Category Archives: Déco Et Design

Un angle certain

Le bestiaire de Victorinox

Des animaux sur un couteau

Victorinox vient d’organiser la sixième édition du concours de design pour sa collection Classic. Pour la première fois, les créatifs de la plateforme de crowdsourcing jovoto.com ont dû composer avec un thème imposé : les Animaux du Monde.

Tortue, abeille, libellule, perroquet, chien, panda, loup, c’est une véritable arche de Noé qui habille cette année la Classic Limited Edition. Rien d’étonnant à cela, le fameux concours Victorinox avait pour thème imposé les animaux du monde. Une première qui n’a pas découragé les participants. Au total, 1254 designs animaliers créatifs issus du monde entier ont été soumis. Les heureux gagnants proviennent de Suisse, d’Allemagne, de Roumanie, du Mexique, du Danemark, d’Australie et des USA. Des lucioles mystérieuses à l’abeille affairée, en passant par le petit vers à bois ou le chien de l’espace, Victorinox a concrétisé les dix idées les plus plébiscitées du couteau de poche équipé de lame, lime à ongles, tournevis, ciseaux, anneau, pincettes et cure-dents.

www.victorinox.com

En bonne Society

Du goût et des couleurs

C’est à Genève que vient d’ouvrir la dernière boutique de l’enseigne italienne de linge de maison Society Limonta. Un nouveau QG pour les esthètes fans de décoration d’intérieur.

L’arcade est un espace à l’atmosphère intime pleine de charme, situé sur la place du Bourg-de-Four dans un ancien palais de style médiéval.  Son design ? Il a été imaginé par le célèbre architecte italien Ferruccio Laviani et se base sur des structures aux lignes minimalistes réalisées avec des matériaux et des couleurs naturels. Un présentoir en métal fin, avec des points de lumière qui créent des niches pour chaque catégorie, permet d’embrasser d’un seul coup d’œil l’univers foisonnant de la marque. Aux draps, nappes, serviettes de toilettes et autres linges s’ajoutent, en effet, des accessoires, des tenues d’intérieur et surtout, grande première, une édition limitée de céramiques artisanales pour la table signée par Beatrice Rossetti. Mention spéciale pour la collection de la saison, aux imprimés printaniers à souhait, qui se décline dans une palette de couleurs pastel, allant de teintes douces, comme le bleu clair et le lilas aux teintes plus profondes, comme le bleu turquoise ou le violet marc de raisin. De quoi métamorphoser son home sweet home en villa toscane.

Society, 35, place Bourg-du-Four, 1204 Genève.

www.societylimonta.com

A la Lausanne Art Fair

C’est la foire à Beaulieu

L’événement va faire date : la capitale vaudoise accueille du 4 au 7 mai sa première foire d’art contemporain d’envergure. Au programme ? Plus de 6000 m2 d’exposition, 80 galeries sélectionnées venues du monde entier et près de 3000 œuvres présentées (sculptures, peintures, photographies, céramiques).

Lyon, Berlin, Istanbul, Moscou, Turin, Dubaï, Shanghai, Gwangju, Montréal, La Havane, Sidney, Dakar, Ushuaïa, Cotonou… On ne compte plus les villes qui accueillent biennales et autres foires. Il était temps que Lausanne se mette au parfum. Et c’est chose faite. Du 4 au 7 mai aura lieu la première Lausanne Art Fair. De la figuration libre en passant par l’art abstrait, l’art urbain, le pop art, le bad painting et les performances, cette édition inaugurale sera représentative des plus grands courants artistiques du moment. Qu’il s’agisse de débusquer la prochaine valeur montante d’une terra encore incognita ou de miser sur des valeurs sûres, collectionneurs et curieux auront de quoi s’en donner à cœur joie en arpentant les allées du salon à la topographie aérée et à l’atmosphère arty décontractée. « Aller à la rencontre de l’art sans préjugés et laisser l’émotion prendre le pas », voilà le mantra de la Lausanne Art Fair. Une foire hors des sentiers battus dont, grande première, la Gazette est l’un des partenaires médias. L’occasion de questionner Serge Beninca, directeur artistique de la foire.

Pourquoi avoir opté pour Lausanne ?

Nous sommes un organisateur français et étions désireux de développer notre concept en Europe. Nous avons privilégié les villes francophones, ce qui est le cas de Lausanne. De plus, la Suisse a toujours montré un intérêt majeur pour l’art en général et plus particulièrement pour l’art contemporain. D’ailleurs, le plus gros salon au monde est organisé à Bâle (Art Basel). Lausanne, n’ayant pas encore de salon d’art contemporain, nous semblait intéressant en tous points.

Sur quels critères ont été sélectionnées les galeries ? Pourriez-vous nous en citer quelques-unes ?

Nous avons privilégié l’art coup de cœur et l’art abordable. Donc pas d’œuvres trop intellectuelles ou trop torturées. Aucune thématique mais la volonté de proposer aux visiteurs une sélection variée. À titre d’exemples, seront présentes : FOXX Galerie (Zürich), Galerie ART XXI (Genève), Galerie Martine Ehmer (Bruxelles), Galerie Art et Emotion (Lausanne), Pigment Gallery (Barcelone), Galerie Bel Air Fine Art (Genève), Galerie Catherine Niederhauser (Lausanne), Galerie Arts et Autographes (Paris), Galerie Inné’art (artistes chinois) et bien d’autres…

Est-ce que tous types d’arts seront mis à l’honneur ? (sculpture, peinture, installations, photographies, video-art, etc.)

