Tag Archives: Mb&f

Sculptures mécaniques

Les machines du désir

A l’honneur de la dernière exposition de la M.A.D.Gallery de Genève, les Desiring-Machines, une collection de cinq sculptures mécaniques réalisées par l’artiste turc Server Demirtaş.

Le titre de l’exposition, « Desiring-Machines », s’inspire du concept des philosophes français Deleuze et Guattari, et particulièrement de leur livre « L’anti-Œdipe : capitalisme et schizophrénie ». Au programme concrètement ? Les créations un peu folles de Server Demirtaş, Géo Trouvetou des temps modernes, soit cinq sculptures cinétiques, clins d’œil à la magie des automates suisses. Chacune d’elles effectue une série unique de mouvements et de gestes savamment chorégraphiés, imitant ceux de la vie réelle et explorant la condition humaine. Durant environ 80 secondes, ce spectacle visuel animé captive le public et délivre un message propre à chaque observateur. Parmi elles, la fameuse Desiring Machine, une sculpture mécanique représentant un petit enfant debout sur un piédestal, les bras croisés fermement sur sa poitrine, frappant son dos contre le mur derrière, dans un mouvement continuel. Cette réalisation résume avec force toute l’incertitude et la frustration de l’enfance ; un équilibre frappant se détache visuellement entre les traits humains du visage de l’enfant et les gestes effectués par les mécanismes visibles de cette pièce d’1,50 m de haut. La Contemplating Woman’s Machine II, elle, mesure presque la même taille et révèle une femme assise, la tête posée sur les genoux et les bras entourant ses jambes. Ses mouvements, doux et lents, suggèrent un moment de méditation personnelle.

Chaque pièce est fabriquée entièrement à la main dans l’atelier stambouliote de l’artiste. Le processus naît des dessins et des plans des solutions mécaniques qui font fonctionner ces œuvres d’art mécanique innovantes. Server Demirtaş travaille seul, sans l’aide d’un ingénieur ni d’un développeur logiciel. « La partie la plus difficile du processus est de concevoir et de produire la structure et le mécanisme destinés à restituer les mouvements tels que je les imagine », explique l’artiste. Un ensemble de roues et de rouages en plexiglas, connectés par des câbles et des fils électriques, constitue le centre névralgique de chaque sculpture mécanique et permet l’exécution des mouvements synchronisés. Les roues en plexiglas sont façonnées une par une afin de générer les mouvements spécifiques à chacune des différentes parties du corps, créant ainsi la fluidité cinétique de la sculpture. Chaque sculpture est unique et nécessite 2 à 6 mois de travail pour la conception et la fabrication de la partie mécanique qui donne à l’ensemble ses caractéristiques fascinantes. Un coup de cœur à la galerie, dixit Maximilian Büsser et ses équipes. A découvrir.

MB&F, M.A.D.Gallery, 11 rue Verdaine, 1204 Genève.
www.mbandf.com

Hotte suisse #3

Sous le gui avec Heidi 

Pas question de s’arrêter en si bon chemin, place aujourd’hui à la sélection d’idées cadeaux 100% suisses numéro trois.

Turicum Dry Gin, gin produit à Zurich, raffiné avec la floraison du Lindenhof, 49,90 francs, www.turicum-gin.ch

Caleçon de la marque zurichoise Pater et Filius spécialisée dans les boxers haut de gamme, dès 79 francs, www.paterfilius.com

Stylo Astrograph, écrin-présentoir en forme de plate-forme de lancement, stylo-plume logé à l’intérieur du fuselage de la fusée, figurine miniature, représentant un astronaute revêtu de rhodium et aimanté, édition limitée, MB&F et Caran d’Ache, prix sur demande, www.carandache.com

Smartwatch TAG Heuer Connected en or rose 18K, diamètre 46 mm, 4 Go de mémoire, flux audio, Bluetooth et Wi-Fi,  système d’exploitation Android Wear, 9’900 francs, www.tagheuer.com

