Slider

Category Archives: L’explorateur

Périple au long cours

L’EastWest en dix escales

L’Eastwest fête ses 10 ans. Pour marquer le coup, le plus select des boutique hôtels de la rive droite invite ses hôtes à un tour du monde en 10 escales gourmandes. Première étape le 7 février.

Pour célébrer sa première décennie, l’Eastwest embarquera tout au long de l’année les Genevois d’est en ouest à travers 10 destinations de choix, de la Suisse à la Thaïlande en passant par le Japon et le Danemark. Pour ce faire, nul besoin de filer à Cointrin. De février à novembre, des talents culinaires de différentes régions seront conviés dans les cuisines de Xavier Watrelot, maître des lieux, pour imaginer des dîners à quatre mains au parfum d’évasion. Le voyage commencera tout naturellement dans nos contrées. Le 7 février, lors d’une soirée inaugurale, le chef Xavier Watrelot, ainsi que Jean-Briac Monboussin, chef du Tiffany proposeront une réinterprétation des classiques de la gastronomie helvétique. En mars, direction le Pays du Soleil Levant, avec la venue exceptionnelle de Takeo Yamakazi, le chef du mythique restaurant Yoshi, premier et unique restaurant japonais au monde de Joël Robuchon. A l’agenda d’avril, cap sur Bangkok, au cœur du raffinement à la mode thaïlandaise, avec un dîner à l’asian spirit concocté en collaboration avec le Patara, référence en gastronomie thaïlandaise, situé dans le cadre de l’Hôtel Beau-Rivage à Genève. En mai, étape scandinave – à la découverte d’une gastronomie écolo et très tendance. Déjà juin et presque l’été, ce sera le moment idéal pour une escapade au Sud pour vibrer au rythme de la dolce vita à l’italienne…A chaque escale, des expositions et des performances d’artistes accompagneront l’exploration culinaire. Le programme se poursuivra ainsi jusqu’en novembre. Les diverses étapes de cet itinéraire culturel et gourmand seront dévoilées au gré des semaines sur un blog de voyage crée spécialement à cet effet : www.eastwesthotel.ch/fr/eastwest-fete-ses-10-ans. A suivre donc.

A partir du 7 février, 6, rue des Pâquis, 1201 Genève.

www.eastwesthotel.ch

De Lausanne à la lune

Un Suisse dans l’espace

À l’occasion du 25e anniversaire du premier vol dans l’espace de Claude Nicollier, le SwissTech Convention Center de l’EPFL accueille un spectacle-événement inédit retraçant le parcours fascinant de l’astronaute suisse.

Le 31 juillet 1992, la navette spatiale Atlantis décolle du Kennedy Space Center en Floride avec à son bord sept astronautes, dont l’helvète Claude Nicollier. Une première pour l’astrophysicien vaudois et…pour la Suisse. A l’occasion des 25 ans de ce vol inaugural, le SwissTech Convention Center de l’EPFL accueille le vendredi 3 novembre un spectacle en hommage au monsieur. Au cours de cette soirée et au milieu d’un décor qui plongera l’auditoire dans l’univers spatial, Claude Nicollier partagera cette passion qui l’a toujours porté en retraçant son parcours extraordinaire, depuis sa jeunesse jusqu’à la réalisation de son rêve ultime : voler dans l’espace. Il montrera comment le travail, la persévérance et la coopération ont permis à l’homme de concevoir ces fabuleuses machines capables d’amener des spationautes et du matériel scientifique en orbite terrestre et même bien au-delà… Plusieurs invités de renom viendront parler de l’astronaute suisse, mais aussi de leurs propres expériences. Parmi eux, Charles Duke, le plus jeune astronaute à avoir marché sur la lune. Pour animer le tout, la compagnie «Lumen», qui axe ses performances autour de la lumière, présentera une production spécifique à l’événement. De la science-fiction à la réalité, une soirée qui plaira à ceux qui aiment avoir la tête dans les étoiles.

Le vendredi 3 novembre 2017 à 20h, SwissTech Convention Center de l’EPFL à Lausanne.

www.swissapollo.com

En voyage avec Freitag

Le bagage à pomper

Un sac de voyage gonflable de 85 litres fabriqué à partir de bâches de camion recyclées qui ne prend pas plus de place qu’une bouteille de liqueur de 2 litres achetée au duty free une fois plié ? C’est le concept de la dernière création des frères Freitag. Malin.

