La-reserve-Geneve-Piscine-interieure
THERAYY_BarBold_ZodiacTaurus_WhiteGold
Sundays Hard Seltzer

Tag Archives: Swissmade

Conte gourmand

Quand Gretel aime les bretzels…

La dernière curiosité culinaire suisse ? Les bretzels chocolatés de Julie Ordon. Une friandise à la suissitude affirmée que les épicuriens initiés auront le bon goût de déguster au Bon Génie à Genève ou Lausanne ainsi qu’à Alpina Gstaad.

La Gazette de l’Helvète ne pouvait pas passer à côté. Des petits biscuits croustillants à souhait enveloppés de chocolat, des packagings au design élégant orné d’une poya revisitée par l’artiste suisse Catherine Schmidt, un nom génial, une fondatrice fort charmante…la nouvelle friandise qui buzze chez les gourmands helvètes a tout pour plaire. Il faut dire que Julie Ordon -oui, oui, la fameuse supermodel genevoise qui a fait les couvertures des titres fashion les plus select du monde- a donné du sien pour créer Bretzel & Gretel. De ses souvenirs de petite fille blonde dans les alpages suisses jusqu’aux shootings aux quatre coins du monde devant l’objectif des plus grands photographes de mode, la belle demoiselle a puisé dans son imaginaire et ses valeurs pour construire l’univers de sa marque. Découverte.

La maison aux sorcières

En effet, Bretzel & Gretel est non seulement né de la gourmandise de Julie Ordon, mais aussi de son roman intime, de ses goûts, et de ses souvenirs. Son imaginaire marqué par les contes de fée, un univers fantastique très présent dans la famille, par ses voyages, son héritage parental sont autant de clés de lecture de la naissance et de l’ADN de la marque. Plus qu’un jeu de mot, son nom est ainsi particulièrement évocateur. Petite-fille de chef cuisinier, l’été à Sumiswald dans les collines typiques de l’Emmental, l’hiver dans les montagnes de l’Oberland proche du lac de Gruyère, elle se souvient de la maisonnette au fond du jardin surnommée Häxelhüsli, «la maisonnette des sorcières ». Son grand-père y cuisinait, y coupait son bois, dans un décor de petites chauves-souris et de toiles d’araignée qu’il avait malicieusement peint sur les murs comme dans les contes. Cette petite maison aux sorcières n’est pas sans rappeler celle d’Hansel et Gretel. C’est également son histoire personnelle qui a suscité le penchant tout particulier de Julie Ordon pour les bretzels. Lorsque la jeune mannequin a commencé sa carrière internationale à l’âge de 15 ans, elle travaillait beaucoup aux Etats-Unis, loin de sa famille et de sa Suisse natale. Ainsi, les petites bretzels vendues à la caisse des Grocery stores à NYC lui offraient ce goût familier, de réconfort qu’elle recherchait parfois, lui rappelant sa culture helvétique et ses traditions. Culture qu’elle a voulu célébrer jusqu’au packaging de ses friandises… Profondément marquée par le paysage suisse et sa beauté, elle a ainsi fait réaliser une Poya originale par l’artiste suisse Catherine Schmidt pour agrémenter ses emballages et coffrets. En forme de coeur, et bordée d’une adorable dentelle de mini bretzels, ponctuée d’edelweiss et de petites vaches portant d’immenses cloches, on y retrouve différents éléments d’inspiration de Julie Ordon, d’une fillette guidant les vaches laitières jusqu’au chaudron de sorcière.

Fleurs, sels et chocolats

Elégante et sublimée par un marketing léché, la petite bretzel au chocolat créée par Bretzel & Gretel a également de sérieux arguments pour séduire les gourmands, de par son principe fondateur mais aussi grâce à ses déclinaisons. En effet, alors que le biscuit est salé et croquant, le chocolat est sucré, fondant et délicat par nature. Ensemble, les deux ingrédients réconcilient les opposés, fusionnent les contrastes et créent une sensation d’harmonie en bouche, que les épicuriens ne manqueront pas d’apprécier. Pour parfaire le mariage, différents ingrédients s’invitent au fil des collections, inspirées par la saison (comme les pétales de rose cristallisées ou de délicats petits morceaux de fraises lyophilisées bio pour la Saint Valentin par exemple), mais aussi par les voyages de Julie Ordon avec des saveurs comme le matcha, les graines de sésame au wasabi ou encore la fleur de cerisier pour le Japon, mais aussi d’autres venues du Liban, d’Inde ou d’Amérique Latine… Une thématique pourra également donner lieu à des séries inédites, comme la découverte des sels : sel noir d’Hawai, sel rose d’Himalaya, sel bleu d’Iran, sel fumé au bois de hêtre, sel des Alpes, sel marin d’Ibiza.… Pour le lancement de cet été, Bretzel & Gretel a choisi de présenter une collection de sept bretzels enrobées de chocolat noir, chocolat au lait ou chocolat blanc. Au menu, du sel des Alpes, des pétales de rose, de la fraise, de la noix de coco, du caramel au beurre salé ou encore des noisettes. Des recettes ultra gourmandes à tester d’urgence dans les pop-up stores des Bon Génie de Genève et Lausanne ou à l’Alpina Gstaad, hotspot incontournable des happy few… De quoi se régaler en attendant la prochaine fournée, dont on rêve déjà avec impatience.

