La-reserve-Geneve-Piscine-interieure
THERAYY_BarBold_ZodiacTaurus_WhiteGold
Sundays Hard Seltzer

Author Archives: La Gdh

Conte gourmand

Quand Gretel aime les bretzels…

La dernière curiosité culinaire suisse ? Les bretzels chocolatés de Julie Ordon. Une friandise à la suissitude affirmée que les épicuriens initiés auront le bon goût de déguster au Bon Génie à Genève ou Lausanne ainsi qu’à Alpina Gstaad.

La Gazette de l’Helvète ne pouvait pas passer à côté. Des petits biscuits croustillants à souhait enveloppés de chocolat, des packagings au design élégant orné d’une poya revisitée par l’artiste suisse Catherine Schmidt, un nom génial, une fondatrice fort charmante…la nouvelle friandise qui buzze chez les gourmands helvètes a tout pour plaire. Il faut dire que Julie Ordon -oui, oui, la fameuse supermodel genevoise qui a fait les couvertures des titres fashion les plus select du monde- a donné du sien pour créer Bretzel & Gretel. De ses souvenirs de petite fille blonde dans les alpages suisses jusqu’aux shootings aux quatre coins du monde devant l’objectif des plus grands photographes de mode, la belle demoiselle a puisé dans son imaginaire et ses valeurs pour construire l’univers de sa marque. Découverte.

La maison aux sorcières

En effet, Bretzel & Gretel est non seulement né de la gourmandise de Julie Ordon, mais aussi de son roman intime, de ses goûts, et de ses souvenirs. Son imaginaire marqué par les contes de fée, un univers fantastique très présent dans la famille, par ses voyages, son héritage parental sont autant de clés de lecture de la naissance et de l’ADN de la marque. Plus qu’un jeu de mot, son nom est ainsi particulièrement évocateur. Petite-fille de chef cuisinier, l’été à Sumiswald dans les collines typiques de l’Emmental, l’hiver dans les montagnes de l’Oberland proche du lac de Gruyère, elle se souvient de la maisonnette au fond du jardin surnommée Häxelhüsli, «la maisonnette des sorcières ». Son grand-père y cuisinait, y coupait son bois, dans un décor de petites chauves-souris et de toiles d’araignée qu’il avait malicieusement peint sur les murs comme dans les contes. Cette petite maison aux sorcières n’est pas sans rappeler celle d’Hansel et Gretel. C’est également son histoire personnelle qui a suscité le penchant tout particulier de Julie Ordon pour les bretzels. Lorsque la jeune mannequin a commencé sa carrière internationale à l’âge de 15 ans, elle travaillait beaucoup aux Etats-Unis, loin de sa famille et de sa Suisse natale. Ainsi, les petites bretzels vendues à la caisse des Grocery stores à NYC lui offraient ce goût familier, de réconfort qu’elle recherchait parfois, lui rappelant sa culture helvétique et ses traditions. Culture qu’elle a voulu célébrer jusqu’au packaging de ses friandises… Profondément marquée par le paysage suisse et sa beauté, elle a ainsi fait réaliser une Poya originale par l’artiste suisse Catherine Schmidt pour agrémenter ses emballages et coffrets. En forme de coeur, et bordée d’une adorable dentelle de mini bretzels, ponctuée d’edelweiss et de petites vaches portant d’immenses cloches, on y retrouve différents éléments d’inspiration de Julie Ordon, d’une fillette guidant les vaches laitières jusqu’au chaudron de sorcière.

