Slider

Aux couleurs helvètes

Le passeport suisse, pour tous !

Cullycully, vous vous souvenez ? Mais si… Le collectif des bords du Léman qui réinvente les symboles helvétiques pour créer des produits décalés et graphiques 100% made in Switzerland. Son dernier fait d’arme ? Des faux passeports…à colorier. On est fan.

Le précieux sésame helvète à la portée de tous, voilà ce que propose Cullycully, la start-up vaudoise qui se plaît, depuis quelques années, à nous faire voyager dans notre beau pays, grâce à sa palette de produits 100% d’ici. Après les posters XXL, ce sont désormais des drôles de petits passeports que l’on est invité à colorier. Ces petits feuillets de 32 pages se glissent facilement dans la poche et se déclinent en quatre univers très typish. Le premier livret propose aux artistes en herbe de mettre en couleur les mots suisses, de la chiclette, au gipfeli en passant par les sixtus. Un must pour parfaire son vocabulaire. Le second est consacré aux super-héros, de Guillaume Tell à Frankenstein, en passant par le cervelas. Place à la géographie pour le troisième avec un voyage à travers nos 26 cantons, de la tomme vaudoise à la cathédrale fribourgeoise en passant par la tourte de Soleure. Et, last but not least, le dernier se dédie à la vache, fierté nationale, avec des Reines de tout poil arborant des cloches aussi grosses que des meules de Gruyère. Bref, des indispensables pour passer les frontières en assumant sa suissitude avec style.

www.cullycully.ch

De Kilmarnock à Genève

Johnnie Be Good

Scoop : la dernière édition limitée du Johnnie Walker Blue Label rend hommage à Genève avec son flacon orné des monuments de la ville. Une excuse parfaite pour se (re)mettre au whisky.

Le Johnnie Walker Blue Label Geneva Limited Edition ? Une édition unique strictement limitée et spécialement créée pour la Suisse, dont les bouteilles reconnaissables à leur étiquette bleue, illustrent les principaux monuments de Genève : le jet d’eau, le monument Brunswick et ses deux lions, l’horloge fleurie et la cathédrale Saint-Pierre. Dans le flacon, le fameux assemblage qui fait la renommée de la maison. En effet, whisky de dégustation, le Blue Label affiche un nez boisé et légèrement fumé bien reconnaissable. Son palais intense est dominé par les fruits secs et le chocolat amer avec une finale longue et soutenue marquée par des traces de tourbe et d’épices. Pour la petite histoire, il a inspiré le Delahaye, fameux cocktail, imaginé en 1938 aux 24h du Mans pour célébrer la victoire de la Delahaye 135S. On vous livre la marche à suivre :

Ingrédients

– 50ml de JOHNNIE WALKER BLUE LABEL avec 1 glaçon
– 100ml de vin pétillant sec
– 10ml de sirop de miel
– 5ml de liqueur Bénédictine
– 5 gouttes d’absinthe

Recette

Deux verres pour la préparation :

Verre 1 : 50ml de JOHNNIE WALKER BLUE LABEL avec un glaçon
Verre 2 : mélanger les 100ml de vin pétillant sec, 10ml de sirop de miel, 5ml de liqueur Bénédictine et 5 gouttes d’absinthe. Il est possible de mélanger au préalable liqueur Bénédictine, absinthe et miel. S’assurer que tous les ingrédients sont très frais avant de servir. Santé !

www.johnniewalker.com

Cannabis suisse

Du chanvre à boire

100% suisse et 100% légal, on peut en boire sans modération. Il s’agit d’Hempfy, une boisson pétillante au cannabis.