www.bretzelandgretel.com

 

The Swiss Scientist

La crème de la crème

On en a beaucoup entendu parler et pourtant The Scientist n’est pas le titre de la dernière série qui cartonne sur Netflix…mais bien le nom de la toute nouvelle ligne de cosmétiques pour messieurs lancée par Biences Swiss Cosmetics. Des soins fribourgeois à 99,5% naturels.

On connaît les produits Biences Swiss Cosmetics depuis un moment. Fondée à Marly en 1989, la maison fribourgeoise fait partie des marques de cosmétiques suisses qui comptent. On emprunte d’ailleurs régulièrement à Madame quelques-uns de ses best-sellers. Alors, forcément, quand on a su que l’entreprise lançait une ligne exclusivement dédiée aux messieurs, on n’a pas résisté à l’envie d’essayer. Et, on ne va pas y aller par quatre chemins : packagings tout de noir vêtu au chic certain, gamme de sept produits bien ciblés, textures agréables et parfums à la virilité indéniable, The Scientist met la barre très haut. 100% swissmade, les soins ont été expressément développés afin de répondre aux attentes cosmétologiques de la peau masculine. Les conseils d’application sont simples et le rituel de soins facile à mettre en place.

Un coup de jeune

Au réveil et/ou avant de se coucher, The Scientist recommande deux à trois gestes : appliquer le gel contour des yeux pour un effet anti-rides et anti-cernes quasi instantané suivi du sérum anti-rides aux effets raffermissant et rajeunissant. La crème jour et nuit, enrichie en vitamines et coenzym Q10, vient compléter la routine quotidienne. The Scientist s’invite également sous la douche avec un gel frais et revitalisant. A appliquer une fois par semaine, le peeling visage permet d’éliminer les peaux mortes et les impuretés et s’applique avant le masque visage qui lisse et hydrate en profondeur. Quant au produit phare de la gamme, il s’agit d’un activateur de jeunesse. Baptisé le shot Q10, il s’applique le soir 2 à 4 fois par semaine pour un effet booster assez bluffant. Si tous les soins nous ont séduits par leur texture, leur parfum bien présent et leur efficacité, nous avons eu un coup de cœur pour la Day & Night cream et son action anti-âge et hydratante. Un 2-en-1 à utiliser en toutes circonstances qui offre des effets immédiats et visibles. Le contour des yeux nous a également particulièrement convaincu ainsi que l’agréable gel douche. Les autres produits sont aussi au top mais on n’est pas sûr de tenir le cap d’une telle routine beauté sur la longueur (rien d’insurmontable mais on est un peu flemmard). En revanche, on recommande chaudement à ceux qui ont l’habitude des masques, scrubs et autres sérums. Honnêtement, après 15 jours d’application de l‘ensemble des produits, on a vu la différence.

Naturels mais costauds

Le secret de The Scientist ? Des principes actifs en très haute concentration naturels à 99.5%. Exit les ingrédients barbares. L’un des composants phare est l’huile extraite des noyaux d’abricots composée à 90% d’acides gras et riche en caroténoïdes, vitamine E et oméga 6. Elle possède des propriétés raffermissantes, anti-oxydantes et nourrissantes, efficaces contre les signes du temps. Les bienfaits de l’Aloe Vera, de la cire d’abeille et de l’huile d’amande douce viennent booster les formules de la gamme. On retrouve également çà et là du beurre de Cupuaçu, des algues de mer, du beurre de karité, des extraits de sauge ou de coco, des protéines de blé ou de la cire de jojoba. Pas de quoi flipper avec des actifs aux noms à coucher dehors. Et pour ne rien gâcher, les soins sont garantis sans paraben, sans perturbateur endocrinien, sans silicone, sans PEG, sans huile minérale, sans phtalate, sans nanoparticule, sans phenoxyethanol, sans BHT, sans SLS et bien évidemment ne sont pas testés sur les animaux. Bref, des indispensables de la salle de bains à la formulation zéro défaut ET made in Switzerland, pas de doute, on adopte illico.

www.the-scientist.ch

 

 

 

 

 

Le dimanche au soleil

Happy Sundays

A première vue, on dirait de l’eau pétillante. Sauf que la dernière boisson qui buzze à Zurich contient aussi de l’alcool. Il s’agit de Sundays, un hard seltzer made in Switzerland aux parfums chics et funky. D’emblée, on n’était pas forcément convaincu mais on a goûté…et on a aimé.

