Slider

Category Archives: Gastronomie

Stomach

La wish list de l’épicurien #1

La ruée vers l’or…noir

Un grand classique des cadeaux gourmands à glisser sous le sapin ? L’incontournable boîte de caviar, LE snobisme parfait pour les gastronomes aux goûts de luxe. Quatre musts pour surprendre les plus blasés.

Kaspia X Maison Carpenet

La manufacture de porcelaine Carpenet a imaginé pour le restaurant parisien Caviar Kaspia quatre luxueux écrins à caviar en forme de poupées russes. Ornées d‘émail noir, dessinées à l’or fin et serties d’un fermoir en laiton doré, les Matriochkas abritent des boîtes de 30 à 500 g d’œufs d’esturgeons ainsi qu’un service à vodka pour la poupée la plus grande.

www.caviarkaspia.com

Cubes de Caviar Pétrossian

 

L’apéricube version luxe ? C’est ce qu’a inventé Armen Petrossian il y a 5 ans maintenant. Des petits cubes de caviar, présentés dans des pots en verre d’environ 18 pièces et  conservés dans l’huile qui se dégustent en apéritif ou mise en bouche sur des cornichons, des pommes de terre ou trempés dans de la crème fraîche. Original, pas de doute.

www.petrossian.fr

Caviar box Kaviari

 

La folie des box n’en finit pas de sévir. L’une des dernières en date ? La caviar box. Un colis surprise qui chaque mois permet de déguster une création gourmande à base de caviar. Pour les fêtes, c’est un pain perdu au corail d’oursin, céleri rave acidulé et caviar, recette d’Eric Pras, Meilleur Ouvrier de France et chef de Lameloise *** qu’il sera possible de tester.

www.kaviari.fr
Coffret Oona

Et pour les plus patriotes ? Le caviar made in Switzerland. En effet, depuis 2005, la maison Oona  élève des esturgeons sibériens au cœur de l’eau pure des montagnes de Frutigen et commercialise les précieux œufs dans d’élégants écrins translucides en forme de glaçons ou en coffret pour Noël, accompagnés d’une bouteille de champagne Nicolas Feuillatte.

www.oona-caviar.ch

Gâteaux de Noël

Se prendre une bûche

Les chefs pâtissiers des grands hôtels genevois viennent de dévoiler leurs bûches de Noël 2014. Avis aux becs sucrés.

Les gourmands vont se régaler. Les chefs pâtissiers des cinq étoiles genevois s’en sont donné à cœur joie et ont imaginé pour les fêtes des bûches aussi stylées que savoureuses. Ils ont levé le voile sur leurs créations le 21 novembre dernier dans le jardin d’hiver de l’hôtel Président Wilson, en présence notamment de Mercotte, critique culinaire et gastronome française. Tour d’horizon des highlights du millésime 2014.

1. L’hôtel Beau-Rivage, représenté par Grégory Maurer, chef pâtissier et Dominique Gauthier, chef de cuisine, a présenté la bûche « Coffret chocolat lacté » élaboré autour du chocolat au lait et cacahuètes, mascarpone vanillé aux parfums des deux citrons, croquant et feuilles d’or.

2. Le chef étoilé de l’hôtel de la Paix, Jerôme Manifacier et son chef pâtissier, Pascal Fourdrinier ont élaboré « La Délicatesse Blanche » sur le thème de la fraîcheur et de la légèreté, mêlant les agrumes à la douceur des îles.

3. A l’Intercontinental, Julien Maslanka, chef pâtissier et Steeve Rochambeau, sous-chef pâtissier, ont signé la «Black & White», aux parfums de chocolat, noisette et mandarine, sublimée par un glaçage chocolat noir et recouverte d’un manteau neigeux au chocolat blanc.

4. Julien Launay et Jean Pierre Laurent, pâtissiers de l’hôtel d’Angleterre ont concocté la «Chocola’thé », composée d’une mousse chocolat au lait et thé «balade irlandaise», d’un cœur cheese-cake, d’une marmelade mandarine et thé «Edelweiss» ainsi que d’un biscuit dacquoise pistache et thé vert matcha.

5. Toute de rouge vêtue, la bûche « Rouge couture » du chef pâtissier Sébastien Quazzola du Richemond mêle mousse au chocolat au lait et crème de Gruyère, caramel beurre salé, biscuit moelleux noisette et sablé croustillant au Toblerone.

6. Le Mandarin Oriental et son chef pâtissier, Michaël Perrichon, ont dévoilé leur bûche de «MOël», une création helvético-orientale mariant yuzu et chocolat au lait.

7. Le chef exécutif Philippe Durandeau et l’équipe de pâtisserie de La Réserve Genève Hotel and Spa ont imaginé une bûche sur le thème « Retour de Savane ».

8. Le chef pâtissier Simon Pierrick du Swissôtel Métropole a imaginé «Jeux d’enfants», une bûche constituée d’un assemblage de Lego sur une base chocolatée associant des goûts subtils de vanille et noisette, le tout accompagné d’un coulis aux fruits exotiques.

