Slider

Tag Archives: Dégustation

Un Negroni, un!

A l’heure de l’aperitivo

Nous avions déjà brièvement mentionné le Negroncino dans notre wish-list de Noël mais après l’avoir dégusté (et adopté), nous avons eu envie de vous en parler plus en détails.

Un brin d’histoire

Le Negroni ? C’est incontestablement LE cocktail des dandys made in Italy. En effet, l’histoire raconte que c’est à Florence, en 1919, que le mythique breuvage est né. À cette époque, le café Casoni était une des place-to-be de la noblesse florentine. Parmi les habitués, le comte Camillo Negroni, qui avait coutume d’y boire des Americano. Revenant de Londres où il avait découvert le gin, il demanda alors au barman de lui concocter un cocktail incluant l’alcool so British. Malin, le barman l’ajouta aux bases de l’Americano et c’est ainsi que le Negroni a vu le jour avant de s’imposer comme un incontournable des bars branchés des quatre coins de la planète. Plus d’un siècle après, l’iconique cocktail n’a pas perdu de sa superbe et reste un symbole de la dolce vita à l’italienne, de l’heure de l’aperitivo à l’after dinner… même si, selon les puristes, il n’est pas toujours facile à concocter dans son home sweet home. C’est de ce constat qu’a émergé l’idée du Negroncino, un negroni d’exception prêt à déguster.

Le secret du Negroncino

Fruit de la collaboration entre Alessandro Bortesi, propriétaire de Kytaly à Genève, et Giancarlo Mancino, célèbre mixologue italien, le breuvage italo-suisse est un élégant assemblage des meilleurs vermouths, réhaussé d’un gin aux notes de bergamote. En effet, le Negroni prêt à déguster ne contient pas moins de trois Vermouths différents, du Vermouth di Torino Secco, infusé de 19 plantes aromatiques, du Vermouth di Torino Rosso, infusé de 36 plantes aromatiques, ainsi que du Vermouth Chinato, réalisé à base du célèbre vin italien Barbera D’asti et de la quinine. A quoi s’ajoutent du Rinomato Bitter Scuro ainsi que du Piu Cinque Gin, élu meilleur gin italien en 2020. Grâce à ce savant mélange 100% italien, on retrouve la fameuse saveur, à mi-chemin entre l’amertume et le sucré, qui fait le succès du cocktail depuis plus de 100 ans. On en témoigne. «Vous savez qu’un Negroni est bien réalisé lorsque, vous arrivez à déceler tous les arômes qui le composent. Ici, on sent notamment le vin rouge, le bitter, la bergamote et la sauge qui composent le gin », précise Alessandro Bortesi. Une dégustation particulièrement intéressante donc pour les palais initiés, qui permet de se téléporter illico dans le luxe ouaté du bar d’un palace transalpin…le temps d’une soirée et sans quitter son canapé. On recommande.

Negroncino, bouteille de 50cl, 42 francs (prix de vente en ligne).

www.negroncino.com

Craft beer tasting

Black Tap à l’heure de la bière

Avis aux biérophiles : Black Tap lance le 2 octobre des soirées de dégustation exclusives pour découvrir l’univers des bières artisanales, les “craft beer tasting”. Invitée d’honneur : la Nébuleuse.

Blondes, brunes ou rousses, il y aura de quoi s’en donner à cœur joie. Ce mardi chez Black Tap, c’est bière à volonté à l’occasion la première édition des Craft beer tasting. Le principe de ces soirées organisées une fois par mois par l’enseigne de burgers newyorkaise ? Faire découvrir une micro-brasserie grâce à une soirée de dégustation. Pendant l’événement, les participants, dotés d’un bracelet VIP, sont invités à tester la sélection de bières de la marque, à volonté de 17h00 à 20h00, en petits verres de dégustation, et ce, au prix de 15CHF avant de voir figurer les bières à la carte du bar pendant un mois. Toujours à la recherche de nouvelles pépites, Black Tap change de brasserie partenaire à chaque édition, en alternant les labels suisses et étrangers. Petit pays mais pointu en bières, la Confédération est à l’honneur tous les trois mois avec une marque du drapeau rouge à croix blanche en tête de la carte des “craft beers”. La première invitée pour la soirée inaugurale du 2 octobre ? La micro-brasserie lausannnoise, la Nébuleuse.  En tout, huit de ses créations sont à découvrir, six classiques, la Zepp, l’Am’wheat, l’Uberweiss, la Stirling, la Namure express et l’Embuscade ainsi que deux éphémères, l’Oat ChiMinh et la Pina Chela. Prochains rendez-vous le 6 novembre en partenariat avec Brewdog, tout droit venu d’Ecosse, et le 4 décembre avec la marque californienne Stone.