Quatre grandes familles artistiques seront représentées : les peintres, les sculpteurs, les photographes et les céramistes. Pas de vidéo-art, pas plus non plus d’art conceptuel.

L’art suisse sera-t-il également porté aux cimaises ?

Bien évidement. Certaines galeries étrangères viennent justement car elles représentent toute l’année des artistes suisses.

Pouvez-vous nous citer quelques-uns des artistes que l’on pourra découvrir au sein de la Foire ? Parmi les plus connus ? Et les étoiles montantes ?

Les visiteurs pourront par exemple découvrir des œuvres de Banksy, artiste British incontournable de la scène graffiti, Norma Bessières et ses fameux zèbres, Turi Simeti, peintre italien lié au spatialisme et figure incontournable du mouvement Zéro, Ivan Kulinski un des sculpteurs les plus talentueux et les plus prometteurs de sa génération dans le domaine de l’art contemporain en Bulgarie mais aussi Nicolas Vial, Rosa Serra, Marc Brousse et bien d’autres…

Du 4 au 7 mai, Beaulieu Expo, Halles Sud, 10, avenue Bergières, 1004 Lausanne. De 18h à 23h le jeudi, de 16h à 22h le vendredi et de 10h à 20h les samedi et dimanche.  Entrée adulte : 15 francs.

www.lausanneartfair.com

Zero waste

La poubelle de Monsieur Propre

Après les produits ménagers, Green Mop lorgne du côté des poubelles de Monsieur Propre et organise des ateliers zéro déchet à L’Ecole-club Migros de Lausanne et Vevey.

Décidément la démarche zéro déchet a le vent en poupe. Après Foound à Genève dont les cours ont été sold out en deux temps trois mouvements, c’est au tour de L’Ecole-club Migros d’accueillir des ateliers destinés à apprendre à réduire son volume de détritus. « C’est toujours bien beau de lire des livres mais comment passer à l’action à la maison ? Puis, plus concrètement comment vider ma poubelle de couches ? Se débarrasser des brosses à dent et des emballages en tout genre ? », voilà quelques-unes des questions auxquelles répond Virginie Tulik, la fondatrice de Greenmop qui organise les cours. Car si Béa Johnson, pionnière en la matière, a déjà expliqué en long, en large et en travers le b.a.-ba. du zero waste, sa réalité quotidienne se passe à San Francisco, ville exemplaire dans le tri des déchets urbains. Difficile de transposer son expérience à Morges, Vevey ou Lausanne. C’est pourquoi l’atelier de l’Ecole-club Migros a pour but d’inscrire la démarche dans le quotidien de Monsieur et Madame Tout-le-monde en terres romandes et non à l’autre bout de la planète. Pour mettre en place son cours, Virginie Tulik s’est inspirée de son expérience familiale et donc personnelle où elle a pu arriver à un volume de déchet de 17 L toutes les 6 semaines pour un foyer de trois personnes. Son but ? Aider les participants à mettre la théorie en pratique. Pour ce faire, le cours propose, sur deux sessions, de fixer des objectifs réalistes en fonction du type de foyer, de travailler de manière interactive et collaborative entre les participants afin de trouver ensemble des solutions, adaptées au lieu de vie, sachant que d’une commune à l’autre, la capacité de la déchetterie peut changer la donne. Bref, du personnalisé et de l’ultra concret pour devenir le pape du zéro déchet. Le minimalisme, c’est chic, on vous dit.

Mardi 02.05 et mardi 06.06 à Lausanne

Vendredi 12.05 et vendredi 09.06 à Vevey

www.greenmop.net

Fast-food green

Chez Bad Hunter

Décidément, le végétarisme a le vent en poupe. Après son enseigne lausannoise, le fast-food veggie Bad hunter vient d’inaugurer un corner au Jelmoli Food market à Zurich et prévoit de lancer des brunchs le week-end.

Que l’on soit carnivore ou pas, difficile d’être passé à côté de Bad Hunter. Depuis son ouverture, l’enseigne végétarienne lausannoise fait le buzz. L’espace de plus de 400 mètres carrés au mobilier industriel d’inspiration scandinave et aux faux airs de serre urbaine accueille un fast-food healthy, veggie et…sexy. On s’y régale notamment des fameux bowls si tendance, comme les asiatisants Rice & Shine (carottes, betteraves, brocolis, kale, champignons shiitake, riz noir et sauce gingembre shoyu) ou Open sésame noodles (carottes, brocolis, champignons shiitake, nouilles udon, graines de sésame, bouillon de miso & huile de sésame toastée), de salades (mention spéciale pour la Hey Honey avec sa vinaigrette miel-wasabi) ou encore de wraps comme le broccocado mi-brocolis-mi-avocat. Pour accompagner le tout, des jus de fruits, des smoothies et…du vin. Ce n’est pas parce que l’on mange sain que l’on doit boire monacal. Forte de son succès, l’adresse vaudoise vient juste de s’exporter outre-Sarine et a ouvert au Jelmoli Food market à Zurich. En projet également des brunchs -sans saucisse ni bacon il va de soi- et des afternoon teas. Et pour ceux qui se poseraient la question, pourquoi Bad Hunter ? Parce qu’il dit que le mot “végétarien” provient d’une langue ancienne signifiant “mauvais chasseur”. Et ce n’est pas parce que l’on ne sait pas chasser, que l’on aime pas manger.

Bad Hunter, rue des Côtes-de-Montbenon 12 à Lausanne.
Bad Hunter au Jelmoli Food market, Banhofstrasse à Zurich.

www.badhunter.ch

%d blogueurs aiment cette page :