Slider

Author Archives: La Gdh

Au nom du sport

Du Mc Sorley au Prime’s

Métamorphoser le Mc Sorley ? Un défi audacieux, relevé avec brio par le studio Colucci & Colucci Design. Nouveau nom, nouveau look, une carte revisitée… mais une ambiance qui ne change pas.

Les fans de hockey-sur-glace y ont tous des souvenirs émus. L’adresse est une institution genevoise. Envisager de toucher un cheveu du Mc Sorley aurait pu tenir du blasphème. C’était sans compter le duo père-fils Colucci & Colucci, qui a su réinventer la roue en préservant l’âme des lieux. Au cœur du concept du nouveau Prime’s Fine Food & Sport Bar, des objets chinés du domaine du sport et détournés de leur utilité originelle. Les murs en ballons de football old school, en cannes de hockey ou en roues de vélos donnent le ton. « C’est un projet où tout a été conçu sur-mesure dans un esprit industriel mêlant l’esthétique à l’image du bâtiment où tous les sports sont mis à l’honneur avec une touche un peu décalée », témoigne Claudio Colucci. Ultra-contemporain, l’agencement du tout nouveau sport bar s’inspire des codes du design factory, avec pour principaux matériaux le béton, le bois, le métal et le cuir. Un cadre plutôt edgy donc mais pas snob pour un sou. Au-delà du bar-restaurant de quartier, le Mc Sorley a toujours été un lieu de rencontre et de partage, une bâtisse chargée d’histoire juxtaposée à la piscine des Vernets. Pas question d’en dénaturer l’esprit : les écrans branchés sur les matchs, qui parsèment ça et là les lieux, en sont la preuve. Et si la carte du restaurant s’enrichit de créations culinaires aux accents bistronomiques telles que la verrine de foie gras de canard, chutney de poires, pain noisette-romarin, le ceviche de thon au sésame et avocat, la dorade papillon à l’émulsion de coquillages ou encore la ballotine de poulet Patte Jaune aux champignons des bois, elle conserve aussi les grands classiques qui ont fait la renommée de l’adresse -on pense notamment à l’incontournable Sherkan, le burger XXL au double steak, double cheddar, bacon et sauce barbecue maison. Bref, un mariage réussi mixant vent de renouveau et respect des traditions.

Prime’s Fine Food & Sport Bar, Rue Hans-Wildorf 4-6, 1227 Les Acacias/Genève.

www.primesgeneva.ch

 

A la loupe

MB&F sur orbite

Le Project LpX ? Une fusée au design profilé qui abrite la crème des loupes. Un joujou pour collectionneurs imaginé par MB&F et Loupe System.

Les véritables amateurs de montres ont forcément entendu parler de Loupe System — c’est tout simplement le fabricant de loupes portables le plus performant au monde actuellement. En association avec MB&F, l’entreprise basée à Hong Kong a imaginé le Project LpX. Un nom sibyllin digne de la NASA pour une station de grossissement intergalactique qui sert à l’observation minutieuse des mouvements horlogers. Dans ce vaisseau-fusée polyvalent, qui permet le rangement de loupes de la plus haute qualité à l’abri de la poussière, cinq éléments modulaires en aluminium. Les trois composants centraux sont en réalité des rangements de loupe à l’abri de la poussière, alors que le nez conique de la fusée pointe en direction de l’espace, rappelant l’immensité de notre galaxie. La base contient une capsule en tritium qui émet une lumière cosmique dans l’obscurité, ainsi que quatre pieds d’atterrissage afin que Project LpX puisse tenir debout, paré au décollage. Last but not least, la fusée est livrée dans une mallette de voyage avec deux loupes – Model 02 (grossissement x3) et Model 01 (x6) et comprend en bonus la pince universelle de Loupe System. Elle permet de fixer les loupes sur un téléphone portable ou une tablette et de les utiliser pour réaliser des macro-photos ou vidéos. Project LpX fait l’objet de 4 éditions limitées à 99 exemplaires, en noir, bleu, rouge ou vert. Le Père Noël, il passe quand déjà ?

www.mbandf.com

 

Penthouse avec vue

En mode VIP au Mandarin Oriental

C’est au 7e et dernier étage de l’hôtel que le Mandarin Oriental a inauguré sa dernière suite. Avec ses 325 mètres carrés et son immense terrasse panoramique, le tout nouveau Royal Penthouse caracole sur l’olympe du luxe.

VIP, artistes, politiques ou têtes couronnées, les happy few du monde entier vont s’y presser. Il faut dire qu’avec sa dernière-née, le Mandarin Oriental n’a pas fait les choses à moitié. Offrant 325 mètres carrés d’élégance contemporaine, le Royal Penthouse est l’une des suites les plus spacieuses de la ville de Genève. Sa terrasse panoramique de 175 mètres carrés offre une vue imprenable sur les montagnes enneigées, le Rhône et la vieille ville. Côté décoration, le 5 étoiles a choisi de faire appel à Buz design, un studio de design international basé à Hong Kong et Bangkok, spécialisé dans l’hôtellerie de luxe. Avec ses larges baies vitrées, la suite comprend une chambre principale avec douche hammam, deux chambres communicantes et un séjour spacieux aux espaces salle à manger, salon et coin cheminée chaleureux. Elle dispose également d’une salle de divertissement insonorisée équipée de la dernière technologie audiovisuelle. « Chacun des quatre espaces principaux du Royal Penthouse rappelle les couleurs et le charme d’une saison », explique J. Lee Rofkind, fondatrice de Buz Design. La chambre principale thématise le printemps, avec ses tapis aux tons de bleu évoquant lac et montagnes et les jaunes éclatants des fleurs. Les teintes de l’automne égayent le séjour, tandis que les couleurs claires de l’hiver habillent la salle dédiée au multimédia, et la palette colorée de l’été décore les deux chambres communicantes. Le tout flambant neuf. Et pour ceux qui se sentiraient à l’étroit, le Penthouse peut se relier à la Suite Royale située au 6e étage par un ascenseur privé, constituant ainsi pas moins de 577 mètres carrés de luxe absolu. A espace d’exception, prestations d’exception. Le Royal Penthouse offre un éventail complet de services, comme le transfert depuis l’aéroport avec chauffeur, un service pour préparer et défaire les valises, des cours de cocktails dispensés dans la suite, des projections de cinéma privées dans la salle de divertissement ou encore une dégustation de plats signature du Yakumanka et du Rasoi by Vineet préparés dans l’intimité de la suite. Bref, de l’hyperluxe que le gotha en goguette ne manquera pas d’apprécier.

