Slider

Tag Archives: La Réserve

A la Veggie week

Un potager cinq étoiles

C’est une première à Genève. C’est même une première mondiale. Du 5 au 11 juin, les restaurants des plus prestigieux hôtels 5 étoiles se mettent à l’heure veggie et proposent des menus 100% végétariens, voire végétaliens pour certains.

Pas de doute, la gastronomie végétarienne a le vent en poupe…et pas seulement chez les herbivores convaincus. Il n’y a qu’à se balader à la Fnac ou chez Payot pour en avoir la preuve : le rayon livre de cuisine fourmille d’ouvrages en tous genre pour apprêter les stars du potager. Et pourtant… Trop rares sont encore les restaurants à inscrire à leur carte du végétarien qui fait envie. D’où l’idée de la Veggie week, une semaine gastronomique végétarienne qui gage de convertir -au moins le temps d’un repas- les carnivores les plus invétérés, à la cuisine végétale. Au programme donc, de l’exotisme, de la créativité et surtout… de la gourmandise. Huit hôtels participent à l’opération pour un total de onze restaurants. Couscous de légumes au seitan, semoule aux fruits secs, Momo de tofu, riz aux aubergines et haricots rouges sauce « Amti » ou encore Ravioli farcis au caviar de courgette, coulis de tomate ananas à l’origan, des saveurs métissées aux multiples influences feront voyager les épicuriens, qu’il s’agisse de sublimer tofus et graines, de revisiter des plats carnés en version légumière ou simplement de proposer des créations plus traditionnelles twistées pour l’occasion. Parmi les chefs participants, Michaël Coquelle au Windows, Dominique Gauthier à L’Atrium, Chef Gilberto au Il Vero, Nasser Jeffane au Café Calla, Baskar Chakravarthy au Rasoi), Julien Schillaci au Gusto et à La Brasserie du Parc des Eaux-Vives, Alessio Corda au Living-Room Bar & Kitchen, Virginie Basselot au Loti, Eric Canino au Café Lauren et enfin Philippe Bourrel au Jardin. Bref, que du beau monde. Et si avant de manger des criquets, on essayait les navets ?

Réservations directement auprès des établissements. Coordonnées, menus et prix sur  www.veggieweek.ch

La GDH a testé…

Un dîner au Loti

On ne le dira jamais assez : à la GDH, nous sommes des inconditionnels de La Réserve. Et depuis que Virginie Basselot a repris les rênes du Loti, nous brûlions d’envie d’aller tester sa carte. C’est chose faite. Au programme, un dîner magistral, suivi d’une nuit dans une des suites du 5 étoiles avec vue sur le lac.

Elle se rêvait pilote de chasse, elle est chef de brigade… en cuisine ! Habituée à côtoyer les étoiles, Virginie Basselot vole dans les hautes sphères de la gastronomie depuis de nombreuses années, ayant exercé ses talents dans des maisons comme le Crillon, le Grand Véfour ou encore le Saint-James. Sacrée MOF en spécialité cuisine-gastronomie en 2015, elle a été nommée en automne dernier chef exécutive de La Réserve Genève.  « Nous l’avons choisie pour son talent extraordinaire et son parcours fulgurant aux côtés des plus grands à Paris », a commenté Laurent Branover, directeur général du 5 étoiles. Associations inattendues, présentation recherchée, exécution impeccable, le style de la cheffe d’origine normande fait l’unanimité. Pas de doute, on se devait d’essayer. Au menu donc pour nous de ce dîner découverte :  Asperges blanches et morilles, blé au jus et crème de noix, Coquilles Saint-Jacques, ravioles de Granny Smith et céléri-rave, Filet d’agneau de la Ferme de Vessy, fumé au thym et romarin, mousseline de haricots chevrier et cromesquis à l’ail et enfin Chocolat Jivara, mousse légère au citron et croquant praliné. Le tout accompagné du le mythique Tokaj-Hétszőlő (blanc sec hongrois) et du 2ème vin de Cos d’Estournel (Bordeaux). On a été bluffé. Du fumet des plats à la construction millimétrée des assiettes en passant par l’alchimie des saveurs, chaque détail minutieusement pensé éblouit littéralement les sens. Mention spéciale pour le filet d’agneau, présenté entier à table sur son ardoise et pour les Coquilles Saint-Jacques, excellentissimes à la cuisson maîtrisée à la perfection. Pour parfaire l’expérience, une fois n’est pas coutume, nous avons passé la nuit dans le mythique palace. Suite avec vue sur le lac, bouteille de champagne fruits frais et autres douceurs, baignoire XXL équipée de balnéothérapie et pour s’évader tout en douceur dans les bras de Morphée, un menu d’oreillers long comme le bras (on recommande celui au houblon, qui favorise l’endormissement ou celui aux herbes chinoises). Bref, un petit air de vacances au paradis…à quelques encablures de son home sweet home. On recommande sans réserve.

