Slider

Category Archives: Auto & Co

vrouuuuuuum !

Motos d’art

Auto Fabrica à Genève

Rappelez-vous, la GDH avait joué les précurseurs avec un post il y a plus d’un an sur les motos pimpées de la start-up londonienne. Voilà pas que la M.A.D.Gallery  a décidé de lui ouvrir ses portes le temps d’une exposition.  A visiter absolument.

Faisant suite au succès rencontré par les expositions de Chicara Nagata et de Maxwell Hazan, la M.A.D.Gallery de Genève vient d’inaugurer une nouvelle exposition de motos d’Art, consacrée aux créations des frères Bujar et Gazmend Muharremi, réalisées sous leur marque Auto Fabrica. Bien que 100% British, la marque avait déjà tapé dans l’œil de la GDH car, ultra exclusive, elle ne réalise qu’une quantité très limitée de « motos artistiques » chaque année : généralement entre 8 et 12. La M.A.D.Gallery expose deux de leurs œuvres, la Type 6 et la Type 8, qui ont nécessité chacune près de six mois de travail. Le trip du duo ? Démonter des motos vintage, considérées comme des motos « donneuses », pour n’en garder que l’essentiel et leur appliquer un design moderne en gardant une âme old school. « L’esprit d’Auto Fabrica s’oriente vers la simplicité et le minimalisme, tout en intégrant des détails très complexes », déclarent-il. Tout un programme. La Type 6 d’Auto Fabrica est ainsi née des vestiges d’une Yamaha XS650 de 1979. Comme le racontent les deux frères, c’est dans le design de cette moto spéciale qu’un détail caractéristique a commencé à définir la forme de l’ensemble : une section ajourée, découpée à l’arrière du réservoir, à l’endroit où celui-ci rejoint la selle. Cette réalisation complexe a fini par définir l’intégralité de la moto. L’idée design de départ était d’utiliser cette ouverture comme une prise d’air de type Ram-Air, mais cela s’est avéré impossible à mettre en place sans modifier les contraintes du design prévu. Pour créer et préserver la simplicité des lignes de la moto, les artistes ont donc fabriqué le réservoir et la base de la selle en une seule pièce, en les formant en aluminium, manuellement par roulage. Parmi les pièces ajoutées à la Yamaha d’origine et façonnées en acier inoxydable par Auto Fabrica, il y a notamment le guidon, les leviers et les gaines de fourche. « Nous sommes fiers de nos systèmes d’échappement faits main en acier inoxydable », ajoutent les deux frères, sans cacher leur satisfaction. Naturellement, ils ont également complètement reconstruit le moteur avec des pistons surdimensionnés de 0,5. Et comme ils adorent les finitions mates sur le métal nu, les pièces de métal coulées et les surfaces des composants en aluminium ont été décapées par hydro-sablage. Les deux frères ont également travaillé sur la Type 8, qui a commencé sa vie sous les traits d’une Honda CX500 de 1981, en même temps que la Type 6. Et si elle apparaît totalement différente de cette dernière, c’est qu’il y a une bonne raison à cela. En effet, lorsqu’ils ont démonté la Type 8, ils ont découvert quelque chose d’inhabituel ; le cadre « nu » avait une superbe forme naturelle superposée au moteur (qui a été complètement reconstruit par la suite). Il s’agissait d’un élément rare pour une moto japonaise des années 1980. Cela leur a donné quelques nouvelles idées, comme celle de faire du réservoir en aluminium façonné à la main comme une sorte d’extension du cadre. Les pots d’échappement en acier inoxydable ont ensuite été positionnés en hauteur, détail qui a posé certaines problématiques, pour donner un style unique à la moto. Bref, deux petits bijoux à découvrir en live en avant goût des futures voitures auxquelles Auto Fabrica nous a confié être en train de réfléchir. A suivre…