Un «hard seltzer»? C’est une boisson qui nous vient tout droit des États-Unis, une sorte d’eau minérale pétillante alcoolisée (4 à 6% vol ) et parfumée. Pas de sucre, pas de gluten et de la flotte comme ingrédients principaux. Bref, pas grand-chose pour nous séduire de prime abord. Sauf que depuis quelques temps plusieurs labels suisses se sont lancés sur le créneau dont Sundays, avec ses packagings aux couleurs pop et au design évoquant le soleil californien. En manque de good vibes et d’aventures exotiques, on a eu envie de tester. Et surprise, on a apprécié. En bouteille ou en cannette, le breuvage, conçu à Zurich, perfectionné à Berne et produit à Winterthur, se décline en cinq différentes saveurs : lime/menthe, pamplemousse/bergamote, concombre/basilic, mangue/passion et gingembre/cardamome. Notre préféré ? Le lime/menthe, frais et rafraîchissant, parfait pour se téléporter sur une plage de la Côte Ouest, le temps d’un apéro. Bon, on ne va pas se mentir, la boisson est plus estivale dans l’esprit mais la saveur gingembre/cardamome se prête par exemple parfaitement à des cocktails de saison. A noter, le label s’engage à donner une partie des ventes à des initiatives d’eau potable parrainées par le WWF et travaille à compenser 100% de ses émissions carbone ainsi qu’à remplir des bouteilles recyclables et des canettes en aluminium entièrement recyclées. Rien que pour l’effort, cela vaut bien d’essayer.

www.sundaysseltzer.com

 

In love with OriginOil

Beau au naturel

OriginOil, c’est la nouvelle marque de cosmétique suisse qui buzze. Actifs végétaux, transparence sur la composition des produits, packagings recyclables, emballages réduits au strict minimum, le label swissmade affiche des voyants au vert qui ont tout pour plaire.

C’est notre dernier coup de cœur au rayon clean cosmétique. Créé il y a un peu plus d’une année, OriginOils propose les indispensables de la salle de bains, revisités en version green et swissmade. A la tête du label ? Anne Lassus, chimiste de formation et chercheur dans l’industrie pharmaceutique, qui concocte ses formules ultra naturelles dans son laboratoire de Veyrier. Comme son nom l’indique, OriginOil est un véritable retour aux origines des soins pour la peau. Les compositions -mentionnées de manière totalement transparentes sur chacun des produits- sont élaborées à partir des principes actifs naturels, tels que les huiles végétales et les actifs issus de plantes et de fleurs. Fidèles à la philosophie eco-friendly de la créatrice, les soins sont proposés sans emballage inutile et les packagings sont recyclables. En sus des lignes pour femmes et pour enfants, le label propose une gamme pour messieurs, regroupant un masque pour le visage, un sérum liftant, des crèmes de jour et une lotion purifiante. Pour notre part, nous avons adopté illico la crème visage peaux normales et mixtes à base d’aloe vera, amidon de riz, extraits de graines de citrouilles, bambou, mauve et criste marine. On a été séduit par sa formule dont la liste d’ingrédients sans chimie inutile est compréhensible par tout un chacun mais aussi par sa texture et surtout par son odeur. On compte bien essayer bientôt le dentifrice, également swissmade et qui affiche 99% d’ingrédients d’origine naturelle, histoire de changer avantageusement du Colgate. Bref, un label helvéthique et chic pour les Messieurs Propre qui, suite au confinement, souhaitent s’orienter vers une consommation plus réfléchie.

www.originoil.ch

 

 

Fiole chic

Luxe, calme et propreté

Le gel désinfectant est le dernier must-have du dandy prudent. Notre favori ? L’élégant flacon imaginé par le label zurichois Calming Park.

Depuis quelques années maintenant, les créations de l’esthète et DJ zurichois Olivier Rohrbach exhalent leurs effluves branchés un peu partout dans le monde. Bougies aux collab’s pointues ou kits ultra stylés pour boutique-hotel de luxe, la marque helvète signe désormais des hand sanitizers parfumés. Avec des notes subtiles de cèdre-encens pour le 100ml et de lavande-romarin pour le 50ml, les formules aux senteurs inspirées ont été élaborées à Zurich par un nez du cru, le talentueux Till Fiegenbaum. Pocket-sized, les flacons à l’emblématique packaging noir et blanc affichent un chic minimaliste, qui donne envie de dégainer l’objet à tout va. Made in Switzerland, les gels en édition limitée s’achètent en ligne sur www.perfecthair.ch mais aussi à Zurich chez Parfumerie Susskind, Einzigart et chez Moods à Berne. On est fan.

www.calmingpark.com