La Réserve Genève Hotel and Spa, 301, Route de Bellevue, 1293 Bellevue. Tél. 022 959 59 59. www.lareserve-geneve.com

On a testé…

Le sport à La Réserve

Le spa Nescens vient d’inaugurer un tout nouveau programme dédié à la préparation physique, associant coaching, soins et nutrition. L’objectif ? Se remettre au sport, renforcer sa condition physique ou augmenter ses performances. La GDH s’est dévouée -sans trop se faire prier- pour essayer.

Du renforcement physique dans un hôtel 5 étoiles, est-ce bien compatible ? C’est ce que l’on est allé voir de près en passant une journée à La Réserve. Fidèle à son positionnement autour du Better Aging, le Spa Nescens a concocté un programme sur-mesure pour ceux qui souhaitent se remettre au sport dans les meilleures conditions ou qui sont bien décidés à augmenter la performance de leur discipline fétiche. Et si les lieux se prêtent à la détente, pas question de buller. Ici, la remise en forme, c’est du sérieux. Pour preuve, il se murmure que des joueurs de tennis du top ten mondial s’y entraînent. On les comprend. Car, pour finir, la préparation physique version luxe, on en ferait volontiers tous les jours.

L’heure du bilan

Sportif ou pas, du vin et des bonnes bouffes, à la longue, ça ne pardonne pas. Et, pour slalomer sur les pistes noires, faire des exploits sur terre battue ou exceller sur les greens, il faut améliorer sa technique bien sûr, mais aussi entretenir sa forme physique. Pour inaugurer la journée donc, un bilan physique et ostéo-articulaire par Sébastien Ducasse, l’ostéopathe du spa. Incontournable le passage par l’objet de toutes les angoisses : la balance ou plutôt dans le cas présent un engin high-tech multi-capteurs pour quantifier les masses de notre corps. Fini le simple résumé de l’indice IMC, on parle de pourcentages de muscle, d’eau et de graisse. “L’IMC n’est pas significatif. L’important est la répartition des masses corporelles et de se sentir bien dans son corps”, explique-t-il. De là, place aux choses sérieuses. Briefée par le thérapeute, Anne, la coach sportive, se charge du programme d’entraînement et délivre une foule de conseils personnalisés. Et là, pas une minute de répit. Même si la saison est sur sa fin, c’est en prévision de l’année prochaine que nous avons opté pour le ski. Car à chaque discipline, ses exigences avec un focus sur l’endurance, la puissance, l’équilibre ou l’adresse en fonction des objectifs. Et pour améliorer nos performances de skieur émérite, nous avons travaillé dans différentes salles sur des machines derniers cris comme la Kinesis one ou encore l’Artis adductor. Petit détour par la salle de fitness interactif équipée d’un ensemble square & wall avec capteurs lumineux connectés à une dalle plasma tactile. Une sorte de jeu vidéo grandeur nature idéale pour parfaire sa godille en s’amusant. Pour clore la séance, une série d’exercices de stretching de trente minutes ultra efficaces dans une pièce dédiée.

