Slider

Tag Archives: Bar

Jeux de lumière

L’astrologie sous les projecteurs

Après ses bagues reflétant les rayons du soleil pour projeter des messages personnalisés, le label suisse The Rayy lance une collection de pendentifs, qui mettent à l’honneur les douze signes du zodiaque. Une collab’ avec le tatoueur-star Maxime Plescia-Büchi et son studio Sang Bleu.

« Love », « forever », « written in the stars », voilà quelques-uns des mots doux dissimulés dans les bijoux The Rayy. Un filet de lumière et, comme par magie, le message caché s’affiche au regard de tous. Derrière ce tour de passe-passe à la poésie certaine, une technologie pointue développée à l’EPFL par Romain Testuz et Yuly Schwartzburg. Son principe ? Sculpter le bijou de manière à refléter la lumière et former un message. « La surface semble lisse, mais elle est en fait structurée avec grande précision, explique Romain Testuz, Un logiciel calcule le relief 3D à reproduire pour que les rayons lumineux soient redirigés à un endroit précis et forment l’image souhaitée, un bref message…ou un dessin ». Composée de quatre pendentifs unisexes, la dernière collection s’agrémente notamment de dessins du tatoueur internationalement connu Maxime Plescia-Büchi et de son studio Sang Bleu. Grâce à la technologie de « sculpture » de lumière, les signes du zodiaque apparaissent et brillent comme des étoiles, un hommage aux constellations qu’ils représentent, sous forme de dessins sur le pendentif Disk, un médaillon au design épuré imaginé par Noémie Arrigo, la directrice artistique de la marque ou en typographie sur le modèle Bar. Last but not least, on notera que toutes les créations The Rayy sont fabriquées en Suisse, avec de l’or 18 cts sourcé de manière responsable et des diamants de synthèse issus d’une chaîne de production fonctionnant à l’énergie solaire. Bref, de la joaillerie helv-éthique et chic. On adore.

www.therayy.com

La mixologie en fête

Geneva Cocktail Week, le retour

Pour la deuxième année consécutive, Genève vibre une semaine durant au rythme des shakers, c’est la désormais fameuse Geneva cocktail week. Au programme de ce nouveau cru : 34 adresses genevoises, 68 créations originales et un tout nouveau pass…

Cela commence aujourd’hui. Les amateurs de cocktails helvètes sont au taquet. Il faut dire qu’après New-York, Paris et Londres, la Geneva Cocktail Week est l’unique événement consacré au cocktail et à la mixologie en Suisse. Pour cette seconde édition, pas moins de 34 adresses genevoises ont joué le jeu et proposent chacune deux recettes exclusives, avec ou sans alcool ainsi que des ateliers de dégustation. Les festivaliers de cette année pourront s’armer d’un pass – gratuit et téléchargeable sur le site de l’événement – qui donne accès aux 34 bars partenaires et à leurs deux créations de cocktails à tarif préférentiel (CHF 10..– avec alcool, CHF 8.– sans). Pour voyager vers l’Inde, direction le Grand Bottle, rue Henri-Blanvalet, et son cocktail Bollywood, qui associe la vodka et la cardamone au jus d’ananas et de lime. Au célèbre Verre à Monique, rue des Savoises 19, on servira un Citrus Mule (gin, jus de lime et de pamplemousse jaune, kumquat, angostura et grapefruit bitter) ou un Mexican Melon (jus de pastèque, sirop de sucre et jus de lime). Quant au programme des ateliers, mardi food pairing au Kytaly autour des amers et de la pizza avec Franco Pepe, élu meilleur pizzaiolo du monde en 2017 ; mercredi hommage au Spritz au Qu’Importe ou encore jeudi dégustation d’insectes au Blacksheep rive. Pas de doute, on ne s’ennuiera pas cette semaine…

Du 25 septembre au 1er octobre, www.genevacocktailweek.com

 

Métaphysique gourmande

Aux Philosophes

On en avait beaucoup entendu parler et ça y est, on a enfin testé. La brasserie historique des Philosophes a fait peau neuve et ça vaut le détour.

