Slider

Tag Archives: Swissôtel Métropole

Joyeuses Pâques

Chasse à l’oeuf…de luxe

Après les bûches, place aux œufs. Les grands hôtels genevois ont présenté à La Réserve leurs créations pascales. Tour d’horizon en images…

La Réserve Genève : “L’Heure gourmande” par Cédric Codeville et son l’équipe

Hôtel d’Angleterre : “M. Patate de Pâques” par Julien Launay

Mandarin Oriental : “Show Oeuf” par Michael Perrichon

Le Richemond : “Preferred Choc’ananas” par Sébastien Quazzola

Kempinski : “L’Or de Pâques” par Pierrick Simon

Beau-Rivage : “Dragon Bleu” par Yohann Coiffard

Hotel Métropole et Restaurant Hotel du parc des Eaux-Vives : “Explor’oeuf” par Aurélien Houillon

InterContinental : “Pâques fleuri” par Régis Ferré

Hôtel Président Wilson : “L’Oeuf N°3” par Didier Steudler

Photos © Liese Barbeau Cochet

 

A l’heure du dessert

Mille et une bûches

Rebelote : cette année encore les chefs pâtissiers des grands hôtels genevois ont rivalisé d’imagination pour créer des bûches aux allures d’œuvres d’art. Tour d’horizon gourmand.

Entre saveurs originales, formes sculpturales et prouesses techniques, les chefs ont fait fort cette année. Couture, féerique, bucolique…difficile d’élire sa favorite. Nos coups de cœur parmi les 10 bûches du cru 2017 ? D’abord celle du Beau-Rivage. Une création du Chef pâtissier Yohan Coiffard, inspirée par les sommets alpins.  Alliant un mélange subtil de textures et de saveurs, la bûche baptisée «Les sommets du Mont Blanc» s’orne de petits sapins et se drape dans un manteau chocolaté. La mousse légère de kalamansi enrobe un cœur composé d’une mousse chocolat au lait pure origine Trinité Tabago complété par un crémeux praliné sésame. Toujours dans l’esprit grand froid, on a eu également un faible pour « Sur la banquise », la bûche de l’Hôtel Métropole. Un gâteau militant qui invite à une réflexion sur la situation environnementale actuelle en mettant en exergue le réchauffement climatique à travers une image symbolique forte de pingouins sur la banquise serrés les uns contre les autres. Délicates poires pochées au bonbon à l’eucalyptus suisse et mousse au chocolat noir déposée sur un lit de sablé cacao sublimée par des éclats de macadamia, un must pour lancer le débat autour de la table … Et comme à la GDH, on aime voyager, on a également aimé éMOtion, la bûche de Michael Perrichon au Mandarin Oriental, qui sous une mousse onctueuse au chocolat blanc relevée au poivre noir de Pondichéry, dissimule un biscuit moelleux au chocolat sublimé par la légère acidité d’une compotée d’ananas au curry, posé sur un sablé noix de cajou. Last but not least, notre dernier coup de cœur est nippon avec la bûche Mont Fuji du Mövenpick, une création de Joris Blin à base de mousse jivara, namelaka au marron, kumquat confit et biscuit au riz soufflé. Avis aux gourmands…

www.beau-rivage.ch  

www.metropole.ch

www.mandarinoriental.fr/geneva/

www.movenpick.com

Noël 5 étoiles

Un festival de bûches

Les chefs pâtissiers des grands hôtels genevois viennent de dévoiler leurs bûches de Noël 2015. De quoi rester bûche bée.

Pour la seconde année consécutive, les chefs pâtissiers des cinq étoiles genevois se sont réunis pour présenter leurs bûches de Noël. Cette année, c’est au Swissôtel Métropole que le voile a été levé sur leurs créations. Parmi les invités VIP qui ont pu les découvrir en avant-première, Jacqueline Mercorelli, alias Mercotte, célébrissime critique culinaire et gastronome française. Découverte en images du millésime 2015 de la pâtisserie star des repas de fêtes.

