Slider

Author Archives: La Gdh

L’heure des œnophiles

Du temps à partager…

Fidèle à sa philosophie, My Swiss Moment signe un nouveau coffret portant aux cimaises les savoir-faire helvètes. Après le chocolatier Claude Périsset, c’est la manufacture horlogère Mauron Musy qui est mise à l’honneur, en compagnie du flacon « Point Final I » de Jean-Michel Novelle.

Après nous avoir fait découvrir des alliances inattendues entre vins suisses et chocolats, My Swiss Moment explore une autre association helvético-helvète et lance un nouveau coffret d’exception, baptisé 23h08 et limité à douze exemplaires. Au programme de ce dernier opus ? Pas d’accords mets et vins mais…une invitation à profiter de chaque instant. Partager un moment entre amis à déguster l’incomparable « Point Final I » de Jean-Michel Novelle ou apprendre à regarder les heures qui passent au travers d’un vin au potentiel de garde de plus de 20 ans !

Un garde-temps « Swiss Crafted »

Pour symboliser cet art de mesurer le temps, My Swiss Moment s’est associé à Mauron Musy, maison horlogère à la suissitude affirmée. Basée dans la Vallée de la Broye, au cœur de la région des Trois Lacs, la manufacture est labellisée « Swiss Crafted », une assurance que les montres sont conçues, réalisées et manufacturées exclusivement en Suisse. Le coffret « Limited Edition 23:08 » abrite le modèle Armure MU03. Robuste, sportif et racé, le garde-temps de la marque fribourgeoise est équipé de la technologie d’étanchéité mécanique sans joints nO-Ring®, qui le rend non seulement hermétique jusqu’à 300m, mais qui lui permet de résister également aux éclaboussures et d’être manipulable sous l’eau. Doté d’un mouvement manufacture exclusif, il s’habille de titane anti-allergénique, et affiche un design industriel et des finitions brossées à l’élégance certaine.

…et Point Final I

A objet exclusif, flacon exclusif. C’est le vin genevois « Point Final I » du vigneron créateur Jean-Michel Novelle qui a été sélectionné par Camille Gariglio, chef sommelier du restaurant de l’Hôtel de Ville de Crissier pour faire écho à l’excellence des savoir-faire suisses. Assemblage d’une fraîcheur et d’une jeunesse extraordinaire, arômes complexifiés et concentrés par le temps, boisé complètement intégré, tanins soyeux et veloutés, seules 300 à 400 bouteilles de la collection d’exception sont mises en vente par année. Et qu’on le déguste maintenant ou dans 20 ans, on appréciera, en épicurien esthète, le temps qui passe avec un magnifique garde-temps au poignet.

Coffret 23h08 (montre Armure MU03 de Mauron Musy et bouteille de Point Final I), édition limitée à 12 exemplaires. www.my-swiss-moment.ch

 

 

De l’Altiplano au Léman

Les alpagas de Kuna

Après l’Australie et le Chili, la marque helvetico-péruvienne Kuna prend ses quartiers à Genève et ouvre une arcade aux pieds de la Vieille Ville. Plein phare sur les collections de la maison en provenance directes des hauts plateaux.

Pull-over, écharpes, pantoufles, plaids ou sacs, on se retient de toucher à tout. La spécificité de l’adresse ? Proposer des créations à base d’alpaga et de vigogne. Des fibres andines connues, entre autres, pour leur exceptionnelle douceur. Avec son mobilier contemporain en bois péruvien et ses murs aux couleurs de la roche des montagnes andines, l’arcade invite au voyage et à la découverte de l’héritage de la culture inca à travers ses lignes de prêt-à-porter pour femmes mais aussi pour messieurs. A l’origine du label, une aventure familiale, qui a débuté dans les années 50. Quittant sa Suisse natale, Francis O. Patthey s’est installé au sud du Pérou et a développé une industrie textile dédiée à l’ensemble de la filière de la fibre d’alpaga, de l’élevage à la fabrication des vêtements. Aujourd’hui, le label est présent sur trois continents. Soucieuse du bien-être animal, respectueuse de l’environnement lors de la fabrication de ses modèles, Kuna signe une mode éthique et chic, inspirée par l’héritage unique de la culture inca, avec des pièces ornées de symboles précolombiens mais aussi des collections à l’élégance plus classique dont certaines en royal alpaga, à la finesse proche du cachemire ou en black alpaga, fibre très rare. Bref, de quoi cocooner au chaud et avec classe tout l’hiver.

