Slider

Tag Archives: Aéroport

A l’Olivo

Un take-away gourmet

De passage près de l’aéroport, on a eu envie de tester L’Olivo, le restaurant de l’hôtel Hilton, qui propose, depuis peu, un service à l’emporter. Une belle découverte.

On a beau adorer cuisiner, le plaisir de déguster un joli plat de chef reste inégalable. Cela fait un petit moment que l’on n’avait pas craqué mais ce midi on a profité d’un déplacement pour prendre en take-away les créations gourmandes de l’Olivo. Si le restaurant n’est pas à proprement parler nouveau, son concept a été entièrement revisité depuis la reprise en septembre de l’hôtel (ex-Starling) par le groupe Hilton. Exit la carte italiénisante, le chef, nouvellement en place, bouillonne d’idées et propose désormais une cuisine inspirée aux influences variées, qui privilégie le local et la saisonnalité. Les légumes sont, pour la plupart, estampillés GRTA, les herbes aromatiques sont cultivées dans le jardin, le sel vient des mines de Bex. Sont également régulièrement mis à l’honneur des produits d’exception suisses comme le bœuf Angus ou le saumon des Alpes. Toutes les six semaines environ, le menu change. On y trouve quelques pépites, comme le bœuf façon tataki, mariné à la truffe noire, houmous de carottes et légumes croquants ou le risotto d’orge, poêlée de champignons et cresson mais aussi des classiques bien travaillés comme le Swiss cheese burger (pain multi-céréales, bœuf, fromage de gruyère, confiture d’oignons, sauce tartare, pommes frites et coleslaw), le buddha bowl (riz vinaigré, avocat, algues wakamé, concombres, carottes, lentilles corail et vinaigrette yuzu-soja) ou la pizza al forno de la maison. Ce midi, nous avons opté, en entrée, pour une salade de quinoa, maïs, tomates cerises, concombre, grenade, feta, huile d’olive vierge et un foie gras de canard et gelée de betterave, chutney de coing rôti, pommes caramélisées et brioche ; suivis d’un filet de bar sauce vierge accompagné de pommes vitelotte et chou kale ainsi que d’un paleron de bœuf braisé au Pinot noir de Chouilly, purée de céleri rave et carotte au jus avant de clore les agapes avec un cube noisettes-citron en dessert. Les plats, préparés minute, étaient superbement présentés (prouesse assez rare en take-away pour être soulignée) et les saveurs au top (mention spéciale pour le bar et sa sauce à tomber). On a été conquis. Cuisine créative, pop-up en terrasse et événements branchés, le chef a pour ambition de faire de l’adresse un restaurant qui compte parmi les place-to-eat de la ville…pour peu que l’on puisse à nouveau sortir. En attendant, on recommande chaudement de réserver à l’emporter. Cela vaut, sans conteste, un petit détour par l’aéroport.

L’Olivo, Hilton Geneva Hotel & Conference Centre, Route François-Peyrot 34, 1218 Le Grand-Saconnex.

www.geneva.hilton.com

 

 

