Monthly Archives: avril 2016

You are browsing the site archives by month.

Puces du design…suisse

Vintage helvète

La GDH ne pouvait manquer de mentionner l’évènement. Pour sa 8ème édition, le grand rendez-vous romand du design vintage met à l’honneur… la Suisse. Une occasion de découvrir et chiner une sélection de meubles et accessoires provenant de nos contrées.
©Priscilla Balmer
Les Puces du Design, c’est LE rendez-vous des passionnés de vintage en Suisse. Cette 8e édition réunit plus de 70 marchands et galeries en provenance des quatre coins de l’Europe, qui présentent leurs dernières trouvailles dans la grande halle CFF de Morges, pour un moment historique, puisque ce lieu sera détruit peu après pour laisser place à un parking, puis à des logements. Au fil des stands et sur plus de 4600 m2, mobilier, luminaires, tableaux et lithographies, verreries ou céramiques font de l’œil aux collectionneurs. Quant à la thématique du cru 2016 ? Après le Brésil l’an dernier, place à la Suisse. Le design helvète est à l’honneur. Il faut dire que nombre de grands architectes et de designers ont marqué l’art de leurs créations : Le Corbusier, Max Bill, Willy Guhl, Mario Botta, Maria Pergeay et tant d’autres se sont illustrés en Suisse et partout dans le monde avec des pièces devenues des références du design. Et puisqu’il ne faut pas être trop chauvin, la sélection reste généraliste avec aussi des icônes du design 100% originales, du mobilier fifties de très belle facture, des lignes scandinaves pur jus, du design italien époque Memphis et autres must-have pour aficionados de beaux objets. Un rendez-vous à ne pas manquer.

Le vendredi 29 avril de 10h à 20h, le samedi 30 avril de 10h à 20h et le dimanche 1 mai de 10h à 17h aux Halles CFF de Morges. Tarif : 5 francs.

www.pucesdudesign.ch

Le collector suisse

Ça va tailler !

Caran d’Ache vient de signer une édition collector toute de rouge vêtue de son taille-crayon au design culte. Un must-have pour les aficionados de la manufacture familiale 100% swissmade.
CdA_MachineATailler_Rouge
Plus de quatre-vingts ans déjà que la machine à tailler les crayons iconique de Caran d’Ache accompagne des générations d’écoliers, d’amateurs de beaux-arts et d’écriture. Pour lui rendre hommage, la maison genevoise lance une édition collector de la fameuse machine à tailler, alternant chromé brillant et laque rouge mate. Cette édition limitée et numérotée à 4478 exemplaires pour symboliser l’altitude du Mont Cervin, est présentée dans une boîte en métal également rouge suisse et argentée qui arbore le visuel d’origine et retrace l’histoire de cet objet emblématique. Bref, une réinterprétation inédite en hommage aux origines helvétiques de la Maison Caran d’Ache parfaite pour afficher sa suissitude avec classe.

www.carandache.com

Vins ambulants

A bord du Wine Trotter

Après les food-truck, voilà le Wine-Truck. C’est l’idée géniale de Claire Mallet, qui se balade à la demande sur les routes de Suisse avec son estafette œnologique. Passionnée de vins depuis qu’elle a l’âge d’en boire, elle répond à nos questions pour nous présenter le Wine Trotter, son bar à vin ambulant.
Le wine trotter
Nous adorons votre concept, comment vous est venue cette idée du bar à vin ambulant?

Merci :o). J’ai toujours travaillé dans le vin et souvent c’est un « casse-tête » lorsque vous voulez organiser une soirée ou un barbecue pour plusieurs personnes. Il faut louer des frigos, faire venir un transporteur etc… Le but était d’avoir un outil de travail facile et à moindre coût pour les clients. De plus j’aime que le vin soit « démocratisé » et revenir au terroir et à la simplicité comme le sont les vignerons. L’estafette se prêtait parfaitement au concept « on peut boire de très beaux flacons sans se prendre la tête ». Comme je le dis souvent, je n’ai rien inventé, j’ai repris le très ancien métier de « marchand de vin ambulant » comme il en existait déjà au temps des Romains !

