasse et événements branchés, le chef a pour ambition de faire de l’adresse un restaurant qui compte parmi les place-to-eat de la ville…pour peu que l’on puisse à nouveau sortir. En attendant, on recommande chaudement de réserver à l’emporter. Cela vaut, sans conteste, un petit détour par l’aéroport.

L’Olivo, Hilton Geneva Hotel & Conference Centre, Route François-Peyrot 34, 1218 Le Grand-Saconnex.

www.geneva.hilton.com

 

 

Brunch to go

A la maison, comme à l’hôtel…

Pour s’offrir un dimanche sous le signe du luxe, on a testé le brunch en take-away de l’hôtel Intercontinental. Une escapade gourmande en plusieurs étapes qui nous a mis des étoiles plein les yeux…

En cette période un peu morose, on rêve désespérément d’évasion. Sevré de voyages, de restaurants et de plaisirs insouciants, on se laisse submerger par le train-train quotidien. C’est pourquoi, ce week-end, on a décidé de prendre les choses en mains. Et rien de tel qu’un brunch pour retrouver goût à la vie. Exit les œufs au plat, la charcuterie et les pains au chocolat. Au menu ? Une farandole de plats gourmands à emporter, concoctés par François Eustache, maître des fourneaux du Woods, le restaurant gastronomique de l’Intercontinental à Genève. Elégamment présentés, les highlights du fameux brunch de l’hôtel 5 étoiles se servent à la maison, tel quel pour les mets froids ou se réchauffent brièvement selon des instructions claires et limpides du chef. On dresse ensuite les plats à sa sauce avant de déguster. Et il y a de quoi s’esbaudir…

Un menu royal

Homard glacé et sa mayonnaise de crustacés, Salade de gambas, mangue et coriandre, Velouté de céleri et pomme granny smith, Moutabal ou Falafel, sauce tahina, les entrées placent la barre très haut. S’en suivent trois plats principaux : Médaillon de cuisse de volaille confite au foie gras, polenta crémeuse, Dos de cabillaud vapeur, risotto de céleri et des lasagnes faites maison. Pour clore les agapes ? Un trio de douceurs comprenant un Pressé pistache framboise, un Croquant arabica et une Tartelette amande poire. Si on a eu un petit faible pour le homard et la salade de gambas, on a apprécié chacun des plats proposés (que l’on a fini de déguster au dîner, compte tenu de la quantité). Un voyage gastronomique vraiment bluffant qui nous a définitivement réconcilié avec le « à emporter ». A noter, chaque semaine, le menu varie et permet de tester de nouvelles créations du chef. Beaux produits, portions généreuses, plats travaillés, saveurs raffinées, on a été conquis. Bref, la magie d’un brunch d’hôtel, confortablement lové dans son salon. On est vraiment obligé d’attendre dimanche prochain ?

Brunch 69 francs par personne, commandes, par téléphone au 022 919 39 39 ou par e-mail à gvaha.restaurant@ihg.com pour un minimum de deux personnes : du lundi au jeudi de 9h à 19h, le vendredi de 9h à 12h. Retraits directement à l’hôtel : les samedis de 15h à 20h et dimanches de 8h à 12h.

Hôtel Intercontinental Genève, 7-9, Chemin du Petit-Saconnex, 1211 Genève.

www.intercontinental.com

Very Nice Tapas

Un gastrobar à la maison

Ce n’est pas parce qu’on ne peut pas mettre le nez dehors, qu’il est impossible de tester les dernières tables qui buzzent en ville. Pour dénicher de nouvelles adresses sans quitter la maison, rien de tel que la livraison. Notre découverte coup de cœur ? Nice Tapas. On vous raconte.

