Slider

Tag Archives: Marrakech

Maroc en scène

La Mamounia des bords du lac

Inutile de traverser la Méditerranée pour déguster le top de la gastronomie marocaine. Du 27 février au 5 mars, La Réserve Genève poursuit son Tour du Monde en 80 jours en faisant escale à Marrakech. Embarquement immédiat direction la Médina.

On y est. Après la France, la Chine puis la Russie, c’est enfin le Maroc qui investit les cuisines du Loti. Pendant une semaine, Virginie Basselot reçoit le Chef de la mythique Mamounia, Rachid Agouray. Accompagné de toute sa brigade, il prend possession des fourneaux avec une carte marocaine de grands classiques revisités pour l’occasion, déclinée du déjeuner au dîner, sans oublier un brunch aux couleurs de la Ville rouge le dimanche 5 mars. Au programme de ces pérégrinations culinaires, une mosaïque de plats hauts en couleurs : Pastilla de homard, fondue d’épinards et coulis de poivrons rouges, soupe harira accompagnée de dattes et chebbakia, tagine de lotte, émulsion safran-verveine, couscous royal ou encore en dessert un étonnant tagine de fraises, tomates confites et sorbet à la cardamone… Un air d’ailleurs que l’on retrouvera aussi dans la décoration du restaurant qui se mettra aussi à l’heure marocaine avec les célèbres photophores du palace marrakchi disposés ici et là autour d’un palmier improvisé mais aussi un groupe de musique traditionnelle chaque soir. « Le plus beau palace de Marrakech est particulièrement réputé pour sa cuisine, grâce à son restaurant La Grande Table Marocaine, qui propose les grands classiques de la gastronomie marocaine mais se distingue aussi par sa créativité très contemporaine », précise, avec enthousiasme, Laurent Branover, le directeur Général de La Réserve. Avec un tel programme, on gage qu’il ne sera pas le seul à céder à l’appel de l’Atlas.

Menu au choix parmi 4 entrées, 4 plats et 4 desserts servi midi et soir du 27 février au 4 mars. Brunch marocain dimanche 5 mars 130 francs par personne hors boisson.

Restaurant Le Loti – La Réserve Genève Hotel and Spa, 301, Route de Bellevue, 1293 Bellevue.
Tél. 022 959 59 59.

www.lareserve-geneve.com

Voyages culinaires

Tour du monde à la Réserve

Jouer les Phileas Fogg  sans quitter les rives du Léman ? C’est ce que propose La Réserve en invitant ses hôtes à un tour du monde gourmand en 80 jours. Embarcation immédiate.

Le périple débutera le 10 janvier et s’achèvera fin mars. Exit les visas, les suppléments bagages, le décalage horaire, le Tour du monde by la Réserve  aura lieu dans les murs du cinq étoiles de Bellevue. Plusieurs escales sont prévues. Le mardi 10, mercredi 11 et jeudi 12 janvier, on file droit chez nos voisins, direction les beaux quartiers de la Capitale. Le chef doublement étoilé de La Réserve Paris, Jérôme Banctel s’invite au Loti pour signer avec Virginie Basselot des menus exclusifs sous le signe de la gastronomie à la française. Deux semaines plus tard, du samedi 28 janvier au 4 février, on s’envole en Asie pour célébrer le Nouvel An chinois, comme il se doit, au Tsé Fung, unique restaurant chinois récompensé par une étoile au Michelin en Suisse. De quoi  célébrer l’entrée dans l’année du Coq de Feu en beauté. Petite halte en Russie le 2 février, où le jeune virtuose de la cuisine créative contemporaine moscovite, le chef du White Rabbit, Vladimir Mukhin, viendra prendre les commandes des fourneaux du Loti. Une occasion unique de succomber aux saveurs du restaurant élu 18e meilleur restaurant au monde. Du 27 février au 5 mars, c’est le Maroc qui sera à l’honneur avec en invité VIP le chef de La Mamounia, le légendaire palace de Marrakech à la cuisine très réputée. Les 14, 15 et 16 mars, clin d’œil aux Indes fastueuses avec  les Dîners Cos, rendez-vous incontournables des œnophiles. L’occasion de se remémorer l’histoire du vin de Cos d’Estournel, si prestigieux qu’il s’exporta dès les origines jusqu’aux Indes. Son fondateur était surnommé le « Maharadjah de Saint-Estèphe » et les chais du château possèdent toujours les pagodes exotiques installées à l’époque… Pas de doute, en 2017, La Réserve a prévu de nous faire voyager.

