Slider

Tag Archives: Exposition

L’art de la force animale

Une exposition bestiale

Dans sa dernière exposition, la galerie carougeoise Aubert Jansem porte aux cimaises les artistes animaliers du XXe siècle. Son objet ? La force chez l’animal.

© Stéphane Briolant

Paul Jouve, Maurice Prost, Roger Godchaux, Armand Petersen, Helène Arf, voilà quelques-uns des artistes animaliers du siècle dernier dont la galerie Aubert Jansem nous invite ce printemps à découvrir le bestiaire. Une sélection pointue parmi les innombrables sculpteurs et peintres à s’être adonnés à l’exercice. En effet, suite aux expositions universelles ayant suscité l’engouement du public pour une faune exotique jusque-là méconnue et à l’éclosion de nombreux parcs zoologiques européens à la fin du XIXe et du début du XXe siècle, légion ont été les peintres en quête de modèles vivants à avoir planté leurs chevalets face aux enclos pour de longues heures d’observations minutieuses. Parmi le corpus foisonnant d’œuvres, il a fallu trancher : la galerie a choisi pour fil rouge l’expression de la force animale. Entre science et art, ce sont donc des éléphants, singes, panthères, jaguars et autres fauves dans des postures pleines de vie et tout en puissance qui ont pris leurs quartiers à la rue Saint-Victor. Bref, une véritable ménagerie arty à découvrir d’urgence.

« Force animale, œuvres de Paul Jouve, Maurice Prost, Roger Godchaux, Armand Petersen, Helène Arf… », jusqu’au 28 avril 2018 à la Galerie Aubert Jansem, rue Saint-Victor, 11, 1227 Carouge.

www.aubertjansem.ch

 

Photos de course

Pilotes sur papier glacé

« For The Thrill of Speed » présente une collection de clichés historiques en noir et blanc, saisissant les hauts et les bas de pilotes automobiles légendaires. Une nouvelle excuse pour filer dare-dare à la MAD Gallery.

Ce n’est pas un secret : la M.A.D.Gallery a un faible pour les belles mécaniques. Rien d’étonnant donc à ce qu’elle ait prêté ses murs à Daniel Berque et Serge Brison. Un duo belge fan de voitures qui s’attache à dénicher et à restaurer des négatifs rares immortalisant des instants oubliés de l’histoire de la course automobile. Au programme de « For The Thrill of Speed », une sélection de six images datant de 1925 à 1963 relatant avec émotion des événements et des triomphes qui ont eu lieu lors de compétitions incontournables telles que les célèbres 24 Heures du Mans. Le talent à l’origine de la plupart de ces clichés n’est autre que le photographe français René Pari, reconnu pour sa maîtrise technique et sa capacité exceptionnelle à saisir l’instant. L’équipe Berque & Brison s’est procuré les précieux négatifs de Pari et les a ramenés à la vie grâce à un processus de restauration des plus délicats, prenant jusqu’à plusieurs semaines pour une plaque de verre très abîmée. Chaque négatif original est limité à 21 tirages (tous formats confondus), avec certificat d’authenticité et hologramme. Les clichés sont imprimés sur un papier de grande qualité réservé aux tirages d’art, et bénéficient d’un encadrement Diasec, composé d’un verre acrylique antireflet haut de gamme et d’un cadre en aluminium. Une rencontre entre art, histoire et automobile que les esthètes fans de sport de vitesse apprécieront.

MB&F, M.A.D.Gallery, 11 rue Verdaine, 1204 Genève.

www.mbandf.com 

 

 

 

 

La Suisse sous l’objectif

Derrière la carte postale

100 ans, ça se fête. A cette occasion, Suisse Tourisme a invité cinq photographes de renommée internationale à questionner l’image de notre beau pays. «Etrangement familier. Regards sur la Suisse» en présente les clichés.

Harder Kulm – Two Lakes Bridge, Interlaken, Switzerland, 2016 ©Simon Roberts

« N’ayant jamais été en Suisse auparavant, tout ce que j’ai vu au cours de ce projet m’a paru étrange et nouveau. Mes seules impressions du pays venaient d’Internet : l’image presque parfaite d’un magnifique décor naturel, et un excellent système de sécurité sociale. Étant étranger, je fus contraint d’observer ce pays avec le regard d’un touriste”, témoigne l’artiste chinois Zhang Xiao à propos du projet initié par Suisse Tourisme. Quatre autres photographes, la mexicaine Alinka Echeverría, l’américain Shane Lavalette, l’allemande Eva Leitolf et l’anglais Simon Roberts, ont également arpenté la Confédération avec l’objectif de poser un regard neuf loin des images d’Epinal. L’exposition « Etrangement familier », présentée au Musée de l’Elysée du 25 octobre 2017 au 7 janvier 2018 en est le résultat. Cocasses, poétiques ou énigmatiques, des clichés loin des clichés pour méditer sur ce que reflète la Suisse d’aujourd’hui.

