Slider

Tag Archives: Luxe

Potagers au sommet

La Veggie week de retour

Après une édition inaugurale couronnée par un succès en juin dernier, la Veggie week fait un come-back de star. Au programme de ce cru 2018 ?  Un ambassadeur VIP, deux semaines au lieu d’une, des nouveaux restaurants et des créations culinaires végétales toujours plus gourmandes.
On est sur les starting-blocks : du 4 au 17 juin, les plus prestigieux restaurants genevois mettent leurs assiettes à l’heure végétale, c’est la fameuse Veggie week. Deux semaines entières où les gourmands pourront manger gastronomique ET végétarien (voire même végan pour les plus convaincus) dans des cadres où luxe, calme et volupté sont les maître-mots. Parmi les participants, le Loti, le Gusto, la Brasserie du Parc des Eaux-Vives, le Rasoi, le Jardin, Le Living-Room, La Terrasse ainsi que le Chat Botté, l’Auberge d’Hermance, le Woods ou encore Le Tiffany. Douze établissements triés sur le volet participent au cru 2018 de la Veggie week avec pour tête de file, un ambassadeur VIP, qui prend part à l’opération pour la première fois : le chef Damien Coche, maître des fourneaux du restaurant gastronomique doublement étoilé du Domaine de Châteauvieux. Nous, on a déjà repéré quelques highlights qu’on ne manquera pas d’aller tester, comme les Tempura d’artichauts look charbon et courgettes en folie, effluve d’une barigoule de Colin Rey, tout jeune chef de l’Auberge d’Hermance et étoile montante de la gastrosphère, la Salade de mangue et papaye verte, noix de cajou, nouilles de riz, tofu, vinaigrette menthe légèrement épicée au Loti ou encore la Cocotte printanière, nouilles Udon et bouillon fumant du Tiffany. Mention spéciale aussi pour le menu du Rasoï avec les créations veggie ultra inspirées du nouveau chef Prabu Kalyanasundaram (vraiment au top, on vous en reparlera) et évidemment aussi pour la balade gourmande orchestrée par Damien Coche au Domaine de Châteauvieux avec, entre autres, son tataki de betterave au vieux balsamique, son tartare de carottes marinées au gingembre et aux herbettes, coulis d’avocat et mousse « Schweppes » ou encore son millefeuille de côtes de bettes et champignons à la quinoa, émulsion curry vert et coco, pommes gaufrettes. Bref, de quoi convertir les carnivores, le temps d’un dîner…ou plus si affinités.

Du 4 au 17 juin 2018, réservations directement auprès des établissements. Coordonnées, menus et prix sur  www.veggieweek.ch

 

 

 

Au beauty bar du Melrose

La cosmétique du sur-mesure

Il y a mille et une raisons d’élire le Melrose comme QG, que l’on soit yogista averti ou que l’on courre les tables de massage les plus prisées de la ville. La botte secrète de l’enclave zene des Eaux-Vives? Son beauty bar où sont prescrits en exclusivité les hits du label parisien Codage.

Impossible de tomber dessus par hasard. Dissimulé au dernier étage d’un immeuble de la ruelle du Couchant, le Melrose est une place-to-be pour initiés auquel on accède exclusivement par ascenseur privé. Papier peint exotique, fauteuil des années 50, tapis afghans, table basse japonaise, banc de méditation antique ou service en argenterie à tête de lions vénitiens, le ton est donné. Pas de doute : ici, la faute de goût est persona non grata. Au cœur de ce loft d’architecte, qui se déploie sur plus de 240 m2 et trois étages, un studio de yoga. Led ashtanga yoga, du vinyasa flow yoga, de l’extreme stretch ou encore de la barre au sol, les cours ne sont dispensés qu’en petits groupes et par des experts de chacune des disciplines. Au premier étage, sous la verrière, une salle de soins et le fameux beauty-bar. On y retrouve la collection complète sur-mesure et « lifestyle » de Codage, la plus edgy des marques de cosmétologie parisiennes. Son expertise ? La formulation de sérums personnalisés. « Chaque beauté est unique ; à chacun sa formule, sa solution, son Codage », explique Amandine et Julien Azencott, les fondateurs du label à la sobriété chic, particulièrement prisé par ces messieurs. La bonne nouvelle : plus besoin de filer à Paris pour faire le plein de petites fioles miracles à son nom, la praticienne du Melrose s’occupe de scruter la peau de ses hôtes pour leur proposer la formulation la plus adaptée et commander le sérum Haute Couture myCodage adéquat signé aux initiales de chacun. Une fois le diagnostic effectué, on enchaîne sur un soin visage ou corps aux protocoles concoctés par le label ou par un soin maison anti-stress, histoire de réintégrer son quotidien requinqué et chargé d’ondes positives. On est fan. A noter également, le sanctuaire zen à l’ambiance intimiste propose des consultations de nutrithérapie ainsi qu’un service de conciergerie. Bref, du 5 étoiles pour prendre soin de soi. On recommande chaudement.