Du côté du Mandarin Oriental, de l’inattendu. Nasser Jeffane, Chef de cuisine, et Yoann Le Bihan, Chef Exécutif ont joué la carte du salé avec la bûche «Surprises d’Orient » associant foie gras, yuzu, mendiants et brisures de dattes, à déguster en entrée.

Mandarin Oriental

Pour commémorer le 150ème anniversaire de l’hôtel Beau-Rivage, le Chef pâtissier Yohann Coiffard et Dominique Gauthier himself, ont créé la bûche «Charpente exotique, bois chocolaté, mangue et citronnelle», à la forme inspirée par une poutre authentique de la charpente du Beau Rivage datant de 1865.

Beau-Rivage

Le Sous-Chef pâtissier du Four Seasons Hôtel des Bergues, Fabien Martin, a présenté la «Bûche Citron-Jasmin » mariant subtilement le citron et le jasmin avec un crémeux jasmin, une mousse de citron, biscuit et confit aux deux citrons.

Hotel Bergues

A l’Hôtel d’Angleterre, l’équipe de pâtisserie a concocté la bûche «Christmas Surprise» qui se compose d’une mousse chocolat, d’un stracciatella chocolat blanc truffe, avec un insert à la mûre et un biscuit amande orange.

Hotel Angleterre

Le Chef pâtissier Pascal Fourdrinier de l’Hôtel de la Paix a élaboré la bûche «Boules de Noël», mêlant un sablé pressé de grué de cacao et pécan, un crémeux pécan caramélisé et perles de grué chocolat Nyangbo 68% ainsi qu’une ganache montée aux grués torréfiées.

Hotel de la Paix

A la carte du Président Wilson, la bûche toute de blanc vêtue «Iceberg’amote ». Cette création de Didier Steudler abrite un jeu de textures onctueuses et craquantes, assemblant la bergamote, la mandarine et la noisette, le tout dans un écrin de chocolat blanc.

President Wilson

A l’Intercontinental, le chef pâtissier Julien Maslanka a signé «Rêves de Noël», une bûche  composée d’une crème légère aux marrons vanillés, d’une compotée de figues de Solliès aux zestes de Combava et d’un biscuit fondant et craquant aux fruits secs.

Intercontinental

A la Réserve Genève, place à une création automnale du Chef pâtissier Philippe Riquier. Baptisée «Réserve d’automne», elle révèle des saveurs de marron, clémentine et miel genevois.

La Réserve

Tic-tac, tic-tac, le Richemond a présenté «Le Garde-Temps», une réalisation du Chef pâtissier Sébastien Quazzola. Elaborée sur le thème de l’horlogerie, cette bûche mêle chocolat Dulcey, crème vanille, yuzu, et biscuit noisette et praliné.

Le Richemond

Pierre Baude, pâtissier du Mövenpick, a présenté « Bientôt sur sa branche », au biscuit dacquoise, mousse vanille éclats de marrons et cœur chocolat-pistache.

Mövenpick

L’hôte des festivités, le Swissôtel Métropole, a dévoilé la bûche « Bonnets Gourmands ».  Une création du Chef pâtissier Pierrick Simon à base d’un biscuit olive, d’un crémeux citron vert, d’une mousse mascarpone, sublimée par un cœur framboise basilic.

Swissotel Metropole

Gâteaux de Noël

Se prendre une bûche

Les chefs pâtissiers des grands hôtels genevois viennent de dévoiler leurs bûches de Noël 2014. Avis aux becs sucrés.

Les gourmands vont se régaler. Les chefs pâtissiers des cinq étoiles genevois s’en sont donné à cœur joie et ont imaginé pour les fêtes des bûches aussi stylées que savoureuses. Ils ont levé le voile sur leurs créations le 21 novembre dernier dans le jardin d’hiver de l’hôtel Président Wilson, en présence notamment de Mercotte, critique culinaire et gastronome française. Tour d’horizon des highlights du millésime 2014.

1. L’hôtel Beau-Rivage, représenté par Grégory Maurer, chef pâtissier et Dominique Gauthier, chef de cuisine, a présenté la bûche « Coffret chocolat lacté » élaboré autour du chocolat au lait et cacahuètes, mascarpone vanillé aux parfums des deux citrons, croquant et feuilles d’or.

