Slider

Tag Archives: Piaget

Year of the dog

Nom d’un chien !

En 2018, l’Asie et les horlogers suisses célèbrent le meilleur ami de l’homme, soit le onzième signe zodiacal chinois. Pas de doute, pour être dans le vent, il va falloir avoir du chien…au poignet.
C’est une habitude désormais : de Vacheron-Constantin à Panerai en passant par Chopard, l’horlogerie suisse se plaît à honorer chaque année le calendrier zodiacal chinois à coup d’éditions spéciales. 2018 ne fait pas exception. Après le bœuf, le tigre, le lièvre, le dragon, le serpent, le cheval, la chèvre, le singe et le coq, place au chien, onzième signe du zodiaque chinois pour ce nouveau cru qui s’ouvre le 16 février. Tour d’horizon en images des hits horlogers canins de l’année.

L.U.C XP Urushi « Year of the dog », Chopard, édition limitée de 88 pièces, 39.5 mm en or rose, calibre mécanique automatique L.U.C 96.17-L
www.chopard.com

Classico dog, Ulysse Nardin, édition limitée de 88 pièces en or rose 18 carats munie d’un mouvement UN-815 à remontage automatique et dotée d’une réserve de marche de 42 heures.
www.ulysse-nardin.com

Classique 7145 Chow-Chow, Breguet, 40 mm, or blanc, Cadran en or guilloché et gravé à la main, mouvement mécanique à remontage automatique, extra-plat (2,4 mm).
www.breguet.com

Luminor 1950 Sealand 3 Days Automatic Acciaio, Panerai, édition spéciale limitée à 88 exemplaires, couvercle décoré par des maîtres-graveurs à l’aide de la technique ancienne du Sparsello.
www.panerai.com

Piaget Altiplano Chinese Zodiac Year of the Dog, édition limitée à 38 pièces, 38mm, or blanc 18 carats, calibre maison 430P.
www.piaget.com


Métiers d’Art La légende du zodiaque chinois – Année du chien, Vacheron Constantin, édition limitée à 12 pièces, boîtier 40 mm, cadran gravé main, recouvert d’émail Grand Feu.
www.vacheron-constantin.com

Petite Heure Minute Chien et la Petite Heure Minute Relief Chien, Jaquet Droz, limitées à 28 exemplaires chacune
www.jaquet-droz.com

Chronofighter Vintage Nose Art Ltd – Kelly, édition year of the dog, Graham, édition limitée à 100 pièces, boîtier en acier de 44 mm, réserve de marche de 48 heures
www.graham1695.com

La GDH au SIHH #2

Cinquante nuances de vert

Le vert serait-il le nouveau bleu ? C’est en tous cas LA couleur qui teinte le cru 2018 du SIHH. Mastodontes de l’horlogerie et indépendants ont adopté la green attitude. Preuve en images…
Métiers d’Art Les Aérostiers, Paris 1784, calibre manufacture 2460 G4/1, gravure, ramolayage et émail plique-à-jour, édition limitée à 5 pièces, Vacheron-Constantin
www.vacheron-constantin.com

Invictus Neon, heure, minute, petite seconde, date, chronographe, mouvement mécanique à remontage automatique, Hautlence
www.hautlence.com

1858 Monopusher Chronograph, boîtier en acier inoxydable de 40 mm, cadran vert fumé, édition limitée à 100 pièces, Montblanc
www.montblanc.com

La Luminor Due 3 days automatic acciaio, boîtier 38mm, acier inoxydable AISI 316L, Panerai
www.panerai.com

Royal Oak offshore self-winding chronograph, boîtier 44mm avec lunette en céramique kaki, Audemars Piguet
www.audemarspiguet.com

Maestro Mamba, boîte en titane grade 5 PVD noir et bracelet en serpent Mamba vert, série limitée à 28 exemplaires, Christophe Claret
www.christopheclaret.com

Altiplano tourbillon marqueterie de malachite, montre en or 18 carats avec fond saphir 44mm,  Piaget
www.piaget.com

La GDH au SIHH #1

Le top 5 des montres les plus marquantes

Stands au design à couper le souffle, nouvelles marques, pluie d’éditions limitées, d’anniversaires et de collections revisitées, le cru 2018 du Salon International de la Haute Horlogerie n’a pas déçu les aficionados. Zoom sur le top 5 des modèles qui ont retenu l’attention de la GDH.