Deux étages, trois espaces, de quoi manger, picoler, pique-niquer et travailler, voilà en résumé le concept des Philosophes, la fameuse brasserie du quartier de Plainpalais en version revisitée. Avec sa décoration ambiance années 20 cosy et ultra design, l’espace hybride a tout pour devenir le nouveau QG des branchés du quartier. « L’idée était avant tout de créer un ensemble cohérent d’espaces confortables, dans un environnement urbain. Il fallait que tous les besoins et les envies de notre clientèle puissent trouver un service adapté, à tous les moments de la journée, tout en restant simple et accessible. Aux Philosophes on vient manger, travailler, boire un verre, lire, refaire le monde, faire une sieste ou rencontrer de nouvelles personnes : comme chez des amis. » expliquent Déborah, Nathaniel et Guillaume, les trois fondateurs des lieux. Visite guidée.

Concrètement, cela donne quoi ? Au rez-de-chaussée, la brasserie à droite en rentrant avec sa terrasse bucolique. On y mange des plats de grand-mère twistés avec inventivité par le chef, des tartares, une belle sélection de poissons ou encore des fruits de mer et quelques créations végétariennes. Mention spéciale pour le gaspacho maison vraiment au top !

A gauche, le bar. Une place to be pour les œnophiles avec une sélection pointue et de fort bon goût. Le mot d’ordre ? La convivialité. On se sert soi-même, comme à la maison. On ouvre sa bouteille et on choisit parmi les appétissantes planchettes apéro (parmi les highlights, planche autour de la truffe, planche de nos alpages ou planche italienne). Le carrelage réalisé de carreaux ciment à l’ancienne et les belles suspensions tissées et dorées nous donnent le ton : on se croirait dans une épicerie. D’ailleurs, on peut aussi y faire son marché, panier sous le bras, pour aller pique-niquer au parc voisin. Tartes salées et sucrées, verrines diverses et variées, rillettes, une sélection de viandes séchées et une autre de fromages, foie gras maison, hot dog ou fish & chips du chef, de quoi se concocter un déjeuner sur l’herbe de luxe, avec verres, assiettes et couverts gracieusement prêtés. On peut aussi y petit-déjeuner dès potron-minet ou y bruncher le week-end.

Last but not least, le premier étage, qui accueille, première à Genève, des salons dédiés au cosyworking. Cosy (et non « co »), car on y travaille certes, mais dans un univers pensé pour lier la tâche à l’agréable ; ambiance douce et chaleureuse au rendez-vous, avec les murs framboise et vert d’eau et même un joli bar pour s’y approvisionner en boissons et gourmandises tout au long de la journée. Un forfait « tout compris » (wifi, imprimante, papeterie, boissons chaudes & froides, salon privé, …) permet de squatter les lieux pour la demi-journée, la journée ou le mois. Le top. Bref, une fois essayé, un endroit que l’on a plus envie de quitter.

