Slider

Au temps de la formule E

Richard Mille en course à Pékin

L’horloger suisse Richard Mille sera aux côtés de l’écurie française E-DAMS lors du premier championnat du monde de monoplaces électriques au stade olympique de Beijing, le 13 septembre prochain.

Les pilotes de l'équipe E-DAMS

Sébastien Buemi et son coéquipier Nicolas Prost devant la Spark-Renault SRT_01 – Crédit photo R.Mille

Est-ce parce qu’elles partagent une même passion pour la mécanique que l’automobile et l’horlogerie entretiennent depuis toujours des liens étroits ? Toujours est-il que les deux univers aiment à se côtoyer. En témoigne une fois encore le partenariat de Richard Mille avec l’écurie française E-DAMS lors du premier  championnat du monde FIA Formule E de monoplaces électriques au stade olympique de Pékin. Sur les dix circuits urbains mis en place au cœur du fameux nid d’oiseau du cabinet d’architecture suisse Herzog et de Meuron, prendront place le pilote de F1 Sébastien Buemi et son coéquipier Nicolas Prost  au volant de la Spark-Renault SRT_01, une monoplace capable d’abattre le 0 à 100 km/h en moins de 3 secondes grâce à son moteur électrique de 200 KW (soit 270 cv) et son poids contenu de 888 kg. Des courses historiques pour une nouvelle discipline soutenue par Jean Todt, président de la FIA et qui donne l’occasion aux constructeurs d’exposer leurs innovations dans le domaine de l’énergie électrique.  Un partenariat sportif à la pointe parfaitement raccord avec l’ADN de l’horloger jurassien.

www.richardmille.com

 

Back to the sixties

Les Mad men à Genève

Alors que Canal Plus diffuse la dernière saison de Mad Men, le Mô Bar organise un apéro ambiance rétro pour les aficionados de Don Draper et du New York des early sixties.

Mad Men afterwork party

Costumes trois pièces et cheveux gominés pour ces messieurs, robes corolles aux imprimés fleuris et brushing impeccable pour ces dames, ce jeudi 18 septembre, le MO Bar invite à un voyage dans le temps, direction les bureaux de Sterling Cooper Advertising dans le Manhattan du début des années 60. Au programme, Bonnie Fox pour une performance Jazz dance ages, Emma Mylan et la troupe Secret follies pour un show burlesque et DJ Sons of the Desert pour balancer du son old school. Et pour faire honneur aux publicitaires newyorkais de la Madison Avenue, qui, dans la série, picolent à tout va ? Une belle carte de cocktails rétro. C’est bath, non ? En revanche, pour la clope au bec, il faudra se contenter du trottoir… Eh oui, retour à la réalité, on est en 2014, les amis.

MO bar, Mandarin Oriental, Quai Turrettini 1, 1201 Genève. 

Réservation conseillée. Tél. 022.909.00.30.

Ondes patriotes

Radio Pure Suisse

Une radio numérique ornée d’un drapeau suisse ? C’est l’édition spéciale qu’a lancé cette année la marque british Pure. On est chauvin ou on ne l’est pas.

Evoke_D2_SwissEdition_Lifestyle_PR

La marque de high tech made in England, Pure, a lancé cette année une édition suisse de son modèle Evoke D2 pour célébrer ses 10 ans de présence commerciale sur les terres helvètes. La démarche fleure bon l’opportunisme marketing mais toujours est-t-il que l’Evoke D2 avec Bluetooth à la croix blanche est plutôt réussie. En effet, la radio FM et numérique, avec son élégante finition blanc mat glacier en bois véritable, sa mention «Swiss edition» et son bouton en caoutchouc rouge pour rappeler le drapeau suisse emblématique au milieu de la grille de l’enceinte, affiche un look ultra stylé. Côté technique, grâce à une amplification audio de classe D à haute efficacité énergétique, l’Evoke D2 produit un son de qualité optimale, fournit une bonne autonomie de batterie et consomme peu d’énergie. Ses autres fonctionnalités incluent une entrée pour un lecteur iPod/MP3, une alarme, des minuteries de veille prolongée et d’arrêt momentané du réveil, 20 présélections (10 numériques et 10 FM) ainsi qu’un minuteur de cuisine. A noter, on peut se la jouer ambiance Ghetto-blaster et afficher son patriotisme en balade : la radio permet une écoute nomade pouvant aller jusqu’à 30 heures grâce à sa batterie rechargeable proposée en option.