Le must-drink pour se désaltérer cet été ? Hempfy, la boisson made in Perroy à base de chanvre. Une limonade nouvelle génération « spécialement développée pour ceux qui apprécient le goût unique du cannabis » dixit Mike Chernyak et Konstantin Marakhov à l’origine de la start-up vaudoise. A base de plantes cultivées dans la région, le duo joue donc non seulement la carte du local mais aussi de la santé. « Afin de maximiser les bienfaits pour la santé de nos boissons, nous utilisons des ingrédients à base d’herbes naturelles, et avons choisi d’utiliser du fructose (le sucre le plus «sain» et bio-disponible) plutôt que du sucre raffiné, du sirop de maïs à haute teneur en fructose ou encore des édulcorants artificiels. Contrairement au sucre de table ou au SHTF, le fructose n’entraîne pas une augmentation rapide puis une chute importante de la glycémie, ce qui signifie qu’il a une faible charge glycémique ». Une version de la boisson se vend en sachet, deux autres aromatisées existent en bouteilles, la bitter lime et la sweet lime, enrichie de fleur de sureau. A boire seule ou accompagnée…Elle s’accorde à merveille avec la saveur de genièvre du gin ou du vermouth sec, base du cocktail Martini. Le Rivella n’a qu’à bien se tenir.

www.hempfy.com

Juke box et belles mécaniques

La GDH au Concours de l’Elégance

Ce dimanche, la GDH est allée se balader du côté de Coppet. Au programme, des voitures de collection à se damner, des foodtrucks, du champagne et de la musique live ambiance juke box.

Aston Martin Geneva, Prestige Motor Group, Nyon

Voilà nonante ans que le Concours d’Elégance de Genève prenait vie aux abords du Lac Léman. Pour célébrer cet anniversaire, nonante voitures de collection datant de 1945 à 1960 ont envahi les jardins du Château de Coppet ainsi qu’une sélection de belles mécaniques des partenaires de prestige de l’événement. Parmi eux, Rolls-Royce Motor Cars Geneva évidemment mais aussi nouvellement Aston Martin Geneva, notre marque British fétiche. Reportage en images.

 www.ConcoursdEleganceSuisse.com

 

Le Big Data au musée

L’art de la donnée

Qu’il permette à un président de se faire élire, à une entreprise de booster son chiffre d’affaire ou à la science de faire des pas de géant, le Big Data a le vent en poupe. A tel point, qu’il s’invite aujourd’hui dans l’art et investit le temps d’une exposition la Ferme renanaise des Tilleuls.

« Big Data, rencontre biologique entre science et art », voilà le titre prometteur de l’exposition de la Ferme des Tilleuls. Au programme concrètement ? Une collaboration inédite entre Kirell Benzi et Antoine Guisan. Le premier est « data scientist » (scientifique spécialisé en extraction de données et intelligence artificielle pour les néophytes). Titulaire d’un doctorat de l’EPFL et passionné d’art, il réalise des œuvres alliant analyse de données et  visualisation de réseaux. Le second, Antoine Guisan, est écologue et biogéographe. Professeur à l’Université de Lausanne, il est spécialisé dans les modèles prédictifs de distribution d’organismes et a initié un grand projet qui va au-delà de la seule biologie : RECHALP (rechalp.unil.ch).

De la rencontre entre les deux cerveaux est née « Natural Heritage – Patrimoine Naturel », une œuvre vertigineuse de Kirell Benzi créée à partir de vingt-cinq ans de collectes de données du laboratoire ECOSPAT sur la biodiversité dans les Alpes vaudoises regroupant 4000 sites d’observations, 1700 espèces et ce, grâce aux algorithmes. Ce réseau, qui évoque un pissenlit à maturité, permet de visualiser les interactions entre les diverses espèces alpines. Il montre que de l’arbre à la bactérie tout est lié dans une remarquable complexité faite d’interdépendances, mais aussi que derrière l’art se cache une science nécessaire pour anticiper les effets des changements climatiques. Bref, une exposition futuriste qui propose un nouveau regard sur la donnée.

«Big Data, rencontre biologique entre science et art », jusqu’au 1 octobre 2017, La Ferme des Tilleuls, Rue de Lausanne 52, 1020 Renens.

www.fermedestilleuls.ch