Les Philosophes, Rue Prévost-Martin 5, 1205 Genève. www.lesphilosophes.ch

Asian food bar

In the mood for Akiko

Le dernier spot qui buzze à Lausanne? Akiko, une adresse d’un genre nouveau à mi-chemin entre le bar à cocktails et la cantine asiat’. A vos baguettes !
Akiko Lausanne
Des tapas made in Asia à picorer et des cocktails edgy à souhait à picoler? C’est le concept d’Akiko, qui a ouvert en août dernier à Lausanne en plein  cœur de la très effervescente rue du Petit-Chêne. Un bar à manger où l’on déjeune sur le pouce à midi, sur place ou à l’emporter, et où dès 17h on s’installe pour boire un verre et partager, entre amis, les spécialités de la carte panasiatique. Dans un cadre au chic épuré imaginé par la designer d’intérieur genevoise Alexandra de Garidel-Thoron, la cheffe Duangjai Muller et l’expert ès cocktails Davy Nerambourg ont uni leurs talents pour imaginer ce lieu hybride entre place-to-be de la mixologie, bar à sushi et cantine thaï. Au menu, les traditionnels maki, nigiri, sashimi mais aussi dim sum, curry vert de poulet, nems ou brochettes satay. Parmi les highlights, le pad thaï aux crevettes sauvages, le riz sauté au poulet ou encore les dim sum poulet-ciboule accompagnés de leur poêlée de légumes. Aux commandes des fourneaux, l’initiatrice du concept, Duangjai Muller, patronne du gastronomique thaï le Jeab dans le quartier de Plainpalais à Genève, qui a dirigé plusieurs années durant le restaurant du centre de wellness Insens. Pour la seconder, un maître sushi qui prépare à la minute et devant les clients le poisson cru ainsi que l’ancienne chef Dim Sum du Tsé Fung à la Réserve. Bref, des spécialistes du genre. Côté cocktails, les amateurs vont pouvoir s’en donner à cœur joie. Davy Nerambourg laisse libre court à sa créativité pour proposer une carte ultra pointue avec des grands classiques réinterprétés, comme le Bloody Mary relevé au saké, au basilic thaï et aux baies de sancho ou le Mojito au rhum Havana 3 ans d’âge boosté aux épices et à la menthe poivrée mais aussi des mix plus décalés comme le Tokyo Heat  (vodka Ketel One infusée à la citronnelle, concombre, jus de gingembre, jus de citron, sucre et wasabi) ou encore le Spicy Negroni (Gin Boodles, Mancino Rosso Amaranto, Campari Bitter, piment, absinthe Pernod).  A cela s’ajoutent un choix avisé de vins et spiritueux dont notamment une très belle sélection de whiskys japonais (Chichibu Peated, Yoichi 10 ans, Nikka Taketsuru Non Age, Nikka from the Barrel, etc.). Pour ne pas faire de jaloux ? Un second établissement vient d’ouvrir ses portes à Genève dans Balexert. Et il se murmure que ce n’est qu’un début…

Akiko, Rue du petit-Chêne 11, 1003 Lausanne. Tél : 021 312 40 12. www.akiko-lausanne.ch

Asian food & take-away

Lundi à samedi de 10h30 à 20h

Cocktail bar & Asian food

Mardi de 17h à minuit – Me-je de 17h à 1h – Ve-sa de 17h à 2h

 

La Bretagne à Genève

Derrière les burgers, les huîtres…

La saison des huîtres bat son plein. Et pour déguster le fameux coquillage, plus besoin de filer à Cancale pour le week-end, une nouvelle adresse top secrète ravit les initiés fans de saveurs iodées.
Chez Henri

Difficile d’entrer chez Henri par hasard. En effet, le nouveau bar à huître qui buzze dans la Cité de Calvin se niche dans l’arrière-boutique d’un restaurant à burgers. Pas n’importe lequel me direz-vous, il s’agit du fameux Hamburger Foundation. Car, non contents de servir parmi les meilleurs sandwiches de la ville, les trois compères viennent d’ouvrir un bar à huîtres en annexe de leur spot à burgers. Le concept ? Proposer des plats de dégustation à accompagner de verres de vin, bière, whisky ou même saké sélectionnés par une sommelière, le tout dans une ambiance jazzy et décontractée loin de l’atmosphère guindée des restaurants gastronomiques. Et pourquoi chez Henri ? Parce que l’oncle d’un des trois fondateurs  des lieux est ostréiculteur à Carnac et qu’il se charge du choix des coquillages dont les amateurs genevois vont se régaler à l’heure de l’apéritif.

Du mardi au samedi de 17h à 1h / 37 rue Philippe-Plantamour, 1201 Genève. Tél. 022 310 00 44.

www.chezhenri.ch