L’envol du Chef

Benjamin Luzuy à l’aéroport

L’aéroport vient de dévoiler sa nouvelle table gastronomique. Baptisée Le Chef, tout simplement, elle propose une cuisine au concept on-ne-peut-plus original, signé par le Cyril Lignac suisse, Monsieur Gourmet Brothers, alias Benjamin Luzuy. Embarquement immédiat.
©Chris.Michaud
Un esprit loft, ouvert et lumineux, à l’atmosphère néo industrielle. Un air de penthouse avec de larges baies vitrées offrant une vue époustouflante sur le tarmac et la chaîne du Jura. Le Chef, le nouveau restaurant gastronomique de Genève Aéroport, en jette. Découpé en plusieurs espaces et différentes atmosphères (salle pour déjeuner ou dîner, lounge, terrasse ou salons privatifs), il accueille en son centre le bar, tel un îlot magistral, qui connecte les différentes zones à toute heure de la journée. Côté assiette, on y savoure une cuisine signée Benjamin Luzuy. Jamais à court d’une idée qui sort du cadre, le talentueux chef touche-à-tout à développer un concept inédit et sur-mesure pour les lieux : Des produits du terroir romand déclinés en 4 collections saisonnières et 4 méthodes de cuisson (cru/mariné, vapeur, feu vif, cuisson douce). On peut ainsi apprécier la fraîcheur d’un tartare de wapiti de Collex-Bossy fumé au foin, yaourt maison au poivre cubèbe et pousses d’épinards à l’huile d’amande pour le cru, la saveur d’un pavé de boeuf suisse au BBQ sur sarments de vigne, déclinaison de carottes régionales et jus réduit aux baies de genièvre pour la cuisson au feu vif ou le moelleux d’un cheesecake vapeur avec son confit de yuzu. Quant aux voyageurs pressés ? Ils pourront opter pour la carte snacking du bar avec notamment les mini burgers revisités par le maître des lieux et s’installer dans le lounge face au ballet des atterrissages et décollages des avions pour les déguster en sirotant une blonde bien fraîche des Murailles de Meinier. Bref, de quoi atteindre le septième ciel.

Le Chef, Route de l’Aéroport 13, 1215 Genève. 3ème étage. Tél.: 022 817 46 09

www.lechef-geneve.ch

Photos de la soirée d’inauguration du 16 mars sur le Facebook de la GDH

Love is in the air

Les aéroports les plus romantiques du monde

A l’occasion de la Saint-Valentin, KAYAK.ch , le moteur de recherche dédié au voyage, livre un classement des aéroports les plus romantiques du monde. Son échelle de mesure ? Le nombre de minutes de stationnement gratuit offert aux conducteurs venus déposer leur moitié.
love is in the air
De nombreux aéroports disposent d’une zone de départ ou de parkings gratuits où les conducteurs peuvent déposer leurs proches, et où les amoureux peuvent profiter d’un dernier instant avant le décollage. Il s’agit des bien-nommées « Kiss and Fly ». À l’occasion de la Saint-Valentin, KAYAK.ch a comparé des aéroports dans le monde entier pour savoir combien de minutes un adieu peut durer selon sa ville de départ. L’analyse – ô combien fondamentale- révèle notamment que certains aéroports ont la fibre plus romantique que d’autres. Ainsi, Hong Kong , Tokyo Haneda et Palma de Majorque décrochent le pompon : ils offrent tous une généreuse demi-heure de stationnement gratuit. À Rome Fiumicino, les amoureux disposent d’un quart d’heure pour faire leurs adieux, comme à Dubai International , Phuket International , Prague Václav Havel ou Copenhague Kastrup. Dans d’autres aéroports, la séparation est un peu plus précipitée. Paris a beau être surnommée la cité de l’amour, les amoureux n’ont que de 10 minutes chrono pour se dire au revoir à CDG. Dans la plupart des aéroports américains comme  JFK, San Francisco International, ou encore Los Angeles International, les voyageurs devront s’en tenir à un adieu éclair, ne disposant que de très peu de temps avant que leurs proches venus les accompagner ne se voient contraints de quitter l​e dépose-minute. Quid de la Suisse ? La plupart des aéroports privilégient l’efficacité. Lugano ne fait pas les choses à moitié et coupe court aux adieux déchirants en n’offrant aucune possibilité de stationnement gratuit. À Berne Belp , les amoureux se disent au revoir au milieu des voitures car seule un « dépose minute » au sens premier du terme est proposé. L’aéroport de Zurich est un peu plus clément et propose 5 minutes de « Kiss and Fly ». Genève-Cointrin et Bâle-Mulhouse s’octroient la palme du romantisme helvète en permettant 10 minutes d’adieux.

www.kayak.ch