Slider

Tag Archives: étoilé Michelin

Au Royalp

L’étoile sous les flocons

Pour inaugurer la saison hivernale, le Chalet RoyAlp Hôtel & Spa accueille un nouveau chef, Davide Esercito. Concepts revisités et propositions gustatives inédites, le 5 étoiles de Villars-sur-Ollon s’impose, depuis quelques mois, comme la dernière place-to-be des foodistas avertis.

« Faire vibrer le sceptre de la cuisine de l’hôtel 5 étoiles des Alpes vaudoises bien au-delà des frontières en y insufflant une signature unique », telle est l’ambition de Davide Esercito, chef surdoué qui a fait ses gammes aux quatre coins de l’Europe et qui dirige depuis le mois de novembre les restaurants du Royalp dont le Jardin des Alpes, l’étoilé de l’hôtel ainsi que Le Rochegrise, sa brasserie alpine. Ultra créatif, l’Italien d’origine revisite des spécialités régionales ainsi que des mets traditionnels, grâce à une cuisine élégante et sobre à base de produits bio de producteurs locaux, dans l’esprit d’un Andrea Caminada. Une promesse fort alléchante qui nous a inspiré l’envie d’aller passer un week-end gourmand sur les pistes avec vue sur les Dents du midi et le massif du Mont-Blanc. On vous raconte.

Sur les pistes

Avant de se pencher sur le talent inspiré de la nouvelle toque qui buzze à Villars-sur-Ollon, quelques mots sur l’hôtel. Situé directement sur les pistes, le Chalet RoyAlp est un petit bijou pour les amateurs de ski…et les autres. Car en plus du Ski-in – Ski-out (mention spéciale pour les sèche-chaussures muraux et les pantoufles fourrées qui attendent les valeureux sportifs dans la ski-room), le 5 étoiles offre une palette de services très sympathique. Spa de 1200 m2 à la somptueuse piscine, salle de cinéma avec projection à la demande, salle kidsfriendly aux allures de château fort digne de rivaliser avec un Franz Carl Weber, espace pour grands avec consoles et baby-foot, salle de billard, fumoir, fitness, bref de quoi satisfaire toute la famille, des bambins insupportables aux parents les plus exigeants. Quant aux chambres, on peut difficilement rêver mieux. Pour notre part, on a opté pour la Junior suite vue montagne, juste parfaite pour un séjour en famille.  On a adoré la terrasse avec sa vue époustouflante, la salle de bains XXL avec baignoire d’angle et le spacieux dressing ultra pratique. Un sachet de guimauve et un ours en peluche en guise d’accueil ont définitivement conquis les membres les plus jeunes de l’équipe.

A la brasserie alpine

Pour le dîner, on a pris le parti de s’attabler au restaurant Le Rochegrise. Dans une ambiance chaleureuse et conviviale, la brasserie alpine offre à la carte une variété de plats populaires et savoureux avec un clin d’œil à l’esprit montagne et aux origines du chef. Au menu du jour, deux entrées au choix, un carpaccio de bœuf aux saveurs des bois et un risotto à la purée de courge, espuma chaud avec amaretto, que nous avons toutes deux dégustées. Parmi les trois propositions de plats, on a opté pour le Coquelet suisse, mousseline de pommes de terre à la truffe et pour le Mont Végan, quinoa noir, légumes braisés et pain naan. Quant au dessert, c’est par la tarte au citron meringuée que l’on s’est laissé tenter. Bilan des courses : on a été bluffé, que ce soit visuellement parlant ou d’un point de vue gustatif.  Bien que Le Rochegrise se positionne comme un restaurant familial à l’atmosphère moins formelle qu’au Jardin des Alpes -l’étoilé de l’hôtel-, Davide Esercito y sert une cuisine de haut vol, qui vaut à elle seule le détour par Villars-sur-Ollon. Entre Alpes vaudoises et inspirations transalpines, les créations du chef allient inventivité, beaux produits et saveurs d’exception. Cuisine maîtrisée à la perfection, recherche d’alliances audacieuses, cuisson au degré près des produits ou construction millimétrée des assiettes, le talent du virtuose des fourneaux suscite à raison l’enthousiasme de la gastrosphère et donne envie de poursuivre la découverte.  Aucun doute, on reviendra.

