Slider

Tag Archives: Chocolat

Joyeuses Pâques

Chasse à l’oeuf…de luxe

Après les bûches, place aux œufs. Les grands hôtels genevois ont présenté à La Réserve leurs créations pascales. Tour d’horizon en images…

La Réserve Genève : “L’Heure gourmande” par Cédric Codeville et son l’équipe

Hôtel d’Angleterre : “M. Patate de Pâques” par Julien Launay

Mandarin Oriental : “Show Oeuf” par Michael Perrichon

Le Richemond : “Preferred Choc’ananas” par Sébastien Quazzola

Kempinski : “L’Or de Pâques” par Pierrick Simon

Beau-Rivage : “Dragon Bleu” par Yohann Coiffard

Hotel Métropole et Restaurant Hotel du parc des Eaux-Vives : “Explor’oeuf” par Aurélien Houillon

InterContinental : “Pâques fleuri” par Régis Ferré

Hôtel Président Wilson : “L’Oeuf N°3” par Didier Steudler

Photos © Liese Barbeau Cochet

 

A l’heure du dessert

Mille et une bûches

Rebelote : cette année encore les chefs pâtissiers des grands hôtels genevois ont rivalisé d’imagination pour créer des bûches aux allures d’œuvres d’art. Tour d’horizon gourmand.

Entre saveurs originales, formes sculpturales et prouesses techniques, les chefs ont fait fort cette année. Couture, féerique, bucolique…difficile d’élire sa favorite. Nos coups de cœur parmi les 10 bûches du cru 2017 ? D’abord celle du Beau-Rivage. Une création du Chef pâtissier Yohan Coiffard, inspirée par les sommets alpins.  Alliant un mélange subtil de textures et de saveurs, la bûche baptisée «Les sommets du Mont Blanc» s’orne de petits sapins et se drape dans un manteau chocolaté. La mousse légère de kalamansi enrobe un cœur composé d’une mousse chocolat au lait pure origine Trinité Tabago complété par un crémeux praliné sésame. Toujours dans l’esprit grand froid, on a eu également un faible pour « Sur la banquise », la bûche de l’Hôtel Métropole. Un gâteau militant qui invite à une réflexion sur la situation environnementale actuelle en mettant en exergue le réchauffement climatique à travers une image symbolique forte de pingouins sur la banquise serrés les uns contre les autres. Délicates poires pochées au bonbon à l’eucalyptus suisse et mousse au chocolat noir déposée sur un lit de sablé cacao sublimée par des éclats de macadamia, un must pour lancer le débat autour de la table … Et comme à la GDH, on aime voyager, on a également aimé éMOtion, la bûche de Michael Perrichon au Mandarin Oriental, qui sous une mousse onctueuse au chocolat blanc relevée au poivre noir de Pondichéry, dissimule un biscuit moelleux au chocolat sublimé par la légère acidité d’une compotée d’ananas au curry, posé sur un sablé noix de cajou. Last but not least, notre dernier coup de cœur est nippon avec la bûche Mont Fuji du Mövenpick, une création de Joris Blin à base de mousse jivara, namelaka au marron, kumquat confit et biscuit au riz soufflé. Avis aux gourmands…

www.beau-rivage.ch  

www.metropole.ch

www.mandarinoriental.fr/geneva/

www.movenpick.com

Les 190 ans de Favarger

Anniversaire chocolaté

Jean-Samuel Favarger a créé sa fameuse Fabrique de chocolats en 1826. L’année 2016 marque donc le 190e anniversaire de la mythique maison du même nom. Retour sur une success-story 100% helvète.