Kuna Genève, Rue de la Corraterie 16, 1204 Genève.

www.kunastores.com

 

 

A l’Evian Resort

Un family trip royal

Un panorama époustouflant avec vue sur le lac et les vignes du Lavaux, une piscine à débordement qui surplombe le Léman, un spa de rêve, des restaurants au top…et surtout un kid’s club XXL, voilà les ingrédients parfaits d’un séjour au paradis. On vous raconte.

Sa réputation n’est pas usurpée. C’est LE palace le plus kidsfriendly de la région. On en rêvait depuis longtemps et ça y est, on s’est lancé : on a passé le week-end à l’Hôtel Royal avec nos deux dandys en herbe. Et le verdict est à la hauteur des attentes, on a tous adoré notre séjour évianais. Chic sans être guindé, une atmosphère familiale mais zen, des enfants comblés et sages comme des images, bref un lieu magique, où séjour en famille rime avec luxe, calme et volupté. Mais comment est-ce possible ???

Accueil VIP

Dès l’entrée, le ton est donné. « Bonjour messieurs, soyez les bienvenus ». Du portier au majordome, chacun s’adresse aux enfants comme à des hôtes VIP. La stratégie est parfaite. Les terreurs en culottes courtes se métamorphosent comme par magie en petits anges. L’émerveillement se poursuit. Dans les chambres, un espace est spécialement aménagé pour eux par My Little Room, le concept-store on line des mamans au goût très sûr. Oiseaux disséminés çà et là, (mention spéciale pour la suspension signée Mathieu Challières), cabane pleine de coussins agrémentée d’une guirlande lumineuse et de quelques jouets au design bien choisi, il n’en faut pas davantage pour séduire les bambins les plus gâtés. Un jus de pomme, des nounours à la guimauve, un peignoir et des pantoufles à la taille de chacun posés sur la table basse achèvent de les convaincre. Une vaste chambre avec une magnifique terrasse surplombant le lac accueille le reste de l’équipe ainsi qu’une salle de bains XXL dotée d’une myriade de produits, les classiques (shampoing, gel douche, après-shampoing, etc.) mais aussi, entre autres, un brumisateur d’eau (d’Evian il va de soi), des soins visage (lait démaquillant, tonique et crème de jour) et corps (exfoliant, sels de bain et lait hydtratant), une eau de toilette expressément créée pour le palace par Fragonard ou encore des cosmétiques pour enfants du label néerlandais Naïf.

Un programme à la carte

Le secret du palace pour préserver le calme olympien des lieux avec une armada d’enfants surexcités comme invités ? Proposer un programme d’activités ultra personnalisés en fonction des envies de chacun. En plus des traditionnelles mais néanmoins superbes et très efficaces piscines intérieure et extérieure (la fameuse qui déborde avec sa vue sur la rive helvète du lac), l’hôtel dispose d’une salle de jeux avec baby-foot, flipper et billard, d’un vaste parc de 19 hectares où les explorateurs aguerris peuvent spotter hérons, écureuils, bergeronnettes et autres drôles d’oiseaux, d’un potager où l’on peut admirer les herbes et légumes que cuisinent le chef, de vélos électriques mis gracieusement à disposition ainsi que d’un spa avec une carte de soins spécialement imaginés pour les enfants. Quid des hyperactifs qui aiment varier les plaisirs ? L’équipe Sport & culture coordonne à la demande à peu près n’importe quelle activité, du transport aller/retour en navette privée à l’équipement nécessaire : journée de ski, balade en chien de traîneau, cueillette de myrtilles, vol en hélicoptère, rafting, visite guidée d’Evian, cours de piscine pour apprendre à nager à junior ou encore balade dans les vignes du Lavaux. A chaque saison, ses highlights…Et luxe ultime, le palace possède son propre bateau, l’Evian One, un engin au design futuriste pouvant accueillir jusqu’à 8 passagers et permettant de traverser le lac à vitesse grand V (jusqu’à 60 nœuds). Un moyen de transport idéal pour découvrir les richesses de la région…et amadouer à coup sûr les têtes blondes rétives aux balades touristiques.

