Monthly Archives: mai 2016

You are browsing the site archives by month.

Signé Mr Snackins

Le grignotage helvète

Ras le bol des apéros à base de chips graisseuses, de mini-saucisses peu recommandables et de cahouètes douteuses ? La solution est…suisse et se nomme Mr Snackins, une entreprise saint-galloise qui propose des snacks healthy dans des packagings graphiques et chics.
snacks Mr Snackins
De quoi accompagnera-t-on sa Nébuleuse pendant l’euro ? D’un des trente mélanges à grignoter made in Switzerland de la marque Mr Snackins, bien sûr ! Et, il y en a pour tous les goûts, du salé avec les fameuses noix de cajou saveur sour cream & onion, les chips de légumes, le mix de noix au curry, les gressins à l’ail et au persil ou encore les cacahouètes au wasabi rouge et du sucré avec des mix à base d’ananas séché, de chips de banane, de baies de goji ou de pommes de la région. Du sain avec des matières premières soigneusement sélectionnées, le tout dans des packagings au look hipster que l’on a envie d’afficher crânement dans sa cuisine, pas de doute, on va adopter.

www.mrsnackins.ch

A bord du Gottardino

Le couteau du tunnel

Le tunnel de base du Saint-Gothard sera inauguré le 1er juin 2016 après 17 ans de travaux. Pour fêter l’événement, Victorinox signe le SwissChamp Gottardo Limited Edition, un couteau suisse en hommage au plus monumental des ouvrages helvètes.
Victorinox Gottardo Taschenmesser
Avec ses 57 kilomètres, le tunnel de base du Saint-Gothard est le plus long tunnel ferroviaire du monde. Inauguré officiellement ce 1er juin, il sera à la fête le week-end du 4 et 5, avec les premières traversées du tunnel à bord du Gottardo pour le grand public. Visite des centres de maintenance et d’intervention à Erstfeld et à Biasca, démonstration du train d’extinction et de sauvetage en action, parcours permettant d’expérimenter les conditions de travail des mineurs, chasse au trésor pour les enfants, concours de photosharing, programmation musicale aux couleurs de la Suisse, spécialités culinaires uranaises et tessinoises aux deux portails d’entrée du tunnel, pas de doute, l’événement fera date. Et pour se souvenir ad vital eternam des festivités ? Victorinox signe un couteau suisse dédié, le SwissChamp Gottardo Limited Edition 2016. Réunissant 28 fonctions (tire-bouchon, ouvre-boîte, poinçon alésoir, ciseaux, écailleur à poissons, lime à ongles, ciseau à bois, pince universelle et loupe, notamment), l’outil multifonction, limité à 2 016 pièces, est habillé d’une coque en noyer, bois précieux dont le veinage rend chaque exemplaire unique. La mention « Gottardo » de même que la croix et le bouclier Victorinox sont gravés au laser dans le bois tandis que la grande lame s’orne de toute la traversée d’Erstfeld à Bodio ainsi que le profil du massif du Saint-Gothard, gravés dans l’acier. On est chauvin ou on ne l’est pas.

www.victorinox.com

A la Flânerie

Cinq fleurs et légumes par jour

La Flânerie ? C’est la dernière adresse qui buzze. Un bar, un restaurant, un concept-store branché ? Que nenni, un jardin bio où l’on vient cueillir son bouquet de fleurs ou récolter ses fraises.
La Flanerie
On ne va pas le cacher : on est fan. Plantes étonnantes, dégustation d’aromatiques méconnues, légumes de saison, self-cueillette de petits fruits et de fleurs, bref, une parenthèse végétale au cœur de la campagne genevoise où l’on prend plaisir à flâner. On peut y acheter son panier de légumes, y boire un jus pressé minute, y déguster un sirop maison, y récolter une barquette de gariguettes, de myrtilles ou de framboises, y composer son bouquet de fleurs cueillies par ses soins ou encore y découvrir plus de 70 variétés de plantes aromatiques différentes. Le mercredi, place aux enfants. Les plus jeunes peuvent s’initier au jardinage en rempotant des plantes fleuries ou aromatiques et repartent ensuite chez eux avec leurs créations. De quoi ravir les urbains en mal de nature, petits et grands. A noter : A la Flânerie, mieux vaut avoir le nez dans le guidon. Les clients venus à vélo se voient offrir une glace confectionnée avec les fruits ou les plantes aromatiques de la maison. La green attitude jusqu’au bout.

