Slider

Tag Archives: Bulgari

A l’heure multicolore

Quand l’horlogerie reprend des couleurs

Avec trente exposants tout rond, la 27ème édition du Salon International de la Haute Horlogerie a été foisonnante.  Même constat pour le pharaonique Baselworld qui vient également de livrer son lot de nouveautés. Et aucun doute : qu’elle adopte la green attitude, qu’elle voit rouge ou qu’elle s’imagine bleue comme une orange, l’horlogerie cru 2017 plébiscite la couleur. Tour d’horizon des modèles qui ont retenu notre attention.

La Endeavour Centre Seconds Concept de H. Moser & Cie : en cosmic green

Avec son cadran totalement épuré, sans index ni logo, la Endeavour Centre Seconds Concept se pare d’un vert profond, émeraude, baptisé « cosmic green » et d’un bracelet en cuir d’alligator de type camouflage. La dernière création de H. Moser & cie au cadran fumé et aux aiguilles iconiques en forme de feuilles existe en or blanc ou rose, éditée à 20 exemplaires seulement.

www.h-moser.com

 

La Royal Oak Offshore Diver d’Audemars Piguet : le retour des funky colors

Après le succès du lancement des Funky Colours en 2016, Audemars Piguet présente cette année, une édition Royal Oak Offshore Diver dans des tons tout aussi colorés.  Disponible en blanc, bleu foncé, jaune acidulé, citron vert et orange vif, le modèle de plongée étanche à 300 mètres est paré de bracelets assortis en caoutchouc, et d’un bracelet supplémentaire de couleur différente fourni pour chaque version.

www.audemarspiguet.com

 

Cape Cod de Hermès : de la laque écarlate

Née d’une vision singulière d’Henri d’Origny en 1991 qui l’inventa en dessinant un carré dans un rectangle, Cape Cod s’adapte à l’air du temps, un foisonnement créatif comme autant d’interprétations du dessin originel. Cette année, les cadrans s’habillent de laque avec une mise en scène subtile de dégradés de rouge ou de brun sur la matière, dessinant de délicats reflets.

www.hermes.com

 

La Bulgari Ultranero rouge : en rouge et noir

L’année 2017 annonce pour Bulgari l’approfondissement de ses collections phare, avec le développement de déclinaisons inédites. Mention spéciale pour l’Ultranero avec sa version tout en contraste rouges – pour ses index et aiguilles – et noir de jais avec son boîtier traité en Diamond Like Carbon (D.L.C), son mouvement à remontage automatique bidirectionnel et sa réserve de marche de 50 heures.

www.bulgari.com

 

Tonda 1950 de Parmigiani : au temps de la pierre

Coup de cœur du SIHH, Parmigiani a dévoilé trois édition spéciale semi-précieuses de la fameuse Tonda 1950. L’une arbore un cadran en malachite, pierre naturelle connue en lithothérapie pour booster la capacité de persuasion. L’autre, un cadran œil de tigre, pierre usuellement utilisée comme protection contre le mauvais oeil et la magie noire. Et la dernière un cadran en lapis lazuli, pierre réputée pour restaurer la confiance en soi. On y croit…ou pas. Reste que les amateurs de belles pièces horlogères apprécieront.

www.parmigiani.com

 

L’Altiplano de Piaget : 60 ans en couleur

En 2017, Piaget fête l’anniversaire de son modèle masculin ultra-plat iconique, la fameuse Altiplano, du nom du haut plateau de la Cordillère des Andes. A l’occasion des 60 ans de la montre, la marque de la Côte-aux-Fées dévoile notamment trois déclinaisons colorées. Parmi elles, une version gris ardoise, une autre bleu électrique mais surtout, moins classique, un modèle vert sapin dans une boîte en or jaune.

 www.piaget.com

Le rugby en flacon

Parfums de haka

Le coup d’envoi de la Coupe du Monde 2015 est imminent. Pour marquer le début de la compétition, Bulgari lance deux éditions spéciales de ses fragrances stars, Man in Black et Man Extreme All Blacks.

Après les montres, les parfums : Bulgari n’en finit pas de célébrer son équipe de rugby fétiche. En effet, la marque de luxe italienne vient de signer une réinterprétation de deux de ses parfums masculins en hommage aux fameux All Blacks. Et, le timing est on ne peut mieux choisi : la Coupe du monde de ballon ovale est sur le point de commencer. Pour rappel, la compétition a lieu cette année en Angleterre du 18 septembre au 31 octobre. Il est donc largement temps de se mettre au parfum. Ainsi, les deux fragrances, Man in Black et Man Extreme, créées par le nez Alberto Morillas, sont éditées pour l’occasion dans des flacons à l’effigie de l’équipe néo-zélandaise. Sur un fond noir ou blanc, se découpe en filigrane le tracé du tatouage maori arboré par les joueurs. Basé sur la structure olfactive de Man Extreme dont il vient renforcer la signature, l’All Blacks associe des notes boisées à une fraîcheur méditerranéenne intense. Quant à Man in Black, sa version revisitée repose sur la même pyramide olfactive que le parfum initial en plus concentré et se caractérise par une signature néo-orientale sensuelle. Ses notes de tête vives se fondent à un cœur floral masculin inattendu pour s’épanouir en un sillage de notes boisées intenses et enveloppantes. Bref, deux jus puissants et virils à l’image de l’équipe de légende qui a joué trois finales sur les sept que compte l’histoire de la Coupe du Monde de rugby et qui en a gagné deux. Pas de doute, les supporters des danseurs de haka vont adorer.

