Slider

Category Archives: Déco Et Design

Un angle certain

Une envie d’Helvétie

Switzerlust met la Suisse en boîte

A la GDH, on aime bien les box et plus encore les box à la Swiss attitude. Et il y a beau en avoir un certain nombre sur le marché, une nouvelle venue a attiré notre attention : c’est la Switzerlust. Une box qui se targue de nous faire redécouvrir la Suisse à travers les producteurs, artisans et créateurs de chaque canton.

Switzerlust ? C’est une toute nouvelle box, qui invite les curieux à découvrir les mille et un trésors que recèle la Confédération. Rien de neuf sous le soleil, me direz-vous… sauf que… Exit cloches à vache, coucou en bois ou mug ringard, Naïma Rouabhi, la créatrice du concept, s’est donné pour challenge de partir à la découverte des 26 cantons suisses et d’y dénicher quelques pépites bien senties, susceptibles de surprendre les helvétophiles les plus avertis. Et le pari est tenu. On a essayé pour voir la première box, tout droit venue de Berne, notre belle capitale…et on a adoré. D’abord, parce que la box mêle des produits variés, spécialités culinaires ovnis, cosmétiques ultra niche ou objets funky mais aussi et surtout parce qu’elle révèle une facette de la Suisse, comme on l’aime, à la fois décalée et branchée.

Et y’a quoi alors dans la boîte ?

Parmi les trouvailles de cette édition inaugurale, on compte un sirop concocté par le Sirupier de Berne, entreprise familiale quadragénaire qui utilise des jus faits maison et des herbes séchées en provenance des agriculteurs de la région, une boule de semence signée Gorilla Gardening, des cartes postales en papier recyclé de l’illustratrice Martina Friedli, un fromage fumé aux herbes des Alpes de l’institution fromagère locale Chäs Glauser, un gel douche Dr Noyer Apotheken et enfin un gin à base de plantes régionales fabriqué dans le quartier bernois de Matte ainsi qu’un échantillon de parfum de la maison Art of Scent. Bref, de quoi avoir un aperçu plutôt sympathique des savoir-faire de la ville fédérale…loin des kitschissimes ours usuels.

Après la ville des ours…

Tous les deux mois, Naïma Rouabhi dévoilera les trésors cachés d’un nouveau canton avec chaque fois cinq à sept objets triés sur le volet, toujours dans l’idée de mettre en lumière des entreprises régionales qui produisent à petite échelle et de promouvoir la créativité suisse ainsi que l’économie locale. Chaque box sera accompagnée d’une brochure explicative sur les produits sélectionnés, spécialité culinaire typique, boisson locale, produit cosmétique artisanal, œuvre d’un artiste du coin, accessoire de créateurs ou toute autre curiosité. Il est possible de s’abonner pour 3 ou 6 mois ou de se contenter d’une commande unique pour explorer un canton particulier. Nous, en tous cas, on se réjouit d’avance de découvrir la prochaine destination…depuis notre salon.

www.switzerlust.ch

Caran d’Ache X Mizensir

Se mettre au parfum

La collab’ helvète la plus chic du moment ? Celle de Caran d’Ache et Mizensir. Les deux maisons genevoises ont imaginé un coffret de crayons noirs fabriqués à partir d’essence de bois nobles et parfumés de la fragrance « Mémoire d’Ecolier ».

Elles partagent la créativité, le swissmade et le goût de l’excellence. Rien d’étonnant donc à ce que Mizensir, la plus select des maisons de bougies parfumées, s’associe à la manufacture genevoise d’instruments d’écriture Caran d’Ache. Le résultat de ce mariage ? Un coffret de crayons en bois exotique parfumés d’une fragrance signée Alberto Morillas, nez star et fondateur de Mizensir. Intitulée « Mémoire d’Ecolier », la fragrance propose un voyage dans le temps. Réminiscence de l’enfance, ce parfum révèle des notes et essences de cèdre de Virginie et de l’Atlas, soulignées au cœur par la douceur de la réglisse, le palissandre et la fraîcheur du bouleau. Cette senteur singulière de crayons fraîchement taillés associée aux notes sucrées des confiseries cachées dans les cartables ou dans les pupitres, invite les amateurs de crayons rares à replonger dans ses souvenirs d’enfant et le temps de l’innocence. Chacun des crayons est fabriqué à partir d’essences de bois précieux, en l’occurrence des essences de tilleul et d’ayous. Des bois reconnus pour leur solidité et leur légèreté ainsi que pour leur taillage facile. On est fan.

www.carandache.com

C’est la rentrée !

Caran d’Ache se met au cuir

La Maison Caran d’Ache lance la « La Collection Cuir », des accessoires de maroquinerie au style épuré, en collaboration avec le designer espagnol Isaac Reina. Malette, cahier, porte-document ou trousse, de quoi faire sa rentrée en toute élégance.