La Réserve Genève Hotel and Spa, 301, Route de Bellevue, 1293 Bellevue. Tél. 022 959 59 59.

www.lareserve-geneve.com

 

De l’oriental au Mandarin

Le goût de la Médina

Après Thierry Marx et Marc Veyrat, c’est au tour du chef Moha Fedal de s’installer aux commandes des fourneaux du Café Calla et d’inviter les Genevois à une escapade gourmande aux couleurs de la Ville rouge.
mosaique d'entrées
Les fans de saveurs orientales sont sur les starting-blocks. Du 9 au 15 mars, le chef Moha Fedal abandonne son fief marrakchi pour prendre les rênes des cuisines du Café Calla. Une occasion en or pour s’initier à la gastronomie marocaine. En effet, le Dar Moha, restaurant du chef situé à Marrakech dans un riad début du siècle ayant appartenu au couturier Pierre Balmain, caracole en tête des meilleures tables du pays et revisite, avec modernité et raffinement, les grands classiques de la cuisine locale. Dépaysement garanti.

De la Cité impériale à la Cité de Calvin 

Pendant une semaine, Moha Fedal a décidé de télétransporter les Genevois aux pieds des montagnes du Haut Atlas. Au programme de ces pérégrinations culinaires, une mosaïque de plats hauts en couleurs, servis en buffet le midi. Cigares de kefta aux poireaux, gambas en Djellaba, briouates de fromage de chèvre à la ciboulette, oignons roses à la fleur d’oranger, mini serpentin de légumes, potiron confit à la crème de sésame, pastille de Zaalouk d’aubergine au poivre de Cayenne ou encore salade de tomates et poivrons fumés aux feuilles d’olivier ouvriront les agapes. Celles-ci se poursuivront  par les traditionnels tagine de poulet beldi aux citrons et olives confites, tagine d’agneau façon makfoul, brochettes d’agneau marinés aux épices et herbes de l’Atlas, couscous, tangia de veau façon Marrakchi aux petits légumes ou seffa à la fassi. Ceux qui auront réussi à garder une petite place pour le dessert pourront goûter la glace à la corne de gazelle et au coulis d’orange amère ou le chakhchoukha aux pommes caramélisées et safranées.

Une soirée à Marrakech

Le dîner sera, quant à lui, servi à la carte. Après un assortiment de salades aux parfums du Maroc, les voyageurs du soir choisiront entre une pastilla de caille, de poisson ou un serpentin de légumes au coulis de kazbour. S’en suivront un tagine de loup de mer à la crème de safran, un tagine de jarret de veau aux amandes et pruneaux ou un méchoui de souris d’agneau aux légumes de printemps…ainsi qu’un dessert pour les plus gourmands, tarte hispano-mauresque ou belboula hlouwa par exemple. En bref, des incontournables réinterprétés à la sauce grand chef avec un travail de dressage et d’alliances de saveurs particulièrement aboutis. Moha Fedal ambitionne de hisser la gastronomie marocaine au rang de patrimoine culturel de l’humanité, dit-on. On ne doute pas qu’il parviendra à ses fins.

Du 9 au 15 mars, Café Calla, Mandarin Oriental, 1 Quai Turrettini, 1201 Genève.
Réservation conseillée. Tél. 022 909 00 00

www.mandarinoriental.fr

On a testé…

Une nuit au Riad Joya

Voilà le Riad parfait pour chiller en plein coeur de Marrakech. Une déco pas kitsch, un emplacement idéal et un accueil ultra attentionné.
Riad JoyaDes riads dans la Médina, il y en a des milliers. Et pour en avoir testé quelques-uns, pas évident de trouver le bon compromis. Entre celui planqué au fin fond de la ville rouge à 25 minutes à pied de tout commerce, celui à la déco pseudo tradi et ultra chargée ou encore celui au service inexistant, mieux vaut ne pas se rater. Et parmi les bonnes surprises, le Riad Joya. Situé à 5 minutes montre en main de la place Jemaa el-Fna (disons 7 minutes pour ceux qui n’ont pas le sens de l’orientation), le Boutique-hôtel est un havre de paix. Ses sept suites, élégantes et spacieuses, designées par l’italien Umberto Maria Branchini, affichent une architecture sobre et minimaliste rehaussée ici et là par des objets d’artisanat local soigneusement choisis. Le personnel ultra discret est aux petits soins.
Riad Joya terrasse
Pas de piscine ici mais finalement ça ne manque pas. (D’autant plus qu’en général ce que les riads appellent « piscines » ressemblent en général de visu à des pataugeoires). Et, il reste possible de buller tranquillement à l’abri des regards sur le toit où sont installées çà et là d’élégantes chaises longues. Les gourmands apprécieront aussi le petit déjeuner avec son jus pressé, son café, ses crêpes marocaines, ses œufs (à la demande), son yaourt… Le tout pour un prix, certes peut-être un peu plus conséquent que la moyenne, mais tout à fait acceptable au vu des prestations. Bref, une adresse à garder dans son répertoire.

www.riadjoya.com