Slider

Tag Archives: Cocktail

Un Negroni, un!

A l’heure de l’aperitivo

Nous avions déjà brièvement mentionné le Negroncino dans notre wish-list de Noël mais après l’avoir dégusté (et adopté), nous avons eu envie de vous en parler plus en détails.

Un brin d’histoire

Le Negroni ? C’est incontestablement LE cocktail des dandys made in Italy. En effet, l’histoire raconte que c’est à Florence, en 1919, que le mythique breuvage est né. À cette époque, le café Casoni était une des place-to-be de la noblesse florentine. Parmi les habitués, le comte Camillo Negroni, qui avait coutume d’y boire des Americano. Revenant de Londres où il avait découvert le gin, il demanda alors au barman de lui concocter un cocktail incluant l’alcool so British. Malin, le barman l’ajouta aux bases de l’Americano et c’est ainsi que le Negroni a vu le jour avant de s’imposer comme un incontournable des bars branchés des quatre coins de la planète. Plus d’un siècle après, l’iconique cocktail n’a pas perdu de sa superbe et reste un symbole de la dolce vita à l’italienne, de l’heure de l’aperitivo à l’after dinner… même si, selon les puristes, il n’est pas toujours facile à concocter dans son home sweet home. C’est de ce constat qu’a émergé l’idée du Negroncino, un negroni d’exception prêt à déguster.

Le secret du Negroncino

Fruit de la collaboration entre Alessandro Bortesi, propriétaire de Kytaly à Genève, et Giancarlo Mancino, célèbre mixologue italien, le breuvage italo-suisse est un élégant assemblage des meilleurs vermouths, réhaussé d’un gin aux notes de bergamote. En effet, le Negroni prêt à déguster ne contient pas moins de trois Vermouths différents, du Vermouth di Torino Secco, infusé de 19 plantes aromatiques, du Vermouth di Torino Rosso, infusé de 36 plantes aromatiques, ainsi que du Vermouth Chinato, réalisé à base du célèbre vin italien Barbera D’asti et de la quinine. A quoi s’ajoutent du Rinomato Bitter Scuro ainsi que du Piu Cinque Gin, élu meilleur gin italien en 2020. Grâce à ce savant mélange 100% italien, on retrouve la fameuse saveur, à mi-chemin entre l’amertume et le sucré, qui fait le succès du cocktail depuis plus de 100 ans. On en témoigne. «Vous savez qu’un Negroni est bien réalisé lorsque, vous arrivez à déceler tous les arômes qui le composent. Ici, on sent notamment le vin rouge, le bitter, la bergamote et la sauge qui composent le gin », précise Alessandro Bortesi. Une dégustation particulièrement intéressante donc pour les palais initiés, qui permet de se téléporter illico dans le luxe ouaté du bar d’un palace transalpin…le temps d’une soirée et sans quitter son canapé. On recommande.

Negroncino, bouteille de 50cl, 42 francs (prix de vente en ligne).

www.negroncino.com

Maroc en partage

Le Kasbar sous les spotlights

Après l’Inde avec l’Inda-bar, Morad El Hajjaji nous fait voyager au Maroc. Décoration branchée, musique lounge et cuisine créativo-chic, le Kasbar s’est vite imposé comme le dernier hotspot des Eaux-Vives.  On a testé…et on a été conquis.

Une inspiration berbère-chic

Hauts tabourets en laine colorée, imposants luminaires en osier au-dessus du bar, tapis orientaux, banquettes de velours, coussins bohèmes, paniers en rotin ou encore miroirs en cuivre, le dépaysement est immédiat. Adresse pour initiés sur les toits de la Médina ou place-to-be de Lower East side, pas de doute, le Kasbar propulse ses visiteurs dans un ailleurs à la hype certaine. Il faut dire que derrière la décoration ethnique-chic se cachent deux expertes au goût très sûr, Clémence Guyot, architecte d’intérieur parisienne œuvrant pour le Graphite Studio et Aude Perrotin, du concept-store Bon Baisers de Taghazout.

Saveurs à partager

Côté cuisine, le maître des lieux, Morad El Hajjaji, a su également bien s’entourer avec la cheffe Laetitia Fajardo. Son credo ? Les saveurs du Maroc intégralement revisitées en version ultra-moderne. Et, question voyage des papilles, la magie opère… Parmi les highlights de la carte, le tartare de dorade, agrémenté de dés de kakis, de  granny smith et d’une vinaigrette à l’huile d’argan, le Roll de carotte façon chermoula, les Kefta de boeuf, chutney de tomates épicées ou encore les cromesquis de Zaalouk d’aubergines. Une mosaïque de plats hauts en couleurs à partager dans l’esprit des tapas espagnoles ou des mezzes libanais.  “L’idée avec Kasbar est de donner un esprit contemporain à la cuisine marocaine, qui ne se résume pas qu’au couscous et au tajine. Notre souhait est de casser les codes de cette cuisine traditionnelle et montrer que les épices et saveurs peuvent être au rendez-vous dans un plat revisité avec modernité” explique Morad El Hajjaji.