Mandarin Oriental Geneva, 1 Quai Turrettini, 1201 Genève. Tél. 022 909 00 00.

www.mandarinoriental.fr

La cuisine des moines

L’épopée suisse de Toshio Tanahashi

Toshio Tanahashi pratique la shōjin ryōri, une cuisine végétale née dans les monastères bouddhistes de Kyoto au VIe siècle. A l’occasion du mois mondial végan, le chef japonais vient partager son savoir-faire en Suisse lors d’une série de conférences et dîners d’exception.

Végétarienne, locale, saisonnière, la cuisine Shojin repose sur des préceptes bouddhistes ancestraux, tout en s’inscrivant parfaitement dans la mouvance actuelle, celle d’une gastronomie réfléchie et plus responsable. Proscrivant viande et poisson, elle prône le respect absolu des saisons et des rythmes de la nature, la valorisation intégrale de chaque ingrédient (légumes, céréales, sésame, herbes sauvages et champignons, fruits, algues, racines) le recours à des produits fermentés ou séchés, des assaisonnements purs issus de konbu, miso, soja, saké… De la sobriété certes mais aussi de la gourmandise. Salade de raiponce, céleri, pêche, chou-fleur ; nems sauce figue ; risotto gingembre ; gomadofu de sésame, asperges vertes, mousseline d’agrumes, cubes de pomelo, fine brume de fleurs et d’herbes sauvages, le chef, que The Telegraph surnomme The Veg Whisperer, l’homme qui parle le langage des végétaux, joue avec les saveurs pour créer de véritables œuvres d’art gustatives. Rien d’étonnant à ce que le grand monsieur soit devenu la coqueluche de la gastrosphere. Admiré des plus grands chefs, il a formé les équipes d’Alain Ducasse à sa gastronomie végétarienne et a été le sujet de nombreux reportages à travers le monde (New York Times, Financial Times, Guardian, Vogue, etc.). Ce mois de novembre, A l’occasion du mois mondial végan, Toshio Tanahashi fait le tour de la Suisse pour une série d’événements exceptionnels à la découverte de la cuisine zen. Un brin de spiritualité dans les fourneaux que novices aventuriers et aficionados convaincus ne manqueront pas de tester.

The Hamlet à Genève, Workshop le 1er novembre

www.thehamlet.com

Culinary Arts Academy, Le Bouveret, le 4 novembre

www.culinaryartsswitzerland.com

Auberge Abbaye de Montheron à Montheron, le 11 novembre

www.montheron.ch

Conférence Ecole Hôtelière de Lausanne, le 12 novembre à 18h

www.ehl.edu

Ming Shan, à Bulle, les 14 et 15 novembre

www.mingshan.ch

César Ritz College, Lucerne, le 18 novembre

www.cesarritzcolleges.edu

Hiltl Academy en collaboration avec Tibits, Zurich

www.hiltl.ch. www.tibits.ch, les 19 et 20 novembre.

 

L’art du tiramisu

Duchessa X Christophe Renou

Chez Duchessa, on rend hommage aux saveurs transalpines, de l’antipasti…jusqu’au dessert. Aux commandes de la pâtisserie ? Christophe Renou, qui, depuis cet automne, réinterprète les douceurs phare de la gastronomie italienne pour l’enseigne.

Il y a mille et une raison de s’attabler au Duchessa, que ce soit pour déguster le mythique Carpaccio di Manzo al Tartufo ou pour goûter l’une des créations de Marcello, le pizzaiolo de la maison, primé au championnat du monde de la pizza à Parme. Depuis cet automne, les épicuriens éclairés se bousculent également pour se régaler de l’une des six pâtisseries signées par le Chef Pâtissier et Meilleur Ouvrier de France, Christophe Renou en exclusivité pour la maison. Parmi ces créations, il est possible de retrouver des fameuses sucreries italiennes revisitées par le chef carougeois, comme par exemple le Tiramisu subtil et aérien ou encore l’Amaretti composé de sa fameuse pâte d’amandes et ganache montée amande. Le chef propose également un dessert tout chocolat de Bali qui promet de séduire tous les amateurs de chocolat, tout comme l’Enroulé à la noisette du Piémont proche cousin du Paris-Brest. Des pâtisseries à déguster sur place ou à l’emporter imaginées sur-mesure par le chef, qui a a construit son expérience aux côtés de Stéphane Bourdillat, Lucien Moutarlier et Christophe Michalak lors de la coupe du monde de la pâtisserie en 2007 et qui a obtenu le titre convoité de Meilleur Ouvrier de France Pâtissier Confiseur en 2015. Avis aux gourmands…

Duchessa, Place de Neuve 2, 1204 Genève.

www.duchessa.ch