Fleurs, sels et chocolats

Elégante et sublimée par un marketing léché, la petite bretzel au chocolat créée par Bretzel & Gretel a également de sérieux arguments pour séduire les gourmands, de par son principe fondateur mais aussi grâce à ses déclinaisons. En effet, alors que le biscuit est salé et croquant, le chocolat est sucré, fondant et délicat par nature. Ensemble, les deux ingrédients réconcilient les opposés, fusionnent les contrastes et créent une sensation d’harmonie en bouche, que les épicuriens ne manqueront pas d’apprécier. Pour parfaire le mariage, différents ingrédients s’invitent au fil des collections, inspirées par la saison (comme les pétales de rose cristallisées ou de délicats petits morceaux de fraises lyophilisées bio pour la Saint Valentin par exemple), mais aussi par les voyages de Julie Ordon avec des saveurs comme le matcha, les graines de sésame au wasabi ou encore la fleur de cerisier pour le Japon, mais aussi d’autres venues du Liban, d’Inde ou d’Amérique Latine… Une thématique pourra également donner lieu à des séries inédites, comme la découverte des sels : sel noir d’Hawai, sel rose d’Himalaya, sel bleu d’Iran, sel fumé au bois de hêtre, sel des Alpes, sel marin d’Ibiza.… Pour le lancement de cet été, Bretzel & Gretel a choisi de présenter une collection de sept bretzels enrobées de chocolat noir, chocolat au lait ou chocolat blanc. Au menu, du sel des Alpes, des pétales de rose, de la fraise, de la noix de coco, du caramel au beurre salé ou encore des noisettes. Des recettes ultra gourmandes à tester d’urgence dans les pop-up stores des Bon Génie de Genève et Lausanne ou à l’Alpina Gstaad, hotspot incontournable des happy few… De quoi se régaler en attendant la prochaine fournée, dont on rêve déjà avec impatience.

www.bretzelandgretel.com

 

Maisons de rêve

Les portes de l’hyperluxe

L’immobilier d’exception compte un nouvel acteur. Filiale du groupe Comptoir Immobilier, Forbes Global Properties Swiss & Alps réunit les propriétés les plus extraordinaires du pays et de la région alpine. Le must du must pour trouver chaussure à son pied…ou tout du moins pour rêver…

Créée en 2020, la plateforme Forbes Global Properties réunit les experts de l’immobilier de prestige les plus reconnus au monde. Une centaine de sociétés de courtage, triées sur le volet, œuvrant sur les lieux de résidence de prédilection des grandes fortunes, de Hong Kong à Honolulu en passant par Los Angeles, Paris ou New York. Membre fondateur et co-actionnaire du réseau, le Comptoir Immobilier vient d’inaugurer la filiale suisse, dédiée aux propriétés d’exception de la Confédération mais aussi des stations de ski françaises voisines. Baptisée Forbes Global Properties Swiss & Alps, la nouvelle entité reprendra les activités de CI Exclusive Properties et bénéficiera de la renommée internationale de la célèbre plateforme multimédia Forbes, soit plus de 140 millions d’internautes engagés par mois, ainsi que 45 millions d’abonnés sur les réseaux sociaux.

La Suisse, l’eldorado des happy few

Il faut dire que la toute nouvelle division Forbes Global Properties Swiss & Alps se présente comme un axe de développement stratégique incontournable pour le réseau mondial, en raison de l’appétence exponentielle des grandes fortunes pour la Suisse et la région alpine voisine. « La demande est en pleine expansion et ce pour tout type de biens, avec des prix allant jusqu’à 75 millions de francs et même davantage », confirme Quentin du Pasquier, Directeur général de FGP Swiss & Alps. Bénéficiant du service « tailor-made », du réseau et des partenariats de prestige, tels que le Grand Prix d’Horlogerie de Genève, la nouvelle entité s’ouvrira également à la collaboration en offrant la possibilité à d’autres sociétés de courtage locales de jouir de la notoriété mondiale de Forbes afin de commercialiser leurs propriétés les plus exceptionnelles. De Genève à Zurich, de Gstaad à Megève, les happy few des quatre coins de la planète pourront ainsi hésiter entre villas d’architecte avec vue lac, chalets somptueux au sommet des pics, maisons de maître les pieds dans l’eau ou hôtels particuliers en plein cœur de ville. De notre côté, on n’aura pas besoin de trop tergiverser…excepté à propos des chiffres à jouer au prochain loto.

www.forbesglobalproperties.com

A beauty-full day

Comme une star à la Réserve

Pour célébrer le retour des beaux jours, le resort le plus chic des rives du Léman signe une offre exclusive, baptisée a beauty-full day. Une journée de rêve pour s’essayer à la vie de star.