MB&F, M.A.D.Gallery, 11 rue Verdaine, 1204 Genève . www.mbandf.com

www.autofabrica.com

RUF et ses super Porsche

Quality Street

Quand on lit le nom Quality Street on pense immédiatement à une profusion de couleurs vives. C’est exactement ce qui attend les visiteurs du Salon International de Genève sur le stand de RUF Automobile.
Porsche by RUF
Chaque année le constructeur de Pfaffenhausen cherche à égayer le salon avec des voitures d’exception exposées dans des couleurs vives. 2016 n’échappe pas à la règle et c’est un vrai bonheur que de rentrer dans le stand et d’aller discuter avec les responsables de la marque autour des sept merveilleux modèles qui sont exposés. On y retrouve les valeurs de convivialité, de camaraderie et d’enthousiasme qui sont chères à la marque. La simple évocation de ces trois lettres a en général la faculté de faire hérisser les poils et luire les yeux des passionnés de voitures de sport. Il faut dire que depuis que l’Etat allemand leur a octroyé le statut de constructeur automobile en 1981 les équipes de RUF ont la bonne idée de transformer de très bonnes voitures en voitures fantastiques selon la philosophie du patron Alois RUF pour qui « Chez Ruf, on transforme les émotions en voitures ». Les premiers faits d’arme comptent notamment la fameuse Yellowbird qui a battu le record du monde de vitesse en 1987 avec 343 km/h, ce qui reste encore aujourd’hui une performance spectaculaire. Ainsi, le Salon est l’occasion de présenter pas moins de quatre nouveaux modèles. Issue d’une lignée datant de 1978, voici la RUF SCR 4.2. Le plumage transpire la nostalgie, qui plus est dans cette superbe livrée orange. Le ramage, lui, provient bien du 21ème siècle avec un déploiement de technologies de pointe. Ces technologies avancées se retrouvent aussi dans la Ruf Ultimate que vous pourrez admirer en bleu, la narrow-bodied RTR qui est exposée en jaune et la Turbo R Limited, présentée dans un gris très tendance. Pour compléter le festival de couleurs, trois modèles mythiques : une 2,7 RS ; la CTR2, qui fête ses vingt ans et enfin une CTR3. La Gazette a visité le stand il y a déjà une bonne semaine et malgré tout, les couleurs restent imprimées sur la rétine !

ruf-automobile.de

Ce diaporama nécessite JavaScript.

Arrêt au stand

TAG à l’heure du Salon de l’Auto

La marque TAG Heuer offre au public du Salon International de Genève un stand magnifique de 1000m2. Deux événements marquants sont ainsi mis à l’honneur : le centenaire du premier chronographe au centième de seconde ainsi qu’un partenariat inédit dans la Formule 1.
Stand Tag Heuer
L’aventure horlogère de TAG Heuer est associée aux sports motorisés depuis très longtemps. Dès le début de son histoire, la firme a travaillé au développement de chronographes de sport innovants. Cette implication dans la course à la précision a amené TAG Heuer à figurer au premier plan dans l’univers de la compétition automobile. Les chronomètres manuels Heuer au début de l’aventure de la Formule 1, les partenariats successifs avec des constructeurs prestigieux ou les associations à d’autres disciplines du sport automobile ont permis d’assoir le fabriquant au rang d’icône. Sur le magnifique stand du salon il est aussi question d’icônes car sous les portraits de pilotes illustres tels que Senna, Steve McQueen ou Patrick Dempsey, trône une collection variée de voitures d’exception : la Porsche Dempsey Racing 911 RSR 2015, la March 701 Jo Siffert, la fameuse Formula E 2016, la fougueuse Abarth 595 « Competizione by TAG Heuer ». Le clou du spectacle est la nouvelle F1 « Red Bull Racing – TAG Heuer RB12» 2016, la première de l’écurie ainsi rebaptisée. C’est la première fois qu’un constructeur horloger associe son nom à celui d’une écurie ! Le visiteur du stand risque d’y passer un long moment car tout a été fait pour y prendre du plaisir, que ce soit avec les cinq simulateurs de course, le circuit miniature avec voitures électriques, le bar ou bien l’exposition de chronographes et montres de l’horloger jurassien. Le pop-up store permettra entre autre au dandy de s’offrir la réédition de la légendaire Monaco avec le mythique cadran carré bleu avec couronne à gauche – l’original était portée par Steve McQueen sur le tournage du film Le Mans en 1971 !