Le Melrose, Ruelle du Couchant 11, 1207 Genève.

www.le-melrose.ch

 

Bestiaire mécanique

L’oiseau et la tortue

La tortue se prénomme Kelys. Quant à l’oiseau chanteur, il s’agit de Chirp. Deux adorables bestioles, imaginées par MB&F, Reuge et Nicolas Court, expert ès automate suisse.

Une pression sur la queue de Kelys et il démarre sa promenade, avec la démarche si typique des tortues. Après quelques secondes, une autre surprise: une des écailles de son dos s’ouvre et son amie Chirp jaillit, battant des ailes et chantant à tue-tête. Sa mélodie terminée, Chirp replonge dans l’abri offert par la carapace de Kelys – qui continue sa marche, imperturbable. C’est le dernier petit bijou mécanique créé conjointement par MB&F, Reuge et Nicolas Court. Et, bien que Kelys & Chirp puisse apparaître simple au regard d’une montre compliquée, les 480 composants (nombre suffisant pour une répétition minute) témoignent de sa complexité intérieure. C’est en cela que Nicolas Court et son équipe ont exercé leur talent : ils ont relevé des défis considérables afin de développer le mécanisme d’automate de la tortue en travaillant autour de l’oiseau chanteur, qui constitue à lui seul un mouvement complet. Il s’agissait d’une part, d’animer la tortue relativement lourde (1,4 kg) avec le peu d’énergie disponible dans le petit barillet du mouvement de l’oiseau chanteur ; et, d’autre part, de s’assurer qu’elle se déplace de manière réaliste. Le premier problème a été résolu par la recherche d’un rapport d’engrenage faible optimal, le deuxième par l’utilisation d’un rouage elliptique dans la transmission, avec des cames pour commander le mouvement des pattes. Nicolas Court et son équipe ont ajouté un système de sécurité à friction qui détecte les bords d’une surface et arrête immédiatement le mouvement de la tortue, avant le désastre. En outre, Ils ont repris un système de sécurité Reuge pour le mouvement de l’oiseau : si Chirp ou son couvercle sont accidentellement repoussés pendant le chant, l’oiseau s’arrête et se retire instantanément dans son nid. Une prouesse qui a un prix : les deux compagnons sont disponibles en 4 éditions limitées de seulement 18 pièces chacune en bleu, jaune, vert ou ocre pour la modeste somme de 49’000 francs. Bref, deux animaux domestiques un peu coûteux mais quand on aime, on ne compte pas…

www.mbandf.com

 

Cayenne, troisième du nom

Le SUV de Porsche s’offre un lifting

Porsche a présenté fin août la troisième génération de son Cayenne. N’oublions pas qu’avec 760,000 unités vendues, le SUV a représenté la bouée de sauvetage pour la marque allemande. Cette troisième génération va donc continuer de représenter un élément clef de la gamme et son renouvellement est un point stratégique pour le constructeur allemand.