9. A la carte du Président Wilson, représenté par Didier Steudler, chef pâtissier, la «Compression Poire-Cassis», une bûche dans un écrin chocolat noir abritant une superposition de confit de poire, en alternance avec un biscuit noix de pécan à la poire Williams et un confit de cassis.

Au pays des Mille et une Nuits

Shishas, pastillas et baklawas

Le nouveau fief des amateurs de gastronomie moyen-orientale ? Le Baroush. Une place to be à la déco bling bling chic qui propose une cuisine aux saveurs libano-marocaines.
Le Baroush
Fauteuils de velours rouge, lampes d’Aladin suspendus aux plafonds, moucharabiehs aux fenêtres, bustes de dromadaires mordorés aux murs, danses et rythmes orientaux, le tout nouveau restaurant du groupe Baroque ne verse pas dans la demie mesure.  A peine, la porte passée, exit la pluie genevoise et le carrefour de Rive, on est immédiatement télétransporté à mi-chemin entre Beyrouth et Casablanca. Côté assiette, le voyage se poursuit avec une carte mêlant mezze chauds et froids (feuilles de vigne, taboulé, rakakat au fromage, falafel ou encore houmous…), kefta grillé, manakeesh, harira, pastillas, tajines ou encore couscous. En dessert, mention spéciale pour l’assortiment Royal qui regroupe baklawas, crêpes libanaises, manakeesh au nutella et flan libanais. Et pour achever le repas, direction le premier étage, composé de petits salons, où l’on peut s’installer dans une ambiance cosy et intimiste pour partager une shisha, saveur menthe, pamplemousse, pastèque, pomme, ananas ou encore mojito. Shéhérazade va adorer.
Le Baroush
Baroush Restaurant, 1 carrefour de Rive,  1207 Genève. Tél. 022 849 59 59. www.baroush.ch

American dream

Comme à Brooklyn

Les foodtrucks n’en finissent pas d’essaimer. Un des derniers arrivés à Genève ? Le Brooklyn Kitchen qui propose de la street food made in USA ultra gourmande.

Brooklyn kitchenBrooklyn Kitchen ? C’est le rêve de deux amis épicuriens fans du pays de l’oncle Sam et de street food. Dans un authentique AirStream (caravane américaine des années 60), ils servent des tacos et des burgers savoureux à souhait, concoctés à base des produits locaux. On se régalera ainsi du burger Williamsburg (steak de boeuf, cheddar, salade, tomate, oignons caramélisés, tranche de concombre et sauce secrète Bklyn K) ou du tacos Greenpoint (poivrons, haricots noirs, tomates, salades, cheddar râpé, coriandre, guacamole, crème fraîche), qui tiennent leurs noms des quartiers hipsters brooklyniens . En accompagnement, le très typique coleslaw ou les incontournables frites maison et pour se désaltérer, la bière Brooklyn Lager of course. Et pour ce voyage outre-Atlantique, pas besoin d’économiser des miles… il suffit de traverser la ville.
Où trouver le Brooklyn Kitchen ?
Lundi : Place Pré-l’Eveque
Mardi : Place des Chaumettes
Mercredi : Place Simon G./ Rue Coutance
Jeudi : Place de Hollande
Vendredi : Place Bel-Air
Samedi : Place des Augustins
De lundi à vendredi de 11h à 14h30 – Samedi de 11h30 à 15h30
www.brooklynkitchen.ch

Chasse Gardée

Du gibier dans le Valais

La période de la chasse bat son plein. A plumes ou à poils, les restaurants romands servent du gibier à toutes les sauces. Cap sur Le Relais des chasseurs à Chiboz, une des adresses helvètes les plus courues des amateurs de venaison.
Relais des chasseurs Chiboz
Perchée sur les hauteurs de Fully dans les Alpes valaisannes, cette ancienne métairie rénovée est le spot incontournable des connaisseurs. A tel point qu’en période de chasse, la table se réserve d’année en année. Impossible donc pour le commun des mortels de s’y attabler, à moins de montrer patte blanche bien sûr ou de se faire inviter par un ami qui y a ses entrées. Il faut dire que, fin fusil, le patron, Michel Ançay, propose une carte de gibier à tomber, qui fait d’emblée oublier les heures de routes et le chemin de montagne escarpé qui mène à l’eldorado culinaire. Le programme des festivités ? Après un apéritif dégusté sur la terrasse à la vue imprenable sur la plaine du Rhône, on inaugure le repas par un pâté de cerf, des raviolis chasseurs ou encore l’inoubliable gratin d’escargots (ou de champignons pour les allergiques aux gastéropodes). S’en suivra le plat principal servi en deux services. Médaillons de chevreuil, civet de chamois et cerf, entrecôte de cerf ou encore les mythiques côtelettes de sanglier accompagné de choux-raves de Chiboz. On terminera les agapes par les gourmandises sur ardoise, une sélection de desserts ultra raffinés que l’on ne peut s’empêcher de dévorer jusqu’à la dernière cuillère. De quoi être rassasié jusqu’à l’année d’après.

Relais des Chasseurs, Chiboz, 1926 Fully. Tél. 027 7462998.

www.chiboz.ch