Slider

Tag Archives: Moser & Cie

A l’heure multicolore

Quand l’horlogerie reprend des couleurs

Avec trente exposants tout rond, la 27ème édition du Salon International de la Haute Horlogerie a été foisonnante.  Même constat pour le pharaonique Baselworld qui vient également de livrer son lot de nouveautés. Et aucun doute : qu’elle adopte la green attitude, qu’elle voit rouge ou qu’elle s’imagine bleue comme une orange, l’horlogerie cru 2017 plébiscite la couleur. Tour d’horizon des modèles qui ont retenu notre attention.

La Endeavour Centre Seconds Concept de H. Moser & Cie : en cosmic green

Avec son cadran totalement épuré, sans index ni logo, la Endeavour Centre Seconds Concept se pare d’un vert profond, émeraude, baptisé « cosmic green » et d’un bracelet en cuir d’alligator de type camouflage. La dernière création de H. Moser & cie au cadran fumé et aux aiguilles iconiques en forme de feuilles existe en or blanc ou rose, éditée à 20 exemplaires seulement.

www.h-moser.com

 

La Royal Oak Offshore Diver d’Audemars Piguet : le retour des funky colors

Après le succès du lancement des Funky Colours en 2016, Audemars Piguet présente cette année, une édition Royal Oak Offshore Diver dans des tons tout aussi colorés.  Disponible en blanc, bleu foncé, jaune acidulé, citron vert et orange vif, le modèle de plongée étanche à 300 mètres est paré de bracelets assortis en caoutchouc, et d’un bracelet supplémentaire de couleur différente fourni pour chaque version.

www.audemarspiguet.com

 

Cape Cod de Hermès : de la laque écarlate

Née d’une vision singulière d’Henri d’Origny en 1991 qui l’inventa en dessinant un carré dans un rectangle, Cape Cod s’adapte à l’air du temps, un foisonnement créatif comme autant d’interprétations du dessin originel. Cette année, les cadrans s’habillent de laque avec une mise en scène subtile de dégradés de rouge ou de brun sur la matière, dessinant de délicats reflets.

www.hermes.com

 

La Bulgari Ultranero rouge : en rouge et noir

L’année 2017 annonce pour Bulgari l’approfondissement de ses collections phare, avec le développement de déclinaisons inédites. Mention spéciale pour l’Ultranero avec sa version tout en contraste rouges – pour ses index et aiguilles – et noir de jais avec son boîtier traité en Diamond Like Carbon (D.L.C), son mouvement à remontage automatique bidirectionnel et sa réserve de marche de 50 heures.

www.bulgari.com

 

Tonda 1950 de Parmigiani : au temps de la pierre

Coup de cœur du SIHH, Parmigiani a dévoilé trois édition spéciale semi-précieuses de la fameuse Tonda 1950. L’une arbore un cadran en malachite, pierre naturelle connue en lithothérapie pour booster la capacité de persuasion. L’autre, un cadran œil de tigre, pierre usuellement utilisée comme protection contre le mauvais oeil et la magie noire. Et la dernière un cadran en lapis lazuli, pierre réputée pour restaurer la confiance en soi. On y croit…ou pas. Reste que les amateurs de belles pièces horlogères apprécieront.

www.parmigiani.com

 

L’Altiplano de Piaget : 60 ans en couleur

En 2017, Piaget fête l’anniversaire de son modèle masculin ultra-plat iconique, la fameuse Altiplano, du nom du haut plateau de la Cordillère des Andes. A l’occasion des 60 ans de la montre, la marque de la Côte-aux-Fées dévoile notamment trois déclinaisons colorées. Parmi elles, une version gris ardoise, une autre bleu électrique mais surtout, moins classique, un modèle vert sapin dans une boîte en or jaune.

 www.piaget.com

Swiss Mad Watch

La montre peau de vache

Aïe, la Swiss Mad Watch, c’est la montre qui fait mal. Un modèle unique, signé H. Moser & Cie,  qui pointe le doigt sur l’hypocrisie du label horloger Swiss Made. Un poil à gratter dans les rouages d’un mécanisme bien huilé? En tous cas, de quoi bien se poiler.

La Swiss Mad Watch est une montre unique, symbolique et décalée…mais surtout 100% suisse et qui le revendique haut et fort. Le cheval de bataille de ce garde-temps engagé ? Dénoncer les failles du label horloger Swiss Made, qui, depuis le 1er janvier, exige que seuls 60% des composants d’une montre soient d’origine suisse. Pour Moser & Cie, dont les créations sont suisses à plus de 95%, ce label laxiste porte à confusion. C’est pourquoi la manufacture de Schaffhouse a pris la décision radicale de ne plus apposer la mention Swiss Made sur le cadran de ses nouvelles créations. Pour illustrer cette prise de position, pas de long discours mais…une montre : la Swiss Mad Watch. A travers une approche satirique qui dénonce l’absurdité du Swiss Made, H. Moser & Cie met à l’honneur une ressource naturelle 100% suisse, la plus précieuse qui soit : les vaches. Ainsi, le boîtier de la Swiss Mad Watch est fabriqué à base d’authentique fromage, un Vacherin Mont d’Or médaille d’or, qui a été intégré à un matériau composite innovant. Quant au bracelet, il est en peau de vache suisse évidemment. Le tout est complété par un cadran rouge fumé et des index doubles à 12, 3, 6 et 9 heures, évoquant l’étendard helvétique. Dérangeante la dernière création H. Moser & Cie ? « Assurément », répond Edouard Meylan, CEO de H. Moser & Cie « Avec la Swiss Mad Watch, c’est un message que nous adressons à l’industrie horlogère suisse, aux autorités et à tous les amateurs de montres : le label Swiss Made ne signifie plus rien. Pire, il permet de justifier toutes les dérives de notre industrie. A ce label laxiste et insuffisant, nous répondons par la dérision. Chez H. Moser & Cie., nous produisons des montres réellement suisses, riches d’une tradition horlogère et d’un savoir-faire centenaire, dont la qualité parle d’elle-même, et qui peuvent très bien se passer de tout label. Nous ne faisons pas du Swiss Made : nous sommes suisses. A 100% avec la Swiss Mad Watch, à plus de 95% avec tous nos autres modèles ». La pièce unique est vendue au prix de 1’081’291 francs suisses. Les bénéfices seront intégralement reversés dans un fonds de soutien en faveur des fournisseurs horlogers suisses indépendants, qui souffrent de la situation économique difficile et de la délocalisation de la production de certaines marques en Asie.