159 francs, www.pure.com

 

A la gloire du boucher

Le Minotor Steakhouse, le gastro des carnivores.

Le dernier rendez-vous des amateurs de viande rouge ? Le Minotor Steakhouse, un nouveau restaurant installé en plein cœur du quartier de Plainpalais.

Minotor Steakhouse

Pas de ségrégation à la Gazette de l’Helvète (la GDH pour les intimes), la mode est peut-être aux légumes et autres graines, il n’en reste pas moins qu’une bonne pièce de viande est toujours appréciable. Et s’il faut manger moins de bidoche pour notre santé et pour le bien-être de la planète, autant viser le top. Ouvert au printemps, le Minotor Steakhouse joue donc la carte du haut de gamme. Dans un cadre léché un brin bling bling (colonnes blanches matelassées, lustre scintillant, chaises design logotypées et scalp de taureau étincelant au-dessus du bar), on est invité à déguster du bœuf dans toutes ses déclinaisons possibles.

Saignant

Trio de burgers Wagyu, côte de bœuf Angus fumée aux herbes aromatiques, entrecôte de bison du Canada, côte de bœuf GRTA maturée sur l’os 3 à 4 semaines, bref, de quoi ravir les connaisseurs. Cocktails et mises en bouche (os à moelle sur un toast tiède croustillant, pointe de moutarde à l’ancienne ou planchette de Picañola, pain toasté à la tomate notamment) pour commencer le repas, entrées travaillées (Tartare terre et mer, bœuf de Simenthal et caviar, croustillant aux graines de sésame) et desserts classiques (tiramisu, fondant chocolat, cheesecake) mais de bonne faction, seul bémol, l’addition un peu élevée. Tout a un prix. Et pour une première approche, il est toujours possible de s’attabler pour le plat du jour (19 fr. en semaine) ou plus dispendieux pour le brunch dominical à 49 fr avec sa coupe de Prosecco, ses smoothies et son buffet chaud et froid.

Rue de Bois Melly 3, 1205 Genève. www.minotorsteakhouse.com

 

On a testé…

Une nuit au Riad Joya

Voilà le Riad parfait pour chiller en plein coeur de Marrakech. Une déco pas kitsch, un emplacement idéal et un accueil ultra attentionné.
Riad JoyaDes riads dans la Médina, il y en a des milliers. Et pour en avoir testé quelques-uns, pas évident de trouver le bon compromis. Entre celui planqué au fin fond de la ville rouge à 25 minutes à pied de tout commerce, celui à la déco pseudo tradi et ultra chargée ou encore celui au service inexistant, mieux vaut ne pas se rater. Et parmi les bonnes surprises, le Riad Joya. Situé à 5 minutes montre en main de la place Jemaa el-Fna (disons 7 minutes pour ceux qui n’ont pas le sens de l’orientation), le Boutique-hôtel est un havre de paix. Ses sept suites, élégantes et spacieuses, designées par l’italien Umberto Maria Branchini, affichent une architecture sobre et minimaliste rehaussée ici et là par des objets d’artisanat local soigneusement choisis. Le personnel ultra discret est aux petits soins.
Riad Joya terrasse
Pas de piscine ici mais finalement ça ne manque pas. (D’autant plus qu’en général ce que les riads appellent « piscines » ressemblent en général de visu à des pataugeoires). Et, il reste possible de buller tranquillement à l’abri des regards sur le toit où sont installées çà et là d’élégantes chaises longues. Les gourmands apprécieront aussi le petit déjeuner avec son jus pressé, son café, ses crêpes marocaines, ses œufs (à la demande), son yaourt… Le tout pour un prix, certes peut-être un peu plus conséquent que la moyenne, mais tout à fait acceptable au vu des prestations. Bref, une adresse à garder dans son répertoire.

www.riadjoya.com

vulputate, eleifend Curabitur ut velit, in