Soirée Craft Beer tasting La Nébuleuse, le 2 octobre, Black Tap, 6 Cours de Rive, 1204 Genève.

www.blacktap.ch

 

Du Château au Palace

Les incontournables de Quarin

Le 25 mai aura lieu la troisième édition suisse des Rencontres Jean-Marc Quarin au Beau-Rivage Palace de Lausanne. A cette occasion, le maître de cérémonie nous livre son top 5 des nectars qu’il faudra déguster.

Une fois encore, Jean-Marc Quarin et Fabrice Léger invitent les oenophiles helvètes à venir déguster la crème des Bordeaux lors d’un après-midi studieux au Beau-Rivage Palace de Lausanne. Cette année, deux ateliers feront travailler les épicuriens éclairés. Le premier est une verticale de 13 millésimes du Château Mouton Rothschild présentée par son directeur, Philippe Dhalluin. Le second est une verticale de 12 millésimes d’Hermitage La Chapelle du Domaine Paul Jaboulet Ainé, présentée par la franco-suisse Caroline Frey, œnologue atypique et propriétaire du domaine, à l’origine des orientations récentes majeures, comme le passage en culture biologique à partir de 2008 ou la mise en œuvre d’un nouveau chai gravitaire en 2010. Une soirée inaugurale lancera les festivités, le jeudi 24 mai, au restaurant du Beau-Rivage Palace, La Terrasse, avec en invité d’honneur Château Canon 1985, Premier Grand Cru Classé B de Saint-Emilion, qui sera servi en impériale (beau contenant équivalent à 8 bouteilles), en provenance directe de la cave privée du château. Quant au salon, il braquera les projecteurs sur une trentaine de crus dans trois millésimes à déguster, tous présentés par leurs vinificateurs et pour la première fois en invité d’honneur, une sélection de nectars suisses. En exclusivité pour la Gazette de l’Helvète, le critique Jean-Marc Quarin nous livre son top cinq de ce qu’il ne faudra pas manquer…

Château Canon, 1er grand cru classé  à Saint-Emilion

Parmi les célébrités qui ne dorment pas sur leurs lauriers, une halte s’imposera au stand de château Canon, 1er grand cru classé de Saint-Emilion. Le cru revient en première position après une traversée du désert due à la replantation de son vignoble. Aujourd’hui les vignes sont à point. L’expression de ce cru rivalise avec les grands Bourgognes rouges, ce qui est totalement inédit à Saint-Emilion. Son nez floral de violette et sa texture soyeuse à souhait tranchent avec l’idée conformiste que l’on se fait de Saint-Emilion.

Nul n’est prophète en son pays

Pour la première fois depuis que cette manifestation a lieu, j’ai souhaité la présence d’une nouveauté produite en Suisse : le château de Trevelin 2015 élaboré avec le cépage Altesse. Pour son second millésime, ce vin offre un beau nez suave et fruité, avec une pointe d’anis. Sa bouche bien construite et incrachable regorge de belles promesses pour l’avenir de ce nouveau venu.

Les Carmes Haut-Brion, Pessac Léognan

Depuis que je l’ai pointé comme le meilleur vin du millésime en 2016, le notant 20/20, le vin de cette petite propriété (4-5 hectares) s’arrache. Fait unique, le cru sera présent le vendredi après-midi avec plusieurs millésimes. Son auteur participera au dîner d’ouverture le jeudi 24 mai.

Clos Manou, Médoc, l’Outsider n° 1 de Bordeaux

Dans une région où le prix de vente est édicté par la réputation du lieu de production, comment faire pour investir dans la qualité ? Réponse : faire bouger toutes les lignes. Voici donc l’Outsider le plus célèbre de Bordeaux, selon le concept qui désigne dans mon Guide un petit nombre de crus dont « le goût est supérieur à ce que l’étiquette laisse paraître ». Et comme l’étiquette fait 50 % du prix, voici la plus belle affaire de la manifestation. Le genre de vin que l’on sert à l’aveugle à ses amis et que ces derniers sont prêts à payer 75 alors qu’il ne vaut que 25 euros. Et il y en a d’autres comme ça…

Saint-Pierre, cru classé à Saint-Julien dans le Médoc

Serait-ce le paradis des Bordeaux qui réenchantent le goût ? Vendu à un prix où le boire enchante, il performe aussi bien que ses voisins, les trois Léoville : arômes de fruits noirs, texture veloutée, corps longiforme de cabernet sauvignon, longue finale que l’on suce.

