Slider

Tag Archives: Luxe

Un dîner au champagne

Des bulles pour bien commencer l’année

Une fois n’est pas coutume, pour le réveillon, on fera des infidélités aux vignobles helvètes et on trinquera au champagne. Nos suggestions de flacons champenois pour passer le cap de la nouvelle année en beauté.

Direction le Japon

La Maison Perrier-Jouët marque les fêtes de fin d’année en célébrant ses affinités avec le Japon, un pays qui partage son amour pour l’art, la nature et la tradition du savoir-faire, avec une luxueuse édition limitée de la cuvée Perrier-Jouët Grand Brut. Cette édition limitée célèbre cette union en proposant une réinterprétation exubérante de cette nature si chère à La Maison Perrier-Jouët tout en mettant en scène l’emblématique anémone japonaise, symbole de la Maison depuis plus d’une décennie.

www.perrier-jouet.com

De Reims à Genève

Chaque année, plus de 307 millions de bouchons de champagne sautent dans le monde. Un succès auquel contribue une grande dame: la Veuve Clicquot. En 1805, elle hérite à 27 ans de son mari la Maison qui porte aujourd’hui son nom. Elle exporte son champagne rapidement dans le monde entier avec grand succès, ce qui fait sa réputation aujourd’hui encore. Ainsi est née la collection de coffrets-cadeaux «Arrow», qui rappelle les destinations historiques de la Maison.  Cette année, les Arrows sont disponibles avec les destinations « Switzerland », « Zürich » et «Genève », un cadeau parfait  pour les fêtes de fin d’année.

www.veuveclicquot.com

Nom de code

Les millésimes Dom Pérignon doivent leur singularité  à la façon dont ils évoluent, non pas de manière linéaire, mais à travers des fenêtres d’expression successives.  On appelle ces moments privilégiés « Plénitudes », des instantanés où le vin chante plus haut et plus fort.  P2 2000, la deuxième Plénitude de Dom Pérignon, est le fruit de 16 années d’élaboration. L’énergie est à son paroxysme.  La personnalité sombre, minérale, iodée, épicée de Dom Pérignon résonne avec plus d’intensité et de clarté que jamais.

www.domperignon.com

En musique

Lancée l’an dernier, la “Music Box” de chez Lanson, est devenue un classique de la prestigieuse Maison champenoise à la Croix de Malte. Concept particulièrement original, le coffret métallique se compose d’un système ingénieux de couvercle unique qui accueille un smartphone et qui se transforme en amplificateur de son.

www.lanson.com

En Sauvage

Cette année, la maison Boizel a confié la création de son coffret de Noël au designer Pierre Sauvage. Le résultat ? Le “Boizel by Casa Lopez”, à la fois seau à champagne et vase original, en céramique, fait et peint à la main au Portugal, avec un motif de cannage vert turquoise sur fond blanc, repris sur l’habillage de la bouteille de Brut Réserve et sur le coffret.

www.boizel.com

La wish list de la GDH #3

Philippe K ou l’art du savon responsable

Le luxe responsable, un oxymoron ? Pas pour le chantre lausannois de la Haute parfumerie, alias Philippe Cart, qui vient de signer deux savons, aussi beaux qu’écolos. En bref, LE cadeau de noël idéal.

