Slider

Tag Archives: Artiste

L’art de la force animale

Une exposition bestiale

Dans sa dernière exposition, la galerie carougeoise Aubert Jansem porte aux cimaises les artistes animaliers du XXe siècle. Son objet ? La force chez l’animal.

© Stéphane Briolant

Paul Jouve, Maurice Prost, Roger Godchaux, Armand Petersen, Helène Arf, voilà quelques-uns des artistes animaliers du siècle dernier dont la galerie Aubert Jansem nous invite ce printemps à découvrir le bestiaire. Une sélection pointue parmi les innombrables sculpteurs et peintres à s’être adonnés à l’exercice. En effet, suite aux expositions universelles ayant suscité l’engouement du public pour une faune exotique jusque-là méconnue et à l’éclosion de nombreux parcs zoologiques européens à la fin du XIXe et du début du XXe siècle, légion ont été les peintres en quête de modèles vivants à avoir planté leurs chevalets face aux enclos pour de longues heures d’observations minutieuses. Parmi le corpus foisonnant d’œuvres, il a fallu trancher : la galerie a choisi pour fil rouge l’expression de la force animale. Entre science et art, ce sont donc des éléphants, singes, panthères, jaguars et autres fauves dans des postures pleines de vie et tout en puissance qui ont pris leurs quartiers à la rue Saint-Victor. Bref, une véritable ménagerie arty à découvrir d’urgence.

« Force animale, œuvres de Paul Jouve, Maurice Prost, Roger Godchaux, Armand Petersen, Helène Arf… », jusqu’au 28 avril 2018 à la Galerie Aubert Jansem, rue Saint-Victor, 11, 1227 Carouge.

www.aubertjansem.ch

 

Sur les montagnes vertes

La bible d’Heidi

Heidi, le sujet d’un livre d’art ? C’est l’idée de l’artiste Piroska Szönye. Soutenue par Victorinox, elle imagine une sorte de journal « culinaro-philosophico-poétique», véritable bric-à-brac de souvenirs en hommage à l’héroïne de Johanna Spyri.

Les Français ont leur Marianne. La Suisse a Heidi. Une figure mythique issu d’un roman publié en 1880 qui rayonne aujourd’hui encore aux quatre coins de la planète. Née à Coire, à deux pas de Maienfeld, la patrie d’Heidi, la plasticienne Piroska Szönye vient de lui consacrer un livre, un ovni à mi-chemin entre l’objet d’art et le livre de cuisine mêlant des recettes de fromage, de beurre, de pain et de viande, imprimées sur le papier qui emballait autrefois ces différents produits. Certaines de ces recettes ont même été rédigées à la main par des chefs étoilés de Suisse. «Je suis partie de rien et la magie a fait le reste, pour aboutir à un livre très riche, avec lequel je souhaite donner du bonheur au lecteur», explique l’artiste, connue pour ses réalisations cross-média, s’inspirant de la peinture à l’huile, du collage et du street art. Ce livre d’art aux multiples facettes, dont chaque édition est unique, paraît en octobre en tirage limité à 4444 exemplaires. Il est proposé en deux versions : le livre est vendu dans sa valise pour 222 francs ou seul pour 199 francs.

www.heidiandtheswissnessfeeling.ch

A L’école hollandaise

Les natures mortes d’Henk Helmantel

Du 16 octobre au 27 février, la galerie Artvera’s consacre une exposition à l’artiste hollandais Henk Helmantel. Une première en Suisse.

Henk Helmantel, Food for medieval monasteries, 2015, oil on panel, 122 x 180 cm

Henk Helmantel, Food for medieval monasteries, 2015, oil on panel, 122 x 180 cm

Natures mortes et vues d’intérieurs d’églises médiévales et de monastères, difficile de dater les œuvres de l’artiste hollandais Henk Helmantel. XVIIème, XVIIIème siècle ? Que nenni. Né en 1945, Henk Helmantel est considéré comme l’un des peintres figuratifs contemporains les plus en vue des Pays-Bas. Et si à ses débuts son style était proche de celui des impressionnistes, il tient aujourd’hui clairement du réalisme. Ses influences ? Le siècle d’or néerlandais, Rembrandt en tête. Récompensé en 2008 par le titre d’artiste de l’année aux Kunstenaar van het Jaar awards, il compte aujourd’hui à son actif plus d’une centaine d’expositions et ses œuvres trônent dans de prestigieuses collections privées de l’Europe aux Etats-Unis en passant par l’Asie. Rien d’étonnant donc à ce qu’Artvera’s lui ouvre ses portes pendant quelques mois, d’autant plus qu’il s’agit d’une première en Suisse. Au programme de l’accrochage, une trentaine d’œuvres allant des années 60 jusqu’à nos jours. On y découvrira notamment ses natures mortes avec ses tables dressées d’objets de sa collection personnelle, bronzes archaïques chinois, verreries rhénanes, céramiques, ustensiles en étain, lourdes étoffes, coffres, manuscrits et livres anciens mais aussi ses représentations d’églises baignées du fameux clair-obscur si typique des tableaux flamands. Pour mettre en évidence les sources d’inspiration de l’artiste, une sélection d’œuvres de maîtres anciens hollandais tels que de Jacques de Claeuw, Jacob Foppens van Es, Hans van Sant, Willem Claeszoon Heda et Hubert van Ravesteyn compléteront l’exposition.

Du 16 octobre 2015 au 27 février 2016, « Henk Helmantel : un maître ancien contemporain » Artvera’s, rue Etienne-Dumont 1, 1204 Genève. www.artveras.com

L’art des Balkans

La Serbie aux cimaises

Du 6 au 18 octobre, la Galerie Nest accueille le second volet de l’exposition collective « Toward a better world ». L’occasion de (re)découvrir les talents les plus prometteurs de la création contemporaine serbe.
Tadija Janicic, They missed the flower pot, oil on canvas, 180 x 295 cm, 2015.
Après une première édition en 2014, la créatrice de la Fondation Mali Princ, Aleksandra Vegezzi Boskov, et la directrice de la galerie genevoise Bel Art, Vesna Latinovic, organisent « Toward a better world II », une seconde exposition consacrée à l’art contemporain serbe. Du 6 au 18 octobre 2015, les deux espaces de la Galerie Nest accueilleront ainsi un  panorama des expressions artistiques les plus convaincantes et les plus novatrices du moment. Jeune garde ou artistes confirmés, les plasticiens sélectionnés font partie des acteurs les plus en vue de la scène contemporaine de cette région des Balkans. Au fil de l’accrochage, les visiteurs pourront ainsi découvrir Boris Lukic et ses tableaux qui interrogent la place de la femme dans notre société, le très renommé sculpteur Mrđan Bajić qui exprime, au travers de son travail, son rejet farouche de la guerre, les peintures-chocs de Tadija Janicic ou encore les œuvres d’Ana Vrtačnik, lauréate de l’édition 2015 de la Fondation Mali Princ dans la section arts plastiques. Une exposition qui, au-delà d’un florilège d’artistes originaires d’un même pays, donne voix à un art engagé et au langage universel, un art qui s’inscrit, en écho au titre, comme un véritable plaidoyer transculturel militant pour un monde meilleur.

« Toward a better world II », du 6 au 18 octobre, de 11h à 19h,

Galerie Nest, Rue Etienne Dumont 12-14, 1204 Genève. www.nest-geneva.ch