Slider

Tag Archives: Recette

Papa aux fourneaux…

…Delikits sous le manteau

Ras-le-bol des dimanches après-midi à surgeler à la chaîne des purées made in Babycook ? Delikits se propose de venir à la rescousse des papas marmitons avec des repas gourmands et frais concoctés spécialement pour bébé. Les mamans aussi apprécieront.

Exit les Blédichef spaghetti bolognaise, couscous ou hachis parmentier au goût improbable. Du bon, du bio, du frais, du local, voilà ce que la start-up romande Delikits tient à mettre au menu des petits helvètes de 5 mois à 3 ans avec des petits pots aux recettes créatives et gourmandes. Le principe ? On choisit son kit de six purées et compotes (dès 5 mois), sa soupe (dès 12 mois) ou son bocal (dès 3 ans jusqu’à…77 ans), on paie en ligne et on récupère sa commande à la crèche de son enfant ou dans un point de retrait près de chez soi (voir liste sur le site). Les pots sont à déguster dans la semaine ou à congeler. Purée de carotte à la menthe, purée de courgette et patate douce, purée de courgette et saumon bio, soupe de tomates à la coriandre, compote de poire à l’infusion de lavande, les recettes sont cautionnées par des food scientists experts de l’université de Zurich, cuisinées à Gland par Takinoa, le temple de la healthy food et réalisées à partir de produits principalement locaux. Nous, on a goûté la soupe de carotte au lait de coco et la compote de pomme et mangue. Bluffant. Même les palais exigeants de deux fins gourmets de 2 ans et 5 ans ont validé, c’est dire. La cerise sur le petit pot ? Parce que manger bien veut aussi dire penser à son environnement, Delikits favorise le verre pour ses récipients et le carton pour les emballages, facilement recyclables et se propose même de les récupérer pour les réutiliser.

A partir de 30 francs les 6 petits pots, www.delikits.com

De Kilmarnock à Genève

Johnnie Be Good

Scoop : la dernière édition limitée du Johnnie Walker Blue Label rend hommage à Genève avec son flacon orné des monuments de la ville. Une excuse parfaite pour se (re)mettre au whisky.

Le Johnnie Walker Blue Label Geneva Limited Edition ? Une édition unique strictement limitée et spécialement créée pour la Suisse, dont les bouteilles reconnaissables à leur étiquette bleue, illustrent les principaux monuments de Genève : le jet d’eau, le monument Brunswick et ses deux lions, l’horloge fleurie et la cathédrale Saint-Pierre. Dans le flacon, le fameux assemblage qui fait la renommée de la maison. En effet, whisky de dégustation, le Blue Label affiche un nez boisé et légèrement fumé bien reconnaissable. Son palais intense est dominé par les fruits secs et le chocolat amer avec une finale longue et soutenue marquée par des traces de tourbe et d’épices. Pour la petite histoire, il a inspiré le Delahaye, fameux cocktail, imaginé en 1938 aux 24h du Mans pour célébrer la victoire de la Delahaye 135S. On vous livre la marche à suivre :

Ingrédients

– 50ml de JOHNNIE WALKER BLUE LABEL avec 1 glaçon
– 100ml de vin pétillant sec
– 10ml de sirop de miel
– 5ml de liqueur Bénédictine
– 5 gouttes d’absinthe

Recette

Deux verres pour la préparation :

Verre 1 : 50ml de JOHNNIE WALKER BLUE LABEL avec un glaçon
Verre 2 : mélanger les 100ml de vin pétillant sec, 10ml de sirop de miel, 5ml de liqueur Bénédictine et 5 gouttes d’absinthe. Il est possible de mélanger au préalable liqueur Bénédictine, absinthe et miel. S’assurer que tous les ingrédients sont très frais avant de servir. Santé !

www.johnniewalker.com

L’empire du yuzu

Niels Rodin, l’agrumiculteur vaudois

Sauce pimentée au yuzu, marmelade de cédrats, liqueur de mandarine, sel au combawa et même bougies parfumées, Niels Rodin décline les fruits de sa passion à toutes les sauces. Et, on est fan.