“Etrangement familier. Regards sur la Suisse”, jusqu’au 7 janvier 2018, Musée Elysée, 18 avenue de l’Elysée, 1006 Lausanne.

www.elysee.ch

Le Mudac dans le miroir

A l’ère de l’égoportrait

Du mythe de Narcisse aux selfies qui inondent les réseaux sociaux, le Mudac explore notre rapport à l’image en se penchant sur l’objet symbolique à souhait qu’est le miroir. Une exposition, inaugurée au printemps, que les retardataires peuvent encore visiter jusqu’au 1er octobre.
Doug Aitken, YOU/YOU, 2012, Mousse haute densité, bois, miroir et verre, 137 x 203 cm, Courtesy : Galerie Eva Presenhuber, Zurich. Collection privée, Suisse, Photo © Galerie Eva Presenhuber, Zurich
Et moi, et moi, et moi…Rassemblant des œuvres d’art et des pièces de design, Miroir Miroir scrute le lien que nous entretenons avec notre propre image et la manière dont celui-ci impacte la création contemporaine. Parmi les artistes exposés, des poids lourds comme Andy Warhol, Doug Aitken, Oscar Munoz, Bill Viola, Arik Levy, Pipilotti Rist, Pierre et Gilles, Mat Collishaw ou encore Douglas Gordon. Au travers des œuvres présentées, photographies ou installations, sont explorés les enjeux théoriques, sociologiques, esthétiques, historiques et actuels du miroir, objet du quotidien que l’on découvre au fil des salles riche en symboles. De Narcisse à Blanche-Neige en passant par Kim Kardashian ou Shia LeBeouf, une exposition à la scénographie parfaitement orchestrée qui invite à la réflexion. Dans tous les sens du terme.

« Miroir, miroir », jusqu’au 1er octobre, Mudac, 6 place de la Cathédrale, 1005 Lausanne.

www.mudac.ch

Photo : © Mudac

Bestialement vôtre

Les mascottes helvètes au musée

L’animal emblématique de la Suisse ? La vache, la marmotte, le bouquetin ou le saint-bernard, le Musée national Zurich a décidé de ne pas trancher et propose une exposition exclusive dédiée aux quatre bêtes helvètes.

© Musée national suisse

© Musée national suisse

L’ours brun en Finlande, le dauphin en Grèce, le loup en Italie, le kangourou en Australie ou encore le coq chez nos voisins français : nombreux sont les pays à afficher un animal national officiel. Et si de ses montres à Heidi en passant par Guillaume Tell, la Suisse ne manque pas d’emblèmes, aucun membre du règne animal ne la représente. Et pourtant, les candidats sont légions… Parmi eux, la vache, la marmotte, le bouquetin et le saint-bernard. C’est à ce joyeux quatuor, intrinsèquement lié au paysage et à la culture helvète qu’est consacrée l’exposition « Bestialement suisses » au Musée national Zurich. Des animaux naturalisés, des objets insolites et des bornes interactives invitent les visiteurs à explorer ce bestiaire. Ils y découvrent des marmottes capables de danser, des saint-bernards sauvant des vies humaines, des vaches promues au rang de reines et des bouquetins champions de l’escalade sur les rochers les plus abrupts. Attraction touristique ou source de matières premières, élément d’armoirie ou encore personnage principal de livres pour enfants, ces quatre animaux symbolisent autant la Suisse que la croix blanche sur fond rouge. Une exposition qui met en lumière les liens unissant l’homme et ces quatre animaux et qui transforme, comme par magie, les salles du musée en vertes prairies et vallées alpines.

«Bestialement suisses, vache, marmotte, bouquetin et saint-bernard», jusqu’au 11 mars 2018, Musée national Zürich, Museumstrasse 2, Postfach, 8021 Zürich. www.landesmuseum.ch

eleifend diam elit. ipsum efficitur. venenatis risus mi, suscipit tempus sem, Aenean