Slider

Tag Archives: Montagne

Zen altitude

Un chez-soi au ski

LA bonne résolution de 2020 ? Prendre du bon temps. Et pour inscrire la nouvelle décennie sous le signe du plaisir, rien de tel que d’envisager passer tous les hivers sur les pistes et donc…d’investir dans un cocon douillet.

A moins d’avoir des amis très sympas prêts à confier les clés de leur chalet chaque week-end, la question d’investir dans un appart au ski fait rêver tous les accros à la glisse. Néanmoins, entre rentabilité, entretien et gestion quotidienne, les freins pour se lancer ne manquent pas. Tout juste installé à Genève, le promoteur français Terrésens propose un nouveau concept de résidences secondaires, qui pourrait séduire les plus hésitants. La spécificité du groupe lyonnais initiateur du principe de « copropriété résidentielle de tourisme »? Inclure des prestations et des services premiums (restaurants, kids club, piscines, conciergerie, etc.) à ses projets tout en proposant aux propriétaires une gestion personnalisée de leur bien par la filiale du groupe My Second Home. En assurant la construction, la promotion, la vente et l’exploitation du bien, Terrésens offre donc aux acquéreurs un service à 360°. « Ce concept novateur permet à nos propriétaires d’acquérir une résidence secondaire, sans souci de gestion, avec un service de conciergerie dédié et des avantages fiscaux », explique Géraud Cornillon, le fondateur.  Parmi les spécialités de Terrésens, les programmes de résidences en montagne et plus précisément dans les Alpes.

Des appartements de ski clés en main

Puisque l’emplacement est l’un des critères déterminants de la valeur locative d’un bien alpin, chacun des projets initiés privilégie les stations les plus prisées de la région ainsi qu’une localisation au pied des pistes ou au centre des villages. Côté décoration, exit les fautes de goût, les lits superposés cheap et les sofas aux imprimés douteux : les appartements sont intégralement équipés et meublés par la décoratrice du groupe. Cette dernière opte pour des matériaux nobles et des couleurs sobres pour créer des atmosphères au chic cosy et contemporain. Points forts également des résidences : les espaces communs pensés pour accueillir les familles et les groupes. Piscine intérieure et extérieure, spa, bar à tapas, espaces de co-working, kidsclub, service de navettes, les prestations proposées ont de quoi séduire les aficionados des resorts de ski à tridents les plus exigeants. Après avoir orchestré plusieurs programmes dans les Alpes, Terrésens a choisi, à l’occasion de son implantation en Suisse, de proposer plus particulièrement à la commercialisation deux résidences de prestige à 1 h seulement de Genève avec des livraisons prévues au 4ème trimestre 2021 : L’Altima à Megève qui offre des appartements et chalets individuels sur mesure et Les Roches Blanches à Combloux, résidence au pied des pistes dotée d’une vue époustouflante sur le Mont-Blanc. Emplacements au top, prestations de luxe, services de conciergerie, des home sweet home au ski pour la nouvelle décennie, qui ont de sérieux arguments pour faire envie. On y réfléchit.

www.terresens.com

#ad #ski #montagne #immobilier #terresens

Au Royalp

L’étoile sous les flocons

Pour inaugurer la saison hivernale, le Chalet RoyAlp Hôtel & Spa accueille un nouveau chef, Davide Esercito. Concepts revisités et propositions gustatives inédites, le 5 étoiles de Villars-sur-Ollon s’impose, depuis quelques mois, comme la dernière place-to-be des foodistas avertis.

« Faire vibrer le sceptre de la cuisine de l’hôtel 5 étoiles des Alpes vaudoises bien au-delà des frontières en y insufflant une signature unique », telle est l’ambition de Davide Esercito, chef surdoué qui a fait ses gammes aux quatre coins de l’Europe et qui dirige depuis le mois de novembre les restaurants du Royalp dont le Jardin des Alpes, l’étoilé de l’hôtel ainsi que Le Rochegrise, sa brasserie alpine. Ultra créatif, l’Italien d’origine revisite des spécialités régionales ainsi que des mets traditionnels, grâce à une cuisine élégante et sobre à base de produits bio de producteurs locaux, dans l’esprit d’un Andrea Caminada. Une promesse fort alléchante qui nous a inspiré l’envie d’aller passer un week-end gourmand sur les pistes avec vue sur les Dents du midi et le massif du Mont-Blanc. On vous raconte.

Sur les pistes

Avant de se pencher sur le talent inspiré de la nouvelle toque qui buzze à Villars-sur-Ollon, quelques mots sur l’hôtel. Situé directement sur les pistes, le Chalet RoyAlp est un petit bijou pour les amateurs de ski…et les autres. Car en plus du Ski-in – Ski-out (mention spéciale pour les sèche-chaussures muraux et les pantoufles fourrées qui attendent les valeureux sportifs dans la ski-room), le 5 étoiles offre une palette de services très sympathique. Spa de 1200 m2 à la somptueuse piscine, salle de cinéma avec projection à la demande, salle kidsfriendly aux allures de château fort digne de rivaliser avec un Franz Carl Weber, espace pour grands avec consoles et baby-foot, salle de billard, fumoir, fitness, bref de quoi satisfaire toute la famille, des bambins insupportables aux parents les plus exigeants. Quant aux chambres, on peut difficilement rêver mieux. Pour notre part, on a opté pour la Junior suite vue montagne, juste parfaite pour un séjour en famille.  On a adoré la terrasse avec sa vue époustouflante, la salle de bains XXL avec baignoire d’angle et le spacieux dressing ultra pratique. Un sachet de guimauve et un ours en peluche en guise d’accueil ont définitivement conquis les membres les plus jeunes de l’équipe.