Au kid’s resort      

Et pour se ressourcer pleinement ? On ne va pas se mentir, rien de tel que de s’offrir une parenthèse loin de sa progéniture chérie. Au cœur du parc de l’hôtel, le Kid’s resort se propose de prendre en charge les enfants dès 4 mois et jusqu’à 15 ans, de 9h à 18h, le tout dans 1000m2, répartis en trois espaces distincts adaptés à chaque tranche d’âge. Et miracle, pas besoin de traîner les petits monstres déchaînés par les pieds pour y aller. Costumerie, scène pour les spectacles, aire de jeux extérieure sécurisée, terrain multisports, pièces consacrées aux activités manuelles et même piscine intérieure chauffée et surveillée, tout est là pour s’occuper toute la journée sans voir le temps passer. De quoi déculpabiliser les parents qui peuvent profiter sereinement du cadre idyllique de l’hôtel en s’accordant un massage au spa, un cours de yoga, une séance de fitness, une partie de golf, un match endiablé de tennis…ou juste une sieste dans un transat avec vue sur les eaux cristallines du lac Léman. Le week-end, le Kid’s resort accueille même les enfants à l’heure du dîner pendant que les adultes se régalent aux Fresques, le restaurant étoilé du palace, où œuvre le chef Patrice Vander ; à moins qu’ils ne préfèrent s’adonner à une dégustation des pépites de la cave à vins, particulièrement bien achalandée. Et si l’on souhaite passer la soirée en famille ? Un menu spécial pour les jeunes hôtes est à disposition avec des jeux et des coloriages pour les occuper à table. Bref, le bonheur, comme on ose à peine en rêver…

Hôtel Royal, Evian Resort, 960 Avenue du Léman, 74500 Neuvecelle, France.

www.evianresort.com

Fiskebar, le retour

Le Grand Nord au firmament

Après sa barge estivale, le Fiskebar réintègre enfin ses murs. Pour cette réouverture très attendue, la table scandinave étoilée offre une invitation au voyage inédite, orchestrée par la cheffe Francesca Priscilla Fucci, nouvellement à la tête de la brigade.

Pour son comeback post Covid, le Fiskebar accueille une nouvelle cheffe, Francesca Priscilla Fucci. Faisant déjà partie de la maison, l’Italienne d’origine a pris ses fonctions à l’occasion de la réouverture et signe une carte intégralement repensée dans laquelle elle met en musique sa propre partition culinaire.

Au menu, une cuisine créative aux influences du Grand Nord magnifiquement revisitée, mariant techniques de fumaison, de fermentation et autres méthodes de conservation ancestrales. Assiettes aux allures de tableaux, associations bluffantes et produits du terroir saisonniers érigés en rois, la cheffe au talent inspiré conserve le concept qui a fait le succès de l’adresse, tout en y ajoutant sa signature. Parmi les highlights des lieux, le Smørrebrød, fameuse tartine danoise que Francesca Priscilla Fucci a déstructuré pour en offrir une interprétation étonnante ; la Kartoffel (Pomme de Terre, Yaourt, Hareng Fumé) présentée sur une écorce ou encore l’inattendu Makrel (Maquereau, girolle, ail noir, fruits des bois). Aux saveurs aussi racées qu’audacieuses, s’ajoutent des dressages élégants et ludiques qui participent pleinement à l’expérience. Des mises en bouche au dessert, le dépaysement est complet.

Pour accompagner le voyage ? Une carte des vins pointue avec des pépites comme le Pinot blanc des Grisons de Möhr Niggli, le Bourgogne « Sous la Roche » du Domaine la Varenne, le Pinot Noir Neuchâtelois Les Cailloutis du Domaine des Landions ou pour les fans de Champagne, le très exclusif RSRV, cuvée 4.5 de la Maison Mumm, ainsi qu’une belle sélection d’Aquavit. Bref, de quoi ravir les vikings les plus épicuriens. On gage que le hotspot des foodies genevois s’apprête à côtoyer les étoiles encore un moment.

Fiskebar, Hôtel Ritz-Carlton, Quai du Mont-Blanc 11, 1211 Genève. www.geneva-fiskebar.com

 

 

 

 

Un bain de sel

Flotter pour méditer

Depuis le début de l’été, Namaka Float accueille à Genève les afionados de floating. Une expérience quasi mystique au goût iodé qu’on a eu envie d’essayer. On vous raconte.

S’allonger dans une baignoire pleine de sel dans le noir complet et en silence, le concept ne fait pas d’emblée rêver. Et pourtant… Les adeptes sont accros. A tel point que certains enchaînent les séances. A Genève, Namaka float est le premier centre du genre. Depuis son ouverture mi-juillet, l’adresse ne désemplit pas. Exit les espaces wellness sans âme, ici, on est accueilli dans un home sweet home aux allures de havre zen. Niché dans une rue calme du quartier des Pâquis à deux pas du lac et des grands hôtels, le spa nouvelle génération se dote de trois bassins de flottaison, auxquels s’ajoutent une salle de massage, un sauna à ondes infrarouge Iyashi Dôme, ainsi qu’un Bol d’air Jacquier. Un mix parfait pour prendre soin de son bien-être corporel et psychique.