La dernière création de Philippe Cart ? Deux gels lavants de Haute Parfumerie. L’un à base de musc blanc, ambre et résine de benjoin, l’autre à base de yuzu, twisté par la résine d’Elémi des Philippines et le Bois de Gaïac. Au-delà des fragrances ultra étudiées, imaginées par Luca Maffei, le nez star de la maison, la véritable originalité de ces gels lavants tiennent dans leur composition. Intégralement végétales et sans savon, les formules à 2% de parfum sont en elle-mêmes de véritables manifestes. On a essayé et on a été bluffé. Exit la crème pour les mains, le gel laisse la peau hydratée et ultra douce. Rien à voir avec un savon lambda, qui agresse l’épiderme. Chaque ingrédient -végétal donc- a été minutieusement choisi pour ses propriétés. Une preuve qu’on peut faire aussi bien et même nettement mieux sans additifs chimiques. Autre spécificité des deux gels : leur packaging. Première dans le secteur, les deux flacons sont conçus en plastique 100% recyclé -sachant qu’habituellement il suffit d’intégrer 10% de matériau recyclé pour pouvoir en indiquer la mention (pratique courante des marques pour des raisons de coût). Last but not least, le gel lavant s’utilise aussi bien pour les mains qu’en gel douche. Bref, un cadeau que les Monsieur Propre apprécieront.

Gel lavant parfumé Yuzu Kan-Su ou Cashmere n°10, 300ml, 48 francs.

www.philippek.com

A l’aventure

Au paradis des mini-dandys

Des vacances de rêve avec ses enfants, un oxymoron ? Pas à La Réserve, où luxe, calme et volupté peuvent rimer avec petits monstres déchaînés.

Pour mater les terreurs les plus pourries gâtées, rien de tel qu’un séjour à La Réserve Genève. En effet, avec la complicité de My Little Room, concept-store on line pour enfants, le resort le plus chic des bords de lac déroule le tapis rouge à ses mini-hôtes de 0 à 13 ans. Perroquets perchés ici et là, chaise en forme d’éléphant, tapis lion devant un joli tipi, cabane en bois et toile, gros coussins doudou, crayons de couleur à profusion, girafe sur le canapé, le 5 étoiles de Bellevue a mis le paquet pour séduire les bambins terribles en déclinant son univers de lodge africain en version enfant dans ses chambres communicantes. Séance de maquillage, jeux en bois, baby- foot, jeux d’arcade, tours de magie, chasse au trésor ou spectacle de marionnettes, les jeunes hôtes se régalent le dimanche de barbe-à-papas, de pop-corn, cookies et autres friandises au milieu des arbres, tabourets biches, oiseaux, lapins blancs, renard malicieux et champignons, décor féérique du nouveau kids club installé dans les petits salons du Tsé Fung. Le temps est au beau fixe ? Direction La Petite Réserve, avec ses cabanes, son château gonflable et ses aménagements en bois dans le parc. De quoi occuper les explorateurs en herbe pendant que leurs parents se prélassent en profitant du cadre idyllique de l’hôtel. Pas de doute : exit plages de sable fin, cocotiers et eaux cristallines à 30°, le vrai paradis est au bord du lac Léman.

La Réserve Genève hotel, spa and villas, 301 route de Lausanne, 1293 Bellevue. www.lareserve.ch

 

 

 