Le principe de base reste inchangé : le dernier-né du label zurichois est découpé à la main à Zurich et fabriqué à partir de bâches de camion robustes et hydrofuges, qui ont parcouru les routes d’Europe sur un camion dans une vie antérieure. Jusque-là, on connaît la chanson. La nouveauté ? Outre sa taille XXL (85 litres), le tout nouveau sac de voyage, monté sur roues, s’inspire du mode de transport préféré de Freitag. En effet, le Zippelin contient une chambre à air de vélo toute simple que l’on peut gonfler avec n’importe quelle pompe à vélo et qui peut être remplacée rapidement et facilement grâce à un système de fermeture éclair. Exit les coques et armatures lourdes et encombrantes, le maxi bag ne dépasse pas la limite de poids autorisée par les compagnies aériennes dès qu’il est à moitié plein et une fois le voyage terminé, il peut être enroulé pour se faufiler dans un placard entre deux périodes de vacances. Juste génial. Le hic ? La future star des tapis à bagages ne sera malheureusement pas accessible à tous : il est vendu en exclusivité du 12 septembre au 12 octobre 2017 via la plate-forme de crowdfunding kickstarter.com. Les 100 premiers globe-trotteurs à se manifester auront le privilège de recevoir leur compagnon de voyage en bâche de camion dès le mois d’avril 2018, pour CHF 430.-. 300 pièces uniques supplémentaires prêtes à livrer en mai 2018 seront mises en vente au prix de CHF 480.-. D’autres exemplaires disponibles les mois suivants pourront être réservés pendant toute la campagne Kickstarter, d’une durée de 30 jours. 3,2,1, partez !

www.freitag.ch/kickstarter

De Cotonou à Genève

C’est la fête

La Suisse et le Bénin ont leur fête nationale le même jour. Et pour ne pas faire de jaloux, Genève a décidé de célébrer les deux 1er août en un.

Chaque année, la Ville de Genève associe un hôte d’honneur à la célébration du 1er août. Cette année, pour la première fois, c’est un pays, le Bénin, qui est l’heureux élu. Et cela tombe à pic : l’ex-royaume de Dahomey partage avec la Suisse le 1er août comme date de fête nationale. Au programme donc une double célébration qui aura lieu dans le parc La Grange aux Eaux-Vives. Manèges et animations pour enfants, cortège aux lampions, feu de joie, discours officiels de rigueur et exposition de productions artisanales du Bénin réjouiront les visiteurs lors de cette journée de fête qui débutera dès 15h pour se terminer tard dans la nuit par une soirée dansante. Yodle et cor des Alpes côtoieront des concerts de l’Orchestre Poly-Rythmo de Cotonou ou encore du Gangbé Brass Band. Côté stands de restauration, de la raclette évidemment mais aussi des frites de bananes plantain et autres spécialités. Quant à l’affiche -très réussie- qui promeut l’événement, elle illustre le mélange des deux cultures grâce à une poya revisitée. Au centre un masque béninois surmonté de deux statuettes se tenant la main. Tout un symbole. Bref, patriote ou pas, des festivités à ne pas manquer.

www.ville-geneve.ch

Objectif altitude

Sommets aux cimaises

Amoureux des grands sommets mais frileux à souhait ? Direction le Musée de l’Elysée qui présente jusqu’au 30 avril une exposition consacrée aux photographies de montagne. De quoi prendre de la hauteur… sans se geler.

© Jacques Pugin, #001 Glaciers, Rhonegletscher, 46°34’48″ N 8°23’12’’ E, 2015 © Jacques Pugin, Collection du Musée de l’Elysée

C’est une première du genre. Une exposition entièrement consacrée à la photographie de montagne, présentant des prises de vue datant de 1840 à aujourd’hui. Un panorama vaste qui révèle l’évolution de notre regard sur les hauts sommets. En effet, jusqu’au XIXe siècle, la montagne était considérée comme « le territoire de Dieu », lieu maudit et fantasmé, où nul ne pouvait se rendre. Les pionniers de la photographie ont permis de découvrir les sommets jamais atteints auparavant et de transformer la montagne en paysages. « Dès les débuts, photographier la montagne représente un défi esthétique et artistique de taille, doublé de très grandes difficultés techniques en ce qui concerne les prises de vue […] Les photographes ont aujourd’hui une formation plus orientée d’un point de vue artistique, donc un regard singulièrement esthétique », explique Daniel Girardin, conservateur en chef et commissaire de l’exposition. Cette ode aux sommets s’articule autour de quatre axes : la photographie scientifique, qui présente de nombreux tirages de glaciers et a permis l’étude des roches et la documentation visuelle de la géologie, la photographie touristique, qui dès 1860, facilite la vente de centaines de tirages aux touristes, la photographie d’alpinisme qui dévoile quant à elle des paysages de montagnes inaccessibles, et enfin la photographie artistique. Près de 300 tirages sont présentés dont plus des trois quarts proviennent des collections du musée. Parmi les artistes représentés, Gabriel Lippmann, Francis Frith, Adolphe Braun, Jules Beck, William Donkin, Emile Gos, René Burri mais aussi des contemporains comme Peter Knapp, Balthasar Burkhard, Matthieu Gafsou, Pierre Vallet, Jacques Pugin, Maurice Schobinger ou Iris Hutegger. Bref, une exposition où il faut filer tout schuss.

“Sans limite. Photographies de montagne”, du 25 janvier au 30 avril 2017, Musée de l’Elysée, 18, avenue de l’Elysée, 1014 Lausanne.

www.elysee.ch

luctus sit risus lectus Donec Nullam pulvinar elit. venenatis