2. Le chef étoilé de l’hôtel de la Paix, Jerôme Manifacier et son chef pâtissier, Pascal Fourdrinier ont élaboré « La Délicatesse Blanche » sur le thème de la fraîcheur et de la légèreté, mêlant les agrumes à la douceur des îles.

3. A l’Intercontinental, Julien Maslanka, chef pâtissier et Steeve Rochambeau, sous-chef pâtissier, ont signé la «Black & White», aux parfums de chocolat, noisette et mandarine, sublimée par un glaçage chocolat noir et recouverte d’un manteau neigeux au chocolat blanc.

4. Julien Launay et Jean Pierre Laurent, pâtissiers de l’hôtel d’Angleterre ont concocté la «Chocola’thé », composée d’une mousse chocolat au lait et thé «balade irlandaise», d’un cœur cheese-cake, d’une marmelade mandarine et thé «Edelweiss» ainsi que d’un biscuit dacquoise pistache et thé vert matcha.

5. Toute de rouge vêtue, la bûche « Rouge couture » du chef pâtissier Sébastien Quazzola du Richemond mêle mousse au chocolat au lait et crème de Gruyère, caramel beurre salé, biscuit moelleux noisette et sablé croustillant au Toblerone.

6. Le Mandarin Oriental et son chef pâtissier, Michaël Perrichon, ont dévoilé leur bûche de «MOël», une création helvético-orientale mariant yuzu et chocolat au lait.

7. Le chef exécutif Philippe Durandeau et l’équipe de pâtisserie de La Réserve Genève Hotel and Spa ont imaginé une bûche sur le thème « Retour de Savane ».

8. Le chef pâtissier Simon Pierrick du Swissôtel Métropole a imaginé «Jeux d’enfants», une bûche constituée d’un assemblage de Lego sur une base chocolatée associant des goûts subtils de vanille et noisette, le tout accompagné d’un coulis aux fruits exotiques.

9. A la carte du Président Wilson, représenté par Didier Steudler, chef pâtissier, la «Compression Poire-Cassis», une bûche dans un écrin chocolat noir abritant une superposition de confit de poire, en alternance avec un biscuit noix de pécan à la poire Williams et un confit de cassis.

So sparkling

Le champagne tient salon

Décidément, cette semaine, l’alcool coule à flot. En effet, parallèlement à la semaine du vin suisse, se déroule, le 21 et 22 novembre au Swissôtel Métropole de Genève, le premier salon helvète dédié au plus pétillant des vins français, j’ai nommé…le champagne.

champagne

A l’origine de ce salon, la start-up genevoise Wiine.me, créateur de la Wine box helvète. « Les objectifs du salon sont multiples, explique Kat Morse, membre de l’équipe dirigeante de Wiine.me. Il s’agit non seulement de faire découvrir à un public d’amateurs et de néophytes un large éventail de maisons de Champagne, très connues ou plus confidentielles, mais également de jouer un rôle-clé dans la concrétisation de nouvelles collaborations entre maisons champenoises et professionnels suisses.». Cette première édition réunira les 21 et 22 novembre vingt-cinq des plus prestigieuses maisons de Champagne dont Taittinger, Deutz, Mumm ou Roederer ainsi qu’une sélection de plus petits producteurs (dont les maisons Penet, Henriet-Bazin, etc.). A noter, la soirée du vendredi, uniquement sur invitation, est réservée aux professionnels tandis que la journée du samedi (10h-19h), avec entrée payante (69 fr. sur place), est ouverte aux amateurs. Une occasion de déguster plus de 100 champagnes dont certains n’ont jamais été importés en Suisse.

Salon du champagne, le 21 novembre sur invitation uniquement et, pour tous, (dès 18 ans) le 22 novembre de 10h à 19h au Swissôtel Métropole, salons Wagner, Berlioz et Liszt, 34 Quai au Général Guisan à Genève. www.salon-du-champagne.com

dapibus Praesent libero ultricies tempus odio consequat. massa vel, libero. nec