Cette année, pas besoin d’aller à l’école pour étrenner un cartable flambant neuf. La manufacture genevoise Caran d’Ache signe une toute nouvelle gamme de maroquinerie : « la Collection Cuir », qui réunit quelques indispensables de la rentrée. Imaginés autour de l’Ecriture, la gamme se compose de deux portes-stylos, d’une trousse, d’un cahier rechargeable, d’un porte-document, d’une mallette business et enfin d’un sac de voyage, parfait pour les business trip. Pour se lancer dans le cuir, la Maison Caran d’Ache a uni son savoir-faire au talent d’Isaac Reina, designer à l’aura internationale. Après de prestigieuses collaborations, notamment avec Hermès, ce dernier a fondé sa propre marque de maroquinerie et d’accessoires en 2006 et a installé ses ateliers à Paris. Avec son approche inspirée de l’architecture et de l’esthétique industrielle, ce créateur intuitif revisite avec subtilité les codes de la manufacture genevoise pour créer une collection à l’esprit très contemporain et minimaliste, travaillée jusque dans les moindres détails. L’appellation de chaque accessoire de « La Collection Cuir » est ainsi finement embossée, comme un clin d’œil aux marquages qui estampillent les crayons de la manufacture genevoise. Une pointe de rouge vient subtilement rehausser les coutures de ces pièces de cuir pour rappeler la couleur originelle de la manufacture. Quant à l’hexagone, symbole identitaire de la Maison Caran d’Ache, il signe avec simplicité l’ensemble de la collection.

www.carandache.com

 

Les hot spots de Victorinox

Souvenirs de voyage…

Pour la septième édition de son concours de design annuel, Victorinox a choisi comme thème les lieux emblématiques du monde. Au total, 878 créations ont été soumises, dix font partie aujourd’hui de la nouvelle édition limitée du couteau de poche Classic 2018.

De l’Egypte à New York, des sommets alpins à la Nouvelle-Zélande, de Londres au Cappadoce, pas de doute cette année, Victorinox a décidé de nous faire voyager. Pour l’édition 2018 de son traditionnel concours de design, le label suisse a, en effet, invité les créatifs de la plateforme de crowdsourcing jovoto.com à bûcher sur le thème des lieux emblématiques des quatre coins du globe. Parmi les 878 créations issues du monde entier, Victorinox a donné vie aux dix réinterprétations du couteau de poche les plus plébiscitées. Statue de la Liberté, Cervin, Tour Eiffel ou Pyramides, à chacun son monument préféré.

www.victorinox.com

Quand Nyon se met au verre

La brique Falconnier au musée

Jusqu’au 22 avril 2019, le Château de Nyon accueille une toute nouvelle exposition qui retrace l’histoire d’une invention révolutionnaire datant de la fin du XIXe siècle : la brique de verre soufflé de l’architecte nyonnais Gustave Falconnier.

En 1886, l’architecte et inventeur nyonnais Gustave Falconnier met au point la brique de verre soufflé, un produit moderne dont l’esthétique remarquable rivalise avec ses qualités pratiques : isolante, elle laisse passer la lumière tout en préservant des regards. Son mode de fabrication par soufflage-moulage, impliquant des verreries à bouteilles, est totalement inédit dans l’histoire du verre et de la construction. Elle conquiert rapidement l’Europe et les Etats-Unis via les expositions universelles, et se voit utilisée un temps par les plus grands noms de l’architecture inscrits dans la modernité, tels que Stephen Sauvestre, Louis Bonnier, Hector Guimard, Auguste Perret, Henri Sauvage, Hendrik Petrus Berlage, Gustav Gull ou Le Corbusier. Pour la première fois, une exposition lui est consacrée. Propriétaire du plus important fonds connu à ce jour, le Château de Nyon retrace la saga de la fameuse brique. Visites commentées par la commissaire scientifique Aline Jeandrevin (« De la bouteille à la brique de verre »), projection aux Cinémas Capitole (Playtime de Jacques Tati, lors de la soirée « Verre et lumière ») et colloque en collaboration avec l’Université de Lausanne et le Vitrocentre Romont (« Le verre à tout faire »), nombreuses sont les animations autour de l’exposition. Bref, du verre en veux-tu en voilà, pour briller tout l’été en société.

Jusqu’au 22 avril 2019, « Un rêve d’architecte – La brique de verre Falconnier », Château de Nyon, Place du Château, 1260 Nyon.

www.chateaudenyon.ch

Photos : nicolas.lieber@nicolaslieber.ch

 

velit, ante. efficitur. elementum id, risus sem, quis amet, sed