A manger…et à boire

Pour parfaire le tableau -déjà au top-, on conseille vivement de jeter un œil à la carte du bar. Car, si l’adresse est le dernier QG de la planète food genevoise, elle recrute aussi parmi ses fans, les inconditionnels de cocktails. Aux commandes des shakers, la mixologue Emmanuelle Moulis, qui signe des créations vraiment canons. Mention spéciale pour le Bab Eaux-Vives, composé de vodka, jus d’ananas, sirop maison passion-vanille et une purée de passion, l’Everleight (tequila, agave, jus de concombre frais, tabasco, ginger beer) ou encore le Jade (gin à la fleur d’oranger, sirop de rose, framboises et bulles). On a également bien apprécié les trouvailles viticoles made in Moroco qui ont accompagné le dîner, notamment le S de Siroua, une belle découverte . Quant aux autres pépites de la carte? Pas de doute, on reviendra pour les tester.

Kasbar, Rue Henri Blanvalet 23, 1207 Genève. Tél. 022 736 27 46

 

 

 

De Kilmarnock à Genève

Johnnie Be Good

Scoop : la dernière édition limitée du Johnnie Walker Blue Label rend hommage à Genève avec son flacon orné des monuments de la ville. Une excuse parfaite pour se (re)mettre au whisky.

Le Johnnie Walker Blue Label Geneva Limited Edition ? Une édition unique strictement limitée et spécialement créée pour la Suisse, dont les bouteilles reconnaissables à leur étiquette bleue, illustrent les principaux monuments de Genève : le jet d’eau, le monument Brunswick et ses deux lions, l’horloge fleurie et la cathédrale Saint-Pierre. Dans le flacon, le fameux assemblage qui fait la renommée de la maison. En effet, whisky de dégustation, le Blue Label affiche un nez boisé et légèrement fumé bien reconnaissable. Son palais intense est dominé par les fruits secs et le chocolat amer avec une finale longue et soutenue marquée par des traces de tourbe et d’épices. Pour la petite histoire, il a inspiré le Delahaye, fameux cocktail, imaginé en 1938 aux 24h du Mans pour célébrer la victoire de la Delahaye 135S. On vous livre la marche à suivre :

Ingrédients

– 50ml de JOHNNIE WALKER BLUE LABEL avec 1 glaçon
– 100ml de vin pétillant sec
– 10ml de sirop de miel
– 5ml de liqueur Bénédictine
– 5 gouttes d’absinthe

Recette

Deux verres pour la préparation :

Verre 1 : 50ml de JOHNNIE WALKER BLUE LABEL avec un glaçon
Verre 2 : mélanger les 100ml de vin pétillant sec, 10ml de sirop de miel, 5ml de liqueur Bénédictine et 5 gouttes d’absinthe. Il est possible de mélanger au préalable liqueur Bénédictine, absinthe et miel. S’assurer que tous les ingrédients sont très frais avant de servir. Santé !

www.johnniewalker.com

A la Cocktail Week

Quand Genève shakes

Voilà un évènement dont la GDH ne pouvait manquer de parler: du 29 août au 4 septembre aura lieu la toute première Geneva Cocktail Week. Il va falloir se préparer à trinquer.
cocktail
Ceux une cherchaient une manière d’oublier sa déprime post-congé estival n’auront pas à investiguer davantage : Genève devient du 29 août au 4 septembre le théâtre d’une semaine entière dédiée à l’art du cocktail. Au programme de cette grand-messe : dégustation de créations inédites, ateliers, masterclass et rencontre avec des guest bartenders-stars. Parmi les vingt établissements participants qui ont spécialement créé un cocktail à prix réduit pour célébrer l’événement, Le Scandale, Le Bistrot 23, Le Chat Noir, Katrépices, L’Atelier Cocktail Club, Arnold & Julen, Le Barbershop, Le Verre à Monique, Little Barrel…et nos amis du MO Bar où les mixologues de la maison ont imaginé le Spiced Road aux parfums de citron vert, agave, amande, vanille, gingembre et girofle, que les amateurs pourront siroter pour la modique somme de 10 francs. De quoi finir ivre de bonheur.

www.genevacocktailweek.com

Crazy Fish

Du poisson aux Bains

Les sushis, out ? Que nenni. Une toute nouvelle adresse vient d’ouvrir ses portes dans le quartier de Plainpalais et remet au goût du jour le poisson cru à la nippone.

Chez Crazy Fish, du choix il y en a. Les inconditionnels de poissons crus ont de quoi s’en donner à cœur joie : nigiri, sashimi, california rolls, hosomaki, chirashi ou même gunkan pour les plus initiés, le tout à base de saumon, thon, anguille, œufs de capellan et autres denrées marines, ultra fraîches il va de soi. Inutile de préciser que chaque pièce est préparée minute par un maître sushi. En accompagnement, les amateurs de saveurs du Pays du Soleil Levant pourront aussi se régaler d’Hiyashi Wakame ou d’Hijiki Lotus (salade d’algues vertes ou noires), de soupe aux fruits de mer ou encore de tempura (mention spéciale pour l’assortiment kakiaage, mêlant aubergine, carotte et shiitake). Et pour ceux qui n’en peuvent vraiment plus des sushis ? Une petite carte de clubs sandwichs, salades et tartares complètent le menu nippon, histoire de mettre tout le monde d’accord. A noter aussi la sélection de mignardises réalisées par le chef pâtissier Lucien Moutarlier en dessert et la carte de cocktails à déguster dans l’espace lounge.

 

Crazy Fish, Rue des Bains 35, 1205 Genève. Tél. 022 808 00 29.

www.crazyfish.ch