Slider

Tag Archives: Chopard

En mode Superfast

Quand Chopard roule en Porsche

La GDH a été invitée chez Chopard il y a quelques semaines et a pu découvrir à cette occasion les nouveautés de la maison. Parmi elles, de belles découvertes et…un vrai coup de cœur : il s’agit de l’édition limitée de la Superfast Porsche Motorsport 919.
Superfast_Porsche_Motorsport_919_-_Limited_Victory_Edition_-_Shooting
Dans l’équipe de la GDH, nous comptons un Porschiste ultra mordu et un contributeur fort impliqué qui répond au nom de…Chopard. Alors forcément, on ne pouvait qu’avoir un faible pour la Superfast Porsche Motorsport 919 – limited victory edition de la manufacture éponyme, tout nouveau modèle en série limitée dédié à la victoire de l’équipe Porsche Motorsport au Championnat du Monde d’Endurance 2015. L’écurie automobile allemande, dont Chopard est « Official Timing Partner » depuis 2014, a en effet remporté son 17ème titre, marquant triomphalement son grand retour à la compétition d’endurance. Cela valait bien une montre. Inspirée de la Porsche 919 Hybrid qui a mené la team sur la première marche du podium, le chronographe en édition limitée est une véritable ode à la passion automobile que partagent les deux maisons. Imposant, son boîtier en acier de 45 mm de diamètre est étanche jusqu’à 100 mètres. Sa lunette, équipée d’un tachymètre, est façonnée dans de l’or rose 18 carats et fixée par huit vis noircies. Ses lignes puissantes renferment une mécanique de précision aux finitions faisant écho aux moteurs des voitures de compétition. La couronne vissée est ornée d’un volant surmoulé de caoutchouc noir, tandis que les flancs striés du boîtier rappellent les ailettes de refroidissement des moteurs de course auxquels répondent les motifs linéaires du cadran et les ponts ajourés du mouvement. Argenté, le cadran s’inspire du fameux gris métallisé du constructeur allemand, ses stries évoquent le diffuseur arrière de la Porsche 919 Hybrid et le logo « 919 » inscrit dans un rectangle rouge sur le compteur des heures est identique aux numéros des Porsche concurrentes au WEC. Au cœur de ce chronographe racé, certifié chronomètre par le COSC, un « moteur » entièrement conçu, fabriqué et assemblé au sein des ateliers de Chopard : le calibre Chopard 03.05-M, un mouvement chronographe mécanique à remontage automatique, doté de la fonction retour en vol (flyback). Le calibre et sa masse oscillante ajourée sont visibles à travers une glace saphir gravée des mentions « Official Timing Partner Porsche Motorsport » et « Winner World Endurance Championship 2015 ». Quant au bracelet en caoutchouc noir, il est inspiré des pneus « slick » de compétition qui ont permis notamment à Porsche Motorsport de remporter les 24 Heures du Mans 2015. Bref, un petit bolide horloger limité à 17 pièces. Les amateurs de course n’ont plus qu’à se placer sur les starting-blocks.

www.chopard.com

Singes savants

Une année simiesque

Le 8 février, l’Asie fête le Nouvel An chinois. Après le dragon, le serpent, le cheval et la chèvre, place cette année au singe qui squatte, avec malice, les cadrans des montres helvètes.