Vous proposez environ 600 références, comment les avez-vous sélectionnées? 

J’ai sélectionné les régions de production que je connais et que j’affectionne (Valais, Tessin, Vaud, Genève, Italie, France). Plutôt des vins de petite production que l’on ne trouve pas dans le commerce.

A titre personnel, avez-vous une région de prédilection? 

Question difficile, il y a tellement de vins différents ! On compte environ 100 000 cépages dans le monde. C’est comme demander à un chef de cuisine si il préfère la viande ou le poisson. Les goûts et intérêts changent avec l’âge. Disons qu’aujourd’hui je me passionne pour les vins suisses mais j’ai gardé une partie de mon cœur en Bourgogne où je fais les vendanges au domaine de la Romanée Conti chaque année.

Les dernières découvertes coup de cœur que vous avez envie de partager ?

Sans hésitation les Merlot du Tessin qui sont en train de dépasser bon nombre de Grand Cru bordelais. Les vignerons maîtrisent parfaitement le soyeux de ce cépage qui s’exprime à merveille sur ce terroir.

Comment travaillez-vous avec vos clients?

J’essaie de leur proposer une offre adaptée à leur besoin. Que ce soit pour un cours d’œnologie, un mariage ou une grande soirée. Nous goûtons et choisissons les vins ensemble puis il y a  des forfaits tout inclus ou « à la carte », ils ne paient que ce qu’ils ont consommé.

Peut-on croiser l’estafette lors d’événements grand public?   

Oui, les projets tels que la Geneva street food parade, l’Euro 2016 ou simplement le marché du dimanche de Plainpalais sont en cours de réflexion….

Proposez-vous également de la petite restauration à déguster avec vos vins? Si oui, de quel type?

Malheureusement non, chacun son métier… J’aime beaucoup manger mais je n’ai vraiment aucun don pour la cuisine ;o). Je laisse le plaisir de la restauration aux food trucks comme Urban Gastronomy qui font d’excellentes spécialités bio dans un Tube Citroën de 1936.

Les projets à venir pour le Wine Trotter?

L’estafette est parfaite pour l’été mais elle reste un véhicule de collection de 1979 donc un peu capricieuse pour grimper dans la montagne. Peut-être aura-t-elle un petit frère cet hiver pour monter en station de ski.

www.lewinetrotter.ch

Motos d’art

Auto Fabrica à Genève

Rappelez-vous, la GDH avait joué les précurseurs avec un post il y a plus d’un an sur les motos pimpées de la start-up londonienne. Voilà pas que la M.A.D.Gallery  a décidé de lui ouvrir ses portes le temps d’une exposition.  A visiter absolument.