www.h-moser.com

La GDH au SIHH

Nos coups de cœur 2016

La 26ème édition du Salon International de la Haute Horlogerie a dévoilé son cru 2016. Des grands classiques revisités, des ovnis côté carré des horlogers, des nouvelles collections joliment exécutées, top 6 des modèles qui ont retenu l’attention de la GDH.

Cartier drive

La Drive de Cartier : la montre du gentleman-driver

Cartier a profité de la grande messe horlogère genevoise pour dévoiler une toute nouvelle collection de montre de ville. Son nom ? La Drive. Montre du gentleman-driver par excellence, elle affiche des références subtiles à l’univers de l’automobile : guillochage du cadran dont les motifs s’apparentent au dessin d’une calandre, bombé du verre, compteur à 6 heures, remontoir au profil de boulon.  Classe sans en faire trop, on aime.

www.cartier.ch

richard-mille-airbus-rm-50-02-acj-tourbillon-split-seconds-chronograph

La RM 50-02 ACJ ou la passion de l’aviation selon Richard Mille

Richard Mille et le king de l’aéronautique Airbus se sont associés pour donner naissance au chronographe à rattrapante RM 50-02 ACJ Tourbillon. Usiné dans un alliage de Titane-Aluminium (TiAl) et doté d’une lunette secondaire en céramique blanche ATZ, son boîtier a été conçu pour refléter les lignes caractéristiques d’un hublot Airbus Corporate Jet. Sur le pourtour de la lunette, les vis signature Richard Mille ont été remplacées par des vis Torq set® dont le dessin hélicoïdal est la marque de fabrique et une couronne inspirée par les moteurs de jets et gravée en surface du logo d’Airbus.

www.richardmille.com

Baume et Mercier Cobra

La Capeland Shelby Cobra 1963 de Baume et Mercier : un garde-temps de course

Partenaire depuis 2015 avec la société Carroll Shelby Inc., Baume & Mercier lance une nouvelle série de chronographes en édition limitée s’inspirant de l’une des Cobra les plus victorieuses de toute l’histoire : CSX2128, le roadster de course 289. Avec ses compteurs asymétriques, le visage de la montre rappelle au premier coup d’œil le tableau de bord emblématique de la voiture. Le cadran d’un noir profond ainsi que les deux bandes horizontales ton sur ton accentuent encore l’hommage rendu, de même que les aiguilles reprenant la forme du volant.

www.baume-et-mercier.ch

Overseas Auto 4500V/110A-B128

L’Overseas de Vacheron :  la montre sport à son apogée

Vacheron Constantin réinvente l’une de ses collections emblématiques, l’Overseas avec cinq nouveaux modèles dotés de mouvements manufacture, tous estampillé du Poinçon de Genève et pourvu de trois types de bracelets interchangeables, en acier ou métal précieux. Notre choix : l’Overseas acier calibre 5100 au cadran soleillé bleu qui affiche les fonctions essentielles avec distinction, dans un boîtier de 41 mm.

www.vacheron-constantin.com

Moser&CieEndeavour_Centre_Seconds_Concept_Funky_Blue_

La Endeavour Centre Seconds Concept Funky Blue : la no-logo de H.Moser & Cie

Côté Carré des horlogers, on a aimé la Endeavour Centre Seconds Concept Funky Blue or blanc de H. Moser & Cie. Un modèle portant haut la philosophie minimaliste du « less is more » avec ses lignes épurées, son bracelet en cuir de koudou cousu main et lustré à la main et surtout son cadran bleu ciel fumé avec décor rayon de soleil dépouillé de tout index, logo ou marque. Simple et efficace.

www.h-moser.com

Urwerk_UR105_TRex

L’UR-105 T-Rex d’Urwerk : l’heure venue d’ailleurs

Les indépendants s’en sont donnés à cœur joie et ont décoiffé le parfois trop convenu Salon. Parmi les modèles ovnis, la UR-105 T-Rex d’Urwerk qui doit son nom à son boîtier quelque peu atypique au look reptilien. Instrument de mesure ayant traversé l’espace et le temps, elle reproduit la plus emblématique et la plus universelle manifestation des heures qui passent : la course du soleil, de son lever à son coucher avec un unique pointeur des heures voyage d’est en ouest.

www.urwerk.ch

consectetur Phasellus Sed mattis Donec risus adipiscing dictum lectus sit id,