BeerIQ, jeu de quiz des amateurs de bière, Helvetiq, 29 francs, www.helvetiq.ch

Une moto de Bandit

La genèse d’EVE

Nouvelle version de la très prisée EVE, la EVE MK II a été créée en exclusivité par Bandit9 pour la M.A.D.Gallery. Un chef-d’œuvre, entre art et machine, au design futuriste que les aficionados vont apprécier plus que de mesure.
eve-mkii
La EVE MK II ? Un modèle imaginé pour la M.A.D.Gallery confectionné à la mano par Bandit9, un atelier basé à Hô-Chi-Minh-Ville, au Vietnam. Depuis sa création il y a 5 ans à peine, le collectif s’est imposé comme une référence incontournable, grâce à ses motos customisées au design hors des sentiers battus. « Alors que les autres ont tendance à s’orienter vers une customisation au design old school, en y apportant quelques modifications pour la rendre plus actuelle, nous cherchons plutôt à mettre le passé de côté et à faire un bond dans le futur », explique Daryl Villanueva, «The Bandit Chief » chez Bandit9. À l’origine de la EVE MK II, une Honda Super sport de 1967 qui a subi un sérieux lifting. Au-delà de ses lignes pures et de sa finition chromée rutilante, le modèle tient son profilage détonnant de son réservoir fuselé monobloc fabriqué et poli à la main. D’une esthétique exceptionnelle, ce bloc intègre d’un seul tenant le réservoir, la selle et la coque arrière. A cela s’ajoute une série de détails faits à la main, comme la selle en cuir de vache soigneusement travaillée pour s’intégrer parfaitement au prolongement du réservoir, le pot d’échappement customisé, les suspensions apparentes, ainsi que le démarreur électrique, qui participe au design avant-gardiste de cette moto. La source d’inspiration de l’équipe ? « L’ère du jet » de l’aviation des années 1940 et 1950, au cours de laquelle de nombreuses innovations comme le moteur à réaction ont provoqué un grand changement social. Bref, de quoi élever la moto au rang d’œuvre d’art. On confirme.

Edition limitée à 9 pièces, réalisées en exclusivité pour la MB&F M.A.D.Gallery.

MB&F, M.A.D.Gallery, 11 rue Verdaine, 1204 Genève . www.mbandf.com

Un nouveau robot chez MB&F

Après Melchior, Balthazar

On se souvient évidemment de Melchior, droïde imaginé par Maximilian Büsser à l’occasion des 10 ans de MB&F. Cette année, son frère pointe le bout de son nez. Son petit nom ? Balthazar, il va de soi.
balthazar_MBandF
Les robots de fiction portent souvent des surnoms sonnant comme des acronymes ou des numéros de référence. On pense à R2D2, HAL 9000, C-3PO ou K-9. Mais curieusement Maximilian Büsser a baptisé ses robots Balthazar et Melchior, du nom des trois mages de la tradition biblique. Doit-on s’attendre à l’arrivée imminente de Caspar, le dernier du trio ? «Dans ma famille, depuis plus de cinq siècles car cela remonte aux années 1400, tous les fils aînés Büsser ont été prénommés Melchior ou Balthazar, en alternance. Mon grand-père a été baptisé Melchior mais il détestait son prénom. Il se faisait appeler Max, d’où mon prénom. Mon grand-père détestait tant Melchior et Balthazar qu’il a mis fin à cette tradition vieille de 500 ans… et il a appelé mon père Mario. Sauf que, un siècle plus tard, il se trouve que j’aime les noms Melchior et Balthazar!» Bref, Caspar ou pas, l’avenir nous le dira… Toujours est-il que le petit Balthazar est un digne représentant de la lignée. On retrouve l’ADN familial: créés en collaboration avec L’Epée 1839, l’expert ès horloges de pointe, les frères robots partagent les mêmes traits: heures sautantes et minutes traînantes affichées sur le torse, régulées par un cerveau mécanique visible sous un dôme transparent. Ils peuvent compter sur une réserve de marche impressionnante: Balthazar fonctionne non-stop pendant 35 jours. Et comme son frère, ses yeux scannent les environs toutes les 20 secondes, avec un retour rétrograde. Cela étant, Balthazar a beau être le dernier-né, il se distingue de son aîné: du haut de ses 40 centimètres de haut et 8 kilogrammes, il comprend un total de 618 composants ainsi qu’une complication horlogère supplémentaire: un indicateur de phases de lune sur deux hémisphères, demandant un ajustement tous les 122 ans seulement. Ses bras articulés au niveau des épaules ainsi qu’aux coudes ainsi que ses mains peuvent même serrer et tenir des objets. Mais prudence… comme la plupart d’entre nous, Balthazar entretient aussi un côté sombre. Lorsqu’on le fait pivoter de 180 degrés autour des hanches, son visage rassurant devient un crâne terrifiant, ponctué d’yeux rouge-rubis et aux dents menaçantes. De quoi entrapercevoir le pouvoir du côté obscur… Pour terminer, Balthazar dissimule et protège le secret de son incroyable puissance: une clé de remontage et de mise à l’heure intégrée directement dans son bouclier. Balthazar est disponible en éditions limitées de 50 pièces par couleur : armure noire, argentée, bleue ou verte.

