Slider

Category Archives: L’élégant

Jeux de lumière

L’astrologie sous les projecteurs

Après ses bagues reflétant les rayons du soleil pour projeter des messages personnalisés, le label suisse The Rayy lance une collection de pendentifs, qui mettent à l’honneur les douze signes du zodiaque. Une collab’ avec le tatoueur-star Maxime Plescia-Büchi et son studio Sang Bleu.

« Love », « forever », « written in the stars », voilà quelques-uns des mots doux dissimulés dans les bijoux The Rayy. Un filet de lumière et, comme par magie, le message caché s’affiche au regard de tous. Derrière ce tour de passe-passe à la poésie certaine, une technologie pointue développée à l’EPFL par Romain Testuz et Yuly Schwartzburg. Son principe ? Sculpter le bijou de manière à refléter la lumière et former un message. « La surface semble lisse, mais elle est en fait structurée avec grande précision, explique Romain Testuz, Un logiciel calcule le relief 3D à reproduire pour que les rayons lumineux soient redirigés à un endroit précis et forment l’image souhaitée, un bref message…ou un dessin ». Composée de quatre pendentifs unisexes, la dernière collection s’agrémente notamment de dessins du tatoueur internationalement connu Maxime Plescia-Büchi et de son studio Sang Bleu. Grâce à la technologie de « sculpture » de lumière, les signes du zodiaque apparaissent et brillent comme des étoiles, un hommage aux constellations qu’ils représentent, sous forme de dessins sur le pendentif Disk, un médaillon au design épuré imaginé par Noémie Arrigo, la directrice artistique de la marque ou en typographie sur le modèle Bar. Last but not least, on notera que toutes les créations The Rayy sont fabriquées en Suisse, avec de l’or 18 cts sourcé de manière responsable et des diamants de synthèse issus d’une chaîne de production fonctionnant à l’énergie solaire. Bref, de la joaillerie helv-éthique et chic. On adore.

www.therayy.com

Chez Happy Officine

Beauté clean en ligne

Cela fait un moment qu’on en avait envie et ça y est, on a craqué : on a reçu notre première commande de chez Happy Officine, LE e-concept store helvète de la clean cosmétique. On est fan.A quoi bon se nourrir bio et healthy si l’on applique n’importe quoi sur sa peau, martèlent les beauty addicts à la fibre verte. Une interrogation que l’on partage, sauf que, dans la vraie vie, on n’a pas vraiment le temps de décortiquer les étiquettes de tout ce qui trône dans les étagères de la salle de bains. C’est là qu’Happy Officine intervient. Le site de vente en ligne helvète réunit les marques naturelles les plus pointues du moment, sélectionnées par Aline et Johan Peerbolte. Le duo à l’origine de l’e-boutique, créée en 2019, ont soigneusement scruté pour nous les compositions de chacun des produits commercialisés. « Nous voyons malheureusement trop souvent des étiquetages bio qui ne sont au final qu’une stratégie marketing. Notre objectif est de proposer des marques ayant une grande concentration d’ingrédients biologiques, des molécules synthétiques inoffensives et valorisant l’humain », expliquent les deux fondateurs. Parmi les labels stars du site, Odacité, Nuori, Nooii, LeBon, Atelier Nubio, Fine deodorant…et Suzanne Kaufmann qu’on apprécie tout particulièrement. Du dentifrice aux soins visage et corps en passant par les compléments alimentaires ou le maquillage pour ces dames, les pépites dénichées par l’enseigne romande viennent des quatre coins d’Europe, voire des États-Unis, pour peu que la philosophie des marques réponde au cahier des charges rigoureux de la maison. Et loin de se reposer sur leurs lauriers, Aline et Johan Peerbolte se font un point d’honneur d’intégrer très régulièrement des nouveautés. Le dernier coup de cœur en date ? Les produits de la marque française Kerzon. On y trouve, entre autres, de la lessive, du liquide vaisselle, des bougies parfumées ou encore des parfums ; tous étant de fabrication française, biodégradables et sans composants nocifs. Pour cette première commande (et assurément pas la dernière), on a jeté notre dévolu sur la brume parfumée méga propre avec son odeur de lessive carrément addictive et sur deux hits du label autrichien Suzanne Kaufmann, l’huile musculaire, parfaite après une séance de sport un peu intensive et le fluide visage Line F, un must à utiliser au quotidien pour les peaux normales ou mixtes. Bref, une place to shop où trouver le top du top de la beauté green. Avis aux dandys éclairés…

www.happyofficine.ch

 

 

De l’Altiplano au Léman

Les alpagas de Kuna

Après l’Australie et le Chili, la marque helvetico-péruvienne Kuna prend ses quartiers à Genève et ouvre une arcade aux pieds de la Vieille Ville. Plein phare sur les collections de la maison en provenance directes des hauts plateaux.