A la brasserie alpine

Pour le dîner, on a pris le parti de s’attabler au restaurant Le Rochegrise. Dans une ambiance chaleureuse et conviviale, la brasserie alpine offre à la carte une variété de plats populaires et savoureux avec un clin d’œil à l’esprit montagne et aux origines du chef. Au menu du jour, deux entrées au choix, un carpaccio de bœuf aux saveurs des bois et un risotto à la purée de courge, espuma chaud avec amaretto, que nous avons toutes deux dégustées. Parmi les trois propositions de plats, on a opté pour le Coquelet suisse, mousseline de pommes de terre à la truffe et pour le Mont Végan, quinoa noir, légumes braisés et pain naan. Quant au dessert, c’est par la tarte au citron meringuée que l’on s’est laissé tenter. Bilan des courses : on a été bluffé, que ce soit visuellement parlant ou d’un point de vue gustatif.  Bien que Le Rochegrise se positionne comme un restaurant familial à l’atmosphère moins formelle qu’au Jardin des Alpes -l’étoilé de l’hôtel-, Davide Esercito y sert une cuisine de haut vol, qui vaut à elle seule le détour par Villars-sur-Ollon. Entre Alpes vaudoises et inspirations transalpines, les créations du chef allient inventivité, beaux produits et saveurs d’exception. Cuisine maîtrisée à la perfection, recherche d’alliances audacieuses, cuisson au degré près des produits ou construction millimétrée des assiettes, le talent du virtuose des fourneaux suscite à raison l’enthousiasme de la gastrosphère et donne envie de poursuivre la découverte.  Aucun doute, on reviendra.

Chalet Royalp Hôtel & Spa, Domaine de Rochegrise, Route du Col de la Croix, 1884 Villars-sur-Ollon.

www.royalp.ch

 

 

 

Ciel, une fondue

Caquelons en suspension

Après le succès de trois événements Fondue in the Sky à Villars-sur-Ollon, vendus à guichet fermé, Dhr. Bart A. Kistemaker et Natasha Sanz de Acedo remettent le couvert et tournent cet hiver leur fondue dans deux nouvelles stations suisses.

Pour ce cru 2018, ce n’est pas une mais trois dates que proposent les fondateurs de de Tête à Tête – Swiss Events aux amateurs de fondue en altitude, et ce, dans trois stations différentes. Premier rendez-vous à Verbier le 17 février pour un dîner dans les télécabines de Bruson. Les participants profiteront d’une balade et d’un dîner d’une durée de 1h45 à travers les forêts du domaine du Val de Bagne, avec une vue incomparable du Mont Gelé, du Bec des Rosses et le Mont For, dominant Verbier et la vallée de Bagnes. Le 24 février, c’est à Villars-sur-Ollon dans les télécabines du Roc D’Orsay que Fondue in the Sky sévira pour la quatrième fois depuis 2016. Et enfin, last but not least, le dernier voyage culinaire dans les sommets aura lieu le 30 mars à bord des remontées mécaniques de Crans-Cry d’Er. Au programme, une moitié-moitié à l’heure du coucher du soleil, avec une vue panoramique sur Crans-Montana, la Vallée du Rhône, les crêtes du Matterhorn et le Mont Blanc. Bref, des pop-up fondues à ne pas manquer…

Le 17 février, le 24 février et le 30 mars 2018, uniquement sur réservation. www.fondueinthesky.com

Objectif altitude

Sommets aux cimaises

Amoureux des grands sommets mais frileux à souhait ? Direction le Musée de l’Elysée qui présente jusqu’au 30 avril une exposition consacrée aux photographies de montagne. De quoi prendre de la hauteur… sans se geler.

© Jacques Pugin, #001 Glaciers, Rhonegletscher, 46°34’48″ N 8°23’12’’ E, 2015 © Jacques Pugin, Collection du Musée de l’Elysée

C’est une première du genre. Une exposition entièrement consacrée à la photographie de montagne, présentant des prises de vue datant de 1840 à aujourd’hui. Un panorama vaste qui révèle l’évolution de notre regard sur les hauts sommets. En effet, jusqu’au XIXe siècle, la montagne était considérée comme « le territoire de Dieu », lieu maudit et fantasmé, où nul ne pouvait se rendre. Les pionniers de la photographie ont permis de découvrir les sommets jamais atteints auparavant et de transformer la montagne en paysages. « Dès les débuts, photographier la montagne représente un défi esthétique et artistique de taille, doublé de très grandes difficultés techniques en ce qui concerne les prises de vue […] Les photographes ont aujourd’hui une formation plus orientée d’un point de vue artistique, donc un regard singulièrement esthétique », explique Daniel Girardin, conservateur en chef et commissaire de l’exposition. Cette ode aux sommets s’articule autour de quatre axes : la photographie scientifique, qui présente de nombreux tirages de glaciers et a permis l’étude des roches et la documentation visuelle de la géologie, la photographie touristique, qui dès 1860, facilite la vente de centaines de tirages aux touristes, la photographie d’alpinisme qui dévoile quant à elle des paysages de montagnes inaccessibles, et enfin la photographie artistique. Près de 300 tirages sont présentés dont plus des trois quarts proviennent des collections du musée. Parmi les artistes représentés, Gabriel Lippmann, Francis Frith, Adolphe Braun, Jules Beck, William Donkin, Emile Gos, René Burri mais aussi des contemporains comme Peter Knapp, Balthasar Burkhard, Matthieu Gafsou, Pierre Vallet, Jacques Pugin, Maurice Schobinger ou Iris Hutegger. Bref, une exposition où il faut filer tout schuss.

“Sans limite. Photographies de montagne”, du 25 janvier au 30 avril 2017, Musée de l’Elysée, 18, avenue de l’Elysée, 1014 Lausanne.

www.elysee.ch