Potagers au sommet

La Veggie week de retour

Après une édition inaugurale couronnée par un succès en juin dernier, la Veggie week fait un come-back de star. Au programme de ce cru 2018 ?  Un ambassadeur VIP, deux semaines au lieu d’une, des nouveaux restaurants et des créations culinaires végétales toujours plus gourmandes.
On est sur les starting-blocks : du 4 au 17 juin, les plus prestigieux restaurants genevois mettent leurs assiettes à l’heure végétale, c’est la fameuse Veggie week. Deux semaines entières où les gourmands pourront manger gastronomique ET végétarien (voire même végan pour les plus convaincus) dans des cadres où luxe, calme et volupté sont les maître-mots. Parmi les participants, le Loti, le Gusto, la Brasserie du Parc des Eaux-Vives, le Rasoi, le Jardin, Le Living-Room, La Terrasse ainsi que le Chat Botté, l’Auberge d’Hermance, le Woods ou encore Le Tiffany. Douze établissements triés sur le volet participent au cru 2018 de la Veggie week avec pour tête de file, un ambassadeur VIP, qui prend part à l’opération pour la première fois : le chef Damien Coche, maître des fourneaux du restaurant gastronomique doublement étoilé du Domaine de Châteauvieux. Nous, on a déjà repéré quelques highlights qu’on ne manquera pas d’aller tester, comme les Tempura d’artichauts look charbon et courgettes en folie, effluve d’une barigoule de Colin Rey, tout jeune chef de l’Auberge d’Hermance et étoile montante de la gastrosphère, la Salade de mangue et papaye verte, noix de cajou, nouilles de riz, tofu, vinaigrette menthe légèrement épicée au Loti ou encore la Cocotte printanière, nouilles Udon et bouillon fumant du Tiffany. Mention spéciale aussi pour le menu du Rasoï avec les créations veggie ultra inspirées du nouveau chef Prabu Kalyanasundaram (vraiment au top, on vous en reparlera) et évidemment aussi pour la balade gourmande orchestrée par Damien Coche au Domaine de Châteauvieux avec, entre autres, son tataki de betterave au vieux balsamique, son tartare de carottes marinées au gingembre et aux herbettes, coulis d’avocat et mousse « Schweppes » ou encore son millefeuille de côtes de bettes et champignons à la quinoa, émulsion curry vert et coco, pommes gaufrettes. Bref, de quoi convertir les carnivores, le temps d’un dîner…ou plus si affinités.

Du 4 au 17 juin 2018, réservations directement auprès des établissements. Coordonnées, menus et prix sur  www.veggieweek.ch

 

 

 

Au beauty bar du Melrose

La cosmétique du sur-mesure

Il y a mille et une raisons d’élire le Melrose comme QG, que l’on soit yogista averti ou que l’on courre les tables de massage les plus prisées de la ville. La botte secrète de l’enclave zene des Eaux-Vives? Son beauty bar où sont prescrits en exclusivité les hits du label parisien Codage.

Impossible de tomber dessus par hasard. Dissimulé au dernier étage d’un immeuble de la ruelle du Couchant, le Melrose est une place-to-be pour initiés auquel on accède exclusivement par ascenseur privé. Papier peint exotique, fauteuil des années 50, tapis afghans, table basse japonaise, banc de méditation antique ou service en argenterie à tête de lions vénitiens, le ton est donné. Pas de doute : ici, la faute de goût est persona non grata. Au cœur de ce loft d’architecte, qui se déploie sur plus de 240 m2 et trois étages, un studio de yoga. Led ashtanga yoga, du vinyasa flow yoga, de l’extreme stretch ou encore de la barre au sol, les cours ne sont dispensés qu’en petits groupes et par des experts de chacune des disciplines. Au premier étage, sous la verrière, une salle de soins et le fameux beauty-bar. On y retrouve la collection complète sur-mesure et « lifestyle » de Codage, la plus edgy des marques de cosmétologie parisiennes. Son expertise ? La formulation de sérums personnalisés. « Chaque beauté est unique ; à chacun sa formule, sa solution, son Codage », explique Amandine et Julien Azencott, les fondateurs du label à la sobriété chic, particulièrement prisé par ces messieurs. La bonne nouvelle : plus besoin de filer à Paris pour faire le plein de petites fioles miracles à son nom, la praticienne du Melrose s’occupe de scruter la peau de ses hôtes pour leur proposer la formulation la plus adaptée et commander le sérum Haute Couture myCodage adéquat signé aux initiales de chacun. Une fois le diagnostic effectué, on enchaîne sur un soin visage ou corps aux protocoles concoctés par le label ou par un soin maison anti-stress, histoire de réintégrer son quotidien requinqué et chargé d’ondes positives. On est fan. A noter également, le sanctuaire zen à l’ambiance intimiste propose des consultations de nutrithérapie ainsi qu’un service de conciergerie. Bref, du 5 étoiles pour prendre soin de soi. On recommande chaudement.

Le Melrose, Ruelle du Couchant 11, 1207 Genève.

www.le-melrose.ch