Pull-over, écharpes, pantoufles, plaids ou sacs, on se retient de toucher à tout. La spécificité de l’adresse ? Proposer des créations à base d’alpaga et de vigogne. Des fibres andines connues, entre autres, pour leur exceptionnelle douceur. Avec son mobilier contemporain en bois péruvien et ses murs aux couleurs de la roche des montagnes andines, l’arcade invite au voyage et à la découverte de l’héritage de la culture inca à travers ses lignes de prêt-à-porter pour femmes mais aussi pour messieurs. A l’origine du label, une aventure familiale, qui a débuté dans les années 50. Quittant sa Suisse natale, Francis O. Patthey s’est installé au sud du Pérou et a développé une industrie textile dédiée à l’ensemble de la filière de la fibre d’alpaga, de l’élevage à la fabrication des vêtements. Aujourd’hui, le label est présent sur trois continents. Soucieuse du bien-être animal, respectueuse de l’environnement lors de la fabrication de ses modèles, Kuna signe une mode éthique et chic, inspirée par l’héritage unique de la culture inca, avec des pièces ornées de symboles précolombiens mais aussi des collections à l’élégance plus classique dont certaines en royal alpaga, à la finesse proche du cachemire ou en black alpaga, fibre très rare. Bref, de quoi cocooner au chaud et avec classe tout l’hiver.

Kuna Genève, Rue de la Corraterie 16, 1204 Genève.

www.kunastores.com

 

 

Un bain de sel

Flotter pour méditer

Depuis le début de l’été, Namaka Float accueille à Genève les afionados de floating. Une expérience quasi mystique au goût iodé qu’on a eu envie d’essayer. On vous raconte.

S’allonger dans une baignoire pleine de sel dans le noir complet et en silence, le concept ne fait pas d’emblée rêver. Et pourtant… Les adeptes sont accros. A tel point que certains enchaînent les séances. A Genève, Namaka float est le premier centre du genre. Depuis son ouverture mi-juillet, l’adresse ne désemplit pas. Exit les espaces wellness sans âme, ici, on est accueilli dans un home sweet home aux allures de havre zen. Niché dans une rue calme du quartier des Pâquis à deux pas du lac et des grands hôtels, le spa nouvelle génération se dote de trois bassins de flottaison, auxquels s’ajoutent une salle de massage, un sauna à ondes infrarouge Iyashi Dôme, ainsi qu’un Bol d’air Jacquier. Un mix parfait pour prendre soin de son bien-être corporel et psychique.

Hors du temps

Dès l’entrée, le ton est donné. On se déleste de ses chaussures pour pénétrer dans un long couloir ondulant entouré de voiles, au bout duquel un salon cosy, avec vue sur une verrière intérieure arborée, accueille les visiteurs pour une pause zen avant de prendre place dans l’une des salles privatives dédiées à la flottaison. En plus de deux bassins ouverts, pouvant contenir jusqu’à deux personnes, Namaka Float dispose également d’un bassin de flottaison fermé, au look de vaisseau spatial. C’est pour ce dernier que nous avons opté. Quitte à tenter l’aventure, autant être ambitieux. Seul dans la pièce, on se prépare à plonger dans la baignoire futuriste, après une rapide douche. Renouvelée grâce à un système de filtration entre chaque client (on apprécie par les temps qui courent), l’eau est à température idéale. On s’allonge et on se laisse flotter, bercé par le chant sous-marin des baleines et par un ballet de lumières multicolores jusqu’à ce que…tout s’arrête. Le noir devient complet et le silence assourdissant. Les premières secondes paraissent longues. Pourtant une fois passée l’appréhension, vient la détente. L’absence de gravité et de sollicitations sensorielles permet d’accéder très rapidement à un état second assez unique, proche de l’ataraxie. Oubliés le stress et l’effervescence du quotidien, on lâche prise en laissant s’évanouir les préoccupations du moment. Sans notion du temps qui passe, on profite de cet espace inédit où le corps, la tête et les sens sont au repos complet. « Lorsqu’après un certain temps tout s’arrête, la personne expérimente un état de silence complet comme jamais ressenti depuis la naissance. C’est lorsque nos sens ont perdu tous leurs repères que le corps et l’esprit peuvent se relâcher complètement », explique Antoine Mathys, le co-fondateur des lieux. Après un voyage intérieur au cœur de l’immensité, le chant des baleines et les lumières colorées nous ramènent à la réalité. Une douche rapide et il est temps de se rhabiller dans un vestiaire élégamment aménagé disposant de tout le nécessaire (sèche-cheveux, produits de soin Soeder et Forêt bleue) pour un retour à la vie sur terre en douceur.