www.mbandf.com

Motos d’art

Auto Fabrica à Genève

Rappelez-vous, la GDH avait joué les précurseurs avec un post il y a plus d’un an sur les motos pimpées de la start-up londonienne. Voilà pas que la M.A.D.Gallery  a décidé de lui ouvrir ses portes le temps d’une exposition.  A visiter absolument.

Faisant suite au succès rencontré par les expositions de Chicara Nagata et de Maxwell Hazan, la M.A.D.Gallery de Genève vient d’inaugurer une nouvelle exposition de motos d’Art, consacrée aux créations des frères Bujar et Gazmend Muharremi, réalisées sous leur marque Auto Fabrica. Bien que 100% British, la marque avait déjà tapé dans l’œil de la GDH car, ultra exclusive, elle ne réalise qu’une quantité très limitée de « motos artistiques » chaque année : généralement entre 8 et 12. La M.A.D.Gallery expose deux de leurs œuvres, la Type 6 et la Type 8, qui ont nécessité chacune près de six mois de travail. Le trip du duo ? Démonter des motos vintage, considérées comme des motos « donneuses », pour n’en garder que l’essentiel et leur appliquer un design moderne en gardant une âme old school. « L’esprit d’Auto Fabrica s’oriente vers la simplicité et le minimalisme, tout en intégrant des détails très complexes », déclarent-il. Tout un programme. La Type 6 d’Auto Fabrica est ainsi née des vestiges d’une Yamaha XS650 de 1979. Comme le racontent les deux frères, c’est dans le design de cette moto spéciale qu’un détail caractéristique a commencé à définir la forme de l’ensemble : une section ajourée, découpée à l’arrière du réservoir, à l’endroit où celui-ci rejoint la selle. Cette réalisation complexe a fini par définir l’intégralité de la moto. L’idée design de départ était d’utiliser cette ouverture comme une prise d’air de type Ram-Air, mais cela s’est avéré impossible à mettre en place sans modifier les contraintes du design prévu. Pour créer et préserver la simplicité des lignes de la moto, les artistes ont donc fabriqué le réservoir et la base de la selle en une seule pièce, en les formant en aluminium, manuellement par roulage. Parmi les pièces ajoutées à la Yamaha d’origine et façonnées en acier inoxydable par Auto Fabrica, il y a notamment le guidon, les leviers et les gaines de fourche. « Nous sommes fiers de nos systèmes d’échappement faits main en acier inoxydable », ajoutent les deux frères, sans cacher leur satisfaction. Naturellement, ils ont également complètement reconstruit le moteur avec des pistons surdimensionnés de 0,5. Et comme ils adorent les finitions mates sur le métal nu, les pièces de métal coulées et les surfaces des composants en aluminium ont été décapées par hydro-sablage. Les deux frères ont également travaillé sur la Type 8, qui a commencé sa vie sous les traits d’une Honda CX500 de 1981, en même temps que la Type 6. Et si elle apparaît totalement différente de cette dernière, c’est qu’il y a une bonne raison à cela. En effet, lorsqu’ils ont démonté la Type 8, ils ont découvert quelque chose d’inhabituel ; le cadre « nu » avait une superbe forme naturelle superposée au moteur (qui a été complètement reconstruit par la suite). Il s’agissait d’un élément rare pour une moto japonaise des années 1980. Cela leur a donné quelques nouvelles idées, comme celle de faire du réservoir en aluminium façonné à la main comme une sorte d’extension du cadre. Les pots d’échappement en acier inoxydable ont ensuite été positionnés en hauteur, détail qui a posé certaines problématiques, pour donner un style unique à la moto. Bref, deux petits bijoux à découvrir en live en avant goût des futures voitures auxquelles Auto Fabrica nous a confié être en train de réfléchir. A suivre…

MB&F, M.A.D.Gallery, 11 rue Verdaine, 1204 Genève . www.mbandf.com

www.autofabrica.com

%d blogueurs aiment cette page :