Monthly Archives: mars 2017

You are browsing the site archives by month.

Des diamants et des couleurs

Quand Rolls-Royce vient à Genève

Si la GDH a arpenté les Halles de Palexpo en long et en large à l’occasion de la 87ème édition du Salon International de l’Automobile, c’est chez Rolls-Royce qu’elle a choisi de faire une halte.  Et on vous dit tout de suite pourquoi.

Comme chaque année, la 87ème édition du Salon International de l’Automobile a rencontré un énorme succès. Ce rendez-vous incontournable aura permis aux 690’000 visiteurs de découvrir 175 nouveautés et concept cars sur un total de 900 modèles exposés. De quoi avoir le tournis. Et quitte à zieuter des belles mécaniques, autant viser le must. Cela tombe à pic, cette année Rolls-Royce a placé la barre très haut. Au programme, des diamants à en pleuvoir avec la Ghost Elegance, un modèle unique, recouvert de poudre de diamants. Pour être précis, 1’000 diamants ont été concassés pour obtenir une poudre qui puisse recouvrir la totalité de la voiture. Elle a été conçue spécialement pour répondre à la demande d’un collectionneur passionné. Pour les amateurs de vitesse, la Black Badge, au top évidemment avec ses 632 chevaux. « Black Badge c’est une attitude, un aspect de Rolls-Royce qui attire une clientèle électrisée, les preneurs de risques qui n’hésitent pas à enfreindre les règles et à se moquer du conventionnel. Animés d’un esprit vif, ils font les choses comme s’il n’y avait pas de lendemain et ils changent le monde », explique Torsten Müller-Ötvös, Directeur Général de Rolls-Royce Motor Cars à propos de la voiture la plus puissante de la marque. Notre coup de cœur ? Les trois cabriolets blancs nacrés aux toits colorés de la collection printemps-été 2017 « Dawn – Inspired by Fashion », fruit du travail de Giles Taylor, directeur artistique de la marque et son équipe de designers. C’est la première fois lors d’un salon automobile public que Rolls-Royce présente cette collection, qui se décline en trois teintes : Mugello Red, Cobalto Blue et Mandarin. Des nouveautés qui devraient séduire les dandys helvètes au tempérament haut en couleur. Et pour rouler dans sa propre Ghost Elegance diamantée ? Pas besoin de filer à Goodwood, il suffit de passer commande chez Prestige Motor Group à Nyon. Allez, on vous donne quand même l’adresse, on peut toujours rêver…

Rolls-Royce Motor Cars Geneva, Prestige Motor Group R, Route de Saint-Cergues 293, 1260 Nyon.

www.prestigemotorgroup.ch

Pérégrinations autour du lac

Le Léman, tout un roman…

Les éditions Libel viennent de publier un livre dédié aux représentations du paysage lémanique dans l’art et la littérature. Son titre ? « D’une rive à l’autre. Voyage autour du Léman ». Il accompagne l’exposition éponyme présentée au Musée du Chablais du 25 mars au 12 novembre 2017.

« L’aspect du lac de Genève et de ses admirables côtes ont toujours, à mes yeux, un attrait particulier que je ne saurais expliquer, et qui, ne tient pas seulement à la beauté du spectacle, mais à je ne sais quoi de plus intéressant qui m’affecte et qui m’attendrit. », écrivait Jean-Jacques Rousseau. Et le philosophe est loin d’être le seul à s’être esbaudi sur les charmes de la région. Dès le XVIIè siècle, le Léman, site touristique majeur, devient un sujet littéraire et pictural. Les voyageurs décrivent de plus en plus le lac et son panorama montagneux, dont les cimes inhospitalières inspirent les théoriciens de l’esthétique du sublime. Une fascination qui perdure jusqu’à aujourd’hui. Pour témoigner des évolutions de la représentation du paysage lémanique, le Musée du Chablais et le Cabinet d’arts graphiques des Musées d’art et d’histoire de Genève ont mis en commun des œuvres issues de leurs fonds respectifs illustrant l’effervescence créative suscitée par la région au fil des siècles. Cet ouvrage invite au voyage sur les bords du lac, en faisant également la part belle aux écrits qui en ont été inspirés en citant notamment des récits de voyage et des romans majeurs de l’histoire de la littérature. Il accompagne l’exposition du Musée du Chablais présentée du 25 mars au 12 novembre 2017, à ne pas manquer.

“D’une rive à l’autre. Voyage autour du Léman”, éditions Libel.

www.editions-libel.fr

L’empire du yuzu

Niels Rodin, l’agrumiculteur vaudois

Sauce pimentée au yuzu, marmelade de cédrats, liqueur de mandarine, sel au combawa et même bougies parfumées, Niels Rodin décline les fruits de sa passion à toutes les sauces. Et, on est fan.