Mille et une vertus

Si elle est nouvelle à Genève, la « floating therapy » existe depuis de nombreuses années. Son histoire prend racine outre-Atlantique dans les fifties. Aujourd’hui, légion sont les études qui en démontrent les bienfaits, qu’il s’agisse d’améliorer la qualité du sommeil, de se libérer du stress, de renforcer son système immunitaire, de booster sa concentration, de stimuler sa créativité ou encore plus prosaïquement de soulager des douleurs dorsales ou une migraine. Le principe de ce bain en eau iodée à qui l’on prête mille vertus ? Plongé dans l’eau salée, le corps ressent une impression de flottement. La chaleur, l’eau et la sensation d’apesanteur libèrent immédiatement toutes les tensions.  Un moment de détente ultime pendant lequel le système nerveux et cognitif sont enfin mis sur pause. Si la flottaison est recherchée principalement pour réduire le stress et l’anxiété, elle accélère également la récupération physique, notamment pour les sportifs. Remplis de plusieurs centaines de kilogrammes de sel Epsom, les bassins sont également bénéfiques pour leur apport en magnésium, nécessaire au bon déroulement de plus de 300 réactions biochimiques dans le corps humain. Chez Namaka Float, une séance traditionnelle dure une heure mais le centre propose aussi des Power Nap d’une trentaine de minutes, entre 12h et 14h pour les businessmen pressés. De quoi recharger les batteries en trente minutes chrono. Pour notre part, on a opté pour la version longue et avant de retrouver la vie réelle, on s’est même accordé six minutes complémentaires de bien-être à l’état pur avec une séance de Bol d’air Jacquier. Un appareil, imaginé et conçu par le chimiste René Jacquier, il y a environ 70 ans, qui pulse de l’oxygène mélangé à de la résine de pin pour augmenter la capacité d’absorption de l’oxygène par le corps humain. On s’assied face à la machine et on respire profondément le temps de la séance. L’expérience est brève mais agréable. A midi tapantes, on ressort du Namaka aussi zen qu’un moine tibétain, l’énergie regonflée à bloc. Convaincu par l’eau salée, on n’hésitera pas à réitérer.

Namaka Float, 5 rue Docteur Alfred Vincent, 1201 Genève. www.namakafloat.com

 

 

In love with OriginOil

Beau au naturel

OriginOil, c’est la nouvelle marque de cosmétique suisse qui buzze. Actifs végétaux, transparence sur la composition des produits, packagings recyclables, emballages réduits au strict minimum, le label swissmade affiche des voyants au vert qui ont tout pour plaire.

C’est notre dernier coup de cœur au rayon clean cosmétique. Créé il y a un peu plus d’une année, OriginOils propose les indispensables de la salle de bains, revisités en version green et swissmade. A la tête du label ? Anne Lassus, chimiste de formation et chercheur dans l’industrie pharmaceutique, qui concocte ses formules ultra naturelles dans son laboratoire de Veyrier. Comme son nom l’indique, OriginOil est un véritable retour aux origines des soins pour la peau. Les compositions -mentionnées de manière totalement transparentes sur chacun des produits- sont élaborées à partir des principes actifs naturels, tels que les huiles végétales et les actifs issus de plantes et de fleurs. Fidèles à la philosophie eco-friendly de la créatrice, les soins sont proposés sans emballage inutile et les packagings sont recyclables. En sus des lignes pour femmes et pour enfants, le label propose une gamme pour messieurs, regroupant un masque pour le visage, un sérum liftant, des crèmes de jour et une lotion purifiante. Pour notre part, nous avons adopté illico la crème visage peaux normales et mixtes à base d’aloe vera, amidon de riz, extraits de graines de citrouilles, bambou, mauve et criste marine. On a été séduit par sa formule dont la liste d’ingrédients sans chimie inutile est compréhensible par tout un chacun mais aussi par sa texture et surtout par son odeur. On compte bien essayer bientôt le dentifrice, également swissmade et qui affiche 99% d’ingrédients d’origine naturelle, histoire de changer avantageusement du Colgate. Bref, un label helvéthique et chic pour les Messieurs Propre qui, suite au confinement, souhaitent s’orienter vers une consommation plus réfléchie.

www.originoil.ch