A table !

12h, il est l’heure de déjeuner. Pas d’agapes déraisonnables, il va de soi (dommage car il y a de quoi faire à la Réserve) mais excellente surprise, on peut manger light et fort sympathique. Merci M. Canino. C’est en effet, le chef étoilé de La Réserve Ramatuelle qui signe la carte du Café Lauren. Dans le cadre du programme de préparation physique, un repas sur-mesure est concocté. Champignons farcis et crème de cresson, Cabillaud rôti, fondue de poireaux et mangue, Vinaigrette à la mangue et ananas et en dessert salade de fruits frais, le tout accompagné d’un jus détox pomme-citron-gingembre, voilà une diète à laquelle on se plierait volontiers à tous les repas. Et malgré le sport du matin, pas de sensation de faim. On est impressionné. A 14h, rendez-vous avec Julie Augustin, une nutritionniste qui nous réconcilie avec les régimes lors de son bilan diététique personnalisé et ultra pointu. Son motto ? « Pour maigrir, il faut manger assez ». On ne peut qu’adhérer. Le secret, nous dévoile-t-elle, c’est notamment le rythme d’alimentation quotidien. Ne pas laisser de trop longs intervalles entre les repas, quitte à prendre des collations régulières, bref doser intelligemment pour ne pas avoir trop ou pas assez faim. “L’idée est de fractionner les repas (trois repas + une ou deux collations), de manière à lisser les apports énergétiques sur la journée et éviter les fringales et grignotages associés”, explique-t-elle. “Ecouter les sensations de faim – différentes des envies de manger – est indispensable. En résumé, il faut ajuster les portions de féculents pour arriver aux repas avec une légère faim.” Bon, quant au vin, il ne faut pas rêver, mieux vaut limiter la consommation en fréquence…et en volume. On ne garantit rien mais on essaiera, promis.

Après l’effort, le réconfort…

Pour terminer la journée, une séance de balnéothérapie aux huiles essentielles dans une ambiance lumière tamisée et bougies des plus agréables pour se détendre et surtout un massage signature à l’huile de sésame d’une heure trente par le vigoureux Leonard. Un soin détoxinant, drainant et stimulant qui cible les trajets musculaires et énergétiques en se concentrant essentiellement sur les zones les plus sensibles. De quoi dénouer les tensions et les blocages instantanément. Last but not least, on est invité à profiter des installations fitness et de détente du Spa. Machines en libre accès pour les plus courageux, sauna, hammam et piscine pour nous. Une version condensée du programme qui dans son intégralité se déroule en temps habituel sur quatre jours…et on en ferait volontiers bien davantage. Un cadre de rêve, des intervenants au top et des journées mixant entrainement de pointe et délassement, de quoi donner des envies de reconversion… Sportif professionnel en séjour longue durée à la Réserve, c’est possible ?

Tarif : 1er jour : 300 francs. Jours suivants : 650 francs par jour avec un supplément de 100 francs par jour pour le programme de préparation physique spécial tennis.

Spa Nescens – La Réserve Genève- Hotel, Spa and Villas – 301, route de Lausanne – 1293 Bellevue +41 (0) 22 959 59 99 – infogeneve@spanescens.com – www.lareserve-geneve.com

Maroc en scène

La Mamounia des bords du lac

Inutile de traverser la Méditerranée pour déguster le top de la gastronomie marocaine. Du 27 février au 5 mars, La Réserve Genève poursuit son Tour du Monde en 80 jours en faisant escale à Marrakech. Embarquement immédiat direction la Médina.