www.bulgari.com

La concept-watch de Bulgari

Une chambre forte au poignet

Pour son cru 2015, Bulgari a fait sensation et a présenté la Diagono Magnesium, une concept-watch plutôt originale. Véritable coffre-fort de poignet, elle stocke, en toute sécurité, les données personnelles.
Diagono_magnesium_Bulgari
Décidément, Bulgari aime sortir des sentiers battus. A l’heure où les horlogers se lancent timidement sur le terrain des montres connectées en clonant les maîtres du genre, la marque de luxe italienne a décidé de jouer la carte de la disruption en imaginant la Diagono Magnesium, une montre mécanique à remontage automatique, capable de stocker en toute sécurité les données confidentielles de son propriétaire. Conçue en collaboration avec WISeKey, société suisse leader dans la sécurité digitale, cette véritable chambre forte de poignet intègre une puce cryptographique et une antenne invisibles qui permet à la montre de transmettre via la technologie NFC un certificat digital à l’application Bvlgari Vault préalablement chargée et paramétrée sur le téléphone. L’antenne est insérée entre deux couches de matériaux non-conducteurs permettant d’éviter tout problème de transmission. Il suffit d’approcher la montre du smartphone incluant lui-même une puce NFC pour que l’application s’active. Seul le propriétaire de la montre a accès aux contenus confidentiels qui y sont enregistrés avec un niveau de sécurité bancaire. Codes divers évidemment, paiements, mais également marketing direct, ouvertures de portes et portières de voiture, activation de système d’alarme, appels automatiques, transferts de données, titres de transport, les applications de cette technologie sont potentiellement aussi vastes que peut l’être l’univers digital, soit illimitées. Encore au stade de prototype, la montre du futur est annoncée pour 2016…autant dire pour demain.

www.bulgari.com

Le temps du haka

Bulgari transforme l’essai

Le point commun entre la marque de luxe italienne Bulgari et les All Blacks, redoutable équipe de rugby néozélandaise ? 1884, leur année de naissance. 130 ans après, les deux légendes célèbrent leur anniversaire commun avec une montre : la Octo All Blacks.
All Blacks Octo

Ce n’est pas une première : Bulgari avait déjà signé en 2011 un garde-temps à l’effigie de l’équipe néozélandaise de rugby, la Bulgari Endurer chronosprint All Blacks. Cette année, à l’occasion de leurs 130 ans respectifs, les deux institutions mythiques renouvellent l’expérience et signent une nouvelle édition spéciale, l’Octo All Blacks. Présentée dans un coffret reprenant la forme du ballon de rugby, la montre conserve toutes les caractéristiques originales de l’Octo, tout en se parant des couleurs et des symboles de l’équipe du haka. Le boitier aux 110 facettes s’habille d’un revêtement Diamond Like Carbon (DLC). Le fond du boitier de ce modèle étanche à 100 mètres laisse transparaître le mouvement au travers d’une glace saphir fumée ornée de la fougère d’argent, emblème des All Blacks. Le calibre mécanique à remontage automatique BVL193 à 28 rubis mesure le temps avec exactitude au gré de 28’800 alternances par heure (4Hz) et offre 50 heures de réserve de marche. Il donne aussi l’indication de la date, par un guichet placé à trois heures. Celui-ci se fait très discret – comme d’ailleurs les index noirs polis et brossés – sur une face avant qui révèle, comme tatoué sur le fond du cadran, un masque Maori, le Mana. Un must-have qui permettra aux fans du ballon ovale et de l’équipe toute de noir vêtue de patienter jusqu’à la Coupe du Monde.

www.bulgari.com

Aux oscars du temps

Quand l’horlogerie foule les tapis rouges

Le 31 octobre, Frédéric Beigbeder a assuré le show à Genève et a livré avec panache le palmarès 2014 du 14ème Grand Prix d’Horlogerie (GPHG).

Et parmi, les montres en lice, the winner is … Breguet qui a remporté l’Aiguille d’Or pour la Classique Chronométrie.

Et comme au GPHG, personne ne repart les mains vides (ou presque…), voilà la liste de l’ensemble des heureux élus :

Blancpain pour la Women Heure Décentrée Seconde Rétrograde (prix de la montre Dame).
Christophe Claret pour le modèle Margot. (prix de la Haute Mécanique pour Dame).
Urban Jürgensen & Sonner pour la Central Second (prix de la montre Homme).
De Bethune pour la DB29 Maxichrono Tourbillon (prix du chronographe).
Grönefeld pour la Parallax Tourbillon (prix du tourbillon).
Lange & Söhne pour la R.Lange Perpetual Calendar Terraluna (prix de la montre calendrier).
Hublot pour la Classic Fusion Cathedral Tourbillon répétition minute (prix de la grande sonnerie).
Urwerk pour l’EMC (prix de l’exception mécanique et prix de l’innovation).
Seiko pour la Grand Seiko Hi-Beat 36000 GMT (prix de la “Petite Aiguille”).
Zenith pour la El Primero Lightweight (prix de la montre sport).
Bulgari pour la Diva High Jewellery Emeralds (prix de la montre joaillère).
Voutilainen pour Hisui (prix des métiers d’art).
Omega pour la Speedmaster “Dark Side Of The Moon” (prix “Revival”).

Quant au prix du public, il a également été attribué au grand vainqueur de la soirée, Breguet, félicité cette fois pour sa classique Dame.

www.gphg.org