On a beau avoir pour projet de célébrer 2017 en fanfare dans quelques jours, pas question de passer à côté de l’anniversaire de l’année qui se clôt : celui de la maison Favarger. En effet, née en 1826, la manufacture genevoise vient de fêter ses 190 ans.  Quelques chiffres pour résumer ces bientôt deux siècles : sept générations de la famille Favarger se sont succédées à la tête de l’entreprise depuis sa création. La Manufacture torréfie aujourd’hui jusqu’à trois tonnes de fèves de cacao par jour et produit plus de 450 tonnes de chocolat par année. Le best-seller de la marque ? L’Aveline il va de soi.  Composée de fèves de cacao d’origine soigneusement sélectionnée, de lait entier, de sucre de betterave, de noisettes, d’amandes et d’extrait de vanille bourbon de Madagascar, la recette exacte du praliné créé en 1922 demeure l’un des secrets les mieux gardés du pays. « Le secret des pralinés est le juste équilibre des saveurs, témoigne Philippe Colnel, le Maître Chocolatier de la maison. Avec la maîtrise à 100 % de la chaîne de production, de la fève au chocolat, ma mission en tant que chef d’orchestre et garant de la Chocolaterie, est de façonner les produits et de parfaire les techniques de travail, en perpétuelle quête d’un chocolat sublimé.» Et pour ceux qui voudraient voir le Willy Wonka suisse à l’œuvre ? La Manufacture ouvre sur demande ses portes aux petits et aux grands lors de Visites guidées de la Fabrique. Une occasion de glaner quelques astuces de fabrication de pralinés maison.

Manufacture Favarger, 2, Chemin de la Chocolaterie à Versoix.

www.favarger.com

happy easter

La GDH vous souhaite de joyeuses Pâques.

Instant ChocolatdeDavid Pasquier

Instant Chocolat de David Pasquier

Pâques dans les étoiles

Chasse aux œufs

Après les bûches cet hiver, les chefs pâtissiers des grands hôtels genevois se sont réunis pour présenter leurs créations de Pâques. Poissons, lapins, cloches ou même éléphant, de quoi ravir les curieux…et les gourmands.
Oeufs de Pâques
Suite au succès de l’édition 2014 et 2015 des bûches de Noël, les pâtissiers des cinq étoiles genevois ont décidé de décliner le rendez-vous culinaire autour de Pâques et de laisser libre court à leur imagination avec des pièces gourmandes toutes de chocolat, de pâte d’amande et de sucre multicolore vêtues. Pour cette première édition, le Président Wilson a accueilli six hôtels de la rade dans son Jardin d’Hiver. Ils y ont présenté leurs sculptures printanières en avant-première à quelques heureux happy few. Parmi eux, toujours la célèbre Jacqueline Mercorelli, alias Mercotte, critique culinaire et gastronome française. Tour d’horizon en images du millésime 2016 des plus belles créations de Pâques genevoises.

Le Chef pâtissier Yohann Coiffard du Beau-Rivage a dévoilé « l’Oeuf des bois » dans lequel ont été recréées les différentes couches de bois de l’arbre, à travers son chocolat travaillé tel une écorce, dans des coloris marbrés blanc et chocolat. Les découpes dans la coquille permettent de découvrir le secret de l’œuf, l’univers de Pâques dans son for intérieur.

A l’Hôtel d’Angleterre, l’équipe de pâtisserie représenté par le chef pâtissier Jean-Pierre Laurent signe « L’Easter sculpture », une compression de différents éléments de Pâques, tels que les œufs, les lapins ou encore les cloches…

A la Réserve Genève, le Chef pâtissier Philippe Riquier a présenté son œuf baptisé « Retour de savane », un mélange de chocolat noir Araguani 72% et de chocolat ivoire.

Le Richemond a levé le voile sur « L’œuf perlé n°16 », une réalisation du Chef pâtissier Sébastien Quazzola, fait de chocolat noir 64% et chocolat blanc au citron.

Du côté du Mandarin Oriental, le chef pâtissier Michaël Perrichon a imaginé le « Pâques-Age », une création au nom inspiré de l’assemblage des mots Pâques et Package et faisant référence au caractère intergénérationnel des festivités pascales.

Au Swissôtel Métropole, le Chef pâtissier Pierrick Simon a joué la carte de la Suissitude avec « Swizzie », une vache en chocolat blanc et lait qui symbolise l’ADN du chocolat avec son bon lait en provenance des Alpages suisses.

Quant à l’hôte des festivités, le Président Wilson, il a présenté « l’Oeuf », une création de Didier Steudler, composée d’un double enrobage, une couche extérieure de chocolat noir Macaé (62%) et une couche intérieure de chocolat au lait Jivara (40%) mélangé à de la feuillantine, le tout garni de friture aux trois chocolats (blanc, dulce et noir) et décoré de son banc de poissons en pâte d’amandes.

ut felis Donec velit, massa vulputate, fringilla porta.