Slider

Category Archives: L’élégant

L’appel du chaman

Le Melrose au son du tambour

De Paris à Los Angeles, le chamanisme a le vent en poupe. Toujours à l’acmé du branché, le Melrose vient d’inaugurer un cycle d’ateliers visant à s’initier aux secrets de cette pratique millénaire.

Avec sa décoration gypset chic et son atmosphère zen, Le Melrose est sans conteste l’une des adresses les plus courues du gotha genevois, que ce soit pour prendre un cours de led ashtanga yoga, de pyroflow, de Pilates power fit ou encore pour profiter d’un soin Tata Harper, la fameuse marque américaine de cosmétiques naturels made in Vermont, coqueluche des stars les plus en vue. Le principe de l’enclave ultra select des Eaux-Vives ? Proposer un lieu de vie aussi edgy que cosy, invitant au voyage et à la découverte. C’est donc fidèle à sa philosophie que le Melrose a inauguré fin septembre un cycle dédié aux voyages chamaniques. Pas de plantes exotiques aux vertus hallucinogènes, de rituels à l’inquiétante étrangeté, ni de guérisseurs urbains à l’ego surdimensionné à l’horizon, l’idée de ces ateliers en micro-groupes est de s’initier en douceur à la pratique millénaire grâce à des méditations guidées. Allongé confortablement sur un tapis, on se laisse partir pour laisser libre court à sa créativité et explorer des dimensions parallèles au son du tambour et de chants traditionnels. Qu’il s’agisse de rencontrer son animal totem au cœur d’une forêt ou de renouer avec ses guides du monde d’en haut, Sophie et Nathalie accompagnent avec bienveillance les néophytes dans leur périple et les amènent à lâcher prise pour se reconnecter avec leur âme d’enfant…avec succès…ou pas. A chacun de puiser ce qu’il souhaite dans l’aventure, du simple moment de relaxation profonde à l’expérience quasi mystique. En sus de ces voyages collectifs, les deux thérapeutes proposent également des soins ou des accompagnements individuels et projettent d’organiser des ateliers de fabrication de tambour.

Le Melrose, Ruelle du Couchant 11, 1207 Genève.

www.le-melrose.ch

 

 

Sneakermania au Mudac

En mode streetwear

Au programme du Mudac? Une toute nouvelle exposition consacrée à un objet iconique de la culture urbaine : la chaussure de sport. Un phénomène, éminemment symptomatique de notre époque, qui s’est infiltré dans l’univers de la mode, de la musique et finalement dans toutes les strates de la création contemporaine.

Rihanna chez Puma, Anna Wintour chez Nike, Kanye West chez Adidas ou encore Damien Hirst chez Converse, les collab’ entre équipementiers et VIP n’étonnent plus personne. La sneaker, selon la terminologie en vigueur, est sans aucun doute aujourd’hui l’objet le plus représentatif de l’hybridation entre luxe et streetwear. À côté des modèles courants facilement accessibles dans le commerce, un paysage constitué de rééditions, de collaborations entre marques, artistes, designers ou personnalités de la musique révèle une maîtrise toujours plus précise, voire agressive, de la diffusion et de l’élaboration d’une culture riche et créative, généreuse en dialogue et partage. C’est sur cet axe que s’est construite l’exposition « Sneaker Collab ». Véritables instruments de stratégie commerciale, les collaborations ont contribué à transformer ce qui n’était au départ qu’une chaussure de sport en un objet culte dépassant sa fonction initiale, pour en devenir un accessoire de mode et de collection. Pour témoigner de la puissance du phénomène sneaker, sont présentés, aux côtés de paires originales, des objets de natures diverses tels que des œuvres d’art, des photographies, des documents filmés ou autres témoignages. Une exposition qui s’inscrit dans le cadre du programme Lausanne en Jeux ! des Jeux Olympiques de la Jeunesse Lausanne 2020 et à laquelle il faut courir dare-dare.