Réputé pour son invariable curiosité, son habileté et son intelligence, le neuvième signe du zodiaque chinois est la star de l’année. En effet, on ne compte plus les horlogers à s’en être inspirés. Fidèle à la tradition, Ulysse Nardin signe par exemple la Classico Monkey. Puisant son design dans l’univers de la bande dessinée, son cadran se veut une illustration de la vivacité du primate. L’animal taquin semble s’en échapper, attirant immédiatement l’attention en bondissant entre les feuilles de palmier. Une scène rendue plus vraie que nature grâce à la technique du champlevé. A l’occasion de cette nouvelle année chinoise, Vacheron-Constantin mise aussi sur les métiers d’art avec l’art du Jianzhi, technique de découpage sur papier revisitée grâce au savoir-faire de maîtres graveurs et émailleurs. En VIP du cadran, le singe bien sûr entouré d’un motif de feuilles issu de l’iconographie classique asiatique. De son côté, Chopard signe la L.U.C XP Urushi Year of the Monkey, inspirée du mythe de Sun Wukong. Le petit mammifère y repose sur une branche et attrape un fruit sous un ciel embrasé des derniers rayons du soleil en référence au mythe qui raconte qu’après avoir été nommé gardien du Jardin des Pêches Célestes, le primate aurait mangé les pêches sacrées pour atteindre l’immortalité. Les tons chauds se marient à l’or rose du boîtier, qui dissimule un calibre mécanique automatique L.U.C 96.17-L, mouvement extra-plat d’une épaisseur de 3.30 mm.  Pour illustrer ses quatre modèles « Petite Heure Minute Singe », Jaquet Droz fait aussi référence à la fameuse légende grâce à un jeu subtil de nacre et de laque, laissant apparaître un délicat feuillage sur lequel se découpe l’animal sculpté dans l’or, perché sur une branche de pêcher. Dans un autre esprit, Perrelet présente un modèle Turbine dont les douze pales portent de fines gravures représentant les douze signes de l’horoscope chinois, celui de l’élu étant représenté en rouge vif. Mais ce n’est pas à un vieux singe qu’on apprend à faire des grimaces.  Pour célébrer comme il se doit la nouvelle année, nul besoin de se ruiner : Swatch propose aussi une montre en série limitée au look funky à souhait baptisée la Lucky Monkeys. Malin.

 

Sous le signe de la chèvre

Une année pour bêler

En 2015, le calendrier chinois célèbre le signe zodiacal de la chèvre. Un hommage au ruminant que les horlogers se sont empressés d’adresser dans leurs collections.
Chopard year of the goatLe 16 février prochain, l’Asie va fêter le Nouvel An chinois. Après le dragon, le serpent puis le cheval, le luxe poursuit son offensive et célèbre l’année de la chèvre en lançant des modèles à l’effigie de la l’animal-star des fermes. Ainsi, nombreux sont les horlogers à orner le cru 2015 du mammifère symbole de vie paisible et harmonieuse.  Ulysse Nardin signe par exemple la Classico Goat, une création illustrant sa maîtrise de l’émail champlevé et mettant en scène une chèvre et ses petits sur un fond bleu nuit. Produite en édition limitée, elle est munie d’un mouvement UN-815 à remontage automatique, visible à travers la glace saphir du fond de la boîte. Étanche jusqu’à 50 mètres, elle est dotée d’un chronomètre certifié COSC et possède une réserve de marche de 42 heures. Nouvel hommage dans la saga de la collection Métiers d’Art, Vacheron Constantin présente deux modèles en série limitée de 12 pièces sublimées d’émail grand feu et de gravure à l’effigie du ruminant. Chopard décline deux montres extraplates en or (gris ou jaune) L.U.C. XP Urushi avec sur leurs cadrans, une jolie petite biquette réalisée selon cet art ancestral japonais. Jaquet-Droz a, lui, choisi, avec la Petite Heure Minute Relief Chèvres de représenter trois animaux surgissant au sommet d’une montagne allégorique, symbole de la réussite et du succès souhaités pour l’année à venir. Ces trois chèvres se détachent en trois dimensions, apparaissant sur un fond de cadran stylisé évoquant la fleur de prunier, thème classique de l’iconographie chinoise sur de la nacre blanche ou de l’onyx noir. Et pour ménager la chèvre et le chou ? On peut aussi miser sur une montre 100% helvète mais beaucoup moins dispendieuse : Swatch a créé un modèle spécial Nouvel an chinois répondant au doux nom de « The Goat’s Keeper ». Cette New Gent multicolore arbore une chèvre stylisée sur son cadran et son bracelet et se love dans un écrin ovale sur lequel figure également l’animal à l’honneur. De quoi avoir envie de jouer les Monsieur Seguin.