Chalet Royalp Hôtel & Spa, Domaine de Rochegrise, Route du Col de la Croix, 1884 Villars-sur-Ollon.

www.royalp.ch

 

 

 

Il maestro della Bottega

La Sardaigne au firmament

L’étoilé italien de la rue de la Corraterie change de chef et accueille Francesco Ibba aux commandes de ses fourneaux. Un vent de renouveau qui assoit le caractère avant-gardiste de la table genevoise.

Le Poulpe tentacule et évolution de poivron, L’Asperge fève, mélisse et amaretto, Lo Spaghettone huître, cébette et iode ou encore le Saint-Pierre, petits pois, verveine et kiwi, il suffit de se pencher sur les intitulés de la carte pour en être convaincu : la nouvelle mouture de la Bottega vaut assurément la peine de s’y attabler. Il faut dire que le nouveau chef n’en est pas à son coup d’essai. Originaire de Sardaigne, il a fait ses armes dans les meilleurs restaurants de sa région natale puis dans les étoilés les plus prestigieux de Ischia et de la Toscane. En 2012, il a intégré la brigade du chef Saverio Sbaragli au restaurant italien du Four Seasons Hotel des Bergues avant d’être accueilli en 2018 par Francesco Gasbarro et la grande famille de La Bottega où pendant un an et demi, il a dirigé l’Osteria della Botegga en réussissant avec brio une ré-interprétation contemporaine de recettes classiques italiennes. Depuis cet été, c’est à la Bottega même qu’il laisse libre court à son talent, où il propose une fenêtre grande ouverte sur l’Italie, avec un ancrage suisse à travers les excellents produits qu’offrent le lac, les montagnes et les bons producteurs locaux. Enfant de la méditerranée, Francesco Ibba souhaite également donner une place de choix aux poissons et produits de la mer. Privilégiant un circuit court, il travaille avec Procsea, une plateforme en lien avec 16 ports bretons qui garantit la livraison de poissons et crustacés moins de 30 heures après leur pêche. Le résultat ? Une cuisine transalpine de haute volée à base de produits d’exception, illustrée par des assiettes ultra-modernes aux allures d’œuvres d’art. Des prouesses culinaires tant visuelles que gustatives. On recommande vivement.

La Bottega, rue de la Corraterie, 21, 1204 Genève.

www.labottegatrattoria.com

 

 

 

Agapes italo/italiennes

Un mariage de passions

L’événement va faire date chez les amateurs de saveurs transalpines : La Bottega reçoit le 18 juin Giuliano Baldessari, le chef d’Aqua Crua, l’adresse étoilé chic et branché de Barbarano Vicentino. Une occasion unique de tester les folles créations culinaires de la star de la gastrosphère italienne.

Auréolée d’une étoile, la Bottega n’est pas du genre à s’assoupir sur ses lauriers. Son dada ? Inviter, le temps d’une soirée, les chefs les plus en vue de la planète food pour proposer à ses hôtes des dîners à quatre mains. Habitué à recevoir des pointures, le restaurant n’a pas dérogé à la règle pour sa prochaine partition gourmande en duo. Le VIP qui rejoindra les cuisines de la Bottega le 18 juin n’est autre que Giuliano Baldessari. Un chef étoilé également connu pour faire partie du jury de l’émission Top Chef Italia. Sa réputation, le chef la tient de sa cuisine simple mais ultra inventive, basée sur un nombre limité d’ingrédients. Dans son restaurant Aqua Crua, situé à Barbarano Vicentino, en Vénétie italienne, il sert une cuisine où les légumes jouent un rôle primordial, inspirée par les ingrédients naturels issus de sa terre natale à Trento. Giuliano Baldessari a développé des techniques uniques, laissant place à une créativité débridée, afin d’extraire de ces ingrédients leurs saveurs primaires. Bref, un dîner à quatre mains italo/italien qui s’annonce hors du commun.