Les Rencontres Jean-Marc Quarin Hôtel Beau-Rivage Palace, Place du Port 17, 1006 Lausanne. Le vendredi 25 mai 2018 : 14h-21h. Tarif : 40 CHF online, 50 CHF sur place. Pour une inscription au dîner, l’entrée et le Pass Grande Dégustation sont offerts.

www.lesrencontresquarin.com

 

L’énigme The Code

L’escape room à déguster

On est joueur ou on ne l’est pas… Le concept de la dernière création signée The Glenlivet ? Un whisky logé dans un flacon ne dévoilant ni les notes, ni les saveurs, ni l’âge, ni les fûts employés lors de l’élaboration du breuvage mystère. Aux amateurs de deviner…

De New York à Londres en passant par Paris ou Genève, les inconditionnels de whisky sont au taquet. Le défi du moment ? Décoder les saveurs de la dernière création signée The Glenlivet. L’édition limitée est logée dans un flacon et un emballage neutres qui ne laissent filtrer aucune information quant au type de fût qui a été utilisé, ni à la durée de vieillissement. Alan Winchester, Maître Distillateur de la Maison du Speyside, explique : “Avec The Glenlivet Code, nous avons eu une opportunité unique de créer un whisky qui n’a jamais été conçu auparavant, utilisant de nouveaux fûts et techniques qui repoussent les frontières de ce que les gens peuvent attendre de The Glenlivet. Nous nous réjouissons d’inviter les amateurs de whisky du monde entier à relever le challenge en décodant les mystères de chaque arôme.”

Un whisky pour geeks

Exit donc les idées préconçues, c’est à l’aveugle qu’il faudra siroter le breuvage afin d’en découvrir les secrets. Les geeks sont invités à prolonger l’exercice en version digitale : chaque bouteille a un code scannable sur le dos qui les place dans une pièce souterraine virtuelle où un hologramme du Master Distiller les met au défi. Le but est de trouver quatre parfums présents au nez, et quatre arômes présents en bouche à travers une série d’exercices et d’histoires. Les dégustateurs peuvent ensuite partager leurs résultats sur les réseaux sociaux au moyen du hashtag #TheGlenlivetCode. Quant aux notes de dégustation officielles ? Patience, il faudra attendre la fin d’année pour qu’elles soient révélées. Le temps en tous cas d’affiner, verre après verre, la combinaison gagnante…

The Glenlivet Code est disponible chez Globus et cavistes partenaires.

www.theglenlivet.com

 

Le marché du vin suisse bis

Des vignerons et des flacons

Le Wine Trotter et le Village du Soir remettent le couvert et organisent ce samedi 24 mars la seconde édition du marché du vin suisse.

L’an dernier, l’événement a cartonné avec plus de 2000 visiteurs. Pas question donc de changer une recette qui gagne. Trente vignerons venus du Valais, du Canton de Vaud, du Tessin et bien sûr de Genève prendront à nouveau leurs quartiers au Village du Soir ce samedi 24 mars pour faire déguster leurs vins et vendre leurs précieux flacons en direct aux tarifs cave ouverte. Parmi les participants VIP, la cave Stéphane Gros, Le Grand Clos JM Novelle, Stéphane Dupraz, le Domaine du Paradis, le Domaine Sophie Dugerdil, la Maison du Moulin, le Domaine La Colombe, la Maison Gilliard ou encore la Tenuta San Giorgio…Pour accompagner la dégustation, des food trucks et des stands de fromage et charcuterie. Les plus studieux pourront prendre part aux cours de dégustation organisés par Nathalie Favre et la Swiss Wine School. Et enfin pour se détendre après une si rude journée, place dès 21h au Bal des Vignerons. Pas de doute, ça va swinguer.

Tarif : 15 francs, l’entrée et l’accès à la dégustation.

Le samedi 24 mars 2018 de 11h à 20h30, Marché du vin suisse, Village du Soir, 24 route des Jeunes, 1227 Carouge.

www.villagedusoir.com

www.lewinetrotter.ch/marche-du-vin