crédit photo: Agnieszka Gac-Zuppinger

crédit photo: Agnieszka Gac-Zuppinger

Inutile de demander à Niels Rodin combien il cultive de variétés d’agrumes. Actuellement, 150 spécimens différents fleurissent de Borex à Vich. Et demain ? Qui sait… L’agrumiculteur vaudois possède trois serres dédiées à l’expérimentation, à la multiplication et au greffage, ainsi qu’à la production. Il travaille en bio et applique les principes de la permaculture. Son dada ? S’associer avec des artisans helvètes pour créer des hits gourmands à base des fruits de ses récoltes. Béatrice Jeanmonod qui a déjà sa gamme et sa marque, réalise ses marmelades. Céline Ammann fabrique ses moutardes. Son vinaigre est concocté à l’agropole de Molondin, ses liqueurs au Tessin etc. Chaque année, il imagine un ou deux nouveaux produits, souvent sold out en deux temps trois mouvements, à l’instar du chocolat au caramel de yuzu sorti cet hiver. Un de ces hits aux saveurs exotiques ? Le yuzukoshô, inspiré d’une recette traditionnelle japonaise. Mix de yuzus et de piments, cette pâte à la consistance de moutarde s’utilise généralement pure pour accompagner viandes grillées, poissons, légumes vapeur et même sushis ou comme base dans une marinade ou pour relever une sauce. “Cela fonctionne à merveille dans une très classique sauce hollandaise pour accompagner un filet de bœuf, dans un beurre blanc pour sublimer un filet de féra, avec du miel, de l’huile d’olive et du cumin en marinade pour un rôti de dinde et même dans un granité des plus étonnant avec une pointe de jus de yuzu pour un “trou normand” nikkei ou fusion”, conseille l’agrumiculteur. La recette originelle se compose de yuzu et de piments très piquants soit rouges, soit verts avec une quantité importante de sel pour la conservation, la version made in Canton de Vaud est réalisée avec des piments jaunes doux, donc beaucoup moins piquants et avec peu de sel, grâce à la pasteurisation. Et si les yuzus poussent à domicile, les piments ne viennent pas de très loin. Ils sont cultivés à la Ferme des Pralies à quelques encablures de là. Comme son nom ne l’indique pas, une sauce 100% helvète donc. “Ce produit 100% suisse est le fruit de la collaboration avec ma voisine Gabriella Salvadori qui cultive ces piments et qui réalise ce yuzukoshô selon une recette élaborée ensemble, dans son laboratoire à la Ferme. Ma voisine est moi-même cultivons tout en bio. Pour ma part je suis en cours de labellisation. Les yuzus utilisés pour ce produit proviennent de ma serre expérimentale où je teste notamment la permacutlure. Je travaille exclusivement avec la lutte biologique en introduisant les prédateurs naturels des nuisibles”. Bref, du bon, du local et de l’écolo ? Aucune raison de ne pas se mettre illico au yuzukoshô…

www.nielsrodin.com

Fast-food green

Chez Bad Hunter

Décidément, le végétarisme a le vent en poupe. Après son enseigne lausannoise, le fast-food veggie Bad hunter vient d’inaugurer un corner au Jelmoli Food market à Zurich et prévoit de lancer des brunchs le week-end.

Que l’on soit carnivore ou pas, difficile d’être passé à côté de Bad Hunter. Depuis son ouverture, l’enseigne végétarienne lausannoise fait le buzz. L’espace de plus de 400 mètres carrés au mobilier industriel d’inspiration scandinave et aux faux airs de serre urbaine accueille un fast-food healthy, veggie et…sexy. On s’y régale notamment des fameux bowls si tendance, comme les asiatisants Rice & Shine (carottes, betteraves, brocolis, kale, champignons shiitake, riz noir et sauce gingembre shoyu) ou Open sésame noodles (carottes, brocolis, champignons shiitake, nouilles udon, graines de sésame, bouillon de miso & huile de sésame toastée), de salades (mention spéciale pour la Hey Honey avec sa vinaigrette miel-wasabi) ou encore de wraps comme le broccocado mi-brocolis-mi-avocat. Pour accompagner le tout, des jus de fruits, des smoothies et…du vin. Ce n’est pas parce que l’on mange sain que l’on doit boire monacal. Forte de son succès, l’adresse vaudoise vient juste de s’exporter outre-Sarine et a ouvert au Jelmoli Food market à Zurich. En projet également des brunchs -sans saucisse ni bacon il va de soi- et des afternoon teas. Et pour ceux qui se poseraient la question, pourquoi Bad Hunter ? Parce qu’il dit que le mot “végétarien” provient d’une langue ancienne signifiant “mauvais chasseur”. Et ce n’est pas parce que l’on ne sait pas chasser, que l’on aime pas manger.

Bad Hunter, rue des Côtes-de-Montbenon 12 à Lausanne.
Bad Hunter au Jelmoli Food market, Banhofstrasse à Zurich.

www.badhunter.ch

Un monde d’expressions

« Que votre moustache pousse »

Le MEG accueille ce jeudi 23 mars Muriel Gilbert. A l’occasion de la 22e semaine de la langue française et de la francophonie, l’auteure invite les Genevois à un tour du monde des expressions idiomatiques les plus intraduisibles.

« Que votre moustache pousse comme la broussaille ! », c’est le « A vos souhaits ! » mongol mais aussi…le titre du livre de la correctrice au Monde Muriel Gilbert. Quand les Français racontent que la nuit tous les chats sont gris, les Slovènes jugent que ce sont les vaches qui sont noires ; quand il nous manque une case, il manque une vis aux Espagnols, un peu de cuisson aux Britanniques et des tasses dans le placard aux Allemands. « Ne te moque pas du crocodile avant d’avoir atteint l’autre rive », dit-on en Afrique alors que l’on ne vend pas la peau de l’ours avant de l’avoir tué sous nos latitudes. Traductrice de formation, elle se passionne pour les idiotismes, « ces particularismes intraduisibles qui font le sel de la conversation et le génie des langues », selon ses propres mots. Lors de cette rencontre genevoise à l’heure de la pause déjeuner, l’auteure française présentera un véritable tour du monde de ces expressions particulières. Une rencontre, pleine de bons mots, qui s’inscrit dans la 22e semaine de la langue française et de la francophonie qui a lieu du 16 au 26 mars 2017.

« Que votre moustache pousse », le jeudi 23 mars 2017 de 12h45 à 13h15, gratuit, tout public. Réservation par téléphone de 9h à 11h, au 022 418 45 55, dès 5 jours avant l’activité. Salon de musique, Boulevard Carl-Vogt 65-67, 1205 Genève.

www.ville-ge.ch/meg

%d blogueurs aiment cette page :