La Flânerie Parenthèse Végétale, 30 Chemin de la Cantonnière, 1256 Troinex.

www.laflanerie.ch

Des étoiles dans le bocal

Gastronomie sous verre

Le bistrot Boco ? Un fast-food qui propose des plats imaginés par des chefs étoilés et présentés dans des bocaux, à déguster sur place ou à l’emporter. Le concept, qui cartonne en France et en Belgique, prend ses quartiers à Genève.
Mur de la bande à boco
On s’arme d’un panier, on choisit dans les rayons son bocal d’entrée, son bocal de plat principal, son bocal de dessert, on réchauffe si nécessaire…et l’on déguste sur place ou à l’emporter. Voilà le principe de Boco, la chaîne de restaurant créée il y a 5 ans à Paris par deux frères passionnés de gastronomie, Vincent et Simon Ferniot…et qui essaime à vitesse grand V. Car, après la capitale française, sa province et la Belgique c’est maintenant au tour de Genève de déguster des étoiles sous verre. Car, c’est là, la spécificité des lieux. On ne sert que des plats aux recettes imaginées par des grands chefs cuisinées avec des produits de qualité et si possible locaux. Parmi les stars du Michelin à se prêter au jeu du bocal, Stéphane Décotterd du Pont de Brent à Montreux, Emmanuel Renaut du Flocon de sel à Megève, Gilles Goujon de l’Auberge du Vieux Puits à Fontjoncouse ou encore Olivier Belin de L’Auberge des Glazicks  dans le Finistère. Et parmi les chefs pâtissiers, Damien Moutarlier de la Maison Moutarlier à Lausanne, Frédéric Bau de l’Ecole du grand chocolat Valrhona, Paul Wittamer, de la Maison Wittamer à Bruxelles ou Philippe Uracca, MOF et président des MOF pâtissiers. Rien que ça. Et concrètement dans le bocal, qu’est-ce qu’on trouve ? Rillettes de féra fumée, taboulé de chou-fleur et brocolis, polenta aux asperges et morilles, tiramisu de tomate et céleri ou encore compotée d’abricot relevée d’une crème parfumée au jasmin, bref des menus 3 étoiles pour les palais gourmands…et pressés.

Boco, 10, Boulevard Georges-Favon, 1205 Genève. www.boco.fr

Camera obscura

Lumière sur Vera Lutter

La Nuit des Bains ? Une occasion de pousser les portes des galeries du quartier éponyme pour boire des verres tout en découvrant des pépites. Parmi les highlights du cru printanier, l’exposition monographique consacrée à Vera Lutter, inaugurée le soir-même à la galerie Xippas.

Vera Lutter, San Giorgio, Venice V: January 18, 2008, 2008, unique silver-gelatin print, 59 x 104 cm

Vera Lutter, San Giorgio, Venice V: January 18, 2008, 2008, unique silver-gelatin print, 59 x 104 cm

C’est une première à Genève. La galerie Xippas accueille les travaux de l’artiste allemande Vera Lutter pour une exposition monographique. Avec un vernissage le soir de la Nuit des Bains et un accrochage occupant les espaces de la rue Sablons et de la rue des Bains, la galerie met le paquet pour offrir une tribune de choix à la photographe installée à New York, célèbre pour ses prises de vue en négatif. Il faut dire que, grâce au dispositif ancestral de la « camera obscura », procédé d’enregistrement en direct et en négatif des effets de la lumière sur le papier sensible, l’artiste offre un autre regard sur l’architecture.

Qu’ils s’agissent de paysages urbains, de sites industriels, de paysages mythiques ou de vues de son atelier, les lieux sur lesquels elle jette son dévolu se métamorphosent temporairement en immenses espaces de « prises de vue ». Les photographies qui en naissent sont aux dimensions de ces chambres obscures improvisées, soit monumentales. L’exposition longue, pouvant aller jusqu’à plusieurs jours, permet d’enregistrer un luxe de détails jusqu’à des traces de présence fantomatique. Ses clichés ne traduisent pas seulement le réel, mais révèlent également un monde en creux, un espace d’apparition relative, qui donne à ses images une impression irréelle et fluide. San Giorgio, Venice V: January 18, 2008, célèbre basilique vénitienne entre deux eaux, Temple of Nettuno, Paestum, XIX: October 18, 2015 , en plein cœur de Rome, ou encore Empire State Building, III: November 28, 2014 autant de paysages réinventés et présentés dans l’exposition.

A découvrir également, une œuvre de la série Clock Tower, prise depuis un édifice situé au numéro 1 de la Main Street à Brooklyn et construit en 1914. Sa partie haute, parfaitement carrée abrite quatre gigantesques horloges, chacune orientée vers l’un des points cardinaux et offrant une vue sur quatre différents quartiers de New York. Pendant la journée, les horloges vitrées éclairent l’intérieur de l’édifice, tandis que la nuit les horloges sont illuminées de l’intérieur. C’est depuis cet espace transformé en camera obscura que Vera Lutter a travaillé ses images ; les marques du cadran et des aiguilles de l’horloge au premier plan masquant en partie la perspective, comme des témoins du passage du temps. Est-ce l’aurore ou le crépuscule ? Le jour ou la nuit ? Peu importe, ce soir, dans le quartier des Bains, on vit au rythme trépidant de la ville qui ne dort jamais.

“Vera Lutter”, vernissage le 19 mai à 18h et jusqu’au 30 juillet, Galerie Xippas, rue des Bains 61, 1205 Genève.  www.xippas.com

%d blogueurs aiment cette page :