Happy birthday confiné

Pizza, burger ou pâtes cela fait déjà plusieurs semaines que l’on s’entraîne activement en cuisine à tester de nouvelles recettes au fil des mille et un tutos qui ont envahi les réseaux sociaux. Quitte à commander, autant donc sortir des sentiers battus. D’autant plus que l’occasion s’y prêtait : nous avions un happy birthday confiné à célébrer. Après quelques recherches, notre choix s’est arrêté sur Nice Tapas, la dernière place-to-eat de la rue des Etuves. Oubliés les banderillas, croquetas, péquillos, cazuelitas et autres bocadillos, au menu de ce bar à tapas ? Un parcours éno-gastronomique des plus séduisants, imaginé par le chef Anatoly Komm. Nommé parmi les 50 meilleurs restaurants du monde dans le classement des « 50 Best by San Pellegrino » avec son établissement Varvary à Moscou, la star de la gastrosphère avertie est l’un des pionniers de la cuisine moléculaire en Russie. Avec Nice Tapas, il désacralise la haute cuisine en la rendant accessible à tous, grâce à des créations audacieuses et inspirées, que l’on peut déguster sur place en temps normal mais que l’on peut aussi prendre en take-away ou se faire livrer. Une aubaine en temps de confinement.

En mode dégustation

Vu le contexte, on a choisi l’option livraison, qui fonctionne à merveille. A l’heure dite, nous avons reçu le graal à la porte de chez nous : un menu gastronomique à savourer en tête à tête, un vrai luxe. Après une élégante mise en bouche, on s’est régalé avec deux entrées : poivron/anchois/fromage bleu (poivron mariné, crème de gorgonzola, daikon, anchois, salade verte) et rhubarbe/maquereau/betterave (rhubarbe mariné, crème de betterave, maquereau, salade verte, croutons), suivies de couteaux (couteaux, fenouil, courgettes, tomates, céléri, ail et fumet de poisson) avec une sauce Saint-Pierre et d’un plat veggie créé sur-mesure composés de carottes, panais et salsifis twistés par une sauce miel, cumin et épices. Chaque met est conditionné en bocal et/ou sachet sous-vide, étiqueté d’une courte description de son contenu et des ingrédients potentiellement allergènes. Un mode d’emploi ludique indique comment procéder pour dresser les assiettes en deux temps trois mouvements…pour un résultat aussi beau que bon grâce à des alliances de saveurs inventives et véritablement bluffantes. Bref, de quoi jouer les top chefs et transformer son salon en restaurant étoilé le temps d’un dîner.

Plats à la carte (entre 14 et 38 francs) et formule « N#ICE Tapas Menu »  composé de 8 tapas au prix de 49 francs, Nice tapas, Rue des Etuves 1, 1201 Genève.

www.nicetapasbar.com

Akiko à Plainpalais

De Tokyo à Bangkok

Depuis quelques mois maintenant, l’enseigne panasiatique la plus courue de Balexert s’est installée à Plainpalais. Et comme à la GDH, on est fan de gastronomie made in Asie, on s’est fait un plaisir d’aller s’y attabler.

L’Asie en mode street food chic, c’est le concept qui a fait la renommée d’Akiko. Depuis trois ans, le restaurant nippo-asiatique régale ses fidèles à Balexert avec ses spécialités à déguster sur place ou à l’emporter. Fort de son succès, le take away and stay a pris ses quartier en plein cœur de la ville au 20 rue du Conseil Général, en lieu et place de feu Mike Wong. A la fois bar à sushi et cantine thaï mêlant avec finesse les saveurs de l’Asie, Akiko propose un large choix de maki, nigiri et sashimi mais aussi une sélection de woks à la minute comme le riz sauté au poulet, le porc sauté au gingembre, le boeuf curry panang, ou encore la soupe tom yam ou l’incontournable salade de papaya verte. Des grands classiques certes mais parfaitement exécutés. Nous, on a opté pour le Pad thaï aux crevettes et…on a adoré (sachant qu’on est plutôt difficile en la matière). Rien d’étonnant à cela, aux commandes des fourneaux, une experte: la cheffe Jeab, qui oeuvre également dans l’un des restaurants thaïs les plus courus de Genève. Côté dessert, les becs sucrés sont invités à se régaler de tartes, éclairs et autres douceurs, concoctés par le chef pâtissier de l’Olivier de Provence ou par un plus traditionnel mochi. Quant au cadre? Il se prête parfaitement à un déjeuner sur le pouce voire plus si affinités dans un esprit bar à manger chic et branché. Bref, emplacement au top, carte aux influences cuisine de rue asiatisantes et décoration à l’élégance minimaliste, pas de doute, on a trouvé notre cantine.

 

Akiko, Rue du Conseil-Général 20, 1205 Genève.

www.akiko.company