Il suffit de passer le perron de l’hôtel pour changer de dimension. Exit les vicissitudes du quotidien, le stress et la grisaille : à La Réserve, le soleil brille, un subtil parfum de vacances règne et baigne les hôtes dans une atmosphère chic et détendue. Et ce, peu importe qu’on y passe en coup de vent pour un déjeuner en terrasse ou qu’on ait la chance d’y séjourner, la magie opère toujours. Après un -trop- long sevrage, nous rêvions donc d’une échappée à Bellevue. Le beauty-full day tombait à pic. Une journée entière à se prélasser et à prendre soin de soi dans le spa à l’ambiance feutrée du cinq étoiles. Au programme ? Un divin massage signature de 60 minutes, un délicieux déjeuner au Café Lauren, l’accès à la piscine intérieure, hammam, salle de fitness & cie et surtout une coupe de cheveux au Hair Spa Rossano Ferretti, l’incontournable coiffeur des stars. Une expérience hors du commun qui transforme un simple passage au bac en véritable moment d’exception.

Sous les ciseaux du maître

En effet, l’artiste capillaire italien n’est pas Monsieur-Tout-le-Monde. Kate Middleton, Lady Gaga, Jennifer Lawrence, Reese Witherspoon ou encore Salma Hayek, ses clientes VIP ne jurent que par lui… et par son iconique coupe invisible. De New-York à Milan, des Maldives à Shanghai en passant par Monaco ou Singapour, ses salons sont disséminés dans les palaces les plus selects des quatre coins de la planète et coiffent le gotha international. Exit les coupes uniformes pseudo-tendance ou les copié/collé de modèles sur papier glacé, Rossano Ferretti s’adapte à l’implantation des cheveux, à leur nature et à la morphologie du visage de chacun, grâce à une approche sur-mesure, poussée à l’extrême. « Chaque individu est unique, avec une structure de cheveux unique, et notre philosophie qui consiste à suivre la chute naturelle des cheveux respecte cela et permet d’exhaler le meilleur de chacun», explique Il Maestro. La méthode, exclusivement pratiquée par les disciples de l’illustre coiffeur, est secondée par une gamme de cosmétiques pour cheveux maison, qui, en un shampooing, booste les fibres capillaires les plus en berne. De quoi faire des miracles. La coupe parfaite parachève donc magnifiquement la journée. Une expérience magique à offrir ou à s’offrir au moins une fois dans sa vie.

Offre Beauty-full day, à partir de 450 francs par personne.

La Réserve Genève hotel, spa and villas, 301 route de Lausanne, 1293 Bellevue.

www.lareserve.ch

Un Air de Provence

On dirait le Sud…

Pour célébrer l’arrivée des beaux jours, le label zurichois Calming Park lance « Spa de Provence », une toute nouvelle collection, invitant à un voyage imaginaire au cœur de la garrigue.
Sieste ombragée sous les figuiers, plongeon dans les calanques ou balade dans les champs de lavande, Calming Park nous téléporte en Provence avec sa nouvelle collection, comprenant shampooing, après-shampooing, lotion pour le corps, savon liquide et gel douche. Avec des flacons au design chic et épuré, en format 300 ml, 100% recyclés et recyclables, les cinq indispensables de la salle de bains marient le parfum de la brume matinale, la pureté de la fleur d’oranger et du petit-grain twistés par l’envoûtante bergamote, le pomelo et les feuilles de thé. Un voyage olfactif immédiat pour s’imprégner de la slow life à la provençale chaque jour sous sa douche. Made in Grasse, la gamme s’achète en ligne sur www.perfecthair.ch mais aussi dans certains points de vente Calming Park.

www.calmingpark.com

 

CDL ou l’école du futur

La pédagogie en mode digital

Si la Covid n’est pas encore derrière nous, il est déjà temps de tirer les enseignements du nouveau monde dont la pandémie a dessiné les contours. Un quotidien où le virtuel prend avantageusement ses marques aux côtés du réel. Gros plan sur le Collège du Léman et sa vision de l’école de demain.

Ces deux dernières années, la digitalisation a connu un essor sans précédent. Effet collatéral de la pandémie, il a fallu s’adapter à de nouvelles manières de travailler, de communiquer, de consommer…et d’enseigner. A la pointe dans le domaine, le Collège du Léman a su tirer parti au mieux des nouvelles technologies et a ainsi développé de nouveaux formats de cours, tout en conservant l’importance de l’enseignement en présentiel. Un parfait équilibre entre modernité et tradition pour une éducation à la fois sur-mesure et à la pointe.