La montre la plus filiforme : L’Altiplano Ultimate Concept de Piaget

Nouveau record de Piaget. Avec l’Altiplano Ultimate Concept, la manufacture de haute horlogerie a mis au point la montre mécanique à remontage manuel la plus plate au monde. Son épaisseur : deux millimètres, boîte et mouvement compris. Ce garde-temps hors norme a exigé l’emploi d’un nouvel alliage high-tech à base de cobalt, ultra-rigide et solide permettant à la montre de ne pas se déformer malgré son extrême finesse. Celle-ci reprend l’architecture 2 en 1 caractéristique de la collection Atiplano Ultimate qui s’affranchit de la distinction entre mouvement et habillage, le fond de boîte étant à la fois un composant d’habillage et la platine du mouvement. Tous les éléments du calibre et de la boite ont été repensés, dessinés, développés pour être affinés à l’extrême, certaines roues n’affichant que 0.12mm de hauteur (alors qu’elles font 0.20mm sur un mouvement classique).  Que les fans modèrent toutefois leur enthousiasme : le modèle, dont le développement a permis le dépôt de cinq brevets, n’a pas pour finalité immédiate d’être industrialisé ni commercialisé. A suivre donc.


www.piaget.com

La montre la plus carrée : La Carré H de Hermès

Le Carré Hermès, un élégant foulard de 90 centimètres sur 90 en twill de soie que les coquettes au goût sûr collectionnent ? Oui, mais pas seulement. C’est également une montre de forme carrée imaginée par Marc Berthier pour la fameuse maison de la rue du Faubourg-Saint-Honoré. Après une édition limitée en 2010, elle revient aujourd’hui dans une nouvelle version :  le designer et architecte-star a agrandi le carré de quelques millimètres et opté pour des effets de lumière sur le boîtier en acier aux finitions polies et microbillées, sur le cadran guilloché à angle droit, sur les aiguilles et les chiffres facettés. Un travail de lumière parfaitement dosé pour souligner avec harmonie l’évidence du dessin, les arêtes adoucies du carré, le profil courbe du boîtier et la glace cylindrique. Enfin, la typographie exclusive des chiffres – utilisant le zéro – participe au nouvel équilibre esthétique de cette montre.


www.hermes.com

La montre la plus tout-terrain : La RM 53-01 Tourbillon de Richard Mille

C’est l’une des premières montres imaginées par Richard Mille. Taillée pour résister aux coups de crosse du polo, la RM53 s’est, depuis son lancement en 2012, imposée comme un classique pour la marque. Cette année, l’horloger dédie un nouveau modèle à Pablo Mac Donough, la RM 53-01 Tourbillon, une édition limitée à 30 pièces. « Le polo est un sport dangereux, chocs et impacts sont au rendez- vous. C’est un jeu très élégant mais aussi très physique explique Richard Mille. Pablo a subi de nombreuses fractures tout au long de sa carrière. Tenant compte de cela, j’ai demandé à nos équipes de concevoir une montre capable de résister à tous types de chocs lors des matchs de polo mais le mouvement devait être visible ». Avec son bracelet bleu aux couleurs du drapeau argentin, nationalité du champion, elle affiche un boîtier en Carbone TPT. Solidité oblige, elle est également dotée d’un verre saphir feuilleté (verres saphir intercalés d’un film de polyvinyle, une première en horlogerie) abritant son calibre tourbillon suspendu.

www.richardmille.com

La montre la plus versatile : La Santos de Cartier

Cartier revisite cette année son modèle culte né en 1904 : la Santos. Même forme géométrique inspirée par les quatre coins vifs de la Tour Eiffel, même vis emblématiques, la nouveauté de la Santos cru 2018 réside dans le dessin de la lunette qui favorise la synergie entre les lignes de la boîte et celles du bracelet. Plus fines, plus élancées, elles accentuent la dynamique de la montre. Une question de confort de porter et d’ergonomie étudiés au millimètre et au gramme près dans l’objectif d’épouser parfaitement le poignet. Un bracelet également repensé, qui contribue d’ailleurs grandement au renouveau stylistique de la montre. Acier, or, cuir de veau ou d’alligator, coloris au choix, toutes les versions s’interchangent grâce au système QuickSwitch, brevet déposé par Cartier dont le mécanisme invisible se fond dans l’architecture du boîtier. Situé sous le bracelet, il s’actionne d’une simple pression. Bref, de quoi changer d’avis, comme de chemise.