Après 7 ans de bons et loyaux services, le Cayenne de deuxième génération cède sa place à un Cayenne profondément renouvelé. Des moteurs turbo puissants, une nouvelle boîte Tiptronic S à 8 rapports, de nouveaux systèmes de châssis ainsi qu’un concept d’affichage et de commande innovant avec une connectivité complète sont autant d’éléments qui permettent d’élargir l’éventail de possibilités, entre sportivité et confort. Si la deuxième génération avait joué la finesse au niveau du style, le Cayenne 3 revient vers l’esprit du premier Cayenne avec un aspect beaucoup plus athlétique. Les codes stylistiques vus sur la dernière Panamera et la 911 sont ici repris massivement afin que le lien de famille soit visible au travers de l’ensemble de la gamme. Le nouveau Cayenne regroupe trois concepts de châssis : voiture de sport, véhicule tout-terrain, berline. Pour cela, un nouveau châssis de base léger a été mis au point. De nouveaux concepts sont disponibles : roues arrière directrices, suspension pneumatique, stabilisation antiroulis. Cet agencement permet d’avoir des conditions optimales pour les systèmes de châssis actifs, qui sont analysés et synchronisés par la régulation châssis intégrée Porsche 4D-Chassis Control. Le système travaille en temps réel et peut donc encore améliorer le comportement routier. À l’exception du système d’amortissement actif PASM (de série sur le Cayenne S), tous les autres systèmes de châssis sont des innovations. Pour la première fois, le Cayenne dispose en option de roues arrière directrices à commande électrique. A l’intérieur aussi le renouvellement est profond : l’écran tactile Full HD de 12,3 pouces de la toute dernière génération du Porsche Communication Management (PCM) se trouve au cœur du nouveau concept d’affichage et de commande de Porsche. De nombreuses fonctions numériques peuvent ici être utilisées de façon intuitive, même par commande vocale. Le système Porsche Connect Plus disponible de série permet d’accéder à des services en ligne et à Internet. Cela inclut par exemple la navigation en ligne de série, avec informations de trafic en temps réel. Les éléments de commande analogique sur la nouvelle console centrale se concentrent sur les fonctions principales du véhicule. Dans un style typique de Porsche, le conducteur a ainsi vue sur un compte-tours analogique placé au centre. Celui-ci est complété de deux écrans Full HD de sept pouces, lesquels affichent toutes les autres données de conduite utiles ainsi que des informations choisies séparément via le volant multifonction. Pour le lancement, deux versions seront disponibles : le Cayenne 3L de 340 ch et le Cayenne S V6 biturbo 2,9L de 440 ch.

www.porsche.com

 

Des diamants et des couleurs

Quand Rolls-Royce vient à Genève

Si la GDH a arpenté les Halles de Palexpo en long et en large à l’occasion de la 87ème édition du Salon International de l’Automobile, c’est chez Rolls-Royce qu’elle a choisi de faire une halte.  Et on vous dit tout de suite pourquoi.

Comme chaque année, la 87ème édition du Salon International de l’Automobile a rencontré un énorme succès. Ce rendez-vous incontournable aura permis aux 690’000 visiteurs de découvrir 175 nouveautés et concept cars sur un total de 900 modèles exposés. De quoi avoir le tournis. Et quitte à zieuter des belles mécaniques, autant viser le must. Cela tombe à pic, cette année Rolls-Royce a placé la barre très haut. Au programme, des diamants à en pleuvoir avec la Ghost Elegance, un modèle unique, recouvert de poudre de diamants. Pour être précis, 1’000 diamants ont été concassés pour obtenir une poudre qui puisse recouvrir la totalité de la voiture. Elle a été conçue spécialement pour répondre à la demande d’un collectionneur passionné. Pour les amateurs de vitesse, la Black Badge, au top évidemment avec ses 632 chevaux. « Black Badge c’est une attitude, un aspect de Rolls-Royce qui attire une clientèle électrisée, les preneurs de risques qui n’hésitent pas à enfreindre les règles et à se moquer du conventionnel. Animés d’un esprit vif, ils font les choses comme s’il n’y avait pas de lendemain et ils changent le monde », explique Torsten Müller-Ötvös, Directeur Général de Rolls-Royce Motor Cars à propos de la voiture la plus puissante de la marque. Notre coup de cœur ? Les trois cabriolets blancs nacrés aux toits colorés de la collection printemps-été 2017 « Dawn – Inspired by Fashion », fruit du travail de Giles Taylor, directeur artistique de la marque et son équipe de designers. C’est la première fois lors d’un salon automobile public que Rolls-Royce présente cette collection, qui se décline en trois teintes : Mugello Red, Cobalto Blue et Mandarin. Des nouveautés qui devraient séduire les dandys helvètes au tempérament haut en couleur. Et pour rouler dans sa propre Ghost Elegance diamantée ? Pas besoin de filer à Goodwood, il suffit de passer commande chez Prestige Motor Group à Nyon. Allez, on vous donne quand même l’adresse, on peut toujours rêver…

Rolls-Royce Motor Cars Geneva, Prestige Motor Group R, Route de Saint-Cergues 293, 1260 Nyon.

www.prestigemotorgroup.ch

libero. consequat. ut at porta. pulvinar felis vel, id consectetur efficitur. facilisis