crédit photo: Agnieszka Gac-Zuppinger

crédit photo: Agnieszka Gac-Zuppinger

Inutile de demander à Niels Rodin combien il cultive de variétés d’agrumes. Actuellement, 150 spécimens différents fleurissent de Borex à Vich. Et demain ? Qui sait… L’agrumiculteur vaudois possède trois serres dédiées à l’expérimentation, à la multiplication et au greffage, ainsi qu’à la production. Il travaille en bio et applique les principes de la permaculture. Son dada ? S’associer avec des artisans helvètes pour créer des hits gourmands à base des fruits de ses récoltes. Béatrice Jeanmonod qui a déjà sa gamme et sa marque, réalise ses marmelades. Céline Ammann fabrique ses moutardes. Son vinaigre est concocté à l’agropole de Molondin, ses liqueurs au Tessin etc. Chaque année, il imagine un ou deux nouveaux produits, souvent sold out en deux temps trois mouvements, à l’instar du chocolat au caramel de yuzu sorti cet hiver. Un de ces hits aux saveurs exotiques ? Le yuzukoshô, inspiré d’une recette traditionnelle japonaise. Mix de yuzus et de piments, cette pâte à la consistance de moutarde s’utilise généralement pure pour accompagner viandes grillées, poissons, légumes vapeur et même sushis ou comme base dans une marinade ou pour relever une sauce. “Cela fonctionne à merveille dans une très classique sauce hollandaise pour accompagner un filet de bœuf, dans un beurre blanc pour sublimer un filet de féra, avec du miel, de l’huile d’olive et du cumin en marinade pour un rôti de dinde et même dans un granité des plus étonnant avec une pointe de jus de yuzu pour un “trou normand” nikkei ou fusion”, conseille l’agrumiculteur. La recette originelle se compose de yuzu et de piments très piquants soit rouges, soit verts avec une quantité importante de sel pour la conservation, la version made in Canton de Vaud est réalisée avec des piments jaunes doux, donc beaucoup moins piquants et avec peu de sel, grâce à la pasteurisation. Et si les yuzus poussent à domicile, les piments ne viennent pas de très loin. Ils sont cultivés à la Ferme des Pralies à quelques encablures de là. Comme son nom ne l’indique pas, une sauce 100% helvète donc. “Ce produit 100% suisse est le fruit de la collaboration avec ma voisine Gabriella Salvadori qui cultive ces piments et qui réalise ce yuzukoshô selon une recette élaborée ensemble, dans son laboratoire à la Ferme. Ma voisine est moi-même cultivons tout en bio. Pour ma part je suis en cours de labellisation. Les yuzus utilisés pour ce produit proviennent de ma serre expérimentale où je teste notamment la permacutlure. Je travaille exclusivement avec la lutte biologique en introduisant les prédateurs naturels des nuisibles”. Bref, du bon, du local et de l’écolo ? Aucune raison de ne pas se mettre illico au yuzukoshô…

www.nielsrodin.com

Gastronomie en kit

Beyond Food à la rescousse

Depuis quelques années, les kits recettes-ingrédients, livrés et prêts à cuisiner, cartonnent dans la capitale française, faisant le plus grand bonheur des parisiens pressés ET gourmets. Bonne nouvelle, ils débarquent à Genève avec Beyond Food.
menu-herbivore-pour-4
Ras le bol de réfléchir aux menus de la semaine et de revenir les bras bondés de la Coop du quartier? Beyond Food livre, dans le home sweet home des paresseux, de quoi cuisiner des menus pour deux ou quatre personnes. Il suffit de commander le dimanche avant minuit pour être livré le mardi soir par vélo électrique. Renouvelé de semaine en semaine, l’abonnement hebdomadaire inclut les ingrédients frais, principalement locaux dans les quantités nécessaires à la préparation de trois repas ainsi que trois fiches recettes. Temps à passer en cuisine avant de mettre les pieds sous la table ? Quarante minutes maximum, c’est la promesse de Marie-Lou et Luca, les deux fondateurs de la start-up genevoise. Quant aux plats, pour omnivores ou herbivores au choix, ils ont de quoi séduire les gourmands. Nouilles sautées au boeuf & basilic thaï, Salade de noix aux pêches, chou croquant et abricots secs, Halloumi grillé, pois gourmands, pousses de soja & mangue, Salade de pâtes conchiglie à la grecque, Tarte à la patate douce, chèvre frais & thym, Espadon grillé, salade de pois gourmands, soja & mangue, à chaque semaine, ses nouvelles créations. Bref, des assiettes healthy autour de thèmes world histoire de varier les plaisirs. Assurément de quoi bluffer sa moitié.

Menu omnivore pour 2 personnes, 97,50 francs par semaine (incluant les ingrédients pour trois repas, les fiche-recettes et la livraison) et pour 4 personnes, 171 francs. La version herbivore est à 79,50 francs pour 2 et 135 francs pour 4. Existe aussi maintenant en version solo à 40 francs et 49 francs.

www.beyondfood.ch

Plaisirs proustiens

Les madeleines de Valérie

On ne présente plus les madeleines de Valérie Blanc. Sucrées ou salées, elles ravissent depuis bientôt trois ans les palais helvètes…sans jamais les lasser. Rien d’étonnant à cela : à chaque saison, de nouveaux parfums voient le jour. Zoom sur la collection printemps-été 2016, qui vient juste de sortir.
les madeleines de Valérie
« Je portais à mes lèvres une cuillère du thé où j’avais laissé s’amollir un morceau de madeleines. Mais à l’instant même où la gorgée mêlée des miettes du gâteau toucha mon palais je tressaillis attentif à ce qui se passait d’extraordinaire en moi. Un plaisir délicieux m’avait envahi, isolé, sans la notion de sa cause », voilà l’hommage de Marcel Proust au fameux petit gâteau de grand-mère à qui Valérie Blanc a insufflé, depuis quelques années, une seconde jeunesse. De Genève à Neuchâtel en passant par Lausanne ou Nyon, on s’arrache les créations pâtissières de la cuisinière autodidacte. Si parmi les incontournables les madeleines aux éclats de chocolat, à la vanille des îles, à la praline rose, au citron ou au thé matcha ont les faveurs des gourmands, les collections saisonnières font le bonheur de ceux qui aiment varier les plaisirs. Les nouveautés de ce printemps ? Caramel et beurre salé, framboise ou pépites de chocolat et menthe. Quant aux amateurs de salé, ils retrouveront les grands classiques de la maison au pesto, tomate et basilic, tapenade olive noire, gingembre ou encore moutarde en grain. Pas de doute, Proust était un visionnaire. Et si on se replongeait dans « A la Recherche du temps perdu » ?

www.lesmadeleines.ch