www.cartier.com

La montre la plus sulfureuse : la Classic voyeur d’Ulysse Nardin 

La montre érotique a beau être un classique horloger, elle attire irrémédiablement l’oeil. Inspiré par l’univers des maisons closes, la Classic voyeur dévoile ainsi dans son boîtier de 42mm une saynète des plus libertines. On y voit deux couples, façonnés en or rose ou blanc, pris en flagrant délit d’ébats coquins. Au premier plan, un couple se tient dans un salon Louis XIV décoré d’un canapé et d’un tapis, délicatement gravés sur le cadran. L’homme, placé devant la femme, écarte le rideau qui coupe la pièce en deux pour révéler l’affichage de l’heure… mais aussi un autre couple, nu, en pleine étreinte passionnée. À chaque pression sur le bouton dédié, les amants se rapprochent. La jambe de la femme mais aussi le bras, le torse et la cuisse de l’homme bougent en rythme. Au premier plan, l’autre femme tend la main pour caresser le sexe de son partenaire. Jacquie et Michel n’ont qu’à bien se tenir, voilà de la très hot horlogerie.


www.ulysse-nardin.com

 

A l’heure multicolore

Quand l’horlogerie reprend des couleurs

Avec trente exposants tout rond, la 27ème édition du Salon International de la Haute Horlogerie a été foisonnante.  Même constat pour le pharaonique Baselworld qui vient également de livrer son lot de nouveautés. Et aucun doute : qu’elle adopte la green attitude, qu’elle voit rouge ou qu’elle s’imagine bleue comme une orange, l’horlogerie cru 2017 plébiscite la couleur. Tour d’horizon des modèles qui ont retenu notre attention.

La Endeavour Centre Seconds Concept de H. Moser & Cie : en cosmic green

Avec son cadran totalement épuré, sans index ni logo, la Endeavour Centre Seconds Concept se pare d’un vert profond, émeraude, baptisé « cosmic green » et d’un bracelet en cuir d’alligator de type camouflage. La dernière création de H. Moser & cie au cadran fumé et aux aiguilles iconiques en forme de feuilles existe en or blanc ou rose, éditée à 20 exemplaires seulement.

www.h-moser.com

 

La Royal Oak Offshore Diver d’Audemars Piguet : le retour des funky colors

Après le succès du lancement des Funky Colours en 2016, Audemars Piguet présente cette année, une édition Royal Oak Offshore Diver dans des tons tout aussi colorés.  Disponible en blanc, bleu foncé, jaune acidulé, citron vert et orange vif, le modèle de plongée étanche à 300 mètres est paré de bracelets assortis en caoutchouc, et d’un bracelet supplémentaire de couleur différente fourni pour chaque version.

www.audemarspiguet.com

 

Cape Cod de Hermès : de la laque écarlate

Née d’une vision singulière d’Henri d’Origny en 1991 qui l’inventa en dessinant un carré dans un rectangle, Cape Cod s’adapte à l’air du temps, un foisonnement créatif comme autant d’interprétations du dessin originel. Cette année, les cadrans s’habillent de laque avec une mise en scène subtile de dégradés de rouge ou de brun sur la matière, dessinant de délicats reflets.

www.hermes.com

 

La Bulgari Ultranero rouge : en rouge et noir

L’année 2017 annonce pour Bulgari l’approfondissement de ses collections phare, avec le développement de déclinaisons inédites. Mention spéciale pour l’Ultranero avec sa version tout en contraste rouges – pour ses index et aiguilles – et noir de jais avec son boîtier traité en Diamond Like Carbon (D.L.C), son mouvement à remontage automatique bidirectionnel et sa réserve de marche de 50 heures.

www.bulgari.com

 