Hors du temps

Dès l’entrée, le ton est donné. On se déleste de ses chaussures pour pénétrer dans un long couloir ondulant entouré de voiles, au bout duquel un salon cosy, avec vue sur une verrière intérieure arborée, accueille les visiteurs pour une pause zen avant de prendre place dans l’une des salles privatives dédiées à la flottaison. En plus de deux bassins ouverts, pouvant contenir jusqu’à deux personnes, Namaka Float dispose également d’un bassin de flottaison fermé, au look de vaisseau spatial. C’est pour ce dernier que nous avons opté. Quitte à tenter l’aventure, autant être ambitieux. Seul dans la pièce, on se prépare à plonger dans la baignoire futuriste, après une rapide douche. Renouvelée grâce à un système de filtration entre chaque client (on apprécie par les temps qui courent), l’eau est à température idéale. On s’allonge et on se laisse flotter, bercé par le chant sous-marin des baleines et par un ballet de lumières multicolores jusqu’à ce que…tout s’arrête. Le noir devient complet et le silence assourdissant. Les premières secondes paraissent longues. Pourtant une fois passée l’appréhension, vient la détente. L’absence de gravité et de sollicitations sensorielles permet d’accéder très rapidement à un état second assez unique, proche de l’ataraxie. Oubliés le stress et l’effervescence du quotidien, on lâche prise en laissant s’évanouir les préoccupations du moment. Sans notion du temps qui passe, on profite de cet espace inédit où le corps, la tête et les sens sont au repos complet. « Lorsqu’après un certain temps tout s’arrête, la personne expérimente un état de silence complet comme jamais ressenti depuis la naissance. C’est lorsque nos sens ont perdu tous leurs repères que le corps et l’esprit peuvent se relâcher complètement », explique Antoine Mathys, le co-fondateur des lieux. Après un voyage intérieur au cœur de l’immensité, le chant des baleines et les lumières colorées nous ramènent à la réalité. Une douche rapide et il est temps de se rhabiller dans un vestiaire élégamment aménagé disposant de tout le nécessaire (sèche-cheveux, produits de soin Soeder et Forêt bleue) pour un retour à la vie sur terre en douceur.

Mille et une vertus

Si elle est nouvelle à Genève, la « floating therapy » existe depuis de nombreuses années. Son histoire prend racine outre-Atlantique dans les fifties. Aujourd’hui, légion sont les études qui en démontrent les bienfaits, qu’il s’agisse d’améliorer la qualité du sommeil, de se libérer du stress, de renforcer son système immunitaire, de booster sa concentration, de stimuler sa créativité ou encore plus prosaïquement de soulager des douleurs dorsales ou une migraine. Le principe de ce bain en eau iodée à qui l’on prête mille vertus ? Plongé dans l’eau salée, le corps ressent une impression de flottement. La chaleur, l’eau et la sensation d’apesanteur libèrent immédiatement toutes les tensions.  Un moment de détente ultime pendant lequel le système nerveux et cognitif sont enfin mis sur pause. Si la flottaison est recherchée principalement pour réduire le stress et l’anxiété, elle accélère également la récupération physique, notamment pour les sportifs. Remplis de plusieurs centaines de kilogrammes de sel Epsom, les bassins sont également bénéfiques pour leur apport en magnésium, nécessaire au bon déroulement de plus de 300 réactions biochimiques dans le corps humain. Chez Namaka Float, une séance traditionnelle dure une heure mais le centre propose aussi des Power Nap d’une trentaine de minutes, entre 12h et 14h pour les businessmen pressés. De quoi recharger les batteries en trente minutes chrono. Pour notre part, on a opté pour la version longue et avant de retrouver la vie réelle, on s’est même accordé six minutes complémentaires de bien-être à l’état pur avec une séance de Bol d’air Jacquier. Un appareil, imaginé et conçu par le chimiste René Jacquier, il y a environ 70 ans, qui pulse de l’oxygène mélangé à de la résine de pin pour augmenter la capacité d’absorption de l’oxygène par le corps humain. On s’assied face à la machine et on respire profondément le temps de la séance. L’expérience est brève mais agréable. A midi tapantes, on ressort du Namaka aussi zen qu’un moine tibétain, l’énergie regonflée à bloc. Convaincu par l’eau salée, on n’hésitera pas à réitérer.

Namaka Float, 5 rue Docteur Alfred Vincent, 1201 Genève. www.namakafloat.com