On y est. Après la France, la Chine puis la Russie, c’est enfin le Maroc qui investit les cuisines du Loti. Pendant une semaine, Virginie Basselot reçoit le Chef de la mythique Mamounia, Rachid Agouray. Accompagné de toute sa brigade, il prend possession des fourneaux avec une carte marocaine de grands classiques revisités pour l’occasion, déclinée du déjeuner au dîner, sans oublier un brunch aux couleurs de la Ville rouge le dimanche 5 mars. Au programme de ces pérégrinations culinaires, une mosaïque de plats hauts en couleurs : Pastilla de homard, fondue d’épinards et coulis de poivrons rouges, soupe harira accompagnée de dattes et chebbakia, tagine de lotte, émulsion safran-verveine, couscous royal ou encore en dessert un étonnant tagine de fraises, tomates confites et sorbet à la cardamone… Un air d’ailleurs que l’on retrouvera aussi dans la décoration du restaurant qui se mettra aussi à l’heure marocaine avec les célèbres photophores du palace marrakchi disposés ici et là autour d’un palmier improvisé mais aussi un groupe de musique traditionnelle chaque soir. « Le plus beau palace de Marrakech est particulièrement réputé pour sa cuisine, grâce à son restaurant La Grande Table Marocaine, qui propose les grands classiques de la gastronomie marocaine mais se distingue aussi par sa créativité très contemporaine », précise, avec enthousiasme, Laurent Branover, le directeur Général de La Réserve. Avec un tel programme, on gage qu’il ne sera pas le seul à céder à l’appel de l’Atlas.

Menu au choix parmi 4 entrées, 4 plats et 4 desserts servi midi et soir du 27 février au 4 mars. Brunch marocain dimanche 5 mars 130 francs par personne hors boisson.

Restaurant Le Loti – La Réserve Genève Hotel and Spa, 301, Route de Bellevue, 1293 Bellevue.
Tél. 022 959 59 59.

www.lareserve-geneve.com

Chic, c’est la Resto Week

Des étoiles plein les yeux

Cette année pour la Saint-Valentin, on va pouvoir jouer les radins : la Restaurant Week se tiendra du 13 au 19 février. Une opportunité en or pour mettre des étoiles dans les yeux de sa moitié…sans se ruiner.

Alors, chérie, je t’emmène dîner à la Réserve ? Voilà de quoi éviter l’air désappointé de Madame pour qui oui-la-Saint-Valentin-est-une-fête-commerciale-mais-quand-même…sans pour autant plomber son budget. Car, excellente nouvelle : cette année, la  Restaurant Week a le bon goût d’avoir lieu du 13 au 19 février. Et pas de mauvaise surprise, le concept de la fameuse semaine gourmande ne change pas d’un iota : plusieurs grandes tables de l’Arc Lémanique s’associent pour proposer un menu trois plats à prix doux, soit 65 francs par personne le midi et 75 francs le soir. Pour cette nouvelle édition orchestrée par La Fourchette, on compte notamment parmi les participants, le Rasoi, le Jardin, le Bayview ou encore le Windows, des habitués de l’exercice mais aussi quelques nouveaux arrivants comme le Woods à l’Intercontinental, le Fairmont Montreux Palace, Côté Jardin au Lausanne Palace ou encore l’Hôtel des 3 Couronnes. Et côté menu ? De quoi se faire plaisir : Tarte fine aux escargots, pesto de pistache et ail rose, Parmentier de volaille jaune, côtes de blettes truffées et pommes caramélisées, Glace à l’amande et croquant chocolat au Président Wilson ; Tartare de Saint-Jacques parfumé au citron Meyer, dentelle croustillante et caviar de hareng, Noix de Saint-Jacques rôties, risotto de céleri rave à la truffe noire et émulsion de homard, Carpaccio d’ananas menthe poivrée au Richemond ou encore Cœur de saumon à la parisienne, légumes au raifort et sauce aux herbes,

Filet de canette de Challans rôti, oignons à l’orange et mangues fraiches, Soufflé mandarine et Grand Marnier à la Réserve. Quand on aime, on ne compte pas. Et, si, tout bien réfléchi, on fêtait la Saint-Valentin tous les jours de la semaine cette année ?

Réservations sur www.lafourchette.ch