« Sneaker collab », jusqu’au 26 janvier 2020, Mudac, 6 place de la Cathédrale, 1005 Lausanne.

www.mudac.ch

 

 

The Office

La classe au travail

Pour la rentrée, le label éco-friendly zurichois Qwstion étoffe sa collection Office avec un modèle plus compact: L’Office pack. Un must-have à la swiss touch pour reprendre le travail du bon pied.

Les vacances sont bel et bien finies. Et si pour célébrer la reprise, on changeait de cartable? Cela tombe à pic, les designers de la marque alémanique Qwstion  ont intégralement repensé leur collection Office en twistant le classique Daypack avec un look élégant mi-cuir mi-coton, l’Office Bag et le Simple Bag mais surtout en lançant un nouveau modèle: l’Office pack. Ultra bien conçu, il se métamorphose en sac à dos ou sac à bandoulière en quelques secondes selon ses besoins, le tout avec un design  épuré, signature de la marque ainsi qu’une fabrication à base de matière éco-responsable. Ethique et chic, on aime.

Office pack, 280 francs.

Qwstion, rue du Tunnel 7, 1005 Lausanne.

www.qwstion.com

 

Un parfum d’été

Nuit estivale dans la suite 504

L’expert lausannois de la Haute parfumerie, alias Philippe Cart (www.philippek.com), agrandit sa collection de gels lavants, avec Nuit d’été et Suite 504. Deux savons au chic responsable qui fleurent bon la belle saison.

Après Yuzu Kan-Su et Cashmere n°10, Philippe K signe deux nouvelles créations. Si le principe reste le même (une composition zéro défaut avec une base végétale et sans savon et un packaging 100% recyclé et recyclable), les fragrances, baptisées Nuit d’été et Suite 504, soufflent un vent de fraîcheur avec une composition à base de bergamote, menthe douce et cassis pour la première et un mariage de pamplemousse, rhubarbe croquante et gingembre frais pour la seconde. « Le soleil tropical s’est couché sous l’équateur. La chaleur solaire, le sable d’argent, je marche dans la tiédeur de l’atmosphère d’une nuit d’été… » Telle est l’émotion que Nuit d’été évoque lors de sa rencontre avec la peau. Quant à la Suite 504, elle nous propulse dans un hôtel de luxe au cœur d’une métropole fusante, un havre de paix au cœur de l’effervescence. On est fan.

Gel lavant parfumé Nuit d’été ou Suite 504, (300ml, 48 francs).

www.philippek.com

 

Les secrets de l’arbre sacré

La cure de jouvence du Dr Rheims

Deux ans après l’anti-aging cream, le label lausannois Dr Rheims cosmectics agrandit sa gamme avec deux nouveaux soins : un Night primer et une crème main, tous deux à base du fameux extrait végétal de Tepezcohuite, arbre sacré maya.

Inspiré par sa pratique en chirurgie plastique, Dominique Rheims a mis au point en 2015 l’anti-aging cream Eclipsage, une crème anti-âge swissmade, exclusivement composée d’extraits végétaux. Son ingrédient phare ? Le Tepezcohuite, un arbre épineux d’Amérique Latine, surnommé arbre à peau ou arbre miracle. Utilisée par les guérisseurs Mayas depuis des millénaires, son écorce, riche en tanins, en flavonoïdes et en saponines, accélère la cicatrisation et la régénération de la peau. Sans matières animales, sans silicone, parabène, PEG, EDTA, parfum ou colorant, la crème à l’odeur naturelle discrète recrute, parmi ses adeptes, autant de messieurs que de femmes. Il faut dire que le soin à la formulation hautement concentrée et qui s’utilise de jour comme de nuit peut se targuer de résultats plutôt bluffant. Fort du succès de l’anti-aging cream, la marque romande vient d’ajouter deux nouveautés à son portefeuille, un night primer, qui agit le soir comme booster en complément de la crème ainsi qu’un soin pour les mains, l’Intense Hand Cream. Avec une composition minimaliste -moins de dix ingrédients- adaptée aux peaux les plus sensibles et exclusivement végétale, les deux futurs hits ont également comme actif clé l’arbre maya. Bref, des secrets à bien garder pour gagner quelques années.

www.dr-rheims-cosmetics.com