Tonda 1950 de Parmigiani : au temps de la pierre

Coup de cœur du SIHH, Parmigiani a dévoilé trois édition spéciale semi-précieuses de la fameuse Tonda 1950. L’une arbore un cadran en malachite, pierre naturelle connue en lithothérapie pour booster la capacité de persuasion. L’autre, un cadran œil de tigre, pierre usuellement utilisée comme protection contre le mauvais oeil et la magie noire. Et la dernière un cadran en lapis lazuli, pierre réputée pour restaurer la confiance en soi. On y croit…ou pas. Reste que les amateurs de belles pièces horlogères apprécieront.

www.parmigiani.com

 

L’Altiplano de Piaget : 60 ans en couleur

En 2017, Piaget fête l’anniversaire de son modèle masculin ultra-plat iconique, la fameuse Altiplano, du nom du haut plateau de la Cordillère des Andes. A l’occasion des 60 ans de la montre, la marque de la Côte-aux-Fées dévoile notamment trois déclinaisons colorées. Parmi elles, une version gris ardoise, une autre bleu électrique mais surtout, moins classique, un modèle vert sapin dans une boîte en or jaune.

 www.piaget.com

Year of the rooster

Les horlogers au poulailler

Le 28 janvier, l’Asie fête le Nouvel An chinois. Après le singe, place cette année au coq qui se dresse fièrement -et en nombre- sur les cadrans des montres suisses. Pas de doute, on n’aura pas besoin de se lever avec les poules pour se mettre à l’heure du coq.

Travailleur, débrouillard, courageux, plein de talents et doté d’une grande confiance en lui, le coq règne en maître sur la basse-cour…et sur les cadrans horlogers. Toujours aussi nombreuses à surfer sur la vague, les manufactures coutumières du genre n’ont pas manqué leur rendez-vous annuel. Ainsi, fidèle au poste, Ulysse Nardin signe la Classico Rooster, une édition limitée de 88 pièces en or rose 18 carats, munie d’un mouvement UN-815 à remontage automatique au cadran mettant en scène le roi chantant du poulailler au milieu d’un parterre doré et émaillé selon la technique du champlevé. Neuvième opus de la série initiée en 2009 par Panerai en hommage à l’horoscope chinois, la Luminor 1950 Sealand 3 Days Automatic Acciaio cru 2017 est, elle, dotée d’un couvercle orné d’un coq incrusté de fils d’or, exécuté manuellement par des maîtres graveurs italiens grâce à la technique du sparsello, en référence au nom de l’outil utilisé. Chez Vacheron-Constantin, la collection légende du zodiaque chinois s’enrichit également de deux modèles en édition limitée de 12 pièces à l’effigie de l’oiseau de basse-cour, réalisés grâce à l’art du Jianzhi, technique de découpage sur papier revisitée grâce au savoir-faire de maîtres graveurs et émailleurs. De son côté, Chopard a dévoilé un garde-temps en or rose de 39.5 mm accueillant un calibre mécanique automatique L.U.C au cadran en laque réalisé selon l’art ancestral de l’Urushi. Fabriqué à la main au Japon par un maître laqueur, le modèle met le coq à l’honneur : l’animal y est représenté tête haute et plumage gonflé, sur fond de lever de soleil, entourés de glaïeuls au nombre de huit, chiffre porte-bonheur en Chine. Pour Jaquet Droz, le coq s’inscrit dans la grande tradition naturaliste qui lui chère, il lui consacre quatre modèles Petite Heure Minute. Deux d’entre eux mettent à l’honneur la peinture miniature sur deux cadrans en émail Grand Feu, logés dans des boîtiers en or rouge de 39 mm et sertis de diamants dans sa version 35 mm.  Associé à la pivoine, « reine des fleurs » incarnant le renouveau printanier, le coq – que l’on retrouve au revers sur la masse oscillante gravée à la main – y est traité à la manière d’une aquarelle. La sculpture miniature est la technique retenue pour deux autres modèles. Chez Piaget, c’est l’Altiplano qui érige le coq en star avec un cadran en nacre peint à la main en émail grand feu. Quant à Swatch, elle nous livre également son incontournable montre spéciale Nouvel an chinois, la Rocking Rooster avec son gallinacé rouge imprimé sur un cadran brun brossé couleur or. Gaulois en temps habituel, chinois en 2017, l’animal domestique renommé pour sa ponctualité à toute épreuve est peut-être plus helvète qu’on ne l’imagine.

Ce diaporama nécessite JavaScript.

nec massa ipsum Sed consequat. Phasellus Donec Curabitur mattis