Faisant suite au succès rencontré par les expositions de Chicara Nagata et de Maxwell Hazan, la M.A.D.Gallery de Genève vient d’inaugurer une nouvelle exposition de motos d’Art, consacrée aux créations des frères Bujar et Gazmend Muharremi, réalisées sous leur marque Auto Fabrica. Bien que 100% British, la marque avait déjà tapé dans l’œil de la GDH car, ultra exclusive, elle ne réalise qu’une quantité très limitée de « motos artistiques » chaque année : généralement entre 8 et 12. La M.A.D.Gallery expose deux de leurs œuvres, la Type 6 et la Type 8, qui ont nécessité chacune près de six mois de travail. Le trip du duo ? Démonter des motos vintage, considérées comme des motos « donneuses », pour n’en garder que l’essentiel et leur appliquer un design moderne en gardant une âme old school. « L’esprit d’Auto Fabrica s’oriente vers la simplicité et le minimalisme, tout en intégrant des détails très complexes », déclarent-il. Tout un programme. La Type 6 d’Auto Fabrica est ainsi née des vestiges d’une Yamaha XS650 de 1979. Comme le racontent les deux frères, c’est dans le design de cette moto spéciale qu’un détail caractéristique a commencé à définir la forme de l’ensemble : une section ajourée, découpée à l’arrière du réservoir, à l’endroit où celui-ci rejoint la selle. Cette réalisation complexe a fini par définir l’intégralité de la moto. L’idée design de départ était d’utiliser cette ouverture comme une prise d’air de type Ram-Air, mais cela s’est avéré impossible à mettre en place sans modifier les contraintes du design prévu. Pour créer et préserver la simplicité des lignes de la moto, les artistes ont donc fabriqué le réservoir et la base de la selle en une seule pièce, en les formant en aluminium, manuellement par roulage. Parmi les pièces ajoutées à la Yamaha d’origine et façonnées en acier inoxydable par Auto Fabrica, il y a notamment le guidon, les leviers et les gaines de fourche. « Nous sommes fiers de nos systèmes d’échappement faits main en acier inoxydable », ajoutent les deux frères, sans cacher leur satisfaction. Naturellement, ils ont également complètement reconstruit le moteur avec des pistons surdimensionnés de 0,5. Et comme ils adorent les finitions mates sur le métal nu, les pièces de métal coulées et les surfaces des composants en aluminium ont été décapées par hydro-sablage. Les deux frères ont également travaillé sur la Type 8, qui a commencé sa vie sous les traits d’une Honda CX500 de 1981, en même temps que la Type 6. Et si elle apparaît totalement différente de cette dernière, c’est qu’il y a une bonne raison à cela. En effet, lorsqu’ils ont démonté la Type 8, ils ont découvert quelque chose d’inhabituel ; le cadre « nu » avait une superbe forme naturelle superposée au moteur (qui a été complètement reconstruit par la suite). Il s’agissait d’un élément rare pour une moto japonaise des années 1980. Cela leur a donné quelques nouvelles idées, comme celle de faire du réservoir en aluminium façonné à la main comme une sorte d’extension du cadre. Les pots d’échappement en acier inoxydable ont ensuite été positionnés en hauteur, détail qui a posé certaines problématiques, pour donner un style unique à la moto. Bref, deux petits bijoux à découvrir en live en avant goût des futures voitures auxquelles Auto Fabrica nous a confié être en train de réfléchir. A suivre…

MB&F, M.A.D.Gallery, 11 rue Verdaine, 1204 Genève . www.mbandf.com

www.autofabrica.com

Tribu house

Entre mode et culture

Un nouveau concept store vient d’ouvrir ses portes en Vieille Ville. Entre galerie d’art et boutique de sape d’avant-garde, Tribu house s’annonce comme le futur rendez-vous des aficionados de la mode et de la branchitude genevoise.
Tribu House Geneve
Un concept-store élitiste pour modeux ? Peut-être. Toujours est-il qu’à Tribu house on trouve le must des it-créateurs du moment. Comme par exemple, Alice McCall, Paper London, Maison Mère, bref des talents confirmés ou émergents que les lecteurs/lectrices assidus de Vogue, Harper’s Bazaar ou ELLE Magazine suivent de près. Et ce n’est pas tout, les collections hommes et femmes y sont complétées par un choix edgy d’accessoires, de chaussures et de sacs de designers de renom comme Alexandre Birman ou Bionda Castana. Mais, ici, la mode n’est pas seule à l’honneur : magazines et de livres pointus côtoient du design d’intérieur, présenté sous forme de collaboration ou d’exposition de pièces exclusives, provenant de grand bureaux d’architectes. A l’honneur, pour l’ouverture, le célèbre duo Yvan Prokesch et Fabian Echeverria qui présente certaines de ses trouvailles. D’autre part, dans une pièce adjacente, un espace galerie accueille des expositions. La première est consacrée au travail coloré et expressif de Vinicius Jayme Vallorani, un artiste peintre italien travaillant à Berlin. Le concept store se veut aussi lieu de partage et de rencontre et ouvre ses portes aux jeunes créateurs ou entrepreneurs qui souhaitent se faire connaître, avec un espace destiné aux pop-ups. Bref, un lieu éclectique et non-conventionnel dans lequel élégants et esthètes se plairont à humer l’air du temps.

Tribu house, 2 Grand-Rue, 1207 Genève. www.tribuhouse.com

%d blogueurs aiment cette page :