L’humain au centre

Si, lorsque les écoles ont du fermer en 2020, le Collège du Léman a su faire preuve de réactivité en remplaçant rapidement les cours en présentiel par des leçons en ligne, l’établissement a rétabli dès que possible l’enseignement sur le campus. Pour Jacob Rosch, Responsable du département Technologie Educative au Collège du Léman, « l’enseignement occupe et occupera toujours le devant de la scène face au virtuel. L’école reste la meilleure manière pour les élèves d’apprendre ». Digitalisation ou pas, la relation humaine reste donc au cœur de l’apprentissage. Néanmoins, l’expérience d’école virtuelle, qui a permis d’adopter la technologie pour favoriser l’encadrement en groupe et individuel de l’élève, en alternance avec des temps d’apprentissage autonomes, va être amenée à être pérennisée, compte tenu des résultats qu’elle a pu apporter. « Il faut prendre le meilleur de ce que les nouvelles technologies ont à nous offrir, comme la possibilité de donner un feedback immédiat suite à un exercice fait sur ordinateur ou créer des groupes de discussion entre les élèves afin qu’ils essaient de trouver la solution à un problème ensemble », illustre-t-il.

La technologie comme alliée

Proposer des formats de cours innovants, encourager l’interdisciplinarité ainsi que la collaboration grâce aux nouvelles technologies, voilà donc la direction prise par les enseignants de l’école. L’année dernière, des élèves de 6ème se sont ainsi exercés à la rédaction en anglais d’un livre virtuel sur l’écologie. « Ils ont non seulement pu améliorer leurs connaissances en science et en développement durable, mais ils ont également progressé dans leurs capacités rédactionnelles. Il est important de montrer aux élèves tout le spectre des possibilités, c’est ce qui forgera leur créativité et leur capacité à trouver des solutions », commente Jacob Rosch. L’établissement prépare également ses élèves au monde de demain en les incitant à travailler sur des situations réelles tirées de contextes professionnels. Une classe a ainsi été amenée à imaginer un produit innovant, de son élaboration à la commercialisation, en passant par le marketing, jusqu’à son lancement. En primaire, des élèves ont également pu entrer virtuellement en contact avec un astronaute, alors que d’autres ont été invités à enregistrer des interviews d’experts reconnus du MIT ou de la Juilliard School pour en faire des podcasts diffusés en ligne. Tout autant d’occasions de mettre à profit le meilleur de la digitalisation afin d’aider chaque enfant à trouver sa place dans une société en constante évolution.

Des outils au top

Dans la même veine, de nombreux outils numériques à destination des parents, des élèves et des enseignants ont été développés. Ainsi, afin de capitaliser sur le réseau du groupe Nord Anglia Education (NAE), une plateforme en ligne a été créée. Conçue en interne et destinée aux 67 000 élèves des 73 écoles du groupe présent dans 30 pays, l’ensemble des enseignants peut avoir accès à des cours, ainsi qu’à des exercices afin d’enrichir son programme. La plateforme regorge aussi d’exercices pour les plus petits (de 2 à 7 ans), ce qui a été grandement apprécié par les parents lors du premier confinement. Pour Mark Orrow Whiting, responsable de la plateforme chez NAE, Global Campus est une excellente manière d’enrichir l’apprentissage en faisant appel à l’intelligence collective. « Cela permet non seulement d’enseigner à des élèves physiquement absents, mais également d’améliorer le suivi en donnant la possibilité de s’auto-évaluer lors d’exercices à faire en ligne », commente-t-il. Autre initiative intéressante mise en place : la visite par vidéo-conférence de l’école pour les nouveaux arrivants. Pour ceux qui ne peuvent pas se déplacer, il est possible de participer à l’une des “Portes ouvertes virtuelles”, d’une durée de 45 minutes, organisées sur Zoom entre le 8 et le 10 juin : des webinaires sont prévus avec les membres de l’équipe de direction, comprenant 25 minutes de présentation, suivies de 20 minutes de questions-réponses en direct ainsi qu’un tour de l’école à 360° pour découvrir, par écran interposé, l’ensemble des installations du campus. Une opportunité idéale pour les futurs inscrits qui viennent de loin, même si l’école encourage toujours vivement la visite en personne sur le campus.

www.cdl.ch/fr