Menu 150 francs par personne, le mardi 18 juin 2019 à partir de 19h à La Bottega, rue de la Corraterie, 21, 1204 Genève.

www.labottegatrattoria.com

Gstaad sous les étoiles

Quand Georges Blanc s’invite à l’Ultima

Bonne nouvelle : cet hiver, pas besoin d’aller s’expatrier à Vonnas pour déguster la cuisine de haut vol de Georges Blanc, le chef burgien prend ses quartiers à Gstaad aux fourneaux du Duchessa.

Pas de doute, on va y filer tout schuss. Trois étoiles au guide Michelin depuis plus de 35 ans, Georges Blanc fait figure de mythe dans la gastrosphère. Et pour ceux qui n’ont pas eu la chance de déguster les créations du chef dans son fief bressans, l’occasion est trop belle. Jusqu’au mois de mars, le grand monsieur prend les commandes du Duchessa, le restaurant gastronomique du très select Ultima Gstaad, boutique hôtel 5 étoiles superior de station la plus huppée des Alpes bernoises. Du restaurant au bar en passant par le room service, seront servis les plats signature du toqué français. Au menu donc son fameux croque-monsieur à la truffe, son omelette norvégienne ou encore ses hamburgers au bœuf de Simmental mais aussi quelques grands classiques de son répertoire comme la Volaille de Bresse AOP sauce Champagne et crêpes vonnassiennes, l’Eclaté de Homard bleu au Vin jaune et morilles ou le Pâté bourgeois en croûte «selon Elisa Blanc», la grand-mère du chef, elle-même étoilée en son temps et sacrée meilleure cuisinière du monde en 1933. Bref, un rendez-vous gastronomique que les skieurs épicuriens ne manqueront sous aucun prétexte.

Duchessa à l’Ultima Gstaad Resort Spa et Résidence, Gsteigstrasse 70, 3780 Gstaad.

Tél. +41 33 748 05 50

www.ultimagstaad.com

Couleur Café

Nespresso dans les grands restos

Les Nespresso Gourmet Weeks fêtent leur cinquième anniversaire et rassemblent à cette occasion 25 chefs de haut vol. Au programme des menus exclusifs caféinés à souhait servis du 29 octobre au 19 novembre dans les restaurants gastronomiques les plus prisés de Suisse.

Création de Virginie Basselot au Loti

Comment marier haute cuisine et café ? C’est le défi que lance la marque aux capsules à 25 chefs pour les Nespresso Gourmet Weeks. Stéphane Décotterd au Pont de Brent, Heiko Nieder au Dodler Grand, Maryline Nozahic à la Table de Mary ou encore Damien Germanier dans son restaurant éponyme, le petit noir sera ainsi à l’honneur pendant trois semaines sur les plus grandes tables des quatre coins de la Confédération.  « Le café fait partie de mon quotidien, il me stimule et me donne l’énergie nécessaire pour être à la hauteur de chaque service, en cuisine, avec mon équipe, témoigne Michel Roth l’un des 25 chefs élus. Il fait également partie de mes ingrédients fétiches pour créer des recettes originales qui surprennent et épatent nos convives. J’aime les arômes du café en jouant sur l’équilibre de l’amertume et l’acidité. A travers le menu proposé pendant cette Nespresso Gourmet Week, notre but est de donner du bonheur et d’entendre de nos clients « on s’est régalé! » Autre participante genevoise de choix : Virginie Basselot. Pour ces Nespresso Gourmet Weeks, la cheffe, récemment élue « Cuisinière de l’année » par le Gault & Millau Suisse a notamment jeté son dévolu sur le Kilimanjaro Peaberry pour créer un menu accord café-mets pour le déjeuner et le dîner. Filet d’agneau de Vessy, crème d’ail au café, poulette de Nant d’Avril au gré de cacao, topinambour et jus de café ; Croustillant café et fruits de la passion ou poire pochée aux fèves de Tonka, accord café comptent parmi les plats à déguster au Loti. Accros à la caféine…ou pas, un événement gourmand à ne pas rater.

Déjeuner 70 francs, souper 120 francs (Grands Crus Nespresso compris, boissons non comprises).

www.nespresso.com/gourmet-weeks/