Slider

Tag Archives: De Bethune

Au temps des récompenses

Le Grand Prix de l’Horlogerie 2018

Les délibérations au sein du jury ont été animées, murmure-t-on. Il faut dire qu’à l’issue de la soirée, un seul participant remporte la prestigieuse Aiguille d’Or. Parmi, les 72 montres en lice, le grand vainqueur de cette 18ème édition du Grand Prix d’Horlogerie est…Bovet 1822 avec sa montre Récital 22 Grand Récital.

Les seize autres heureux élus de ce palmarès 2018 dévoilé le 9 novembre au Théâtre du Léman?

Vacheron Constantin, couronné du Prix Revival pour son Historiques Triple calendrier 1942
Krayon avec l’Everywhere Horizon qui a reçu le prix de l’innovation
Chanel et sa Boy-friend Squelette pour le Prix de la Montre Dame
Van Cleef & Arpels pour la Lady Arpels Planétarium (Prix de la Complication pour Dame) et pour le Secret de Coccinelle (Prix de la Montre Joaillerie)
Akrivia et son Chronomètre Contemporain pour le Prix de la Montre Homme
Laurent Ferrier et le Galet Calendrier Annuel Montre Ecole (Prix de la Complication pour Homme)
Singer Reimagined pour la Singer Track1 Hong Kong Edition (Prix de la Montre Chronographe)
De Bethune avec la DB25 Starry Varius Chronomètre Tourbillon (Prix de la Chronométrie)
Greubel Forsey et sa Grande Sonnerie pour le Prix de l’Exception Mécanique
Seiko et la Seiko Prospex 1968 Diver’s Re-creation pour le Prix de la Montre Sport
Hermès et l’Arceau Robe du soir pour le Prix de la Montre Métiers d’Art
Habring et la Doppel-Felix pour le Prix de la Petite Aiguille
Nomos Glashütte et sa Tangente neomatik 41 Update (Prix Challenge )
Konstantin Chaykin et la Clown (Prix de l’Audace)

Et Jean-Claude Biver qui a reçu la Prix Spécial du Jury pour saluer l’ensemble de sa carrière.

Dix-sept récompenses attribuées à la fine fleur de l’horlogerie mondiale sous la houlette d’Edouard Baer et de Véronic DiCaire.

www.gphg.org

A l’heure de Baselworld #2

A la recherche du temps perdu

Pour ce millésime 2015, les horlogers suisses nous invitent à partir à la découverte de civilisations lointaines.  Embarquement immédiat pour un voyage dans le temps au départ de Baselworld.

De_Bethune_Close-Up_Queztalcoatl
Chez les Aztèques avec De Bethune

Avec la DB 25 Quetzalcoatl et son cadran en or massif façonné par la graveuse Michèle Rothen, De Bethune nous propulse à l’ère précolombienne et met en scène, comme son nom l’indique en nahuatl, le serpent à plumes de quetzal, l’une des divinités les plus emblématiques de la civilisation méso-américaine qui était notamment considéré comme le régisseur du cycle du temps.

www.debethune.ch

Blancpain
Entre Japon et Inde chez Blancpain

Si pour ce modèle unique à l’effigie de Ganesh Blancpain a recours au shakudō, alliage d’origine nippone, principalement composé de cuivre et d’or, c’est bien à l’Inde que l’horloger fait référence en représentant le dieu hindou à tête d’éléphant, saint-patron des écoles et des travailleurs du savoir. Tout en détail, les ornements de la pièce ont été réalisés selon le procédé du damasquinage avant d’être décorés par gravure.

www.blancpain.com

Corum_
L’épopée chinoise de Corum

Avec la Golden Bridge Dragon & Phoenix, Corum orchestre la rencontre de deux figures emblématiques de la mythologie chinoise : le dragon, symbolisant la vie et la puissance, et le phœnix, porteur de bons augures. Sculptées à la main dans une plaque d’or, elles prennent vie autour du  calibre CO113, construit sur un axe vertical, dans un boîtier de forme tonneau tout en transparence.

www.corum.ch

Kerbedanz
Le folklore celte de Kerbedanz

Le nom ne fait pas toujours le larron. Kerbedanz est un horloger neuchâtelois, qu’on se le dise. Toujours est-il qu’en hommage à ses origines, la micro-marque lance la Celtic Dog, un modèle en or blanc de 43mm avec cadran bleu émail et tourbillon maison en édition limitée de 41 pièces, dédiée à une figure animale dont la symbolique lunaire incarnait chez les anciens le chasseur, le guerrier ou le messager de l’au-delà.

www.kerbedanz.com

Aux oscars du temps

Quand l’horlogerie foule les tapis rouges

Le 31 octobre, Frédéric Beigbeder a assuré le show à Genève et a livré avec panache le palmarès 2014 du 14ème Grand Prix d’Horlogerie (GPHG).

Et parmi, les montres en lice, the winner is … Breguet qui a remporté l’Aiguille d’Or pour la Classique Chronométrie.

Et comme au GPHG, personne ne repart les mains vides (ou presque…), voilà la liste de l’ensemble des heureux élus :

Blancpain pour la Women Heure Décentrée Seconde Rétrograde (prix de la montre Dame).
Christophe Claret pour le modèle Margot. (prix de la Haute Mécanique pour Dame).
Urban Jürgensen & Sonner pour la Central Second (prix de la montre Homme).
De Bethune pour la DB29 Maxichrono Tourbillon (prix du chronographe).
Grönefeld pour la Parallax Tourbillon (prix du tourbillon).
Lange & Söhne pour la R.Lange Perpetual Calendar Terraluna (prix de la montre calendrier).
Hublot pour la Classic Fusion Cathedral Tourbillon répétition minute (prix de la grande sonnerie).
Urwerk pour l’EMC (prix de l’exception mécanique et prix de l’innovation).
Seiko pour la Grand Seiko Hi-Beat 36000 GMT (prix de la “Petite Aiguille”).
Zenith pour la El Primero Lightweight (prix de la montre sport).
Bulgari pour la Diva High Jewellery Emeralds (prix de la montre joaillère).
Voutilainen pour Hisui (prix des métiers d’art).
Omega pour la Speedmaster “Dark Side Of The Moon” (prix “Revival”).

Quant au prix du public, il a également été attribué au grand vainqueur de la soirée, Breguet, félicité cette fois pour sa classique Dame.

www.gphg.org

ut eleifend Sed efficitur. nec massa ut