www.tagheuer.com

Route d’exception #1

La Chapman’s Peak Drive

Alors que les longs mois d’hiver sont souvent synonymes de nuages et de grisaille, la Gazette de l’Helvète prend soin de ses lecteurs. Pour bien démarrer l’année 2016, nous vous emmenons en voyage à la découverte de la Chapman’s Peak Drive en Afrique du Sud pour le premier épisode d’une mini-série que nous consacrerons aux plus belles routes du monde.
Chapman's Peak Drive_1
L’Afrique du Sud est la destination idéale pour recharger les batteries en ce début d’année. Nous sommes maintenant en été, le soleil est généreux et l’air iodé des océans est un régal pour les poumons. Le Cap de Bonne Espérance y représente une étape incontournable pour les voyageurs. Pour y arriver depuis Cape Town, nous vous conseillons d’emprunter la M6 qui débouche à hauteur de Hout Bay sur la fameuse Chapman’s Peak Drive. Cette portion de route sinueuse de 9 kms rejoint le Chapman’s Point à l’altitude de 593m puis redescend vers Noordhoek. La route est magnifique et c’est un véritable paradis pour les passionnés d’automobile avec ses 114 virages situés sur une corniche rocheuse surplombant l’Atlantique. Chappies’, comme la surnomment les résidents du Cap, offre tout de son long une vue imprenable sur l’océan et elle est parsemée de points d’observation depuis lesquels on pourra voir des baleines ou des dauphins ou tout simplement se laisser submerger par la beauté brute du site. Il est vrai qu’entre les falaises de grès qui plongent dans un Atlantique grondant et les montagnes de l’autre côté de la route, on aura constamment l’impression d’être dans une carte postale. Un dernier conseil signé Gazette : la conduite étant à gauche, nous vous recommandons fortement de parcourir cette route en rentrant vers Cape Town afin d’être du bon côté de la chaussée !

A l’heure du scorpion

Abarth Competizione by TAG Heuer

A l’occasion du Salon Automobile de Bruxelles 2016, Tag Heuer a présenté l’Abarth Competizione by TAG Heuer, un petit bijou italo-suisse qui affiche 180Ch sous le capot et un design signé Garage Italia Customs dirigé par Lapo Elkann.
Abarth-TagHeuer-BMS2016-1
Il n’y en aura que 30 exemplaires et elle ne sera commercialisée que sur les marchés belges et luxembourgeois. Pas de doute la nouvelle Abarth 595 « Competizione by TAG Heuer » fera des envieux. Une association exclusive pour la manufacture suisse dont c’est le premier partenariat du genre, même si, ne l’oublions pas, la voiture et la course automobile font intrinsèquement partie de l’ADN TAG. Est-il utile de rappeler que la marque de montres de luxe suisse a soutenu les plus grandes équipes de F1, les plus grands pilotes, et les circuits les plus mythiques ? On ne sera pas surpris d’apprendre que la voiture a été développée en partenariat avec la société Garage Italia Customs dirigée par Lapo Elkann, sous l’impulsion de Monsieur Biver. Son moteur 1.4 T-jet a été poussé jusqu’à 180ch et 250 Nm de couple, grâce à une nouvelle turbine et un échappement hautes performances Monza Record. Des atouts complémentaires indéniables pour le modèle à quatre places le plus sportif et puissant de la gamme Abarth qui a été conçue pour ceux qui aiment les montées d’adrénaline, grâce à une accélération de 0 à 100 km/h en 6.7 secondes, ainsi qu’un freinage puissant et sécurisant assuré par un système surdimensionné Brembo. Cerise sur le gâteau, le petit bolide sera livré avec une montre créée pour l’occasion, une TAG Heuer Carrera Chronographe Automatique d’un diamètre de 41 mm, équipée d’une lunette tachymètre en aluminium, et personnalisée avec le logo exclusif Abarth dans le compteur à 9H, et le mythique scorpion gravé sur son fond. L’ensemble est complété avec un bracelet en cuir perforé aux coutures rouges qui rappellent l’esprit Racing, et comme la voiture, la montre a aussi ses flancs satinés pour lui faire écho. Assortir sa voiture à sa montre, quoi de plus chic ?

www.abarth.com

Ce diaporama nécessite JavaScript.